Gerald Messadie

Gerald Messadie
Essayiste et historien né au Caire en 1931, Gerald Messadié, auteur à succès de L'Homme qui devint Dieu (Laffont, 1985-89), a signé de nombreuses sagas historiques, dont, aux éditions de l'Archipel, Jeanne de l'Estoille, Orages sur le Nil, Saint-Germain, Jacob et Un espoir aussi fort (2003 à 2009... Voir plus
Essayiste et historien né au Caire en 1931, Gerald Messadié, auteur à succès de L'Homme qui devint Dieu (Laffont, 1985-89), a signé de nombreuses sagas historiques, dont, aux éditions de l'Archipel, Jeanne de l'Estoille, Orages sur le Nil, Saint-Germain, Jacob et Un espoir aussi fort (2003 à 2009). Son plus récent essai : 4000 ans de mystifications historiques (2011).

Avis (3)

  • add_box
    Couverture du livre « L'homme qui devint dieu - tome 1 - vol01 » de Gerald Messadie aux éditions Robert Laffont

    Valérie Vunck sur L'homme qui devint dieu - tome 1 - vol01 de Gerald Messadie

    Une autre vision, plus proche de nous peut-être, en tout cas de celle que je préfère croire.

    Une autre vision, plus proche de nous peut-être, en tout cas de celle que je préfère croire.

  • add_box
    Couverture du livre « L'impératrice fatale t.1 ; la fille orchidée » de Gerald Messadie aux éditions Archipel

    Sandrine Fernandez sur L'impératrice fatale t.1 ; la fille orchidée de Gerald Messadie

    Elle s'appelle Yehenara et grandit à Nankin dans une famille mandchoue aisée. Sa vie est toute tracée, son père, capitaine de la Septième Bannière lui trouvera un bon parti et elle se mariera. Mais parfois le destin vient bouleverser les projets les plus raisonnables. Un poste à Canton, une...
    Voir plus

    Elle s'appelle Yehenara et grandit à Nankin dans une famille mandchoue aisée. Sa vie est toute tracée, son père, capitaine de la Septième Bannière lui trouvera un bon parti et elle se mariera. Mais parfois le destin vient bouleverser les projets les plus raisonnables. Un poste à Canton, une sombre affaire de corruption et la famille revient à Pékin sans le sou. Les bons partis s'envolent et Yehenara n'a d'autre choix que d'entrer comme concubine de l'empereur au palais impérial. Là, elle devient Lan Er, une fille de bonne famille parmi tant d'autres avec peu d'espoir d'être remarquée par l'empereur. Alors, elle s'instruit, apprend la calligraphie, le chant, l'art d'aimer. Sa beauté et sa personnalité ne tardent pas à attirer l'oeil de l'empereur qui tombe sous son charme, l'invite dans son lit et lui fait un enfant. C'est ce fils, cet unique héritier qui lui donnera le pouvoir auquel elle aspire. Quand l'empereur meurt, elle évince ses rivaux et régente l'empire selon les principes inculqués par son père : le pouvoir doit rester entre les mains des mandchous, les étrangers doivent être combattus, au même titre que les rebelles T'aï P'ing qui menacent l'empire. Manipulations, assassinats, alliances, trahisons, celle qui s'appelle dorénavant Tseu-hi, ne reculera devant rien pour conserver le pouvoir pendant près de la moitié du XIXè siècle.

    Si on découvre la célèbre Cité Interdite comme si on y était, il manque un souffle romanesque à ce récit. Le protocole, les traditions, les intrigues, la corruption,etc. Rien ne nous échappe. Mais une telle femme, un tel destin méritaient un autre traitement. Tseu-hi, sous la plume de Gérald MESSADIÉ, apparaît comme une perfide ambitieuse, éprise seulement de pouvoir, une mégalomane qui place la Chine au-dessus de tout et refuse tout contact avec les occidentaux. Ses motivations, ses sentiments ne sont pas suffisamment évoqués. L'auteur ne réussit pas à nous la rendre humaine. Et pourtant, de son point de vue, la façon dont les anglais, les français, et même les japonais, imposent leurs vues par la force des armes, ne pouvait être qu'une humiliation et il n'y a rien d'étonnant à ce qu'elle réagisse violemment. Là, on ne la voit que comme une xénophobe obtuse. MESSADIÉ ne semble pas aimé celle dont il a fait son héroïne et cela se ressent dans son récit. Elle a bien des défauts cette "impératrice fatale" mais elle a droit à l'impartialité tout de même! Pour la découvrir dans toute sa complexité, je conseille plutôt L'impératrice orchidée d'Anchee MIN qui a fait de Tseu-hi une biographie romancée très réussie.
    Un récit linéaire, à la limite de l'ennui, qui a le mérite d'évoquer des faits historiques mais qui souffre d'un manque d'empathie et se place peut-être trop du point de vue occidental.

  • add_box
    Couverture du livre « Jeanne d'Arc brûlée par les anglais et autres mystifications ; 4000 ans d'impostures historiques » de Gerald Messadie aux éditions Archipel

    Ghislaine Moreau sur Jeanne d'Arc brûlée par les anglais et autres mystifications ; 4000 ans d'impostures historiques de Gerald Messadie

    Messadié est hélas trop partial mais il nous permet de voir les choses d' un autre angle et cela ouvre la voix à des perspectives nouvelles et sûrement plus proches de la réalité

    Messadié est hélas trop partial mais il nous permet de voir les choses d' un autre angle et cela ouvre la voix à des perspectives nouvelles et sûrement plus proches de la réalité

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !