Avant que les ombres s'effacent

Couverture du livre « Avant que les ombres s'effacent » de Louis-Philippe Dalembert aux éditions Sabine Wespieser
  • Nombre de page : 294
  • Collection : Litterature etrangere
  • Genre : Littérature française Romans Nouvelles Correspondance
Résumé:

En guise de prologue à cette fresque conduisant son protagoniste de Lódz, en Pologne, à Portau-Prince, l'auteur rappelle le vote par l'État haïtien, en 1939, d'un décret-loi de naturalisation in absentia, qui a autorisé ses consulats à délivrer passeports et sauf-conduits à des... Lire la suite

En guise de prologue à cette fresque conduisant son protagoniste de Lódz, en Pologne, à Portau-Prince, l'auteur rappelle le vote par l'État haïtien, en 1939, d'un décret-loi de naturalisation in absentia, qui a autorisé ses consulats à délivrer passeports et sauf-conduits à des centaines de Juifs, leur permettant ainsi d'échapper au nazisme.
Avant d'arriver à Port-au-Prince - à la faveur de ce décret - au début de l'automne 1939, le docteur Ruben Schwarzberg, né en 1913 dans une famille juive polonaise, a traversé bien des épreuves. Devenu un médecin réputé et le patriarche de trois générations d'Haïtiens, il a peu à peu tiré un trait sur son passé. Mais, quand Haïti est frappé par le séisme de janvier 2010 et que la petite-fille de sa défunte tante Ruth - partie s'installer en Palestine avant la deuxième guerre mondiale - accourt parmi les médecins et les secouristes du monde entier, il accepte de revenir pour elle sur son histoire familiale.
Pendant toute une nuit, installé sous la véranda de sa maison dans les hauteurs de la capitale, le vieil homme déroule pour la jeune femme le récit des péripéties qui l'ont amené à Port-au-Prince. Au son lointain des tambours du vaudou, il raconte sa naissance en Pologne, son enfance et ses années d'études à Berlin, où son père Néhémiah avait déménagé son atelier de fourreur, la nuit de pogrom du 9 novembre 1938, au cours de laquelle lui et son père furent sauvés par l'ambassadeur d'Haïti. Son internement à Buchenwald ; sa libération grâce à un ancien professeur de médecine ; son embarquement sur le Saint Louis, un navire affrété pour transporter vers Cuba un millier de demandeurs d'asile et finalement refoulé vers l'Europe ; son arrivée, par hasard, dans le Paris de la fin des années 1930, où il est accueilli par la communauté haïtienne et, finalement, son départ vers sa nouvelle vie, muni d'un passeport haïtien : le docteur Schwarzberg les relate sans pathos, avec le calme, la distance et le sens de la dérision qui lui permirent sans doute, dans la catastrophe, de saisir les mains tendues. Fascinant périple, le roman de Louis-Philippe Dalembert rend également un hommage tendre et plein d'humour à sa terre natale, où nombre de victimes de l'histoire trouvèrent une seconde patrie.

Donner mon avis

Les derniers avis

  • 0.25

    L’Histoire romancée mais inspirée de faits réels (selon la formule consacrée) de Ruben Schwartzberg, juif polonais, qui est passé par Berlin, Paris puis Haïti pour fuir les pogroms et la haine anti-juive du régime nazi. Haïti sera au final son point de chute, sa terre d’adoption, sa terre promise.
    C’est un coup de cœur. Tout simplement. Tout y est : l’humour, la gravité, la sensualité, l’Histoire. C’est surtout une véritable déclaration d’amour et de fierté de l’auteur pour son pays : Haïti. J’y ai appris toute l’ouverture d’esprit de ce peuple qui a su devenir terre d’accueil pour les opprimés du troisième Reich. Un roman assez actuel…
    Cette partie de l’Histoire d’Haïti, et finalement de l’Histoire de l’Europe, est assez méconnue et le roman de Dalembert a le mérite de remettre tout cela en lumière. Et cela devient au final, comme je l’ai écrit plus haut, une déclaration d’amour pour son pays. Petit pays souvent balloté par les soubresauts de sa propre Histoire mais qui est toujours debout par l’énergie de son peuple, son rapport à la vie, sa personnalité. Tout cela se découvre dans ce très beau roman.
    C’est un livre qui se lit d’une traite, presque comme un roman d’aventures avec ses rebondissements, avec un plaisir infini. A lire !!!

