ENQUETEUR, INSPECTEUR ou COMMISSAIRE : DES ETRES TORTURES A L'INTERIEUR !!!

M'abonner à cette discussion
  • Bonjour à tous,

    Il semble que le trait commun et récurent de Commissaire de police, enquêteur, inspecteur ou encore détective privé soit une vie triste et désertique, famille en péril et violents souvenirs.

    Cela aide semble-t-il à résoudre les énigmes.

    Une occasion de parcourir l'univers du Polar.

    Ainsi je citerai de prime abord, Fred Vargas et le commissaire Adamsberg en livre et à l'écran, Pauline Delpech et le commissaire Barnabé dans les années 30 - 3 titres que je vous conseille, Jussi Olsen Adler et le cynique Carl Morck - 3 titres supers également, Arnaldur Indridason et le commissaire Erlendur et encore bien d'autres.

    Ainsi, je vous propose de déterminer l'archétype du commissaire/Enquêteur/Inspecteur/Détective de nos romans et thrillers, l'occasion de découvrir le monde des polars, policiers, série noire, enquêteurs.

    Le fait de fréquenter certaines couches de la société les entrainent à une certaine morosité à moins qu'ils ne soient eux-même issus de ces couches et donc plus adaptés à les comprendre.

    Je crois qu'il y a matière et surtout n'hésiter pas à défendre votre favori.

    Amitiés
    JM
    flag Signalez un abus
  • Bonjour Jean Michel, encore une nouvelle chronique à ton actif M. le Maire, je suis admirative devant tant d'imagination et d'inspiration.
    Doit on se limiter aux commissaires? un détective privé ça te va aussi?
    Car pour ma part j'ai un gros faible pour l'abcdaire de Sue Grafton et son héroïne détective privée Kinsey Millhone. Ancien flic, divorcée, quelques aventures, dont une récurente quand le monsieur lui même détective privée daigne faire un tour à Santa Térésa ville ou habite Kinsey. Elle vie dans un garage rénové en appartement, son propriétaire est un vieux monsieur adorable qui s'assure qu'elle mange et qui l'aide à soigner ses plaies multiples au physique comme au moral. Sinon elle ne porte que des jean's et des tee-shirts et se coupe les cheveux elle même et on verra bien le résultat. De son propre avoeu elle hérite toujours d'affaire "pourries" (ce sont ces mots pas les miens) et même celle qui paraît simple ou ennuyeuse, routinière fini forcément par des problèmes, selon les cas on la retrouve tabassée et jetée dans une poubelle, son appartement est dynamité, elle prend une balle dans l'épaule,....
    Ensuite il y a le héro de MO Hayder : Jack Caffrey, que l'on rencotre dans Birdman, complètement hanté par la disparition de son jeune frère quand ils étaient tout deux enfants et incapable de vivre sa vie d'homme normalement. J'ai moins de mots pour le décrire car je ne l'ai croisé que dans Birdman et L'Homme du soir, puisqu'il n'est pas présent dans Tokio. Voilà un petit début.
    Bises. Christelle
    flag Signalez un abus
  • Oui tout à fait et Merci Christelle pour ce témoignage qui finalement va dans le sens de ces personnages très torturés de l'intérieur... Bises ps ;: je fonce prendre mon train pour rentrer. Amitiés JM
    flag Signalez un abus
  • Bonjour!
    J'ai envie d'aller à contre-courant et parler de quelques policiers sobres, équilibrés et heureux en ménage.
    Le premier est Guido Brunetti. Le commissaire de Donna Leon officie à Venise. Si dans sa profession il doit composer avec l'incompétence de son chef et avec la corruption qui règne dans sa ville et dans le pays tout entier, il sait qu'il trouvera toujours du réconfort auprès de sa femme, l'intellectuelle et fine cuisinière Paola, et de ses deux enfants.
    Direction le Nord de l'Europe et la petite île suédoise de Gotland avec l'inspecteur Anders Knutas de Mari Jungstedt. Confronté à des enquêtes qui parfois le rongent, il sait qu'il peut toujours compter sur le soutien de sa femme, son point d'équilibre qui l'empêche de sombrer.
    Toujours la Suède mais cette fois à Stockholm, la capitale du pays. C'est là que le commissaire Connie Sjöberg mène ses enquêtes. Et même quand il traque un tueur en série particulièrement malin, il n'oublie pas de consacrer un peu de son temps à sa vie de famille. Heureux en ménage avec sa femme Asa, il essaie d'être présent, discute de son travail, reçoit des amis, bref mène une vie normale.
    Voilà ma petite contribution à cette intéressante discussion.
    flag Signalez un abus
  • Alors il existe également (merci Sandrine) des enquêteurs un peu plus stables et moins écorchés vifs. Merci pour cette promenade entre Italie et Scandinavie.
    Je nous espère plein d'autres références car le sujet semble ouvert et inépuisables. Amitiés JM
    flag Signalez un abus
  • Pour poursuivre , voici quelques références puisées dans ma source habituelle.

