Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Jabbour Douaihy

Jabbour Douaihy
Jabbour Douaihy est né en 1949, à Zhgarta (Liban Nord). Professeur de littérature française à l'Université libanaise de Tripoli, traducteur et critique à L'Orient littéraire, il compte parmi les grands acteurs culturels du pays. De 1995 à 1998, il participe aux côtés de Samir Kassir à l'aventure ... Voir plus
Jabbour Douaihy est né en 1949, à Zhgarta (Liban Nord). Professeur de littérature française à l'Université libanaise de Tripoli, traducteur et critique à L'Orient littéraire, il compte parmi les grands acteurs culturels du pays. De 1995 à 1998, il participe aux côtés de Samir Kassir à l'aventure éditoriale de L'Orient-Express. Ses premières ½uvres de fiction, parues au cours de la même décennie, se situent dans l'espace du Liban-Nord. L'une d'elles, intitulée Équinoxe d'automne (‘I'tidâl al-kharîf, 1995), a été traduite en français par Naoum Abi-Rached (AMAM-Presses du Mirail, Toulouse, 2000), ainsi qu'en anglais. Chez Actes Sud ont paru : Rose Fountain Motel (2009) et Pluie de juin (2010), nominé en 2008 pour le “Booker Prize” arabe.

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Le quartier américain » de Jabbour Douaihy aux éditions Actes Sud

    PatiVore sur Le quartier américain de Jabbour Douaihy

    Le Quartier américain, comme son nom l’indique était autrefois habité par des Américains mais, après leur départ, il a été abandonné aux populations pauvres. « Le Quartier américain ressemblait désormais à une exposition permanente et bariolée. » (p. 80). Jolie phrase pour dire qu’il est...
    Voir plus

    Le Quartier américain, comme son nom l’indique était autrefois habité par des Américains mais, après leur départ, il a été abandonné aux populations pauvres. « Le Quartier américain ressemblait désormais à une exposition permanente et bariolée. » (p. 80). Jolie phrase pour dire qu’il est maintenant décrépit et que les maisons tombent en ruines. Les politiques et les journalistes peuvent d’ailleurs surenchérir « sur la misère croissante des vieux quartiers de la ville, et sur le lien que l’on peut établir entre cette misère, la violence et le développement des mouvements fondamentalistes. » (p. 29). C’est sûr que le lecteur ressent immédiatement l’omniprésence de dieu dans la vie des Libanais : « en implorant le bon Dieu de leur venir en aide » (p. 10), « Dieu veuille que la journée nous apporte de bonnes nouvelles… » (p. 11), « Remets-t’en au bon Dieu, femme… » (p. 14), « Il n’y a de force et de puissance qu’en Dieu ! » (p. 52), etc.
    Mon chapitre préféré est le 4e : à Paris, Abdel-Karim Azzâm rencontre Valeria Dombrovska, une ballerine serbe. Ils vivent une belle histoire mais le chagrin d’amour le fera rentrer au Liban. À son retour, il se rend compte que la vie a vraiment changé : déjà ses parents sont morts et la maison est vide, ensuite les écoles des missionnaires sont fermées et il n’y a plus de chrétiens, de nombreux prédicateurs appellent au jihad, les femmes portent un niqab noir, les choses hérétiques comme l’alcool et la musique occidentale sont interdites (Abdel-Karim écoute frénétiquement de l’opéra), le jeûne est obligatoire et les jeunes embrigadés sont envoyés au combat, à la mort… Les gens disent d’ailleurs des jeunes qui partent au jihad qu’ils se sont « fondus dans la nature » (p. 133). Ainsi, les personnages, la ville et le passé de certaines personnes sont extrêmement bien décrits, c’est d’ailleurs très beau, poétique et d’un grand intérêt, mais tout le reste est dit en allégories, en non-dits. J’ai été déçue par le 6e et dernier chapitre, je l’ai trouvé confus, pas au niveau de l’histoire mais au niveau du récit : l’auteur avait besoin d’une pirouette soit pour rester politiquement correct soit pour délivrer une happy end… Mais je suis d’accord avec l’éditeur, Le Quartier américain est un roman « riche et concis où rien n’est superflu », je l’ai dévoré en deux fois tellement il est passionnant et enrichissant, et je lirai assurément d’autres livres de Jabbour Douaihy §
    (*) L’Orient littéraire [lien] est le supplément littéraire mensuel du journal libanais L’Orient – Le Jour [lien], ces deux journaux étant disponibles en ligne en français. Je consulte régulièrement L’Orient littéraire car sa lecture permet de découvrir des auteurs du monde arabe et leurs écrits ainsi que des avis différents sur les écrivains français et francophones.
    https://pativore.wordpress.com/2016/01/13/le-quartier-americain-de-jabbour-douaihy/

  • add_box
    Couverture du livre « Saint Georges regardait ailleurs » de Jabbour Douaihy aux éditions Actes Sud

    François Reynaud de LES CORDELIERS sur Saint Georges regardait ailleurs de Jabbour Douaihy

    Saint-Georges regardait ailleurs raconte l'itinéraire d'un enfant libanais des années 50 balancé entre deux cultures. D'un côté celle de ses parents, une famille musulmane de Tripoli dont le père a trop souvent maille à partir avec la police, de l'autre celle d'un riche couple de chrétiens en...
    Voir plus

    Saint-Georges regardait ailleurs raconte l'itinéraire d'un enfant libanais des années 50 balancé entre deux cultures. D'un côté celle de ses parents, une famille musulmane de Tripoli dont le père a trop souvent maille à partir avec la police, de l'autre celle d'un riche couple de chrétiens en mal d'enfant qui va très vite devenir, par la force des choses, sa véritable famille.
    L'enfant de deux cultures va grandir sans se soucier de cette identité double, un peu floue, tellement symbolique de toute l'Histoire du Liban. Le problème étant que pour beaucoup de monde autour de lui - la guerre civile approchant - cette identité indécise vécue avec tellement de légèreté deviendra vite inacceptable !
    Portrait d'un jeune homme insouciant, généreux, navigant entre deux mères, entre deux femmes, entre deux religions, et qui aimerait ne pas avoir à choisir, Saint Georges regardait ailleurs est un texte qui bouleverse le lecteur par une grande économie de moyens. Tout sonne juste ici. La moindre ligne. Tout raconte le mélange d'amour et de peur, de fatalité et d'espoir, jusqu'à ce sentiment de sensualité, envers et contre tout, qui ne résistera malheureusement pas à la folie des hommes !

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !