page 100

Elizabeth Neef-Pianon le 07/08/2013 à 11h59 sur le livre La dernière séance

Donya, jeune iranienne, s’enfuit en Turquie au lendemain de son mariage. Deux ans plus tard, elle part à Paris. Dépressive, révoltée, elle suit une psychanalyse. Le récit alterne, en cours chapitres, sa vie à Istanbul en 1991 et ses séances de thérapie en 1996. Ce découpage n’apporte pas grand-chose à l’histoire et tendrait plutôt à en laisser le lecteur extérieur. Je n’ai pas réussi à entrer vraiment dans la vie de Donya. Mais j’ai quand même envie de savoir la suite, et elle est longue, encore 390 pages.

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Sandrine Fernandez le 08/08/2013 à 12h10

    En 1991, Donya a fui l'Iran des Mollahs pour s'installer en Turquie. Son exil a laissé des traces puisqu'on la retrouve à Paris en 1996 dans le cabinet d'un psychanalyste après une tentative de suicide.
    On suit le récit de sa vie sur ces deux époques.
    p.100 Donya vient d'arriver à Istanbul, tandis qu'à Paris, elle s'interroge sur l'utilité de son traitement.
    Cette histoire, qui ne fait que débuter, s'annonce passionnante. On veut en savoir plus sur Donya, son parcours, et sur son pays...