    Détectives amateurs
    Albert Campion créé par Margery Allingham

    Père Brown, prêtre catholique anglais, créé par Gilbert Keith Chesterton

    Sir Henry Merrivale et le docteur Gideon Fell créés par John Dickson Carr

    Miss Jane Marple, aimable armchair detective, créée par Agatha Christie

    le docteur Watson médecin et ami du détective Sherlock Holmes, créé par Arthur Conan Doyle

    Franck Kaska détective surréaliste créé par Daniel Gindraux

    le rabbin David Small, créé par Harry Kemelman

    Joseph Rouletabille, journaliste, créé par Gaston Leroux

    Mr Iwa (Kookichi Iwanaga), le libraire de La librairie Tanabe, roman japonais de Miyuki Miyabe

    Hildegarde Withers, excentrique new-yorkaise, créée par Stuart Palmer

    Le Duo Aicha et Michael, dans les romans de Tafsir Ndické Dièye

    Gabriel Lecouvreur dit « le Poulpe », enquêteur libertaire créé par Jean Bernard Pouy

    Lord Peter Wimsey créé par Dorothy L. Sayers

    C.F. Wong, maître de feng shui de Hong Kong, créé par Nury Vittachi écrivain sri lankais

    Murray Whelan, attaché parlementaire australien, créé par Shane Maloney, écrivain australien

    Myron Bolitar, agent sportif, ancien membre du FBI, créé par Harlan Coben, écrivain américain

    Tommy et Tuppence Beresford (« Associés contre le crime »), créés par Agatha Christie

    Kate Fansler, universitaire américaine, créée par Amanda Cross

    Hitchcock Sewell, croque-mort américain, créé par Tim Cockey

    Isidore Beautrelet, dans "L'aiguille creuse", créé par Maurice Leblanc

    C'est un bon début et il y en a plein d'autres. Mais c'est surtout leurs caractères, leurs méthodes et le trait commun qui les caractérisent. A vous de jouer.
    Il y a d'autres que vous allez citer avec quelques livres à lire bien sûr.
    Amitiés
    JM
    flag Signalez un abus
  • Une belle liste! Je ne résiste pas à l'envie de la compléter avec les détectives amateurs qui me viennent à l'esprit...
    Les religieux:
    -Frère Cadfaël, le moine d'Ellis Peters. Première enquête : Un cadavre de trop
    -Soeur Fidelma et Frère Eadulf de Peter Trémayne. preière enquête: Absolution par le meurtre

    Les journalistes:
    -Einar, l'islandais d'Arni Thorarinsson. Première enquête: Le temps de la sorcière
    -Dan Starckey, le nord-irlandais de Colin Bateman. Première enquête : Divorce, Jack!
    -Constantin, le photographe marseillais d'origine grec de Gilles Del Pappas. Première enquête : Le baiser du congre

