QUI VOUS A DONNE LE GOUT DE LA LECTURE ?

Olivier Pirou le 18/08/2013 à 11h07

Mieux nous connaître en tant que lecteurs, c'est aussi partager sur les personnes et les événements qui ont marqué notre vie de lecteurs ? Il nous faudra peut-être revenir assez loin dans nos souvenirs pour en dégager les déclencheurs déterminants Pour ma part, bien que lecteur assidu depuis la primaire, c'est mon professeur de français de quatrième (et oui cela remonte assez loin...) qui m'a le plus marqué. Un homme à part, physiquement déjà. Imposant, inquiétant même. Une allure qui lui venait du néolithique, un regard intense et profond. Un vrai gaucher aussi, capable en un clin d’œil d'écrire comme dans un miroir sous nos yeux d'ados hallucinés Un homme qui aimait les lettres et l'on sentait qu'il avait un peu bataillé pour en arriver là. Je me souviens de son mouchoir en tissu, multi-usages... de ses parents qui venait parfois le chercher à la sortie du collège...mais bref, laissons-là ces anecdotes qui n'apportent pas à la discussion... Je me suis laissé guider par ses conseils de ce personnage fantasque, son écoute, un peu en marge des listes de lectures officielles (que j'avais par ailleurs écumées assez vite). Avec un peu moins de boulimie pour la lecture par la suite, certes, mes goûts se sont affinés et progressivement éloignés des classiques que je lis assez rarement maintenant. Je lui suis reconnaissant pour les moments d'évasion, de réflexion, d'introspection qui ont suivi. D'autres personnes ont bien sûr jalonné mon parcours de lecteur, mais celle-ci m'est venue spontanément A vous lire Olivier

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Danielle MAITRE le 22/03/2016 à 11h54

    Le goût de la lecture me vient de mon institutrice de maternelle !! A cette époque nous avions le passage "du bibliobus " et lorsque je voyais arriver ces caisses de livres je n'avais qu'une envie : m'y plonger !!!!!!!!!!! Mon institutrice l'avait bien compris et me laissait en profiter même après l'heure de l'école !!

  • CHRISTINE LACROIX le 22/03/2016 à 11h28

    Jules Verne

  • mimia 61 le 21/03/2016 à 15h33

    Coucou, j'aimerai partager mon histoire avec la lecture également ^^

    En fait, ça peut paraître dingue mais au départ (quand j'étais toute petite) ma mère n'arrêtait pas de me crier dessus parce que je ne lisais pas assez. Seulement, en grandissant, j'ai pris goût à cela. J'avais vécu certaines situation où je ne savais plus où me mettre, je me sentais mal dans ma peau, délaissée... C'est à ce moment-là que je me suis mise à écrire, puis à lire également. Je ne peux plus m'en passer maintenant, c'est devenu ma passion à partir du moment où j'ai compris que la littérature était ma meilleure amie.

  • Olivier Pirou le 30/12/2015 à 18h52

    Merci Corinne, Nadia, Elisabeth, Mélissa pour vos témoignages.

    Dans notre discussion, la famille semble être la principale étincelle de cette fièvre littéraire née dans la tendre enfance, dans l'intimité d'un échange, d'un coucher. Puis les instituteurs qui ont marqué notre scolarité et qui ont su fait les bons choix de lecture pour embraser notre passion. Rendons hommage à tous ceux ces passeurs d'histoires et d'émotions, qui nous rendent plus sensibles au monde, plus riches d'idées, d'images, de points de vue.

  • Nadia D'ANTONIO le 25/12/2015 à 14h51

    Je lis depuis "ma plus tendre jeunesse" et je n'ai jamais arrêté même lorsque je travaillais. J'ai transmis ce goût de la lecture à ma fille et notre bibliothèque croule sous les livres.

  • Mélissa Quesney le 17/12/2015 à 09h29

    Celui qui m'a donné le goût de la lecture c'est mon père ^^ et depuis mes 10 ans (j'en ai 21 aujourd'hui) je lis :)

  • Corine RO le 16/12/2015 à 14h44

    C'est parce que j'étais une enfant curieuse attirée par les images et les couleurs.
    Je prenais des livres illustrés dans les rayons du supermarché. Alors, à l'école j'adorais la BCD, mon maître de CE2 m'avait prêté " Le Petit prince' dans la cour d'école parce que suite à une blessure je ne pouvais plus jouer avec mes camarades. J'ai bien sûr adoré cette histoire et cela n'a fait qu'agrandir mon amour pour les livres, les histoires et les illustrations. Merci, M. Sarnin.

  • Olivier Pirou le 01/11/2015 à 14h44

    Merci Emanuelle, Juliette pour votre témoignage sur la source de ce plaisir qui nous relie : lire. Emmanuelle, en lisant votre histoire, je me suis revu l'espace d'un instant me glisser dans ce petit coin lecture de la classe de primaire, douillet, coloré, calme en attendant le goûter.

  • Juliette Mey le 17/10/2015 à 15h41

    C'est mon grand-père qui m'emmenait à la bibliothèque le mercredi apm et qui me racontait de merveilleuses histoires...

  • emmanuelle luang le 13/10/2015 à 22h30

    Je ne crois pas que j'étais destinée à aimer la lecture. Certes ma grand-mère qui ne savait ni lire ni écrire insistait sur ce savoir et ma marraine m'offrait des livres illustrés (Martine) mais comme j'étais fainéante, je m'imaginais mal lire un roman. Mon premier roman "les mémoires d'un âne" de la Comtesse de Ségur a été un échec. Je n'ai jamais réussi à le lire. Cet âne qui parlait était ridicule à mes yeux. Un âne ça ne parle pas et pour preuve : y'en avait un dans le champ du voisin et il ne parlait pas. Puis au CM2 j'ai eu un instituteur formidable (Il s'appelait M. Rivière. Je le cite car il était formidable) Il n'aimait pas voir quelqu'un ne rien faire le nez au vent. Si on finissait les exercices avant les autres, il disait "prend un livre" donc comme, manque de bol, je finissais toujours les exercices avant les autres, j'étais obligée de "prendre un livre" et j'ai aimé ces livres lus au départ par obligation jusqu'à ce que je finisse par me dépêcher de finir mes exos pour pouvoir lire. J'ai dû lire toute la bibliothèque de la classe. Mon goût de la lecture s'est aggravé en classe de 5ème grâce à Mle Wortzelman, merveilleuse professeur de français. Elle m'a transmis le goût des lettres. A mes yeux, elle savait tout et je voulais lui ressembler. On lisait un texte et on l'expliquait (et Mle Wortzelman qui explique... Je l'aurai écoutée des heures). Comme le texte était tiré d'un roman donc ça laissait sur la faim si on avait pas la suite donc j'étais obligée d'aller au CDI du collège pour emprunter le roman d'où était tiré le texte. C'est formidable. Le goût de la lecture ne m'a plus quitté depuis.

  • Olivier Pirou le 13/10/2015 à 20h54

    Un témoignage qui résonne, Françoise, car j'ai eu un parcours de lecteur assez similaire. Et je garde le goût des BDs, un neuvième art tellement inventif aujourdhuî et des classiques à redécouvrir même si je suis gourmand et curieux de nouveaux auteurs. Amitiés !

  • carol boudy le 13/10/2015 à 14h52

    C'est un des plus beaux cadeaux de mes parents: m'avoir toujours placé au milieu de livres, m'avoir toujours laissé toucher à tout et surtout n'avoir jamais mis de restriction budgétaire pour la lecture!!!

  • françoise goimet le 13/10/2015 à 09h58

    Pour ma part, je préférais les bandes dessinées ce qui me posait un problème pour les cours. C'est mon prof de français de quatrième qui a provoqué le déclic. Je me suis mise à dévorer les auteurs tels que Dumas, Tolstoï, Flaubert, Balzac, Zola....Pourtant, je ne me rappelle pas qu'il est fait quelque chose de spécial. Depuis, c'est " jamais sans mes livres". Je voudrais bien me replonger dans ces grands auteurs mais j'ai pleins d'autres livres qui m'attendent. Peut-être qu'un jour, je pourrais...

  • Olivier Pirou le 12/10/2015 à 21h54

    Bonsoir Carol, même en remontant à vos cinq ans, vous ne trouvez pas la source de cette passion ! Je suis impressionné ! Amitiés

  • carol boudy le 07/09/2015 à 22h22

    Je ne me souviens pas d'où est réellement né mon amour des livres, aussi loin que je me souvienne j'aimais ça... Apparemment le premier livre que j'ai lu seule était chien bleu de Nadja à 5 ans, puis j'ai dévoré tous les livres de la comtesse de Ségur, les chairs de poule à 8 ans, le petit prince à 9 et les peur bleue/Tolkien jusqu'en 4ème où j'ai découvert grâce à ma prof de français Zola et Romain Gary, mes deux auteurs préférés ...

  • Olivier Pirou le 07/09/2015 à 21h29

    Merci Mireille pour ce témoignage. C'est touchant de retrouver en vous la jeune fille qui découvre la lecture auprès de cette mamie avec "Point de Vue" comme premier conte de fée !

  • bouchra touil le 31/08/2015 à 21h02

    Ce commentaire a été supprimé

  • Mireille BROCHOT le 29/08/2015 à 18h21

    Mes premiers souvenirs de lecture, enfin ceux qui m'ont donné envie de lire, à partir de 4 ou 5 ans (je ne savais pas lire), ce sont les grands moments passés chez une grand-mère voisine, à la campagne. Elle me lisait les événements princiers et autres que narrait pompeusement le magazine "Point de vue" . Puis, après ses commentaires, je m'installais sur le carrelage à plat ventre et je regardais les photos de princes et princesses dans des décors idylliques, si loin de ma campagne. Si j'avais été sage, j'avais souvent droit à un petit livre du type "Pipo le petit cheval", puis "le club des 5 en vacances"...cela a duré quelques années. A l'école, j'aimais les dictées, lire, écrire, apprendre les poésies et j'ai eu un professeur de français de la 5ème à la 3ème qui nous faisait déclamer "le cid" , "A Villequier" , l'albatros...enfin, toute la panoplie des classiques, j'adorais l'écouter, j'aimais un peu moins me mettre en scène devant mes camarades, mais rien que l'évocation de ces souvenirs me font encore chaud au cœur. Au lycée, à l'internat, je passais mon temps à la bibliothèque au détriment des matières scientifiques qui m'exaspéraient. Je voulais être bibliothécaire ou libraire. Je n'ai fait ni l'un ni l'autre, mais ma profession m'a permis de lire et d'écrire,pas des romans mais des rapports administratifs ou autres. Et aujourd'hui je vis libre de lire presque autant que je le souhaite. Aussi, pour en revenir à la question posée, je peux dire que j'ai découvert le goût de la lecture avec une grand-mère (qui n'était pas la mienne). Il était si fort que je l'ai toujours gardé, comme j'ai conservé dans un coin de ma bibliothèque les albums pour enfants que j'avais la chance de recevoir.

  • Sofi C le 27/08/2015 à 13h28

    C'est un grand avantage d'avoir une famille qui lit et qui fait partager. Chez moi il y avait 30 livres pas plus, les livres sur la guerre de mon père et ceux de cuisine de ma mère et puis quelques vieux Jules Verne illustrés qui m'apparaissaient comme des trésors inestimables. Comme nous n'avions pas la télé il n'y avait que le livre pour s'échapper.

  • Juline Darques le 27/08/2015 à 13h06

    Ce commentaire a été supprimé

  • Juline Darques le 27/08/2015 à 13h04

    Ce commentaire a été supprimé

  • Olivier Pirou le 27/08/2015 à 08h44

    Merci Juline pour ce témoignage plein de fraîcheur et d'enthousiasme. Je lisais récemment que nous étions nombreux à nous détourner de la lecture au profit de l'image dont la domination est désormais acquise (tant ce qui nous est proposé sur notre PC, tablettes, smartphones, TV nous distrait et nous enthousiasme). La lecture devient presque un acte de résistance !

  • Juline Darques le 26/08/2015 à 21h36

    Moi on ne peut pas dire que cela remonte loin vu que je n'ai que 14 ans et quelques moi,mais je peux toujours raconter ce qui m'a poussé à être devenu lectrice assidue.Dans ma famille,on lisait beaucoup,on était toujours un livre à la main,ce qui m'a vraiment donné envie c'est de voir toute la culture et l'imagination que mon frère amassait,je ne sais pas à quel êge sa remonte mais depuis nos livres changent souvent de chambre dans la maison,on se pique tous nos livres.

  • Olivier Pirou le 26/08/2015 à 08h57

    Bonjour Erimède-Read et merci pour ce témoignage, Harry Potter est une merveilleuse fenêtre ouverte sur l'imaginaire.Se plonger dans l'univers de Poudlard ne peut que nous donner ce goût de lire encore ! A bientôt. Olivier

  • Erimède- Read le 24/08/2015 à 18h33

    Bonjour .
    Pour ma part, c'était mon instituteur de CM1 qui m'avait réellement donné envie de lire, je ne lisais pas des énormes pavés mais je lisais tout de même.

    C'est un jour d'été où, pendant une sortie scolaire dans la bibliothèque, j’aperçus, posé sur une haute étagère, une étrange couverture. Intriguée, je m'approchais, tendais la main et attrapais le livre. Le titre ne m'était pas inconnu: Harry Potter. Ce nom était pour moi l'appel à la lecture, un cris qui me hurlait: Lis ! Lis et évade toi !

    Plus tard, je me retrouvais dans l'immense château Poudlard en compagnie de Harry, de Hermione et de Ron.

    C'est à partir de ce jour là que ma bibliothèque personnelle à commencer à ce remplir ...

  • Olivier Pirou le 01/08/2015 à 23h02

    Bonjour Stéphanie, je m'aperçois que j'avais loupé votre touchant témoignage qui nous renvoit à notre tendre enfance, à ces êtres chers qui nous ont donné ce goût du partage et de l'évasion.
    Amitiés
    Olivier

  • La Stéph le 20/04/2015 à 10h32

    Bonjour Olivier, bonjour tout le monde,

    Mon premier souvenir remonte à ma toute petite enfance où ma maman et ma grand-maman, à tout de rôle, tenait absolument à me lire une histoire chaque soir pour m'endormir. Je repense alors à ma petite bibliothèque au dessus de ma table de nuit où je rangeais précieusement mes premiers livres pour ensuite attendre impatiemment qu'on me fasse la lecture. Les petits livres Monsieur Madame étant mes préfèrés.

    Ensuite l'école primaire, où je revois mon enseignante, une dame en apparence sévère, mais passionnée par son métier, et qui m'a appris à lire.
    J'étais ensuite ababonnée aux J'aime Lire, et des petits contes pour enfant.

    Avec l'âge, j'ai commencé à dévorer tous les livres de la bibliothèque de ma maman et de ma grand-maman. De beaux souvenirs de lecture.

    Un grand merci à ces femmes qui m'ont donné le goût de lire.

    Mes amitiés à tous,
    Stéphanie

  • Odette fine le 12/04/2015 à 23h41

    C'est ma mère qui m'a donné le goût de lire. Elle m'a apprit à lire dès l'âge de trois ans. Et puis ensuite je n'ai jamais arrêté. Ma bibliothèque d'enfant était bien pleine et l'actuelle compte plus de 500 volumes. Merci maman. Paix à son âme.

  • Jean-michel Palacios le 06/04/2015 à 22h15

    Ce commentaire a été supprimé

  • Olivier Pirou le 06/04/2015 à 22h06

    Marie Evelyne, bienvenue à vous dans ce plus beau Village de France et d'ailleurs. Un arbre serait-il votre meilleur endroit pour lire ? Je vous recommande vivement de rejoindre aussi la discussion de Jean-Michel Palacios sur ce thème ! Je goûte avec vous les bons mots de notre Spinoziste préféré et je note les autres références pour plus tard. Amitiés. Olivier

  • Olivier Pirou le 06/04/2015 à 22h02

    Geneviève, mais oui, je le revois aussi ce petit coin lecture, un petit matelas douillet plein de coussins multicolores, comme les livres de la bibliothèque d'ailleurs, roses, verts...Amicalement,

    PS : Amitiés à Philippe, et merci pour ton hommage qui a du remplir de joie tous les enseignants du site !

  • Olivier Pirou le 06/04/2015 à 21h58

    Merci Zohra pour votre passage dans cette chronique, merci pour ce témoignage touchant. Votre texte suscite en moi de multiples images, toutes plus ensoleillées les unes que les autres. Je me rends compte aussi qu'accéder gratuitement à toutes ces ressources n'a pas été aussi facile pour chacun d'entre nous...

  • Olivier Pirou le 06/04/2015 à 21h47

    Bonjour Nathalie. C'est fou comme des phrases d'adultes peuvent nous structurer, profondément. Celle qu'a prononcé votre beau-père est porteuse de souffle et d'énergie. Lire rend libre et heureux. Cela sonne comme un humanisme à un moment où plus que jamais - après les terribles événements du 7 Janvier dernier - les Lumières doivent nous éclairer. Et l'on revient au livre, à l'éducation, à la tolérance, à la critique.

  • Olivier Pirou le 06/04/2015 à 21h31

    Bonjour Sofi C et merci pour votre passage. Une maman institutrice? un point qui nous relie et l'éducation silencieuse à l'oeuvre pour développer et entretenir cette envie de lire. Des textes et des poèmes de primaire qui refluent : La gloire de mon père, Le dormeur du val...Continuons à explorer cette caverne merveilleuse. Amitiés. Olivier

  • Olivier Pirou le 03/04/2015 à 20h30

    Merci à tous pour vos témoignages que je découvre après une éclipse bien trop longue sur lecteurs.com...quel plaisir que de sentir résonner vos histoires

  • Marie-Evelyne CARTON le 03/04/2015 à 17h25

    bonjour. Je découvre avec plaisir le site "lecteurs.com" et je m'associe à cet échange sur le goût de la lecture. Maman lit énormément et encore maintenant à plus de 80 ans. Elle a essayé de nous faire partager sa passion et pour moi je suis depuis toujours une grande lectrice. Etant enfant, j'adorais me percher dans mon "arbre" avec un livre et le chant des oiseaux, quel plénitude et sérénité ! pas besoin d'internet, ni de téléphone, ni de tablette pour être heureuse !
    Après la bibliothèque rose, verte... je suis passé à Chateaubriand que j'ai adoré, puis ZOLA, Maupassant... et aussi la collection Delly. j'aime les biographies, les livres sur le terroir qui me font voyager paisiblement dans notre beau pays et aussi les livres plein de poésie, je recommande "Goélands" de Pierre LESEIGNEUR qui signe son 1er livre (découvert au salon du livre). Je me régale avec le philosophe André Comte-Sponville dont je vous recommande "le petit traité des grandes vertus"... Et je continue à découvrir en essayant de partager ma passion avec les petits-enfants de mon mari et avec mes nièces dont certaines lisent beaucoup aussi. Quand on aime lire, on ne connait pas l'ennui.

  • Geneviève Munier le 03/04/2015 à 14h19

    Et merci à vous Philippe de votre si gentil message. Si seulement, en effet, j'avais servi à susciter des passions...Et la transmission de cette passion d'une génération à l'autre...C'est ça le bonheur !
    Alors, belles lectures à vous et aussi à votre petit garçon qui a beaucoup de chance.
    Amitiés
    Geneviève

  • Philippe Taulet le 03/04/2015 à 11h45

    Bonjour Geneviève, et bonjour à vous toutes et tous.
    J'étais déjà intervenu dans cette discussion pour rendre hommage à ma maman qui, en tant que professeur de lettres, m'avait communiqué son goût pour la lecture.
    J'en profite pour rendre un hommage particulier au monde enseignant dans son ensemble qui tous les jours œuvre pour le bien, l'éducation, la formation de la jeunesse.
    Soyez assurée Geneviève d'avoir transmis durant votre carrière cet amour des livres à plus d'un élève. J'ai pour ma part le souvenir ému de mon instituteur de CP, de celui de CM2 et de mon professeur de Français de cinquième. Et une tendresse particulière pour mon extraordinaire professeur de philosophie de terminale. Et je suis persuadé que quelques part d'autres élèves se souviennent de vous dans les mêmes termes, avec les mêmes émotions. Et quand je vois aujourd'hui mon petit garçon avec son institutrice de CP, je me dis qu'il aura plus tard les mêmes souvenirs que moi. Alors merci à vous toutes et tous, membres du corps enseignant.
    Philippe.

  • Geneviève Munier le 01/04/2015 à 14h13

    C'est vraiment très émouvant de lire tous vos témoignages car c'est ma jeunesse que je revis : Alice, le club des cinq et j'en passe, ainsi que celle de mes enfants que j'avais abonnés à "J'aime lire" mais d'abord Toboggan, Astrapi, Okapi..., puis maintenant mes petits enfants que j'abonne régulièrement à toutes les parutions possibles et auxquels j'achète de nombreux livres. Mais ce qui me ferait le plus plaisir serait d'avoir été, en qualité d'enseignante, à l'origine de vocations de lecteurs. Dans ma classe, il y avait toujours un coin bibliothèque avec de la moquette et des coussins où mes élèves se retrouvaient assis, couchés, accroupis, dès leur exercice terminé en attendant que les plus lents aient à leur tour fini. Et chaque soir, quelques minutes avant la sortie, je lisais des bribes d'histoires dont ils attendaient la suite avec impatience. Quel bonheur de s'évader entre les pages d'un livre !

