Colette Fellous

Colette Fellous
Colette Fellous est née en Tunisie et vit à Paris depuis l'âge de dix-sept ans. Elle a publié une dizaine de romans dont Rosa Gallica, Le petit casino, Amor, Avenue de France et deux essais, l'un consacré aux frères et sœurs, l'autre à Guerlain. Elle est également productrice de l'émission " Carn... Voir plus
Colette Fellous est née en Tunisie et vit à Paris depuis l'âge de dix-sept ans. Elle a publié une dizaine de romans dont Rosa Gallica, Le petit casino, Amor, Avenue de France et deux essais, l'un consacré aux frères et sœurs, l'autre à Guerlain. Elle est également productrice de l'émission " Carnet nomade " sur France Culture et dirige la collection " Traits et portraits " au Mercure de France.

Vidéos (1)

  • On a donné la parole à Colette Fellous pour "Un amour de frère"

Articles (1)

  • On a donné la parole à Colette Fellous pour "Un amour de frère"

    Découvrez le nouveau roman de Colette Fellous Un amour de frère publié aux éditions Gallimard.

Avis (1)

  • Couverture du livre « Un amour de frère » de Colette Fellous aux éditions Gallimard

    Claude Amstutz de PAYOT sur Un amour de frère de Colette Fellous

    Colette échappe de peu à un terrible accident. Une de ses sandale se prend dans un rail, à Tunis. Un instant, elle se voit morte : «Un morceau de ma vie est passé sous le train ce mardi-là, bien après les jours et les pays, ce mardi d'un mois d'août naissant (il était presque midi) mais comment...
    Voir plus

    Colette échappe de peu à un terrible accident. Une de ses sandale se prend dans un rail, à Tunis. Un instant, elle se voit morte : «Un morceau de ma vie est passé sous le train ce mardi-là, bien après les jours et les pays, ce mardi d'un mois d'août naissant (il était presque midi) mais comment le cerner, le dessiner, le reconstruire ? (...) Je cherchais à retrouver un petit mouton de bois perdu et c'est un morceau de ma vie que j'ai laissé ce jour-là, au bord de la voie ferrée.»

    Cet événement réveille les ombres, laisse fleurir les impressions, les souvenirs de ces années 1967-1969, avec la découverte de Paris - «un immense écran de cinéma» - où naissent les premiers battements de l'amour, les moments de rare bonheur sur fond de lumière, d'extravagances et de liberté qu'épanouissent les liens de l'amitié et la passion des livres : «Je cherchais chez les écrivains de tous les siècles leurs moments de crise, leurs illuminations, leurs premières fois, leurs vertiges, je m'approchais au plus près de leur fièvre, j'attendais qu'ils me parlent encore, qu'ils me racontent. (...) Je devenais leurs nuits, leurs hallucinations. Je savais me glisser à n'importe quel point du temps, les mots me grisaient, j'apprenais à être plusieurs.»

    Mais la figure centrale de ce récit qui éclaire et assombrit à la fois les multiples greniers secrets de sa mémoire, c'est Georgy, ce frère «cousu au centre de son coeur», diabétique dès son enfance et qui meurt à vingt-sept ans : «un dandy qui ne se remarque pas, un esthète, un inconsolable, (...) un grand contemplatif de la misère du monde et du luxe, celui des hôpitaux et des grands hôtels. L'amoureux des livres, des films, des tableaux et des stars. Des parfums et des beaux vêtements. Des voyous et des anges.»

    Colette Fellous dépeint avec beaucoup de lucidité, de tact, de sensibilité, la relation tourmentée entretenue avec ce frère bien-aimé et inséparable : «Il n'était pas diabolique. Il était au-delà, toujours au-delà. Depuis ses six ans. Au-delà des conventions, des interdits. Il le savait qu'il mourrait très jeune. Il n'avait donc rien à perdre. (...) Suivre ses rêves, jusqu'au bout, c'était le rôle qu'il m'avait donné. Suivre ses folies, ses désespoirs, jusqu'au bout. Je devais partager sa souffrance en jouant moi aussi avec mon corps, en le détruisant à mon tour, comme le sien avait été détruit par la maladie. Mais je n'ai pas accepté ce pacte. Je l'ai sans cesse détourné, repoussé. (...) Sa mort a été la mienne, mais elle m'a aussi permis de vivre, de me libérer de lui.»

    Outre cette poignante réverbération des élans du coeur, Un amour de frère fleurit de pages de toute beauté consacrées à la musique, à ses liens intimistes avec la Tunisie - son pays d'origine - et à la poésie omniprésente dans tous les écrits de Colette Fellous : «Le sens d'un poème est à la fois ouvert, mobile, transparent, et complètement secret, à jamais secret. C'est là que résident sa beauté et sa force. On ne doit pas chercher d'explication, ce serait tuer le poème. Il y a autant de mots cachés que de mots écrits. Plus la langue est simple, plus elle est vaste.»

    En écho à la mort de Georgy, Colette Fellous se remémore un extrait de sa correspondance qui incarne pour elle le vertige annoncé de la fin : «Même les oiseaux s'en iront un jour...» A la fin de son livre, y répond la citation sublime de Virginia Woolf, scellant toute vie peut-être, la sienne, la vôtre, la mienne : «Je passerai comme un nuage sur les vagues...» Une image forte qui parachève l'une des oeuvres littéraires les plus abouties de l'année, servie par une langue magnifique !

Ils ont lu cet auteur

Discussions autour de cet auteur

Il n'y a pas encore de discussion sur cet auteur

Soyez le premier à en lancer une !

Récemment sur lecteurs.com