En attendant Bojangles

Couverture du livre « En attendant Bojangles » de Olivier Bourdeaut aux éditions Finitude

4.2

145 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Finitude
  • EAN : 9782363390639
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 160
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur « Mr Bojangles » de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Ici seule la fantaisie a le droit de cité ; travail, école, contingences sont oubliés. Celle qui donne le ton, c'est la mère, un véritable feu... Lire la suite

Sous le regard émerveillé de leur fils, ils dansent sur « Mr Bojangles » de Nina Simone. Leur amour est magique, vertigineux, une fête perpétuelle. Ici seule la fantaisie a le droit de cité ; travail, école, contingences sont oubliés. Celle qui donne le ton, c'est la mère, un véritable feu follet, imprévisible et extravagante. C'est elle qui a adopté Mademoiselle Superfétatoire, une grue de Guinée qu'elle promène en laisse, qui arrose les meubles, qui change de prénom chaque jour. Elle entraîne sa famille dans un tourbillon de poésie et de chimères.
Un jour pourtant, elle va trop loin, et le monde rationnel s'invite chez eux. Père et enfant vont tout faire pour éviter l'inéluctable, pour que la fête continue coûte que coûte, pour la protéger. L'amour fou n'a jamais si bien porté son nom.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    Elle, une femme fantasque, qui vit dans un monde sans queue ni tête, avec son mari. Lui, qui vit et accompagne la folie douce de sa femme, par amour pour elle. Autour de ce couple gravite leur enfant, embarqué dans toutes leurs extravagances, aux côtés de Mademoiselle Superfétatoire, une grue demoiselle, partie intégrante de la famille. Cet enfant parle naïvement et simplement de l’amour de ses parents, de sa mère, de son quotidien. Jamais il ne manque de bienveillance à leur égard, même s’il s’interroge, parfois.

    Le tout se déroule sur fond de musique et de danse, avec Nina Simone et sa chanson, Mr Bojangles, dont la mélodie ne vous quittera certainement pas durant toute votre lecture, et même après. Une chanson à l’image de l’histoire contée par Olivier Bourdeaut, douce-amère, qui colle parfaitement à l’univers de cette famille hors norme.

    Dès le début, le lecteur est entraîné dans un tourbillon d’émotions, aussi variées soient-elles. Et à travers cette histoire, Olivier Bourdeaut donne tout son sens à l’expression consacrée « aimer à la folie ». Car c’est bien de cela qu’il s’agit, d’un amour complètement fou entre un homme et une femme qui se sont rencontrés par un heureux hasard. Un jour pourtant, tout va trop loin, et l’équilibre singulier de la famille est menacé. Après avoir longtemps mis un voile sur la maladie de celle qu’ils aiment, le père et le fils ne peuvent se résoudre à laisser partir l’épouse, la mère aux mille et un prénoms.

    Les quelques incursions du père dans la narration, via des carnets intimes trouvés par son fils, apportent un éclairage nouveau à l’histoire. Ils apportent un sens complémentaire à la personnalité de la mère et sur ce cercle familial atypique.

    De quelles folies sommes-nous capables au nom de l’amour ? C’est à cette question que le premier roman d’Olivier Bourdeaut tente de répondre… L’amour raconté par leur enfant nous offre alors une histoire empreinte de tendresse et de poésie. Observé des yeux d’un enfant, cet amour prend toute sa merveilleuse dimension. Quoi de plus beau que de voir ses parents s’aimer passionnément ?

    Ce roman est un véritable concentré d’Amour, vous l’aurez compris. D’amour, entre un homme et une femme, quoi qu’il en coûte. D’amour entre un enfant et ses parents, et réciproquement, quoi qu’il puisse advenir. C’est aussi un roman qui permet de poser un autre regard sur la folie, sans autre jugement que celui d’un cœur éperdument aimant.

