Anne F.

Couverture du livre « Anne F. » de Hafid Aggoune aux éditions Plon

4.5

4 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Plon
  • EAN : 9782259230261
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : Miroir
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

Après un attentat commis par l'un de ses élèves, qui réveille les plus sombres heures de la vieille Europe, un professeur est au bord de l'effondrement.
Rongé par la culpabilité, décidé à en finir, il redécouvre un soir le Journal d'Anne Frank ; bouleversé par son actualité et sa... Lire la suite

Après un attentat commis par l'un de ses élèves, qui réveille les plus sombres heures de la vieille Europe, un professeur est au bord de l'effondrement.
Rongé par la culpabilité, décidé à en finir, il redécouvre un soir le Journal d'Anne Frank ; bouleversé par son actualité et sa vivacité, il se met à écrire à sa " petite soeur juive " disparue à quinze ans à Bergen-Belsen.
Entre ses lignes, la jeune fille vive et courageuse renaît, avec son désir d'écrire, sa volonté de devenir une femme indépendante et forte, et sa vision d'un monde meilleur.
A travers cette invocation qui renouvelle notre regard sur ce symbole universel d'espoir qu'incarne Anne Frank, ce roman poignant interroge notre présent, invite à la réflexion et ravive le courage de résister.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    http://alombredunoyer.com/2015/12/31/anne-f-hafid-aggoune/

    A l'occasion de la rentrée littéraire 2015, Hafid Aggoune publie Anne F. Pour de multiples raisons que je garderai pour moi, cet opus ne pouvait être que le dernier ouvrage lu et chroniqué de 2015. Et comme prévu, comme anticipé, comme deviné, surtout comme escompté et espéré, c'est un énorme coup de coeur émotionnel.

    Ayant eu le grand bonheur de rencontrer et de sympathiser avec l'auteur lors du salon de livre de Brive, et en gardant un souvenir mémorable de ce moment, il me tardait de découvrir son dernier opus. Vu la couverture, vu le thème, vu les événements de cette fin 2015, cela s'annonçait comme un moment compliqué mais salvateur. Je le dis d'emblée, je n'ai pas été déçu!

    "Anne, si les beaux soirs peuvent encore exister et donner vie à des nuits de paix, et que les jours se succèdent pour laisser aux Hommes de bonté la force de rebâtir sur des ruines, alors toi et tous les peuples réduits en cendres en en larmes aurez donné votre part pour fertiliser le monde et le reconstruire inlassablement."

    Oui ces phrases résonnent étrangement et douloureusement.
    Oui cet ouvrage prend une drôle de signification quand on a vécu et subit les événements de Janvier et Novembre dernier.
    Oui Hafid nous offre un superbe message de paix, de tolérance, d'espoir et surtout de vie... Se souvenir du passé pour ne pas renouveler les erreurs (vaste chimère? utopie? espoir?, ...), le pouvoir et la force des mots en direction des jeunes.

    "La paix naîtra lorsque les hommes et les femmes chercheront l'Autre dans le miroir."

    Anne F. est une lettre rédigée durant sa dernière nuit par le narrateur qui veut en finir avec la vie à Anne Franck, sa petite soeur.

    "C'est à l'époque du début de mon Journal que tu es devenue ma petite soeur, soeur d'écriture, soeur de solitude, soeur dans les moments difficiles, soeur dans cet amour pour l'école que je ressentais dans mon profond et sincère respect pour celles et ceux qui nous enseignent, et plus tard dans mon amour pour les bibliothécaires, les libraires, les éditeurs, et tous ceux qui oeuvrent autour des livres, les miens, ma famille, celle que j'ai choisie."

    C'est l'histoire revisité de Anne Franck... mais aussi du père de cette dernière... mais aussi de celle du narrateur... mais aussi du père du narrateur (la comparaison entre l'écrivain et le marathonien est sublime)... Bref, de multiples histoires de vie sont narrées dans ce livre. Elles se ressemblent toutes, elles se rapprochent, elles se confondent. S'y ajoutent des messages forts sur l'importance et la beauté de la vie, sur le rôle des enseignants, sur la culture en général et le besoin de cette dernière pour instruire, enseigner la littérature et combattre les horreurs.

    "Les enseignants sont les gardiens de la liberté, de l'égalité et de la fraternité, cerbères du temple, architectes de la société à venir, ceux à qui a été confiée une tâche immense dans un monde multiethnique, multiconfessionnel, complexe, illisible, pour qui se contente du conformisme, de l'évidence, de l'apparence. "

    Émotionnellement difficile, très émouvante et souvent bouleversante, l'écriture de Hafid Aggoune est délicieuse. de longues phrases fluides, recherchées, détaillées, si poétiques; un style riche et travaillé pour être à la fois compréhensible et explicite; des chapitres courts alternant entre la vie de Anne Franck, celle du narrateur ou des pères de l'un ou de l'autre... l'auteur fait un sans-faute dans la construction de son livre. J'ai vraiment beaucoup apprécié et ai dévoré chaque ligne avec délectation. On ne peut qu'être touché, ému. Il est réellement impossible de rester indifférent à tout cela.

