Francois Ruffin

Francois Ruffin
François Ruffin est reporter pour l'émission Là-bas j'y suis sur France Inter. Il collabore au Monde diplomatique et anime le journal Fakir. Après sa critique d'un journalisme bien trop formaté à son goût, Petits soldats du journalisme (Les Arènes, 2003), Leur Grande Trouille est son deuxième ess... Voir plus
François Ruffin est reporter pour l'émission Là-bas j'y suis sur France Inter. Il collabore au Monde diplomatique et anime le journal Fakir. Après sa critique d'un journalisme bien trop formaté à son goût, Petits soldats du journalisme (Les Arènes, 2003), Leur Grande Trouille est son deuxième essai (Les Liens qui Libèrent, 2011).

Avis (1)

  • Couverture du livre « Les petits soldats du journalisme » de Francois Ruffin aux éditions Arenes

    Jean-Paul Degache sur Les petits soldats du journalisme de Francois Ruffin

    Diplômé de la promotion 2002 du Centre de Formation des Journalistes (CFJ), François Ruffin livre ici un document très instructif sur cette école réputée, dénonçant sans complaisance tout ce qui l’a choqué pendant ses deux années d’études.

    D’emblée, il est tombé dans un monde où la dépêche ...
    Voir plus

    Diplômé de la promotion 2002 du Centre de Formation des Journalistes (CFJ), François Ruffin livre ici un document très instructif sur cette école réputée, dénonçant sans complaisance tout ce qui l’a choqué pendant ses deux années d’études.

    D’emblée, il est tombé dans un monde où la dépêche est reine aussi bien pour la presse écrite, pour la radio que pour la télé. C’est la logique économique qui prime dans ce qu’on leur enseigne ; la vérité s’efface devant l’efficacité. Voilà donc l’audimat placé en tête des critères de réussite dans le métier, ce qui explique pourquoi le fait divers est roi. Au 35, rue du Louvre, dans le CFJ fondé en 1946 et qui accueille chaque année une promotion de 54 élèves sur plus de 600 candidats au concours, on forme « des ouvriers spécialisés au style neutre et précis. »
    François Ruffin, comme la plupart de ses congénères, rêvait « d’une école où l’enquête serait reine », où « le journaliste s’informe avant d’informer ». En tout et pour tout, il mènera deux enquêtes en deux ans ! Vite, on confond information avec communication. Tout est fait dans l’urgence comme au cours de son stage dans la presse quotidienne régionale (PQR) où l’on fait creux au lieu de creuser. Le ridicule des éternels micro-trottoirs est dénoncé car les résultats sont dérisoires, n’apportant rien de neuf au lecteur : « C’est vraiment le degré zéro du journalisme ». Puisqu’il faut suivre l’actualité, les fausses informations, les rumeurs font les gros titres. Lorsque le démenti arrive, sa publication est bâclée, n’ayant plus du tout la même mise en page parce que d’autres sujets ont pris la place. Il faudrait comprendre et donner à comprendre au lieu d’alimenter les bavardages.
    Tout au long du livre, l’auteur est sévère à propos de cette pédagogie de la soumission car il faut plaire d’abord aux patrons des entreprises de presse, quitte à former des esprits soumis. Il constate aussi que les étudiants en journalisme ne lisent plus, que deux ans après son déménagement, le CFJ livre « des techniciens fonctionnels, efficaces, rapides et surtout pas pensants car la pensée ralentit ».
    Depuis le début des années 2000, les choses ont-elles évolué ? Il faut en douter sérieusement car le traitement de l’information semble présenter les mêmes travers dénoncés par François Ruffin même si, avec Fakir, le journal bimestriel alternatif qu’il avait lancé à Amiens, il tentait de démontrer le contraire. D’autres exemples récents prouvent que le journalisme d’investigation reste toujours vivace et permet de garder espoir mais il faudrait que les grandes écoles de journalistes s’en inspirent.

    Bonne réflexion !

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com