#RL2015 Explorateurs : "Ah ça ira" Denis Lachaud

lundi 05 octobre 2015

#RL2015 Explorateurs : "Ah ça ira" Denis Lachaud

Pour cette rentrée littéraire 2015, les éditeurs proposent 589 romans. Difficile de faire son choix. Que lire ? Comment ne pas passer à côté de belles découvertes ?  Lecteurs.com a choisi d’en explorer 52.

Pendant tout l’été, les Explorateurs ont lu en avant-première notre sélection de romans de la rentrée littéraire 2015. Ils ont relevé le défi, ils ont aimé ou détesté, mais dans tous les cas ils ont chroniqué pour vous avec leur passion de lecteurs.

 

 

 

 

 

Aujourd'hui, c'est à votre tour de découvrir leur avis sur "Ah ! ça ira..." de Denis Lachaud chez Actes Sud

Pierre Darracq nous livre son avis :

Les écrivains censés capter l'air du temps, sont des êtres sensibles et surtout capables de mettre en forme des éléments de nos quotidiens en les insérant dans des récits que nous lisons avec passion ...quand ils sont réussis.

La politique, le malaise économique actuel, les migrants qui fuient leur pays en guerre ou agenouillé par les banques, cette pression libérale qui laisse sur le bord de la route de plus en plus de monde pour le profit de quelques uns, sont des territoires romanesques dans lesquels peu d'écrivains s'aventurent ou en font le thème principal d'un récit.

Denis Lachaud empoigne avec "Ah ! Ca ira..." cette réalité pour nous proposer une fiction inspirée, lucide, humaine et qui se lit comme un polar.

En 2015, Antoine, est un type lambda, marié avec Chloé, père d'une petite fille menant une vie simple si ce n'était quelques déplacements professionnels. Sous ces allures banales, il est juste membre d'un groupuscule qui enlèvera le président de la république française. Après l'avoir humilié médiatiquement en le filmant torse nu et en jogging, le groupe abattra le chef de l'état, créant un événement sans précédent pour des médias aimant la surchauffe. Arrestation, procès, Antoine écopera d'une détention à perpétuité, de laquelle, pour tenue exemplaire, il sortira au bout de 21 ans, muni d'un bracelet électronique.

Nous sommes en 2037. La France a un peu changé... en pire. Drones, caméras, tablettes, portables sophistiqués, tout le monde espionne tout le monde et les migrants sont parqués dans des banlieues autrefois sordides mais dorénavant entourées de hauts murs pour que personne ne s'échappe....

C'est dans cet univers de plus en plus clivé, qu'Antoine retrouvera sa fille Rosa (comme Rosa Luxemburg) et que naîtra un début de mouvement social où les violences finalement inutiles d'hier seront remplacées par une solidarité de tous les instants.

Après Michel Houellebecq avec " Soumission", un deuxième écrivain essaie de nous envoyer dans un futur proche. Mais là où Houellebecq s'attardait à décrire un islam s'installant en France, Lachaud lui, synthétise toute une réalité sociale, politique et économique pour créer un roman aussi passionnant qu'haletant.

Pour le lecteur, ce livre est un régal. Emporté par une écriture combinant à merveille simplicité et fluidité mais ne cédant jamais à la facilité, le récit, mené tambour battant, s'attache à suivre des personnages attachants mais tout aussi complexes que la situation dans laquelle la France est plongée dans ce 2037 bien sombre. On sent la patte de quelqu'un pour qui la vie ne se résume pas à n'être qu'un simple observateur de nos dérives, mais un auteur qui n'a pas peur de s'engager, de partager sa vision du monde et qui sait mieux que quiconque titiller le lecteur là où ça dérange un peu. En lisant " Ah! Ca ira..." , vous prendrez le risque d'être en empathie avec un assassin, vous subirez le quotidien d'un sans papier dans des zones infâmes, vous vous interrogerez sur la toute puissance des images dans des médias qui évitent l'analyse ou de l'utilité d'une action violente pour arriver à faire bouger les choses. J'aurai juste un regret sur la dernière partie du livre qui laisse un peu de côté le personnage d'Antoine au profit de sa fille. Ce passage de relais générationnel, aussi nécessaire qu'enthousiasmant, m'a toutefois laissé comme un petit goût d'inachevé.

Mais ce qui m'a vraiment accroché, c'est ce regard empreint d'une grande humanité. Dès la deuxième phrase du livre, le ton est donné. Antoine, le héros, habillé de noir, s'apprête à kidnapper le président de la République. Il guette au coin d'une rue et Denis Lachaud écrit : " Le dos de ses poings serrés frotte le satin des poches de son blouson, cherche la douceur." C'est cette douceur que l'on peut espérer en chacun de nous qui est un des fils souterrains de ce roman. Elle est palpable dans toutes les pages, chaque personnage y tend comme il peut dans la rudesse des jours et des situations. Elle prend la forme de la caresse du vent sur le corps nu d'Antoine en forêt de Fontainebleau, de la presque quiétude d'un transformateur électrique pour Ekaterini la réfugiée grecque ou plus simplement par l'envie de Rosa de caresser la peau d'Ahmed. Il y a pas mal d'utopies dans ce roman mais celle-ci est certainement une de celles vers laquelle tout le monde pourrait tendre.

" Ah ! Ca ira..." est un bien joli roman sur notre monde mal en point mais qui propose quelques pistes pour essayer de changer le cours des choses. Ambitieux sans forfanterie, romanesque mais exigeant, c'est le livre parfait pour redonner un coup de fouet à cette rentrée qui s'annonce bien morose. Même si le propos reste pas vraiment optimiste, il a le mérite de remettre l'humain au coeur du processus. Les personnages, ces femmes et ces hommes de bonne volonté, seront peut être les héros annonciateurs d'un renouveau plus solidaire mais très certainement des êtres de papier qui me poursuivront longtemps.   

(c) Pierre Darracq

 

Sur la fiche du livre découvrez les avis de nos Explorateurs et des lecteurs :

Céline Huet

Extrait : ""Ah ! ça ira..." démarre sur les chapeaux de roues, tel un excellent thriller !  Très vite le chaos grandit de par le monde. Il est politique. Il est médiatique. Il est social..."

Guillaume Lapertot

Extrait : "J’ai particulièrement apprécié la méthode utilisé par l’auteur pour dénoncer. Il n’a pas simplement mis en avant les points de négation qu’il récence autour de lui. Avec un beau travail romancé, il a su donner de l’émotion à son lectorat grâce au personnage d’Antoine.

Sandrine Fernandez

Extrait :"Anticipation, dystopie, utopie ? Les spécialistes sauront, le lecteur lambda n'a que faire des catégorisations. Ah ! ça ira est avant tout un roman profondément humaniste, réaliste et moderne."

 

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Ah ! ça ira... » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !