Valérie et Nathalie ont lu "Justice soit-elle" de Marie Vindy, éditions Sang Neuf [Club des Explorateurs]

lundi 26 juin 2017

Valérie et Nathalie ont lu "Justice soit-elle" de Marie Vindy, éditions Sang Neuf [Club des Explorateurs]

Dans le cadre du Club des Explorateurs, Valérie Lafitte et Nathalie Nicolas ont lu "Justice soit-elle" de Marie Vindy, paru aux éditions Sang Neuf

 

 

L’avis de Valérie :

On n'a sans doute pas besoin d'être féministe pour se pencher sur ces cas de femmes disparues, pourtant le "Féministement vôtre" de la préface ne pouvait que me plaire.

L'auteure, chroniqueuse judiciaire, nous précise donc que ce polar reprend des éléments des disparitions de femmes survenues en Bourgogne entre 1984 et 1997: douze jeunes femmes ou adolescentes assassinées dont les meurtriers sont parfois restés impunis. Marie Vindy entend réhabiliter ces victimes et leurs familles et c'est d'ailleurs à ces victimes que ce livre est dédié.

J'ai aimé ce polar pour plusieurs raisons : tout d'abord, l'idée de rendre hommage à ces femmes, de ne pas les oublier sous prétexte que l'enquête a été classée parce qu'il y a prescription me semble juste et cette fois (je fais ici référence à un "roman" de la rentrée de septembre qui tournait autour du meurtre de la jeune Laeticia, que Marie Vindy utilise aussi ici), je n'ai pas été mise mal à l'aise par la manière de procéder de l'auteure, sans doute parce que le polar permet une mise à distance que le roman qui n'en était pas un ne permettait pas. Et puis il y a ce personnage sans doute inventé de la fille de l'une des victimes qui décoiffe et ça fait du bien, une petite pointe de féminisme en herbe qui est raccord avec le thème.

C'est donc une belle découverte que ce polar et cette auteure. L'une de mes connaissances taxerait sans aucun doute l'auteure de misandre, comme il le fit avec moi, parce que les hommes sont quand-même bien noirs.  Et là se pose la grande question : peut-on être féministe sans avoir une petite dent contre certains hommes de notre entourage (soyons clair, en général, c'est le père qui est visé). Je reste persuadée que oui mais le débat mériterait un billet à lui tout seul. 

© Valérie Lafitte

 

L’avis de Nathalie :

"Justice soit-elle"de Marie Vindy est un roman féministe qui m'a intéressé et que j'ai aimé. Dans cette œuvre nous suivons la résolution d'un crime qui vient d'avoir lieu en Bourgogne et qui par ricochet va faire avancer des enquêtes sur des meurtres plus anciens . Le point commun entre ces quatorze meurtres : ils concernent tous des jeunes filles ou jeunes femmes . Nous suivons l'intrigue, dans de brefs chapitres, à travers différentes femmes de tout âge , toutes liées directement à ces victimes qui n'intéressent  que très peu la police et la justice. Ce roman féministe dénonce efficacement les violences que subissent les femmes et dont la société française se préoccupe assez peu . Ce roman basé sur des histoires vraies nous permet de nous rappeler des nombreuses affaires que nous avons lues dans la presse . On perçoit facilement que l'auteure est chroniqueuse judiciaire. Grande lectrice de journaux, j'ai aimé le style et la forme de ce roman . Je ne suis pas sûre que ce soit le cas de tout le monde ... par contre , personne ne peut être insensible aux destins de ces femmes , des mortes comme des vivantes .

 

© Nathalie Nicolas

 

Ces chroniques vous ont donné envie de découvrir de roman ?

N’hésitez pas à suivre Valérie Lafitte et Nathalie Nicolas  sur lecteurs.com pour dénicher vos prochaines idées de lecture.

 

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Où trouver « Justice soit-elle » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de cet article

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Les lecteurs en parlent...

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !