Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Hitchcock signe le début, vous vous chargez de la suite !

M'abonner à cette discussion
  • VIRGINIE COUTELLIER a dit :
    Peter ,quant à lui, s'était déjà avancé vers la porte et se préparait à frapper . Bob arrêta son geste . "Imagine que cet endroit soit réellement hanté …….."
    "Justement il y a une seule manière de le savoir . Allons-y "répondit Peter.
    Il frappa 3 coups et la porte s'ouvrit sans que personne n'apparaisse .
    Bob tremblait et n'osait pas avancer . Qu'allaient-ils découvrir derrière cette porte …….
    flag Signalez un abus
  • lecteurs.com a dit :
    Rien de tel que de faire travailler son imagination pour oublier qu'on est enfermé !
    Pour ce premier jeu, nous partons d'un extrait du livre Le Chinois qui verdissait, signé Alfred Hitchcock.
    A vous d'inventer la suite en 5-10 lignes maximum ! Lâchez-vous et surprenez-nous...


    "Le hurlement fit tressaillir Bob et Peter.
    Les deux garçons se tenaient devant une grande porte qu’ils n’avaient pas encore osé ouvrir. Le clair de lune donnait un air irréel au vieux manoir délabré, avec ses murs recouverts de lierre.
    Bob, qui avait un magnétophone portatif en bandoulière et décrivait le paysage en parlant dans le micro, venait d’interrompre son compte rendu pour remarquer : « Tu sais, Peter, beaucoup de gens pensent que ce manoir est hanté. Il est bien dommage que nous n’y ayons pas pensé quand nous cherchions une maison hantée pour Alfred Hitchcock »."




    Bob n'attendait qu'un signe de Peter lui indiquant qu'il voulait pénéter dans ce château. Bob était curieux. Une ombre irréelle surgit, suite aux hurlements. La porte venait de s'ouvrir dans un grincement horrible. Le clair de lune déformait arbres et personnages. Des formes lugubres s'allongeaient dans l'espace semblant vouloir les emporter. Bob et Peter n'en menaient pas larges. Ils étaient fascinés et terrorrisés. Bob ne se dégonfla pas et demanda à l'ombre menaçante: c'est vous qui habitez le manoir? Le magnétophone marchait toujours. Bob se retourna et Peter avait disparu. Bob n'avait plus le choix, il devait entrer dans ce manoir. Il pria pour que l'ombre ne l'ai pas entendu.
    flag Signalez un abus
  • Bravo à toutes et à tous, vous nous avez épatés !

    Du suspense, des coups de théâtre, de l'humour, voilà qui aurait bien plu à ce cher Alfred !
    flag Signalez un abus
  • Bonjour et merci à vous pour cette bonne idée et oui bravo à tous les participants et participantes!
    flag Signalez un abus
  • Merci lecteurs .com pour nous divertir et faire travailler notre imagination. Merci à vous tous qui avez écrits avec beaucoup de talent .PRENEZ SOIN DE VOUS
    flag Signalez un abus
  • Quel était cet étrange sort qui touchait le quartier chinois de la ville??
    En effet tous ces habitants , au fur et a mesure, était touché par un virus qui changeait leur couleur de peau au fil du temps...
    Au début,on en riait, voir les habitants se changer en personnage vert quoi de plus hilarant!
    Mais la suit fut beaucoup moins drôle.
    En effet les gens touchés par le virus disparaissaient du jour au lendemain...
    Ils se changeaient en spectre aux mauvais caractères et qui se nourrissaient de la peur des vivants..
    flag Signalez un abus
  • Bob était stupéfait d'entendre Peter hurler
    cela lui en donner la chair de poule, Peter rouge de colère en voyant celui-ci surpris!
    il attrapa son ami par le cou , lui fait passer la tete à travers la porte
    pour lui faire découvrir la monstruosité qui s'y trouvé...
    wahou !s'exclama Bob ," extraordinaire de voir des personnes âgées, avec des visages d'enfants,dans un hôpital tous tagué de peinture enfantine sur les murs et les sols"...
    Bob l'esprit enfantin ce prit au jeu , traversa cette porte pour les rejoindre.
    Peter,demanda absolument à voir Alfred Hitchcock !
    car il ne comprenez pas pourquoi, lui n'avait aucune réaction à tout cela !
    flag Signalez un abus

Ma réponse