  • Sofi C le 28/03/2015 à 21h04

    Merci Zohra... et Nathalie pour vos très beaux témoignages. :-)

  • Zohra Maldji le 28/03/2015 à 19h35

    Bonsoir, je suis d'une génération où à l'époque il n'y avait pas de télé et ni tous ces appareils fantastiques qui existent aujourd'hui. Depuis que j'ai appris que ces petits signes noirs sur une feuille de papier blanc m'ouvraient tout un monde, je n'ai pas arrêté de les déchiffrer. Je suis née en Algérie à une époque où moi aussi mes ancêtres étaient des Gaulois (rires). En fait, j'avais deux vies, l'une à l'école (française) et l'autre à la maison (algérienne), et j'ai découvert, à travers les livres un autre monde, celui de la France de "là-bas". Et c'est ainsi que petit à petit, d'abord avec les livres pour enfants, puis plus tard avec les auteurs classiques, que j'ai pu nourrir ma soif de lecture, qui ne m'a pas quittée à ce jour. Les livres qui m'ont marquée entre autres sont l'allumeur de réverbère, on demande une maman, tombée du ciel. Et les poésies de Maurice Carême, pour ne citer que lui. Au CM2, on avait une petite bibliothèque, mais il fallait payer 10 centimes le livre, ce qui était énorme quand on aimait lire et un livre ou deux par semaine ne me suffisaient pas, bien entendu. Plus tard au collège, nous avions aussi à notre disposition une bibliothèque gratuite, heureusement, et qui m'a permis de connaître d'autres auteurs, les classiques bien entendu. Mais à l'époque nous n'avions pas de bibliothèque municipale et donc pas de livres en été. Mais j'avais la chance d'avoir des amies qui étaient catholiques et comme l'église possédait aussi une bibliothèque, eh bien grâce à elles j'avais de la lecture pour l'été. Vous allez sans doute rire, mais c'est là que j'ai découvert les romans de Delly que j'ai lus lu entièrement... Une fois, dans une brocante, j'ai trouvé à vendre tous ces romans-là, et je les ai achetés en souvenir de ce temps heureux, et de ces journées passées à les lire avec mes amies Anna et Palma.

  • nathalie delhaye le 28/03/2015 à 10h40

    Bonjour Olivier,
    Mon beau-père m'a dit, quand j'avais huit ou neuf ans, que lire rendait libre et heureux, c'est donc avec un grand bonheur que j'ai entamé la lecture des Club des cinq ou Alice qu'on m'avait offerts à mon anniversaire, sur une petite bibliothèque en bois que j'ai toujours. Et depuis je n'ai plus arrêté, sauf que, la place manquant, je donne beaucoup de livres, dans un souci pratique et de partage, surtout. En ce qui concerne mon penchant pour la Poésie, c'est un professeur de Français que j'ai eu en seconde, qui partait dans des délires fabuleux en expliquant certains poèmes, ça m'a plu, je trouvais que c'était très théâtral.

  • Sofi C le 27/03/2015 à 21h11

    J'ai la sensation que personne en particulier ne m'a donné envie de lire à part ma mère ancienne institutrice qui m'a aidé et en partie appris à lire. Je me souviens juste que le jour où elle m'a dit "tu sais lire", j'ai eu la sensation qu'une caverne d'Ali baba silencieuse s'ouvrait devant moi et je me suis dit que je ne serai plus jamais seule. Tout ça cette joie profonde et confuse est resté secrètement au fond de moi.... et s'est épanoui dans la lecture!

  • Olivier Pirou le 17/09/2013 à 21h19

    Bonjour Lucile et merci pour la référence à TomTom et Nana et les autres. Je me revois des années en arrière avec mon "j'aime lire" et la bibliothèque verte ! Bonne valse à vous !
    Merci Jean-Michel pour les belles strophes de Renaud et bonjour à notre OVNI Muriel !

  • muriel bouche le 16/09/2013 à 17h41

    moi personne ... j'ai attrapé ce virus en apprenant à lire (très très vite appris semble-t-il, quelques semaines et c'était fait !) et depuis je suis toujours malade ... maladie qui a fait de moi l'OVNI de la famille d'ailleurs !!!

  • Jean-michel Palacios le 15/09/2013 à 15h29

    Bonjour Olivier, bonjour à tous,
    (version corrigée)

    petite pause entre deux travaux sous Excel...
    J'aurai pu tout autant mettre ces deux couplets à suivre dans une autre discussion "morceaux choisis" mais je trouve qu'ils seront bien là également.

    Voici donc quelques paroles de Renaud dans "C'est quand qu'on va Où ?", une autre façon semble-t-il de répondre à la question d'Olivier car ses mots me parlent et représentent bien pourquoi j'aime lire et partager ce que j'en retire.

    Amitiés
    JM

    "L'essentiel à nous apprendre
    C'est l'amour des livres qui fait
    Qu'tu peux voyager d'ta chambre
    Autour de l'humanité,
    C'est l'amour de ton prochain,
    Même si c'est un beau salaud,
    La haine ça n'apporte rien,
    Pis elle viendra bien assez tôt...

    Quand j's'rais grande j'veux être heureuse,
    Savoir dessiner un peu,
    Savoir m'servir d'une perceuse,
    Savoir allumer un feu,
    Jouer peut-être du violoncelle,
    Avoir une belle écriture,
    Pour écrire des mots rebelles
    A faire tomber tous les murs !"