  • 0.25

    Quelle histoire émouvante, celle de la famille « Schwarzberg », en errance à travers le monde pour échapper à la haine antisémite, de Lödz en Pologne, en passant par Berlin, pour ensuite s’éparpiller aux Etats-Unis, en Israël et Haïti, dernier refuge du protagoniste du livre, le docteur Ruben Schwarzberg.
    Tous les membres de la famille Schwarzberg sont très touchants. La mère, Judith, très attachée à la vie religieuse, veille au respect des traditions. Son mécréant de mari, Néhémiah, exerce le métier de fourreur. Son frère, Joé, en permanence en voyage d’affaires, est convaincu « que l’on peut refaire une vie ailleurs, plus belle, et plus loin de ses cauchemars ». Sa sœur, Ruth, veuve très jeune, reste fidèle à la mémoire de son défunt mari et prend au cours de sa vie des décisions qui surprennent sa famille. Salomé, sa fille, l’aînée de Ruben de 6 ans, est prise de passion pour son jeune frère dès sa naissance, et garde avec celui-ci une grande complicité. Ses parents, Papy et Bobe, jouent les points d’équilibre entre tous lorsque les évènements les contraignent à prendre une décision pour s’établir ailleurs. Car ce fut bien la raison essentielle de toutes les polémiques qui occupèrent une grande partie de leur existence. Le clan est très fusionnel et chacun d’entre eux respecte la personnalité de l’autre. Mais chaque séparation reste un véritable déchirement.
    L’auteur nous fait vivre le destin de chacun de ces membres avec, comme fil conducteur, celui de Ruben, et, en toile de fond, le contexte international de la montée du nazisme et de la 2ème guerre mondiale. Le livre n’est pas historique. L’auteur s’appuie sur les évènements mais ne s’y attarde pas à tel point que Ruben ne s’exprimera sur son vécu qu’à la fin de sa vie auprès de sa petite cousine Deborah, venue à Haïti porter secours en tant que médecin aux victimes du séisme de 2010.
    Pendant toute une nuit, le vieil homme narre à la jeune femme les péripéties qui l’ont amené là. Il raconte sa naissance à Łódź en 1913, son enfance et ses études à Berlin, la nuit de pogrom du 9 novembre 1938 et l'intervention providentielle de l’ambassadeur d’Haïti. Son internement à Buchenwald où il rencontra « Johnny l’américain », une belle rencontre qui l’aide à survivre dans cet enfer et d’où il fut libéré grâce à un professeur de l’école de médecine « qui avaient ses entrées auprès des autorités de Berlin ; son embarquement sur le Saint Louis, navire affrété pour transporter vers Cuba un millier de demandeurs d’asile, mais refoulé vers l’Europe ; son séjour enchanteur dans le Paris de la fin des années trente, où il est recueilli par la poétesse haïtienne Ida Faubert grâce çà laquelle il connaîtra certains délices de la vie parisienne ; et, finalement, son départ vers sa nouvelle vie, à Haïti. Il y devient un médecin réputé, le médecin de tous et le patriarche de trois générations d'Haïtiens.
    L’auteur, Philippe Dalembert rend ainsi un hommage tendre et plein d’humour à sa terre natale, qui a décidé de secourir les malheureux israélites, victimes d’Hitler.
    Ce livre, d’une très belle écriture, traite de façon sérieuse et légère, sans pathos, avec beaucoup de hauteur et de dérision, le destin d’une famille appartenant à « un peuple habitué à marcher depuis la nuit des siècles » qui doit faire face, avec beaucoup de pragmatisme à la dure réalité de leur histoire.
    Un livre qui vous captive et que l’on n’arrive pas à quitter ! Un Livre que l’on veut garder dans sa bibliothèque ! Un livre qui concourt au prix Orange 2017 et qui devrait se trouver parmi les 5 finalistes.

  • Lechoixdeslibraires.com

    Un bel hommage à la république d'Haïti, qui fut un des premiers états à accepter, sans condition, les juifs chassés par le nazisme.
    A travers la vie du docteur Schwarzberg et de sa famille poussée d'un pays à l'autre par l'antisémitisme, Louis-Philippe Dalembert propose une épopée comico-tragique dont le point de chute sera Port-au-Prince, havre de pays et de tolérance. Ruben y trouvera enfin l'envie de se poser et le sentiment d'appartenir à une nation à part entière.

  • 0.25

    Une extraordinaire saga familiale, puissante, pleine de rebondissements, portée par une langue merveilleuse. On y voyage beaucoup, on passe d'un pays à un autre avec le même bonheur.

Voir tous les avis

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !

Les articles associés

Récemment sur lecteurs.com