Jose Alvarez

Jose Alvarez
José Alvarez dirige depuis 1978 les Éditions du Regard, maison de référence en matière de livres d'art. Commissaire d'exposition (Anselm Kiefer, au Grand Palais en 2007), il a publié plusieurs ouvrages sur l'art, et deux romans, dont La mort en tenue de bataille chez Albin Michel en 2016.

Articles en lien avec Jose Alvarez (1)

Avis sur cet auteur (2)

  • add_box
    Couverture du livre « Avec la mort en tenue de bataille » de Jose Alvarez aux éditions Albin Michel

    catherine C sur Avec la mort en tenue de bataille de Jose Alvarez

    Excellent ouvrage, très bien écrit, on plonge dans l'Espagne franquiste avec des personnages passionnés et passionnants, dur et réaliste, A NE PAS MANQUER

    Excellent ouvrage, très bien écrit, on plonge dans l'Espagne franquiste avec des personnages passionnés et passionnants, dur et réaliste, A NE PAS MANQUER

  • add_box
    Couverture du livre « Avec la mort en tenue de bataille » de Jose Alvarez aux éditions Albin Michel

    Gaëlle M. sur Avec la mort en tenue de bataille de Jose Alvarez

    La guerre civile d’Espagne

    Dès le début, José Alvarez nous plonge dans l’univers violent de la guerre. La guerre civile d’Espagne. Aussi barbare et cruelle que n’importe quelle guerre. Si le récit possède quelques personnages dont un personnage féminin important, pour moi, le personnage...
    Voir plus

    La guerre civile d’Espagne

    Dès le début, José Alvarez nous plonge dans l’univers violent de la guerre. La guerre civile d’Espagne. Aussi barbare et cruelle que n’importe quelle guerre. Si le récit possède quelques personnages dont un personnage féminin important, pour moi, le personnage principal de ce livre est inévitablement cette guerre.
    L’auteur nous décrit toute l’horreur que chaque camp, l’un comme l’autre, a pu perpétrer. Parce-qu’au final, une guerre c’est ça : ni gentil, ni méchant, mais les actes que les deux parties commettent. Des actes de barbarie. La cruauté humaine comme on la voit encore tous les jours aux informations.
    Pour cette raison, le livre est dur. L’auteur ne tourne pas autour du pot pour nous décrire les fusillades de masses dans les arènes. Il n’enrobe pas les choses pour nous raconter la torture d’un opposant. Et c’est tellement dur. Comme si je ne voyais pas passer suffisamment d’actes de violence tous les jours sur les réseaux sociaux. Mais il faut croire que c’est la nature humaine. Sans doute. Peut-être qu’il n’y a pas d’espoir.

    Un personnage féminin puissant

    Au fond, ce que je préfère retenir de ce livre, au-delà de la cruauté humaine, c’est la force de certains face à la dureté de la guerre. Inès, cette femme décrite d’abord comme une mère, se transforme au fil du roman en une véritable guerrière. Non, elle ne part pas en première ligne aux combats. Elle défend ses convictions, elle défend ceux qu’elle aime jusqu’à commettre le pire. Et qui est-on pour la juger ? Comment peut-on savoir comment nous réagirions si nous étions confrontés à ces choix infaisables que la guerre oppose à l’humain ? Si on peut espérer agir d’une certaine façon, la réalité peut-être bien différente.
    Inès, elle, parvient à respecter ses idéaux. Et c’est admirable. Son mari absent, elle ne peut compter que sur elle-même et peut-être accordera-t-elle sa confiance à d’autres que certains trahiront. Inès est fière, intègre. Ses choix sont parfois instinctifs mais la plupart du temps, elle réfléchit. C’est une mère, une épouse, une sœur, une amante. Et elle vit avec passion chacun de ses statuts.

    Lire ou ne pas lire

    Si vous supportez la nature cruelle de l’être humain et les personnages féminins forts, vous aimerez forcément ce livre qui réveille des émotions puissantes. Pour ma part, je n’ai pas l’habitude de lire des livres dont le sujet est la guerre, j’en ai trop vu, trop appris de l’histoire et j’en vois encore trop aujourd’hui. Je préfère la beauté, l’art, l’imaginaire car avec ces sujets je peux m’évader et je sais que l’être humain a du bon en lui.
    Le livre ne m’a donc pas totalement convaincue, mais je reconnais que la plume de José Alvarez est efficace et intense. Pour faire le plein d’émotions fortes, c’est un livre pour vous.