    Merci Renaud

  • Jean-michel Palacios le 15/09/2013 à 15h06

    Ce commentaire a été supprimé

  • Lucile Dodo le 14/09/2013 à 20h31

    Bonjour,
    C'est ma maman, grande lectrice, qui m'a initiée à ce grand loisir! Elle possède une bibliothèque qui s'étend sur tout le mur du salon et nous amenait ma sœur et moi à la bibliothèque régulièrement. Elle a toujours fait des échanges de livres avec ma tante, lectrice compulsive également. Je me souviens de mes premières lectures, la collection des Walt Disney puis les Tom-Tom et Nanas, Les malheurs de Sophie que j'adorais, Le club des cinq, etc... Aujourd'hui, j'ai des goûts un petit peu différents de ma mère et de ma tante qui lisent volontiers des polars et des romans mais on continue nos échanges, on s'entend pour ne pas acheter les mêmes livres, le cercle s'étant agrandi avec ma sœur et moi, c'est la valse des livres!

  • Olivier Pirou le 21/08/2013 à 15h01

    Merci de ton passage Philippe. Là effectivement les pré-dispositions sont imparables ! Bonnes lectures.

  • Philippe Taulet le 21/08/2013 à 11h49

    Bonjour Olivier,
    Pour ma part je tiens mon amour des livres de ma maman, professeur de Français maintenant à la retraite et qui œuvre encore auprès de mon plus jeune fils. Lire a toujours été un plaisir même si tout naturellement les lectures ont évolué avec l'âge et le temps.
    Amitiés à tout le monde, Phil

  • Olivier Pirou le 21/08/2013 à 07h06

    Bonjour et merci à vous tous pour vos témoignages très personnels. Je suis touché par le vécu et par l'intimité qui se dégage de ces lignes. Si, comme Corinne, certains n'expliquent pas ce goût pour la lecture, nous sommes nombreux à pouvoir être très précis sur les origines de notre passion. Un moyen d'égayer et de soulager des moments douloureux, un accès à la lecture nourrie par des êtres chers qui, pour certains, nous ont quitté, des lectures volées, ou simplement empruntées à des bibliotheques familiales fournies, des profs qui ont compté... Une envie de lire qui aujourd'hui se nourrit d'elle-même comme le précisait Jean-Michel

    À bientôt
    Olivier

  • Pascale Pay le 20/08/2013 à 21h53

    C'est surtout mon oncle qui m'a donné le goût de la lecture. Par les livres qu'il "abandonnait" dans la bibliothèque de la maison de mes grands-parents. Cette bibliothèque se trouvait dans ma chambre, si bien que pour ma première "fiche de lecture" à l'école, j'ai présenté Exodus de Léon Ulrich... j'avais 12 ans et je revois encore la tête de ma prof de français quand elle m'a remis ma copie, elle n'avait jamais vu ça. Cet oncle m'a aussi prêté de nombreux livres, j'avais un accès permanent à sa propre bibliothèque de sorte que d'Agatha Christie à San Antonio en passant par la série complète des Rois maudits, dont j'ai dévoré les 7 volumes en deux - trois semaines de vacances alors que je n'avais pas 15 ans, j'ai eu de quoi me cultiver et prendre goût à la lecture. aujourd'hui encore, nous nous prêtons des livres, virus que ma tante a également attrapé depuis lors. Merci tonton!

  • Danièle Lecuppre le 20/08/2013 à 20h12

    Bonsoir Olivier;comme beaucoup,c'est un "vice "qui me vient de l'enfance,les histoires racontées d'abord,une instit de CP,c'était parti!plus un prof de latin plus tard qui "s'amusait" à nous apprendre à visualiser 2 lignes en même temps(ça marche);Je me souviens m'être fait prendre par mon parrain alors que je lisais un policier,couverture jaune et noire,ça avait bardé,surtout pour ma pauvre mère pas capable de surveiller les lectures de la petite...
    Ensuite je voulais être libraire mais dans la famille pour les filles c'était l'Ed Nat.
    Je me suis vengée plus tard en devenenant bibliothécaire,et maintenant c'est le bonheur ,toujours une provision de bouquins,on ne sait jamais!
    Amitiés Danièle

  • Jean-michel Palacios le 20/08/2013 à 00h04

    bonsoir olivier
    la lecture et les livres m'accompagnent depuis longtemps.
    mes parents avaient de nombreuses collections et j'ai commencé à lire très tôt notamment grâce à Jules Verne.
    la bande dessinée est aussi dans mon univers avec les super héros de Strange.
    les grands auteurs dont zola, dumas et balzac
    des contemporains avec kessel, camus, zubert, saint exupéry et bien d'autres.
    je crois au final aujourd'hui que c'est de la diversité, de l'éclectisme et de la curiosité que me viennent l'envie de lire encore et toujours.
    à bientôt
    amitiés
    jm

  • Virginie Vuidart le 19/08/2013 à 22h29

    Bonjour,
    J'ai toujours aimé depuis que je sais lire. Au CE1, je cachais un livre dans mon casier pour lire en cachette, c'était un " Martine". Mais je crois que ça remonte avant. Ma grand mère me lisait Cendrillon le soir et elle y mettait le ton. C'est le souvenir que je veux garder d'elle. ;)

  • Nina Capuchon le 19/08/2013 à 22h17

    No problem Olivier, le nombre de discussions à explosé ces dernières semaines...Les nouvelles poussent les anciennes et voici ma petite contribution à celle-ci.

    Chez moi, on ne lisait pas, alors j'ignore d'où me viennent mon insatiabilité de lecture et ma passion pour les livres. J'ai toujours eu l'impression qu'elles étaient innées mais il se peut que ce ne soit pas le cas. J'ai un souvenir de petite enfance, alors que je ne savais pas encore lire. J'étais atteinte d'une maladie infantile qui m'interdisait de sortir et comme l'ennui devait me rendre pénible, ma grand-mère m'a offert toute une série de livres illustrés accompagnés de 45 tours. Il s'agissait de comptines et de chansons enfantines, celles que l'on chante encore de nos jours aux enfants. Je les écoutais en boucle en feuilletant les livres, je ne m'en lassais pas et je peux encore les chanter par cœur aujourd'hui (mes enfants en ont profité jusqu'à l'overdose :-). Par la suite, ma grand-mère n'a jamais manqué d'assouvir ma soif de lire.

    Plus tard, au cours de mes deux dernières années de collège, j'ai eu un professeur de français qui a particulièrement marqué ma scolarité. Son talent pour transmettre l'amour des mots et nous faire découvrir la richesse de la langue française, sa vraie gentillesse, beaucoup de bienveillance et une faculté d'écoute rare, ont laissé une empreinte indélébile en moi. Je regrette beaucoup de ne pas l'avoir recontacté un peu plus tard pour lui dire combien j'avais apprécié son enseignement.

    Je crois tout de même qu'il doit y avoir une prédisposition, j'ai deux enfants à qui j'ai voulu transmettre le goût de la lecture. Cela a marché chez ma fille, pas sur mon fils.

    Bonne nuit, Nina

    PS : merci Christelle pour les infos, bises.

  • Nina Capuchon le 19/08/2013 à 22h10

    Ce commentaire a été supprimé

  • Corinne Ad le 19/08/2013 à 18h02

    bonjour Olivier,
    je ne sais pas d'où me vient le goût de la lecture , et des livres mais ce que je sais c'est que si je ne lis pas ça me manque un peu comme "une drogue " ... c'est un besoin vital ... amicalement

  • Olivier Pirou le 19/08/2013 à 17h54

    Bonjour Nathalia et merci pour ton message bluffant : à la fois l'âge auquel tu as commencé à lire et ta motivation ante-paléolithique ! J'espère que ta curiosité a été assouvie. A bientôt.

  • Nathalia Philipps le 19/08/2013 à 13h39

    Bonjour à tous. Etant d'une génération qui s'ouvrait à peine aux jeux vidéos et qui restait ancrée encore dans les bouquins (je suis née au tout début des années 90), j'ai été très vite mise en contact avec la lecture. Je sais lire depuis mes quatre ans et je suis accro depuis l'âge de six. Pour ma part, il s'agit de mon envie de tout savoir sur les dinosaures (assez étrange comme motivation...) qui m'a donné le goût de lire. En fin de compte, j'ai fini par dévorer tout livre se trouvant à portée de main.

    Amitiés

    Nathalia

  • Jean-michel Palacios le 19/08/2013 à 12h58

    ps : bjr à tous et bjr Olivier.
    je viens sur cette dicussion dqp. bises à mes ami(e)s.
    Chroniques de lecture en cours.
    attendez-moi.
    ça fait un peu texte de Bruel.

  • Olivier Pirou le 19/08/2013 à 12h31

    Bonjour Véronique et merci pour ton témoignage qui fait aussi résonner en moi des moments de convalescence ou l'ont se dit : "heureusement que j'aime lire !" ...

    Bonjour Nina, désolé si cette discussion a déjà été amorcée. J'ai pourtant cherché un peu pour l'éviter, mais c'est pas facile d'écumer les 150 discussions en cours. (Peut-être d'ailleurs vaudrait-il supprimer celle qui ont été inactives depuis plus d'un an ?). Et toi, qu'est-ce qui t'as fait devenir une lectrice assidue ?

    Bonjour Christelle, pas de souci pour la parenthèse, je suis aussi confrontée à la même difficulté avec mes deux garçons (10 et 12 ans). Leur donner le goût de la lecture quand on voit les sollicitations extraordinaires dont ils disposent aujourd'hui sur tous les supports médias, interactifs,etc... ça donne le vertige et je ne crois pas que j'aurais pu être le même lecteur aujourd'hui si j'avais être exposé à toutes ces gourmandises...
    Amitiés

    Olivier

    PS : Bon courage à tous pour la reprise !

  • Christelle Garnier le 19/08/2013 à 11h59

    Bonjour Nina et bon retour de vacances,
    http://www.lefigaro.fr/actualite-france/2011/09/09/01016-20110909ARTFIG00680-le-plaisir-de-lire-baisse-chez-les-jeunes-de-15-ans.php
    ce lien te mènera sur un article du Figaro qui traite de la perte de gout de la lecture chez les jeunes. Ce n'est qu'un exemple je n'ai pas poussé ma recherche plus loin faute de temps (eh oui j'ai déjà repris le travail).
    Je me rappelle avoir également lu une étude sur le taux de plus en plus haut de jeunes qui se trouvent déscolarisés vers 16 ans et qui ne savent pas lire !!!!!!
    Je pense que ce phénomène régressera puisque depuis quelques années l'éducation nationale met en œuvre beaucoup de choses pour détecter les élèves rencontrant de gros soucis.
    Voilà petite parenthèse qui n'a pas grand chose à voir avec le sujet de la discussion (désolée Olivier).
    Bises.
    Christelle

  • Véronique Desamoury le 19/08/2013 à 11h03

    Bonjour,

    Personnellement, je n'ai pas été marquée ou influencée par une personne en particulier. J'ai été capable de lire assez tôt mais c'est une immobilisation forcée de trois mois après une opération qui m' a transformée en lectrice assidue. Que faire d'autre à l'âge de 8 ans quand on est bloquée dans un lit? J'ai donc avalé d'une traite tous les livres du Club des Cinq, du Clan des Sept et de la Comtesse de Ségur. Ces lectures me permettaient de m'évader en pensée...

