pfff

manon dentinger le 27/04/2012 à 22h13 sur le livre Cabot-caboche

ma prof nous a donner comme devoir pour la rentrer de lire ce roman que je n'aime pas du tout, je bloque.

  • Vous souhaitez réagir ? Identifiez-vous ou rejoignez la communauté de lecteurs.com
  • Nathalie Sibué le 16/05/2012 à 15h07

    Bonjour Manon,
    Je réponds probablement tard à ton message... mais où bloques-tu ? J' ai lu ce livre, il m' a interpellée sur beaucoup de choses. Je suis l' heureuse maîtresse de deux chiens, je pense qu' ils doivent souvent " sourire " de ce qu' ils peuvent nous entendre dire ou faire. Pennac a un beau don de témoigner des " ressentis " des animaux ( j' ai un excellent souvenir de " l' oeil du loup " ), et dans le cas de " Cabot-Caboche " de révéler les personnalités des humains envers les animaux. Je suis persuadée que ce livre est à méditer, afin que nous humains changions certains de nos comportements vis à vis de nos amis les bêtes.
    J' espère que tu auras pu rendre un bon devoir de cet ouvrage.
    Je te souhaite de belles lectures.
    Bien amicalement, Nathalie

  • Jean-michel Palacios le 28/04/2012 à 14h01

    Bonjour Manon,

    "Courageux, Le Chien ! Pas joli, joli, mais un sacré cabot ! Comme il se bagarre pour vivre ! Ce qu'il cherche ? Une maîtresse. Une vraie, qui l'aime pour de bon. Pomme lui plaît beaucoup, au Chien. Un grand rire, des cheveux comme un soleil… Hélas, elle est tellement capricieuse ! Une vraie caboche, cette Pomme. Comment Le Chien va-t-il l'apprivoiser ?" extrait sur wikipédia...

    J'ai eu un berger allemand à l'âge de 11 ans. Tout petit, il avait encore les yeux fermés et tenait dans mes deux mains. Il s'appelait Rolph et il est devenu un animal magnifique dont la vie n'a finalement pas été celle que j'aurai voulu pour lui. C'était mon chien et je le sortais tous les jours. Echange de regards, émotions partagées, complicités, course dans les bois, observation du monde par nos yeux respectifs. C'était mon ami, mon meilleur ami et il ne demandait rien que de l'affection et à manger tous les jours. Il me manque terriblement. Il est mort piqué par mon grand père car il devenait agressif. Quelques années auparavant, nous l'avions laissé à gardienner un dépôt de munitions pour apprendre le dressage puis une autre fois à des amis qui l'ont vraisemblablement battu car il souffrait du dos lorsque nous passions les mains dans sa fourrure.

    Je voulais juste vous dire cela. Il y a vraisemblablement quelque chose à apprendre dans chaque histoire. Courage. Amicalement JM