    "On aimerait ne pas être aspiré par l'oubli. On laisse une part de soi, dans un enfant, un livre, des projets. On éduque, on écrit, on construit pour ne pas disparaître, pour que nos jours aient un sens, pour que quelque chose de beau nous arrive."

    Coup de coeur incontesté et incontestable, ne passez pas à côté de Anne F. A lire, à relire, à conseiller, à transmettre!

    C'est une lecture très forte qui invite à redécouvrir Anne Franck mais aussi à être humble, à ne pas oublier la tolérance, les valeurs républicaines de notre nation, l'ouverture aux autres, le vivre ensemble, chacun avec ses singularités ou ses différences. Pour ce fabuleux hymne à la vie, au courage, à l'ouverture d'esprit, je n'aurai que deux mots pour conclure cette chronique: Merci Hafid!

    5/5

    • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
    • Benoit LACOSTE le 02/01/2016 à 08h48

      Merci à vous deux. Excellente année à toi également Olivier.
      Mon enthousiasme est réel, ma chronique pas forcément objective... Au vue des événements de l'an passé, ce livre a eu une drôle de résonance en moi... Et comme en plus j'ai beaucoup accroché lors de ma rencontre avec l'auteur... Ça donne un billet assez dithyrambique!
      En espérant ne pas vous décevoir... et au plaisir de lire vos chroniques :-)

    • Olivier Pirou le 01/01/2016 à 18h59

      Bonjour Benoit et belle année 2016 à toi ! Devant tant d'enthousiasme, comme résister à une mise en PAL !

    • Laetitia LOCHARD le 01/01/2016 à 11h31

      Merci Benoit pour se coup de coeur et pour ta chronique qui donne envie car cela fait du bien de lire des oeuvres aussi fortes.

  • 0.2

    B.Jarhel, 15 ans, a commis un attentat à Paris lors d'un marathon. Son professeur de lettres, rongé par la honte et la culpabilité, veut attenter à ses jours. Ce soir-là, il relit Anne Frank et décide de lui adresser sa dernière lettre.
    Pourquoi Anne ? Parce qu'elle symbolise l'enfance pétrifiée, parce qu'il se trouve avec elle des points communs : une judaïté que l'on cache, le refuge dans l'écriture, le rapport avec ses parents... Il la considére comme une petite soeur d'écriture, un symbole de paix et de courage qui va lui redonner espoir. Vaut-il mieux abandonner ou résister ? Un texte court et fort, une belle réflexion sur le pouvoir de l'enseignement face à la montée de l'obscurantisme.

  • 0.25

    « Je ne crois pas en Dieu, mais en l’Homme et en la Femme, seuls responsables du bien et du mal de notre monde. Mes dieux invitent à la liberté, à l’ouverture d’esprit, à l’universel et à l’union. Mes dieux ont écrit plus d’un livre. » (p. 55)

    Professeur de français, issu de l'immigration, il est un modèle d'intégration. Mais, sa vie bascule le jour où un de ses anciens élèves, renvoyé de sa classe, commet un attentat. Dévasté, il souhaite mettre un terme à sa vie. Lors d'une dernière nuit, il se met à écrire une lettre à Anne Franck, sa « petite sœur juive » celle dont le Journal a été une source d'inspiration pour ses cours, pour amener ses élèves à la littérature et à la tolérance.

    Hafid Aggoune nous livre dans ce roman plusieurs jeux de miroirs : Anne Franck et lui, le père Otto Franck et son propre père, l'époque sombre d'Anne et notre époque à l'avenir si incertain. Il se dégage une profonde poésie et un émotion vive à la lecture de ce roman. Il est aussi une ode à l'espoir pour cette humanité si effrayante et qui semble ne rien retenir du passé. La fin est ouverte comme l'est notre monde.

    "Si tu voyais le monde aujourd'hui, tu serais effarée par la place accordée à la haine, encore elle, et à l'ignorance, à la peur, à la terreur." (p. 53)

    Ce roman est un vrai petit bijou, un gros coup de cœur dont je conseille la lecture à tous. Je pense d'ailleurs que ce livre devrait être lu au collège en parallèle avec le Journal d'Anne Franck, afin de sensibiliser les jeunes aux périls actuels.

    http://www.leslecturesdumouton.com/archives/2015/09/13/32620926.html

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Rêve 78 Hafid Aggoune JOELLE LOSFELD

Voir tous les livres de Hafid Aggoune

Autres éditions

Anne F. Hafid Aggoune PLON

4.5

Voir toutes les éditions

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine