Apprendre à résister

Couverture du livre « Apprendre à résister » de Olivier Houde aux éditions Pommier

0 note

  • Date de parution :
  • Editeur : Pommier
  • EAN : 9782746507746
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : 96
  • Collection : Essais-manifestes
  • Genre : Psychologie / Psychothérapie
Résumé:

Comment apprend-on ? et peut-on améliorer les processus d'apprentissage ?
Après Piaget, Olivier Houdé a élaboré une théorie révolutionnaire pour décrire l'apprentissage, notamment chez l'enfant. A l'aide de l'apport conjugué de la psychologie et des neurosciences, il a isolé une... Lire la suite

Comment apprend-on ? et peut-on améliorer les processus d'apprentissage ?
Après Piaget, Olivier Houdé a élaboré une théorie révolutionnaire pour décrire l'apprentissage, notamment chez l'enfant. A l'aide de l'apport conjugué de la psychologie et des neurosciences, il a isolé une fonction essentielle du cerveau : la résistance cognitive !
Piaget avait mis en évidence deux étapes, l'instinct ou l'intuition et la réflexion logique. Mais pour mettre en oeuvre la réflexion il faut d'abord inhiber l'instinct. Cette capacité, clairement localisée dans le cerveau, peut être entraînée.
Olivier Houdé nous explique la genèse de cette découverte au travers de nombreux exemples chez les bébés, les enfants et les adolescents. Et nous montre comment on peut la mettre en oeuvre pour améliorer l'apprentissage, à tout âge !

Donner mon avis

Le courrier des auteurs

Olivier Houdé répond à nos questions ! (12/11/2015)

1) Qui êtes-vous ? ! Né en Belgique en 1963, je suis instituteur de formation initiale et devenu chercheur spécialisé dans l'exploration du cerveau des enfants avec les technologies d'imagerie médicale. Mon but est de comprendre, avec une démarche scientifique et expérimentale, comment se construit l'intelligence dans le cerveau des enfants et quels sont les mécanismes de l'apprentissage. Aujourd'hui, je suis Professeur de psychologie à l'Université Sorbonne Paris Cité (USPC) où j'enseigne ces matières et dirige le Laboratoire de Psychologie du Développement et de l'Éducation de l'enfant (LaPsyDÉ). C'est un laboratoire du CNRS (Centre National de la Recherche Scientifique) situé dans le bâtiment historique de La Sorbonne. Souvent, les gens ignorent qu'il existe encore de la science à la Sorbonne ! 2) Quel est le thème central de ce livre ? La découverte d'un mécanisme dans la partie avant de notre cerveau, le cortex préfrontal, qui permet d'inhiber les automatismes cognitifs habituels pour penser autrement : être créatif, changer ses modes d'action ou de raisonnement. C'est ce que j'appelle «Apprendre à résister». Ce mécanisme connaît une maturation biologique lente dans le cerveau de l'enfant, mais on peut l'entraîner très tôt à l'école ou à la maison. Nous l'avons testé scientifiquement en laboratoire. Il faut donc développer une pédagogie ciblée sur l'exercice de cette région du cerveau, en relation avec les autres régions. C'est utile plus tard pour la capacité de raisonnement et de créativité en général, mais aussi à l'école pour la lecture, le calcul, etc., où il faut déjà surmonter des automatismes qui induisent en erreur. Notre cerveau a besoin d'apprendre à résister à tous les âges. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? «Il ne s'agit plus d'entendre la résistance seulement au sens moral et sociopolitique classique, comme un phénomène déclenché par des événements et des héros exceptionnels de l'histoire (de Gaulle, Moulin, Mandela, etc.), mais aussi comme une règle de fonctionnement du cerveau de chacun d'entre nous, au coeur des apprentissages cognitifs, et qu'il faut éduquer dès l'enfance : une (ou des) pédagogies du cortex préfrontal». 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? La chanson de Michel Berger «Résiste» ou Le Chant des Partisans. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? La passion de l'observation scientifique de l'intelligence en construction chez les enfants et, en particulier, la visualisation tridimensionnelle sur ordinateur de leur cerveau quand il apprend. Ces images sont fascinantes. D'où le sous-titre de mon livre : «Rien n'est plus amusant que d'observer un enfant qui s'interroge. Que se passe-t-il dans son cerveau ?». 6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ? Oui. Je dois écrire d'un trait, 8 ou 12 heures par jour (parfois plus), avec aucune interférence. J'écris vite. Tous mes livres (le 18ème est en cours) ont été écrits dans un délai d'une semaine à un mois pendant les vacances. Mon rituel est très simple : l'ordinateur dans mon bureau chez moi, en silence. A la Sorbonne, je ne parviens pas à écrire car je suis trop sollicité par les collègues, les étudiants, et occupé par les nouvelles expériences en cours. Aussi beaucoup par les visiteurs et les journalistes. 7) Comment vous vient l'inspiration ? Elle est quasi permanente et alimentée par les résultats des expériences scientifiques dans mon laboratoire ou ailleurs dans le monde. Je n'ai pas de problème d'inspiration mais un gros problème de temps. Il est très difficile pour moi de trouver le temps d'écrire des livres car aujourd'hui la vie universitaire est horriblement chronophage. Mais le moteur de l'écriture tourne en permanence dans mon cerveau. Du coup, quand j'ai enfin le temps d'écrire, pendant les vacances d'hiver ou d'été, cela jaillit d'un trait quasi-continu, comme par écriture automatique. 8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescent «un jour j'écrirai des livres» ? Non, enfant je ne pensais pas que j'écrirais des livres plus tard et, petit belge, je n'aurais jamais imaginé recevoir un Grand Prix de l'Académie française. J'étais peintre. J'adorais la peinture à l'huile que j'ai apprise en Belgique avec les techniques des primitifs flamands par des cours dans une académie de beaux-arts. Il y a toujours un tableau d'adolescence inachevé, «Le Maître d'école», posé sur mon bureau à la Sorbonne. L'écriture est venue plus tard, jeune adulte, lors de la rédaction de mes mémoires universitaires, de mon doctorat à la Sorbonne, des premiers articles, puis des premiers livres. Depuis 25 ans, j'écris simultanément beaucoup d'articles scientifiques en anglais pour les spécialistes du domaine dans le monde et des livres en français pour communiquer les nouvelles découvertes et ma théorie du cerveau aux étudiants et au grand public. La langue française me permet d'exprimer au mieux ce que je pense et d'en faire ainsi la meilleure synthèse pour les autres. Je n'ai pas retrouvé dans l'écriture le plaisir immédiat de la peinture. C'est impossible je crois. Mais presque ! Et j'adore signer (dessiner) des dédicaces.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

La psychologie de l'enfant (4e édition) Olivier Houde PUF

Voir tous les livres de Olivier Houde

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine