Sommes-nous vraiment civilisés ?

Ise Goria le 12/04/2013 à 17h25 sur le livre Le Ventre de Paris

Pauvre Florent, condamné au bagne, à la base, à cause de la jalousie entre deux femmes, puis des comérages et de la bêtise humaine. Ce genre de comportement - participer au lynchage d'un bouc émissaire sur simples rumeurs, semble exister depuis la nuit des temps. Avons-nous donc évolué ? Sommes-nous aussi "civilisés" que nous voulons le croire ? En effet, je me pose sérieusement la question lorsque je vois que certains animaux se protègent, et sont plus solidaires entre eux que les Hommes ...

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Nina Capuchon le 13/04/2013 à 16h18

    Bonjour,

    Je n'aurais pas pu être photographe animalier ou réalisatrice de documentaires car la prédation m'est insoutenable. Je sais bien que cette chaîne alimentaire est nécessaire à la survie des espèces mais c'est insupportable à regarder ! Et c'est pire quand c'est l'Homme le prédateur !
    Cordialement Nina

  • Jean-michel Palacios le 12/04/2013 à 20h31

    Bonjour Ise Goria

    Zola nous fait partager son observation de la société avec une belle acuité et rien ne lui échappe au point d'en faire une représentation toujours aussi prégnante et entêtante où tous les sens sont en émoi.

    Françis CABREL dans le texte de la chanson "La Corrida" se demande si ce monde est sérieux.

    Je vous conseille, si vous pouvez vous le permettre, de faire un séjour dans un grand parc animalier au Kénya comme le Massaï Mara ou Lac Nakuru.

    On y observe les animaux et leurs comportements. C'est à la fois cruel et touchant, suivant que l'on sera côté félin/prédateur ou herbivore/proie.

    Les gnous autant que les zébres ont une vision latérale. Alors ils se disposent en tête bèche ou en étoile pour pouvoir observer dans toutes les directions.

    Les Topis, Bubales et autres Elands se dressent sur les thermitières au quatre coins des troupeaux pour assurer une surveillance.

    Les Girafes guettent au plus loin et les éléphants en bande font de l'esbrouffe en ouvrant leurs oreilles et en simulant des charges. Les buffles peuvent faire preuve d'une grande solidarité également.

    Les charognards comme les hyènes sont très famille. Les vautours sont les vauteurs. Très môches et utiles. Les flamands sont roses et gracieux dans leurs ballets amoureux.

    Il y a un équilibre et une beauté brute, froide, sans concession.

    Le prédateur a une portée de petits limitée. Le guépard sur 2 ou 3 petits, en conservera un . Les femelles lionnes se relaient dans des nurseries et protègent les petits des mâles lions qui pourraient se sentir menacés par un adversaire futur.

    En regardant ainsi ces animaux pendant plusieurs jours, on en prend plein les yeux et on apprend ce que coûte la vie et combien elle est précieuse.

    Alors je partage votre sentiment
    Bien amicalement
    JM