Albertine disparue

Couverture du livre « Albertine disparue » de Proust-M aux éditions Lgf

4.25

4 notes

  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253082149
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
  • Nombre de page : 437
  • Collection : Ldp
  • Genre : Littérature Romans Poche
Résumé:

" Mademoiselle Albertine est partie ! " Alors que le narrateur croyait souhaiter cette séparation et ne plus aimer la jeune fille, il suffit que Françoise prononce ces mots devant lui pour qu'il en souffre tout aussitôt. Il songe alors à demander à son ami Saint-Loup d'aller la chercher en... Lire la suite

" Mademoiselle Albertine est partie ! " Alors que le narrateur croyait souhaiter cette séparation et ne plus aimer la jeune fille, il suffit que Françoise prononce ces mots devant lui pour qu'il en souffre tout aussitôt. Il songe alors à demander à son ami Saint-Loup d'aller la chercher en Touraine, chez sa tante, si c'est bien là qu'elle est partie. Mais elle ne revient pas. A la fin de La Prisonnière, déjà, le départ d'Albertine nous était annoncé ; comme le précédent, ce volume paraît de manière posthume en 1925. Dans ce roman de la souffrance et du chagrin où le héros se remémore son aventure avec la jeune fille, il cherche également à percer le secret de sa vie. La fin de l'amour crée un vide, une attente - celle du Temps retrouvé, où pourra se refermer A la recherche du temps perdu.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.2

    Mon Dieu ! Albertine est disparue, quelle tragédie…..

    Le narrateur émet des hypothèses : et si Albertine était restée auprès de lui ?

    Il se remémore les premiers moments de son amour avec la disparue.

    La retenir prisonnière a empêché Albertine de s’adonner à ses penchants de Gomorre.

    Peu à peu, le narrateur en vient à se demander si sa vie amoureuse n’a pas été comme celle de Swann. Enfin !

    Omniprésence de la lanterne magique.

    Où l’on apprend que Gilberte ne s’appelle plus Swann mais Mlle de Forcheville et fréquente le salon Guermantes. Elle épousera même Saint-Loup.

    De même que la nièce de Jupien, fille adoptive de M. De Charlus, se mariera avec le fils Cambremer.

    Où le narrateur part enfin à Venise.

    Non, pas Saint-Loup aussi ? Si ?!

    Enfin, Gilberte lui reparle de Combray et de leur première rencontre. Le narrateur n’avait pas perçu ni compris ce que voulait lui dire la petite fille.

    Quelques citations :

    « Comme la souffrance va plus loin en psychologie que la psychologie ! »

    « Il y a des moments dans la vie où une sorte de beauté naît de la multitude des ennuis qui nous assaillent, entrecroisés comme des leitmotive wagnériens. »

    « Pour me consoler, ce n’est pas une, ce sont d’innombrables Albertine que j’aurai dû oublier. »

    « Ce n’était pas Albertine seule qui n’était qu’une succession de moments, c’était aussi moi-même. »

    « Je n’aurai pas dû souffrir de cette idée ; mais, comme aux amputés, le moindre changement de temps renouvelait mes douleurs dans le membre qui n’existait pas. »

    « Nous ne connaissons vraiment que ce qui est nouveau, ce qui introduit brusquement dans notre sensibilité un changement de ton qui nous frappe. »

    http://alexmotamots.fr/?p=2417

  • 0.2

    Je trouve, en revanche, ce volume un peu moins bon que les autres à cause de la lenteur de la narration et des longues pensées du narrateur couchées sur le papier mais le dénouement de l'idylle entre lui est Albertine est vraiment inattendu.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

Du Cote De Chez Swann Proust-M LGF

4.75

Voir tous les livres de Proust-M