David Almond

David Almond

La biographie de cet auteur n'est pas encore disponible, proposez la vôtre : Contactez-nous

Avis (3)

  • Couverture du livre « Je m'appelle Mina » de David Almond aux éditions Gallimard-jeunesse

    Yna Belouafi sur Je m'appelle Mina de David Almond

    Mina aime les mots. Ils sont son île, son refuge, sa cour de récréation. Elle joue avec, les triturent pour les transformer à sa convenance, pour en extraire les plus douces folies, pour y repousser encore les limites de son imagination. Les pages de son journal n’offrent aucun rempart à ses...
    Voir plus

    Mina aime les mots. Ils sont son île, son refuge, sa cour de récréation. Elle joue avec, les triturent pour les transformer à sa convenance, pour en extraire les plus douces folies, pour y repousser encore les limites de son imagination. Les pages de son journal n’offrent aucun rempart à ses défis auxquels le lecteur est, d’ailleurs, invité à prendre part. Seuls restent les doutes qui enflent et prennent une place qui va bien au delà de mots posés sur un cahier.

    Mina ne va plus à l’école depuis qu’elle a compris qu’elle n’entrait pas dans le moule (ou en tous cas pas dans celui de Mme Scullery). C’est alors sa maman qui lui fait la classe et essaye de l’ouvrir au monde, car Mina n’en voit plus qu’une partie, une partie négative qui l’éloigne des autres. Mina, jeune enfant éprise de liberté, d’une entièreté sans borne et rêveuse à plein temps doit panser craintes et souffrances pour vivre dans le monde fantastique et terrifiant de la réalité.

    David Almond a écrit un roman jeunesse comme je les adore. Un livre qui ne prend pas ses lecteurs pour des jambons ou, autrement dit, qui sonne juste. Je m’appelle Mina traite de ce drôle de moment qu’on appelle « grandir », de cet instant où on ne sait plus où est notre place dans le monde, de ces jours où l’incompréhension est trop importante pour se cogner une nouvelle fois à la réalité. Le personnage de Mina fait preuve d’une lucidité débordante, ses écarts de folie et ses réflexions plus graves, philosophiques même, sur la vie et le monde m’ont énormément plu. Ils ont fait écho aux interrogations que se posaient la petite fille que j’étais autrefois mais aussi aux craintes de la jeune adulte d’aujourd’hui. La rencontre de cette petite Mina me laisse dans une tendre mélancolie, mais surtout dans une belle parenthèse poétique, car je vous l’assure les mots de Mina sont magiques !

  • Couverture du livre « Je m'appelle Mina » de David Almond aux éditions Gallimard-jeunesse

    Lewis Plectrude sur Je m'appelle Mina de David Almond

    Un livre très très sympa, originale par sa construction, Mina est un personnage très sympa et j'ai passé un très bon moment avec ce livre qui se lit très très vite. J'ai bien aimé les poèmes, l'histoire, les personnages, la fin. Par contre j'avais du mal avec la police d'écriture par moment,...
    Voir plus

    Un livre très très sympa, originale par sa construction, Mina est un personnage très sympa et j'ai passé un très bon moment avec ce livre qui se lit très très vite. J'ai bien aimé les poèmes, l'histoire, les personnages, la fin. Par contre j'avais du mal avec la police d'écriture par moment, c'est pas forcément facile à lire quand on est fatigué. Mais à part ça c'est un super bouquin !

  • Couverture du livre « Je m'appelle Mina » de David Almond aux éditions Gallimard-jeunesse

    Claire Couthenx de BOBY et Cie sur Je m'appelle Mina de David Almond

    David Almond a démarré sa carrière exceptionnelle avec le grandiose Skellig. Depuis plus de dix ans ses lecteurs réclament une suite, il a préféré écrire une préquelle avec un des personnages les plus marquants : Mina.

    L'action se déroule donc avant l'arrivée de Michael, le héros de Skellig,...
    Voir plus

    David Almond a démarré sa carrière exceptionnelle avec le grandiose Skellig. Depuis plus de dix ans ses lecteurs réclament une suite, il a préféré écrire une préquelle avec un des personnages les plus marquants : Mina.

    L'action se déroule donc avant l'arrivée de Michael, le héros de Skellig, qui va devenir le voisin de Mina. Elle vit seule avec sa mère, Mam, depuis le décès de son père. Pour essayer de dompter sa grande peine elle écrit sur toutes les histoires et les idées qui lui passent par la tête. Son carnet commence par «je m'appelle Mina, et j'adore la nuit», et il nous est retranscrit tel quel dans ce livre. Il est rempli par l'esprit foisonnant de la jeune fille, scolarisée à la maison depuis le «jour des évaluations», qu'elle raconte d'ailleurs comme une épopée. Mina nous propose des exercices d'écriture, qu'elle appelle activités Hors-Piste, laisse des pages blanches, écris en gros ce qu'elle veut dire en grand, raconte à la troisième personne des histoires qui lui tiennent à coeur. La liberté est le maître mot, et si des fois ce grand sentiment est trop dur à porter Mina monte dans les branches de l'arbre de son jardin pour observer les oiseaux et écrire dans son carnet. Voici un roman magnifique, d'une sensibilité à fleur de peau. Vous tomberez sous le charme de Mina dès les premières lignes et vous ferez ainsi une de ses activités Hors-Piste : «Écoutez cette chose minuscule et fragile au fond de votre coeur.»

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com