  • Nina Capuchon le 19/08/2013 à 09h22

    Bonjour Olivier, Christelle, Mélissa, Nathalie,

    Les rendez-vous de la page 100 ont enfoui une discussion que j'avais ouverte et qui traitait du même sujet :-)

    Quant à savoir si les jeunes lisent plus ou moins qu'autrefois, j'aimerais bien savoir si des études sérieuses ont été réalisées et en connaître les conclusions.

    Retour de vacances donc un peu cafardeuse ! Il faut retrouver ses marques.

    Excellente journée à vous,

    Amitiés et bises, Nina

  • Christelle Garnier le 19/08/2013 à 09h05

    Bonjour Melissa,
    Non ce n'est pas du tout ce que je veux dire, c'est simplement une réalité d'année en année moins de jeunes lisent, je voulais simplement dire que ma génération n'avait pas non plus énormément de distractions à la maison, on ne risquait pas de passer notre temps sur facebook, sms ou PS3 car cela n'existait pas, le zapping n'était pas non plus à la mode en même temps avec 3 chaines cela ne nous aurait pas pris trop de temps (sourire). Je disais simplement que les générations évolues selon les acquis.
    Après c'est une réalité de moins en moins de jeune lisent et pas seulement de livre papier, sinon ce ne serait pas grave, mais pas plus en numérique.
    Cordialement.
    Christelle

  • Christelle Garnier le 19/08/2013 à 09h03

    Ce commentaire a été supprimé

  • Olivier Pirou le 19/08/2013 à 08h16

    Bonjour Mélissa, et merci pour ce partage. Pour le moment, c'est la tendre enfance qui semble avoir joué un rôle particulier dans parcours de lecteurs ! À bientôt

  • Mélissa Bidart le 18/08/2013 à 21h31

    Bonjour,
    Pour ma part cela remonte aussi au primaire en CE2 avec une classe multi niveaux et des rallies lectures tous les trimestres entre les différents niveaux.
    Pour faire suite aux autres commentaires, étant de la génération d'internet et de la télévision je pense que cela n'a pas vraiment de rapport puisque la lecture permet de faire fonctionner son imaginaire. Dire cela c'est comme annoncer la fin des livres papiers suite à l'apparition des livres numériques.

  • Olivier Pirou le 18/08/2013 à 11h56

    Bonjour Christelle et merci de partager ces souvenirs avec nous.

    Je vous sens fureter dans les bacs avec plaisir et je retrouve le petit bonheur des sensations similaires dans les bibliothèques, les bouquinistes que j'ai fréquenté enfant.

    A bientôt
    Olivier

  • Olivier Pirou le 18/08/2013 à 11h51

    Bonjour Natalie et merci pour votre témoignage.

    Un retour au source encore plus lointain en ce qui vous concerne !

    C'est vrai que le primaire a aussi nourri mon imaginaire. Je me souviens surtout de "Tistou les pouces verts" que j'ai beaucoup aimé. Le CM1 aussi avec toute la série des Pagnol : la Gloire de mon père en tête. Et la fameuse bibliothèque verte...

    Bonne journée à vous,
    Olivier

  • Christelle Garnier le 18/08/2013 à 11h50

    Bonjour,
    Je suis (et nous sommes pour beaucoup) d'une génération qui a grandit sans internet, console de jeu, téléphone portable, seulement 3 chaines de télévisions, le magnétoscope en balbutiement... par conséquent je pense que nous avions peut être plus facile à lire car moins de distractions autour de nous.
    Pour ma part j'ai toujours vu ma mère un livre à la main et tout naturellement j'ai suivi son exemple des que j'ai su déchiffrer. Nous allions le dimanche matin au marché aux puces de Montreuil sous Bois, il y avait un marchand de livres d'occasions que l'on pouvait acheter ou échanger et là nous écumions chacune notre carton selon nos styles et âges. Pour ma part Oui-oui, Jojo Lapin... et le temps passant Le club des 5, Phantomette... et adolescente la collection Harlequin, Guy Descars, Agatha Christie... et quand je n'avais pas assez pour ma semaine je piquais les "Copland" que ma mère affectionnait
    En première année de BEP Sanitaire et Social nous avons étudiés en Français "Le rouge et le noir" de Stendhal, ce fut une révélation. J'ai par la suite lu énormément de "classique", continuant ma découverte de Stendhal mais également Zola, Dumas, Hugo.
    Ensuite j'ai croisé des personnes au cours de ma vie qui m'ont fait découvrir des auteurs et puis j'ai aussi de moi même fait des essais concluant ou pas.
    Je lis beaucoup moins, voir plus du tout, de classiques, la vie changeant les gouts évoluent, l'état d'esprit change aussi modifiant nos envies.
    Amitiés.
    Christelle

  • Natalie Philippe le 18/08/2013 à 11h26

    Bonjour,

    Je vais remonter encore plus loin, puisque dans mon cas il s'agit d'une institutrice que j'ai eu la chance d'avoir en CP et CM1.
    Elle m'a appris à lire (elle m'a donc donné la liberté), et je me souviens du livre "La roulotte du bonheur" que nous avions lu en classe, une histoire qui m'a marquée et à laquelle je repense avec émotion.

    Plus tard, en 3 ème, ma prof de français qui nous avait emmenés au théâtre, un choc, là aussi.

    A l'heure où il est de bon ton de taper sur les profs (mais c'est un autre débat dans lequel je n'entrerai pas), j'ai une pensée reconnaissante pour ses deux femmes qui m'ont ouvert des horizons illimités.

    Bonne journée
    Nathalie