à défaut de martyrs

Couverture du livre « à défaut de martyrs » de Marc Sastre aux éditions N Et B Editions

0 note

  • Nombre de page : 57
  • Collection : (non disponible)
  • Genre : Poésie grand format
Résumé:

Parfois des odeurs de colle me reviennent en bouche. Des piqûres de prolétaire, des dents pulvérisées, des nuits de scarifications à rendre l'urine acceptable.
Les jours étaient frères, s'ennuyaient comme des frères. Il fallait se tenir debout, juste debout sur un lit retourné.
Juste... Lire la suite

Parfois des odeurs de colle me reviennent en bouche. Des piqûres de prolétaire, des dents pulvérisées, des nuits de scarifications à rendre l'urine acceptable.
Les jours étaient frères, s'ennuyaient comme des frères. Il fallait se tenir debout, juste debout sur un lit retourné.
Juste debout et ne plus rêver. Car chaque rêve serait un meurtre de plus.
Nous naissions esclaves. Si nous naissions c'est que nous étions esclaves.
D'une langue d'ici qui était celle d'un autre - la langue d'ici est toujours celle d'un autre - il fallait dire oui.
À la caresse des plus-values, à la vapeur épousée disséminant les familles, au pain quotidien. Aux griffes sourdes consignées dans le livre, aux diasporas croustillantes sous la molaire des états, à la haine qui érode les poings impuissants.
La haine c'est toujours un amour mal interprété.
Communauté d'enfants-tués, conjonction des égarés au même ciel austère, pissant sur les murs des forteresses, se nourrissant de leurs déjections.
Fils de colère, une peau de chat sur des os barbelés, un casque à clous sur le crâne.
Jamais assez aimé. Dernier habitant de la nuit, grignotant sa propre tête.
Dans l'eau croupie des monarchies restaurées il nous fallait renaître. Le temps n'était plus aux minutes bloquées à l'orée des bois, aux maisons de brindilles, aux paillasses de feuillage.
Le temps n'était plus aux branlettes devant les femmes glacées, un miroir est bien plus éloquent.
Le temps était venu de saper les rivages séculaires, la langue sans mots mais endurcie, les arcades coulantes.
Un chewing-gum insolent contre l'obscurantisme, contre l'absolutisme du bal musette.
Que le folklore soit violé.
Que l'histoire cesse.

Donner mon avis

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Du même auteur

La Maison Vide Marc Sastre PLEINE PAGE

Voir tous les livres de Marc Sastre

Récemment sur lecteurs.com