Nuit Spéciale Polar, Mollat a 120 ans... Mais quelle jeunesse. MERCI

Chantal LAFON le 30/04/2016 à 13h01

Vous savez tous que la Librairie Mollat, qui est toujours la plus grande librairie indépendante en France, en CA et titres en rayons, fête ses 120 ans. Quelques chiffres pour faire rêver les lecteurs : (sources wikipedia) La librairie est organisée en 15 espaces, ayant chacune sa spécialité: Sciences Humaines, Romans, Polar, Philosophie, Sociologie, Langues... Elle est également dotée de Mollat-Musique, un magasin de musique, ainsi qu'une galerie d'exposition, la galerie Mollat, située à l'intérieur du magasin. Elle possède également deux salles de conférence, les salons Albert-Mollat (rue Vital-Carles) et le 91 (rue Porte-Dijeaux). Surface de vente : 2 700 m2; Nombre de livres total : 265 000; Nombre de titres : 160 000; Quantité de livres réceptionnés chaque jour : 3,5 tonnes; Nombre de volumes vendus chaque année : 1 940 000. Pour cet événement, l'équipe Mollat a organisé une nuit du polar pour 120 élus. A 20h30, tous étaient au rendez-vous heureux de pénétrer en privilégiés dans ce temple du livre. La déco et le déguisement de l'équipe était à la hauteur de l'évènement. L' éditeur , invité d'honneur, pour notre plus grand plaisir est François Guérif de Rivages/Noir et Rivages/Thriller, accompagné de deux auteurs Luc Chomarat et Hervé Le Corre, débat orchestré de mains de maître par Bernard Daguerre. Bernard Daguerre, bien connu comme président de l'association "Polar en cabanes", qui nous fait son festival le dernier week-end de septembre en association avec le cinéma Utopia, met en valeur le "Policier et le Thriller" dans tous ses états. Cette association, littérature et cinéma, fait le bonheur des nombreux addicts au genre. Donc vous l'avait compris, hier soir rien n'était laisser au hasard... François Guérif nous a passionné en nous expliquant comment faire ce beau métier d'éditeur, et pour les auteurs étrangers, l'importance du choix du traducteur, car nous savons tous que les livres qui nous enchantent sont ceux qui ont une voix, et ce sont eux qui font que nous suivons un auteur fidèlement. James Ellroy, Jim Thompson,David Goodis, Giani Pirozzi, Mickaël Mention sont des noms familiers qui sont revenus régulièrement dans la conversation et les influences de nos auteurs autochtones. Merci, François Guérif, de nous avoir conforté dans l'idée, qu'un livre n'est pas un produit de consommation ordinaire....Et qu'à ce titre il mérite un intérêt spécial avant d'arriver dans les mains de ses lecteurs. Un de nos auteurs invités, Luc Chomarat, (j'avoue que je le découvre) nous a parlé de son dernier opus, qui a rejoint ma PAL, "Un trou dans la toile" : Thomas se sent étanger au monde digital d'aujourd'hui....Comment pister un individu dont le signe distinctif est de n'en avoir aucun? Tentant, c'est le numéro 1011 de Rivages/Noir. L'échange fut de bonne qualité et a permis au lecteur d'entrevoir le processus de création, sans pour autant repartir avec le petit plus qui fait que "la sauce prend" mais tous les auteurs craigent la concurrence de ces lecteurs qui se mettent à écrire... Hervé Le Corre, Bordelais d'origine, primés de nombreuses fois, nous a régalé de son savoir faire, et a fait de nombreux parallèles avec le cinéma. Le style est très important et n'est pas l'apanage de la littérature blanche. Il n'y a pas de bon Policier ou littérature noire sans styliste, car ce n'est pas un genre mineur. Une belle soirée faite d'enthousiasme de part et d'autre, d'une équipe au top et d'un buffet à la hauteur de la gastronomie Bordelaise accompagné, pour les bons vivants, d'un excellent vin. Soirée très réussie et merci pour cet événement et les souvenirs qu'il engendre.