James Hadley Chase

James Hadley Chase

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (3)

  • Couverture du livre « Elles attigent » de James Hadley Chase aux éditions Gallimard

    Dominique Lemasson sur Elles attigent de James Hadley Chase

    Un classique du roman noir par un spécialiste du genre.
    La lecture n’a pas toutes les vertus ! Prenez George, ce pauvre George ! Malaimé, solitaire, il vivote en vendant en porte à porte des encyclopédies familiales. Il n’a pour seul ami que Léo un chat qui n’est même pas à lui. Alors, dans sa...
    Voir plus

    Un classique du roman noir par un spécialiste du genre.
    La lecture n’a pas toutes les vertus ! Prenez George, ce pauvre George ! Malaimé, solitaire, il vivote en vendant en porte à porte des encyclopédies familiales. Il n’a pour seul ami que Léo un chat qui n’est même pas à lui. Alors, dans sa minable chambre meublée, rêvant et dévorant les livres et les magazines qui racontent les tristes exploits des gangsters américains, il s’invente un passé de gunman suffisamment convaincant pour impressionner une femme de ménage ou la barmaid du pub voisin. Triste, triste comme un jour de pluie sans vente et donc sans argent. Attention, nous ne sommes pas chez Dickens ou Zola, mais dans un roman noir alors, forcément, un beau jour (croit-il) il va croiser la femme fatale…Pauvre George ! « (il) savait le moment exact où il devint amoureux de Cora Brant. Cela lui arriva soudain, et pour lui, aussi dramatiquement qu’un coup de poing en pleine figure »,… « La suivant, George, victime impuissante de la chevelure d'un noir d'ébène et des minces hanches qui le précédaient dans l'escalier, s'achemina vers son destin ». Pauvre George !
    Manipulé, trompé, ridiculisé mais toujours amoureux transi, il s’en ira comme dans la chanson de Stephan Eicher « recevoir sa peine, le cœur léger, la joue tendue ». C’est fou ce que l’amour peut rendre idiot ! Mais à force d’abuser, « d’attiger » comme dit le titre, la femme fatale prend un risque. Et si ce pauvre George, se remémorant ses lectures, passant enfin de l’imagination à l’exécution finissait, comme dans le film de Grangier, par jouer «Le Cave se Rebiffe ?»
    _ « Oh ! fit George, je ne suis pas déprimé. Maintenant je suis vraiment très heureux.
    Un instant plus tard, l’auto l’emmena vers son destin ».

  • Couverture du livre « En crevant le plafond » de James Hadley Chase aux éditions Gallimard

    Bernard Viallet sur En crevant le plafond de James Hadley Chase

    Harry Griffin, pilote d’avion licencié par sa compagnie pour un comportement déplacé avec une hôtesse de l’air, n’a pas envie de se contenter de petits boulots pour survivre. Il préfère tenter un gros coup et ramasser le magot. Trois millions de dollars de diamants industriels vont transiter...
    Voir plus

    Harry Griffin, pilote d’avion licencié par sa compagnie pour un comportement déplacé avec une hôtesse de l’air, n’a pas envie de se contenter de petits boulots pour survivre. Il préfère tenter un gros coup et ramasser le magot. Trois millions de dollars de diamants industriels vont transiter entre New-York et San Francisco à bord d’un avion de son ancienne compagnie. Avec quelques comparses, il pense être en mesure de braquer l’équipage et de filer avec le butin après avoir atterri quelque part dans le désert. Mais pour espérer une réussite complète, il a besoin de l’aide de Ben Delaney, un parrain de la mafia capable de fourguer les cailloux mieux que lui. Par chance, Glorie Dane, petite amie de Harry, est également une ex de Delaney. Elle les met en relation, force Harry à se grimer et à changer d’aspect physique pour ne pas être reconnu de ses anciens collègues. Malheureusement, rien ne se passe comme prévu. La présence d’un convoyeur de fonds n’ayant pas du tout l’intention de se laisser faire va complètement changer la donne…
    « En crevant le plafond » est un roman noir d’excellente facture du prolifique auteur britannique. L’écriture est classique, de belle qualité et très agréable à lire. Bien que le lecteur se doute dès le début que tout ne peut qu’aller de mal en pis dans cette histoire, il reste accroché du début à la fin, car les péripéties ne manquent jamais jusqu’à une fin assez surprenante. Les personnages sont bien campés, bien pétris d’humanité et tout à fait crédibles. On tremble pour Harry même si le personnage n’est pas particulièrement sympathique. On remarque également l’importance de la psychologie féminine avec les deux héroïnes, aux antipodes l’une de l’autre mais réagissant de semblable manière devant la dérive du héros, tirer au mieux leur épingle du jeu. Finalement, elles sont les plus fortes, car les plus intelligentes voire les plus sournoises. Bien que datant un peu (1956), cet ouvrage permet encore de passer un très bon moment de divertissement.

  • Couverture du livre « Pas d'orchidées pour miss Blandish ; la chair de l'orchidée ; miss Shumway jette un sort » de James Hadley Chase aux éditions Gallimard

    francis bourg sur Pas d'orchidées pour miss Blandish ; la chair de l'orchidée ; miss Shumway jette un sort de James Hadley Chase

    J'ai pratiquement lu tous les polars de James Hadley Chase tous excellents, avec des histoires captivantes à forte densité et un fond de noirceur très particulier. Pas d'orchidées est le meilleur, vraiment fantatstique.

    J'ai pratiquement lu tous les polars de James Hadley Chase tous excellents, avec des histoires captivantes à forte densité et un fond de noirceur très particulier. Pas d'orchidées est le meilleur, vraiment fantatstique.

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com