"Bouclage à Barcelone" de Xavier Bosch - la chronique #37 du Club des Explorateurs

jeudi 18 juin 2015

"Bouclage à Barcelone" de Xavier Bosch - la chronique #37 du Club des Explorateurs

Lancé en janvier 2015, le Club des Explorateurs permet chaque semaine à deux lecteurs de lire en avant-première un même titre que nous avons sélectionné pour eux et de confronter ainsi leur point de vue.

Cette semaine, Olivier a choisi Christelle pour partager sa lecture et son avis sur le livre Bouclage à Barcelone de Xavier Bosch (Liana Levi).

 

L'avis d'Olivier

Discours convenus, policés, entrefilets calibrés, unes fracassantes. Des mots qui cachent bien des vérités dans les grandes rédactions. C'est probablement ce que ressent Dani Santana, en lisant sa lettre de démission. Lui, le présentateur vedette du journal télévisé, propulsé, voilà quatre ans déjà, directeur de la rédaction du Cronica en a fait l'amère expérience. Une promotion chèrement payée. Quatre ans à la tête du grand quotidien catalan. Des scoops, ça oui. Un mort aussi, Senza, son chef de la rubrique "Société". Un journaliste hors pair, incontrôlable, dévasté. Mais un bon. Un de ceux qui donnent de leur personne pour de bons tuyaux, qui font des choix sans concessions. Sa maîtresse, Eva Bosch, intendante de la police catalane qui, en matière de manipulation lui rend bien la pareille. Ses sources, ces sulfureux orphelins syriens qui payent chers le renseignement. 

Le bouclage du Cronica, c'est avant tout une distillation subtile de manipulations en tout genre : coups bas, conflits d'intérêts, spéculations douteuses. La supercherie à tous les étages. Le plus haut notamment, occupé par les bureaux du tout-puissant ABC, directeur général du Cronica. Certes, des étincelles de vérité peuvent aussi surgir parfois, dérangeantes, explosives. La prostitution qui envahit les Ramblas la nuit tombée. Ces vendeurs à la sauvette de canettes de bière qui financent les réseaux terroristes. Bref, un pur concentré d'ambivalence qui dépasse les marionnettistes, bientôt marionnettes ; mais du moment que les tirages s'emballent...

Savoir que l'auteur, est par ailleurs un journaliste réputé ne rassure pas, mais alors pas du tout. Vous apprécierez ce roman pour son efficacité à vous enlever les quelques illusions qui vous restaient.

Olivier Pirou

 

L'avis de Christelle

Dani Santana, présentateur vedette du journal de la chaine info du groupe BLANCO, se voit proposer une promotion, la direction de la rédaction du Cronica, organe de presse écrite du groupe. La proposition est de celle que l’on ne peut pas refuser quand Artur Biosca Canal, dit A.B.C., directeur général du groupe, vous la présente en personne et vous fait comprendre qu’en cas de refus c’est la porte sans plus aucune chance de travailler dans le milieu des médias.

Dani va vite se rendre compte que la liberté de la presse s’arrête où commence l’argent et les influences, et que quand on cache un secret dans son passé il vaut mieux être l’homme de paille que l’on vous demande d’être et ne pas faire d’histoire.

Mais face aux infos de premières mains ramenées par David Cid, journaliste trouble à la double vie inquiétante, difficile de se plier aux ordres d’A.B.C. et de ne pas publier scoop après scoop.

Tout le monde ayant des "cadavres" dans ses placards, A.B.C. doit également jongler entre Dani qui ne rentre pas dans le moule prévu pour lui et certains politiciens qui en savent trop sur lui.

Un polar politique, traitant du nettoyage des bas-fonds et de radicalisme islamiste.

Pendant environ le premier quart du livre j’ai souffert, je n’arrivais pas du tout à me concentrer sur l’histoire qui m’ennuyait, entre la promotion de Dani Santana et les cours de journalisme sur comment obtenir un scoop. Je ramais sans avancer, obligée de relire plusieurs fois la même page pour y comprendre quelque chose.

Ensuite les personnalités troubles et parfois bien peu reluisantes des uns et des autres ont fini par se préciser, l’histoire a pris du corps et est devenue intéressante.

Les sujets sont quasiment imposés à Dani comme celui du nettoyage des Ramblas, quartier touristique le jour et complètement dédié à la drogue et à la prostitution la nuit. Mais quand Dani s’attaque aux cellules islamistes radicales dans le quartier du Raval, il se fait taper sur les doigts car cela fait peur aux lecteurs. Mais quand des promoteurs décident de réaménager le quartier à côté, et le reconstruire sous forme de résidence de luxe, on lui fait comprendre qu’il vaut mieux éviter d’enquêter sur la mosquée d’à côté qui fait office d’agence de recrutement pour Al-Qaida. On assiste à un combat de coq, où chacun brandit le secret de l’autre à bout de bras pour le faire plier.

Je ne suis pas sûre que ce roman me laisse une impression impérissable, mais j’ai quand même fini par passer un bon moment en le lisant.

Encore une découverte très sympathique grâce à lecteurs.com que je remercie beaucoup pour toute ces belles opportunités.

Christelle Garnier

 

Merci à Olivier et Christelle pour ces chroniques passionnantes !

Si vous souhaitez intégrer le Club des Explorateurs, toutes les informations sont ici.

 

Retrouvez toutes les chroniques de nos Explorateurs !

 

Pour aller plus loin :

Livres

Auteurs

Commentaires

Où trouver « Bouclage à Barcelone » en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Les dernières discussions

Il n'y a pas encore de discussion sur cet article
Soyez le premier à en lancer une !

Afficher plus de discussions

Lancez une discussion

Pour lancer une discussion, vous devez être connecté...
Vous n'avez pas encore de compte ? Rendez-vous ici et laissez-vous guider !