    En bref, c’est un livre que je vous recommande chaudement…

  • 0.25

    Lorsque j’ai terminé ce roman, je me suis dit que c’était vraiment un beau livre, bien écrit et poétique, plein de sensibilité. Il est drôle et triste à la fois. La vie quoi !
    Mais une vie faite d’insouciance, de danses et surtout d’un amour fou au-delà de la raison. Pourtant au fil des pages, on s’aperçoit que cette folie est vite rattrapée par la réalité et les contraintes pesantes, et alors il n’y a pas d’autre solution que de «botter le cul à la raison ! ».
    Je conseille vivement de lire ce roman qui ne laisse pas indifférent quand on sait que l'histoire est réelle et que ce parcours n'est pas commun.

  • 0.2

    Un livre distrayant où l’auteur enchaine les anecdotes comme des perles colorées.
    Un récit où se mélange le réel et l’imaginaire, le tout parsemé de quelques rimes pour donner à l’ensemble un air poétique.
    Un roman sur l’argent facile, l’insouciance et les plaisirs immédiats, comme une parabole de notre société où les personnages se jettent par la fenêtre du dixième étage en riant, en pirouettant, en se persuadant de savoir voler jusqu’à l’impact inévitable.

  • 0.2

    Un premier roman réussi, d'une famille où la routine n'a pas sa place où l'amour de deux êtres qui se sont promis de se suivre partout est raconté par leur fils émerveillé de cette vie et de cette folie.
    D'un grain de folie, la maladie prend le dessus mais la fête continue, mieux vaut un mensonge que la triste réalité.
    Olivier Bourdeaut nous emmène dans cette famille un peu loufoque mais qui transpire le bonheur.
    A découvrir!

  • 0.25

    Maintenant que je l’ai lu je peux dire que cette couverture est très bien choisie : l’histoire d’un couple un peu déjanté dont la danse sur ce fameux morceau « Mr Bojangles » de Nina Simone prend une place importante dans leur relation. On a principalement le point de vue de leur fils unique couplé à des extraits de journaux intimes de son père.

    J’ai beaucoup aimé cette famille un peu étrange et fantaisiste à la manière des Malaussène, de Little Miss Sunshine ou même dans Moonrise Kingdom pour vous donner une idée.

    Vous découvrirez de nouvelles chansons, des adjectifs peu communs, des us et coutumes étranges (ne pas ouvrir le courrier…) et cette excursion sera forcément trop courte…

    Ce dont je me souviendrai de ce roman c’est de cet amour inconditionnel entre ces deux parents que l’on suit tout au long de leur parcours sinueux, avec des hauts, des très hauts, des bas et des très bas, des stabilisations, des remous, des pics et leur enfant qui assiste à cette relation en spectateur.

    On peut dire que Mr. Bourdeaut à un style particulier, qui nous emporte très facilement, on imagine très bien le décor de ce qui pourrait être une pièce de théâtre tragi-comique.

    Un extrait pour vous donner un aperçu de ce style :

    — Pauline, où sont mes espadrilles ?

    Et Maman répondait :

    — A la poubelle, Georges ! C’est encore là qu’elles vous vont le mieux !

    Et Maman lui lançait :

    — Georges, n’oubliez pas votre bêtise, on en a toujours besoin !

    Et mon père répondait :

    — Ne vous en faites pas Hortense, j’ai toujours un double sur moi !

  • 0.25

    En attendant Bojangles, ou l’histoire d’un petit garçon qui décrit, à travers ses yeux d’enfants, la folie de ses parents et l’évolution de cette la maladie chez sa mère.

    Le titre déjà nous met dans l’ambiance et nous emporte à travers la lecture dans l’univers du jazz sur la voix grave de Nina Simone.

    Les 100 premières pages ont un air surréaliste semblable à l’ambiance de « l’écume des jours » de Boris Vian. Olivier Bourdeaut nous entraîne, sur un rythme de jazz, dans une douce folie, un tourbillon joyeux qui emporte tout sur son passage avec un ami loufoque, un oiseau exotique, la fête perpétuelle et un enfant qui vit le moment présent.

    Il arrive un moment dans ce tourbillon joyeux et cette liesse où quelques mots laissent à penser que cela ne va pas durer malgré tout l’amour qui se prodigue, malgré les fêtes, l’apparente insouciance et les amis. L’histoire raisonne alors en échos à travers la version du père et du fils qui décrivent leur ressenti des événements jusqu’à la fatalité.

    Une écriture sensible qui décrit la folie de façon poétique et bouleversante.

    Merci à Lecteurs.com pour le choix de ce magnifique roman.

  • 0.2

    Un premier roman et déjà Olivier Bourdeault peut s'installer dans la cour des grands. Une écriture sobre, raffinée, pour une histoire d'amour fou qui nous entraîne dans sa folie. Trois personnages qui ont trouvé la recette du bonheur et de l'insouciance, jusqu'à l'issue fatale.Complètement déjantée mais tellement attachante cette mère qui change de prénom tous les jours, qui préfère les jolis mensonges aux tristes vérités, la voix de Nina Simone interprétant Mr Bojangles est omniprésente tout au long du roman et nous fait vibrer à travers le récit de l'enfant évoquant les souvenirs des jours heureux.Un délicieux moment de lecture.

  • 0.15

    Une superbe histoire d'amour, un amour "fou". La vie de cette famille est faite de légèreté, d'insouciance mais c'est pour cacher une vérité difficile à supporter.
    Ils arrivent à nous entrainer dans leur danse "Mr. Bojangles" de Nina Simone, elle leur permet d'oublier la dure réalité mais celle-ci, au fil de la lecture, prend de l'ampleur.
    La situation ne donne pas envie de rire mais on se permet de sourire.

    Livre broché
    Ma chronique complète : https://vie-quotidienne-de-flaure.blogspot.fr/2017/02/En-attendant-bojangles-par-Olivier-Bourdeaut.html

  • 0.25

    Je souhaite tout d'abord remercier Lecteurs.com pour l'envoi de ce roman.

    Olivier Bourdeaut nous annonce dès les premières pages qu'En attendant Bojangles "est mon histoire vraie, avec des mensonges à l'endroit, à l'envers, parce que la vie c'est souvent comme ça".

    L'histoire de cette famille est racontée selon le point de vu d'un petit garçon, vivant avec un père mythomane, une mère sans prénom fixe, et une grue nommée Madame Superfétatoire. Ce jeune garçon évolue dans un univers de folie mené par ses parents, où ils vivent d'amour, de danse et de cocktails.

    C'est un univers très surprenant, qui l'est encore plus du point de vu d'un enfant. J'ai eu un peu de mal à entrer dans l'histoire, mais une fois dedans, j'en suis devenue accro. La famille est très touchante et addictive. Le roman est rempli de folie, de jeux de mots et de mensonges se qui fait qu'on ne s'ennuie jamais.

    J'ai beaucoup aimé cette lecture très touchante et bercée par l'amour.

  • 0.25

    ce livre est une parenthèse enchantée entre une actualité pas toujours réjouissante et une profusion de livres sur des sujets graves, sérieux ou tristes. C'est une forme de conte dont l'auteur a une imagination plus que fertile. C'est jouissif , c'est un feu d'artifice ou Olivier Bourdeaut fait en quelque sorte "l'éloge de la folie". c'est drôle, tendre, émouvant, pétillant. C'est un régal.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Widget

Code à intégrer dans votre page

Code à intégrer dans votre page

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Wachten op Bojangles Olivier Bourdeaut WERELDBIBLIOTHEEK

Voir tous les livres de Olivier Bourdeaut

Autres éditions

En attendant Bojangles Olivier Bourdeaut FINITUDE

4.2

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com