    Les inclassables:
    -Stéphanie Plum, ex-représentante en lingerie convertie en chasseuse de prime de Janet Evanovich. Première enquête: La prime
    -Bubbles Yablonski, la coiffeuse/journaliste de Sarah Strohmeyer. Première enquête : Bubbles se lâche

    Je sens que je vais être inépuisable sur le sujet!
    flag Signalez un abus
  • Bonjour tout le monde,

    Ma préférence va sans nul doute à Jean-Baptiste Adamsberg mais je vais plutôt parler ici d'Aloysius Pendergast, moins connu, qui apparaît d'abord dans les romans de Preston et Child comme personnage secondaire dans "Relic" et "Le grenier des enfers" (que je n'ai pas lus) puis comme principal protagoniste dans "La chambre des curiosités". Une trilogie lui est réservée : Le violon du diable, Danse de mort, Le livre des trépassés.

    Pendergast est agent du FBI et le personnage est pour le moins atypique. Tout d'abord, il a un physique hors norme. Il est grand, mince, a une peau très pâle, des yeux gris-bleu limpides. Ses cheveux sont blonds presque blancs. Il s'habille quel que soit le lieu ou la saison d'un costume noir taillé sur mesure en Italie et ceux qui le rencontrent évoquent parfois son apparence de croque-mort. Moi, je l'imagine souvent sous les traits de David Bowie à une certaine époque, dans "Les prédateurs". Il est élégant, gracieux et se déplace très silencieusement (ses apparitions subites surprennent ses acolytes).

    Aloysius suscite l'intérêt par son intelligence, son discernement, sa capacité d'analyse et de déduction, son esprit scientifique, une faculté de concentration qui frise le surnaturel, ses qualités humaines et, il faut bien le reconnaître, son grain de folie. Il est enjôleur, courtois et extrêmement habile.

    En principe, il travaille à la Nouvelle Orléans mais voyage fréquemment sur les lieux d'enquêtes qui l'intéressent et qui sont souvent des affaires de tueurs en série.

    Il est propriétaire d'une Rolls-Royce de 1959 et il a pour chauffeur et assistant personnel un homme très mystérieux qui répond au nom de Proctor. Vous l'avez deviné, Pendergast est riche. Il est le descendant d'une famille qui a officiellement fait fortune dans l'industrie pharmaceutique mais il semblerait que cette fortune ait été bâtie sur une escroquerie, un élixir de charlatan qui aurait causé des préjudices graves et même tué certains clients.

    Il existe un gros point noir dans la biographie de notre héros, une propension à la folie qui accable sa famille depuis des générations dont beaucoup de membres ont commis des crimes horribles et/ou ont fini leurs jours dans des asiles psychiatriques. Il lui reste un frère diabolique qui lui voue une haine farouche et qui cherche à l'éliminer. Ses amis qu'il met souvent dans des situations pas possibles, sont peu nombreux mais lui font entièrement confiance.

    Vous l'aurez deviné, sous les apparences d'une machine bien huilée et terriblement efficace, Pendergast cache une âme tourmentée par la culpabilité vis à vis de son frère et surtout la crainte d'être lui-même porteur de la tare génétique qui se transmet dans sa famille.

    Encore un beau spécimen d'enquêteur hanté par ses démons !

    Bonne journée.
    Amitiés, Nina
    flag Signalez un abus
  • Ah j'oubliais, merci J. Michel pour cette nouvelle discussion qui, comme le dit Sandrine, risque d'entraîner une volubilité chez nos amis lecteurs. Il faut dire qu'il y a de la matière !

    Bises à toi, Nina
    flag Signalez un abus
  • Merci Nina pour cette belle présentation! J'ai beaucoup aimé La chambre des curiosités et je m'étais promis de faire plus ample connaissance avec Aloysius Pendergast. Les livres sont là, seul le temps manque...
    flag Signalez un abus

Réagir