100 crimes contre l'art

Couverture du livre « 100 crimes contre l'art » de Karin Muller aux éditions L'ecailler

0 note

  • Date de parution :
  • Editeur : L'ecailler
  • EAN : 9782364760219
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
  • Nombre de page : (non disponible)
  • Collection : L'ecailler documents
  • Genre : Monographie / Histoire de l'art / Essais / Dictionnaires
Résumé:

Les oeuvres d'art et de culture - tableaux, sculptures, musées, bibliothèques, orfèvrerie, icônes - ont le don d'élever l'esprit mais aussi d'attirer les passions, les folies, les crimes. C'est à un inventaire spectaculaire de ces événements fracassants que nous convie Karin Müller, à... Lire la suite

Les oeuvres d'art et de culture - tableaux, sculptures, musées, bibliothèques, orfèvrerie, icônes - ont le don d'élever l'esprit mais aussi d'attirer les passions, les folies, les crimes. C'est à un inventaire spectaculaire de ces événements fracassants que nous convie Karin Müller, à travers les époques, les pays, les styles. On saura qui a brisé le Nez du Sphinx, volé La Joconde au Louvre, pourquoi on a détruit la ville de Dresde et les bouddhas de Bamiyan. On découvrira la malédiction qui frappe une certaine toile de Rembrandt, Le Cri de Munch et Le Penseur de Rodin. On verra où mène le vandalisme stupide ou utopiste visant Gauguin, Duchamp ou Twombly. On en apprendra aussi beaucoup sur les artistes, leurs oeuvres et le commerce des arts .

Donner mon avis

Le courrier des auteurs

Karin Müller répond à nos questions ! (30/01/2013)

1) Qui êtes-vous ? ! Je suis auteure et galeriste. Après avoir écrit sur des écrivains (Malraux, Guitry, Aragon-Triolet) et, plus récemment, sur Nicolas de Staël et Edward Hopper, je me suis lancée dans cette aventure des «Cent crimes contre l'art». Je mets en place dans notre galerie Gimpel & Müller, à Paris, une passerelle entre les arts : la peinture et la sculpture accueillent la philosophie, la littérature, la poésie, la musique, le théâtre... Notre piano de concert me permet d'inviter des pianistes exigeants. J'y organise des tables rondes, conférences, signatures de livres, récitals... Jean Lacouture, préfacier de ce livre, y a lu avec beaucoup de talent et d'humour «Venus et la suffragette», l'attaque du seul nu de Velasquez qui nous soit parvenu, Inquisition oblige, par une suffragette en 1914. Un des cent crimes ! 2) Quel est le thème central de ce livre ? J'ai recensé et analysé cent agressions contre des peintures, sculptures, monuments.... De 356 avant JC à aujourd'hui et un peu partout dans le monde. Je parle bien entendu du vol de la Joconde de 1911, du «baiser» sur la toile de Twombly, mais aussi de la destruction de la cathédrale de Reims, des tours jumelles de New York, de Malraux au Cambodge, d'Érostrate, dont Sartre fit le titre d'une nouvelle... C'est un voyage à travers les continents et les siècles. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? Celle par laquelle je termine la destruction des bouddhas de Bamiyan : «Talibans, songez que du haut de cette falaise, quinze siècles vous jugent !» 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? «Le marteau sans maître» de Pierre Boulez, en raison du scandale qu'il suscita lors de sa création et de son titre qui illustre parfaitement «Au nez du sphinx», l'un des cent crimes. Nous savons aujourd'hui qui l'a cassé. Ce n'est pas Obélix ! 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? La découverte ou redécouverte des oeuvres ou monuments décrits, l'envie d'aller dans les musées cités, et surtout la prise de conscience de la fragilité et vulnérabilité de notre patrimoine artistique 6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ? Un seul. Un vieux pantalon de velours dans lequel je suis à l'aise pour les longues heures devant l'ordinateur. Surtout pas de musique, uniquement le chant des oiseaux de mon jardin. J'écris essentiellement dans notre maison de Draveil suffisamment éloignée de Paris pour ne pas être sollicitée. Je travaille de jour comme de nuit, j'ai tendance à être insomniaque... 7) Comment vous vient l'inspiration ? Je n'écris pas de fiction donc j'ai simplement besoin d'avoir la tête très claire, de n'avoir rien d'autre à faire que d'écrire et surtout, d'être seule... 8) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ? «Bonjour Tristesse» de Françoise Sagan, «Le Lion» de Kessel qui m'a fait pleurer à chaudes larmes et «La Dentellière» de Pascal Lainé. Ce furent trois chocs de la fin d'adolescence... 9) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? ! Quelle question étrange ! Ils servent à tout ! Ils font rêver, rire, pleurer, réfléchir, penser, se révolter, parfois hurler, ils transmettent... ils sont aussi indispensables que l'air que nous respirons 10) Quelle place tiennent les librairies dans votre vie ? Une place essentielle. J'y vais régulièrement pour l'atmosphère, l'ambiance, bavarder, regarder les nouveautés. Je repars toujours avec quelques trouvailles. J'aime beaucoup ma librairie «La Manoeuvre», rue de la Roquette et celle de mon ancien quartier, La librairie de Paris, place de Clichy. Lorsque j'y vais, je salue toujours Jean-Christophe et Géraldine... En fait, il m'arrive rarement de passer devant une librairie sans m'arrêter !

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Les derniers avis

Ce livre n'a pas encore d'avis. Donnez le vôtre et partagez-le avec la communauté de lecteurs.com

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Récemment sur lecteurs.com

Les livres les mieux notés de la semaine