Avi Graviloir

M'abonner à cette discussion
  • J’aimerais faire connaître mes romans au public et partager avec les nouveaux auteurs la problématique de l’édition.

    Nouveau dans le réseau social, j’aimerais correspondre avec des internautes motivés par la culture et la littérature en général.
    Dans mon mur, vous pourrez voir que j’habite la Charente-Maritime, en France, mais je suis de nationalité espagnole.
    Par ailleurs, je viens de publier mon deuxième roman (Thriller) l’ENVOL DES MARTINETS, en autoédition chez LIBRINOVA que je souhaite partager avec des lecteurs. Mais, avant tout, j’aimerais avoir une opinion sincère et totalement indépendante réalisée lecteur qui aime la lecture de thrillers.
    Ci-joint, je vous retransmets le communiqué de l’éditeur. Si vous le souhaitez, je peux vous envoyer le manuscrit.
    COMMUNIQUE DE PRESSE.
    Alors que le livre traite des thématiques lourdes telles que le viol, le fascisme ou le déni, l’auteur nous invite à l’optimisme, répétant à l’envie « qu’un malheur apporte parfois un avantage imprévu ». On suit le parcours de vie difficile et semé d’embûches, de Luc et Léa qui vont faire de leur rencontre la base de leur reconstruction personnelle et sociale.
    Un roman feel-good qui nous montre que l’on peut toujours tirer parti de la fatalité et de nos malheurs.

    Comment dire l’indicible ? Comment exprimer l’angoisse provoquée par les démons de son passé ? Ce sont deux questions majeures auxquelles L’Envol des martinets tente de répondre.
    Sans qu’il ne s’en rende compte, le dialogue que Luc instaure avec la jeune femme apaise, réconforte et fait ressortir les souvenirs que chacun tenait à distance. L’expression orale devient alors indispensable à leur émancipation et le meilleur remède contre l’amnésie des deux personnages, qu’elle soit post-traumatique pour la jeune femme, ou inconsciente pour Luc tandis qu’il renie son difficile passé.
    L’auteur
    flag Signalez un abus
  • J'ai lu ce livre et voici mon avis

    Première impression : Il ne faut pas se fier au titre qui pourrait peut-être repousser certaines personnes. J’ai beaucoup apprécié la douceur de ce récit. Ce n’est pas quelque chose que l’on dévore comme un thriller ou une aventure mais un livre qui se déguste au coin de la cheminée avec un bon thé (à la bergamote par exemple), un plaid et un bon fauteuil dans une position de lecture confortable.
    J’ai apprécié ce moment presque intime qui se déroule sous nos yeux.

    Concernant l’écriture : les phrases sont de longueurs aléatoires mais cela ne dérange aucunement la lecture. Les descriptions sont très précises mais ne m’ont jamais semblé longues. On imaginait bien les lieux et ce moment. L’écriture est assez déliée et tout tienne une suite logique.
    Les personnages sont assez bien construits, l’homme brisé qui se fait doucement apprivoiser par cette adolescente blessée qui recherche une figure paternelle, cette femme qui a dû abandonner son enfant par la force des choses, … On découvre des récits familiaux dont on s’attend mais qui expliquent certaines choses pour les personnages.

    L’histoire est présentée en plusieurs parties : La première partie m’a semblé être comme une interview de Luc parce l’auteur parlait du personnage tantôt à la première personne tantôt à la suivante. Selon moi, cela permet de s’immiscer dans sa vie sans réellement s’identifier à ce personnage mais ce n’est pas un mal. Puis la suivante, c’est chacun des quatre protagonistes qui parlent de cette histoire de famille, cette famille qu’on a rencontré au début et qui n’est pas « d’origine ». Personnellement, je serais incapable de dire s’il y a beaucoup de dialogue ou pas puisqu’au final chaque personne parle de ce qui s’est passé. Bien que certains dialogues réels soient introduits. C’est un équilibre bien trouvé.

    On comprend rapidement qui sont les personnages chacune pour les autres et on fait le rapprochement. Cependant j’aime beaucoup la façon dont l’auteur met en place ses liens et la façon dont les choses se sont produite.
    flag Signalez un abus

Réagir