Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Zoli

Couverture du livre « Zoli » de Colum Mccann aux éditions 10/18
  • Date de parution :
  • Editeur : 10/18
  • EAN : 9782264047502
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Poétesse rom à la voix de feu, Zoli fascine ceux qui l'approchent mais reste insaisissable. Élevée sur les routes par son grand-père, qui a bravé l'interdit tzigane en lui apprenant à lire et à écrire, Zoli découvre très jeune le pouvoir des mots. Mais coucher sur le papier l'histoire de sa... Voir plus

Poétesse rom à la voix de feu, Zoli fascine ceux qui l'approchent mais reste insaisissable. Élevée sur les routes par son grand-père, qui a bravé l'interdit tzigane en lui apprenant à lire et à écrire, Zoli découvre très jeune le pouvoir des mots. Mais coucher sur le papier l'histoire de sa communauté, c'est livrer aux gadze une partie de l'âme tzigane. Adulée par le régime communiste avant de devenir paria, bannie par les siens pour avoir transgressé les règles, Zoli paiera sa liberté au prix fort... Parabole sur l'exil, éloge de la différence, Zoli est le voyage sans retour dans l'Europe des années trente à nos jours, d'une femme à la volonté impitoyable, et, à travers elle, un hymne aux " errants du monde " que l'on veut à toute force sangler à la terre.

Donner votre avis

Avis (5)

  • Tchécoslovaquie, 1930, Les Hlinskas, la milice du pays, forcent les roulottes d'un camp rom à s'avancer sur un lac gelé. Puis ils allument des feux sur les rives et regardent hommes, femmes, enfants et chevaux s'enfoncer dans l'eau glaciale. Seuls survivants de leur communauté, Zoli et son...
    Voir plus

    Tchécoslovaquie, 1930, Les Hlinskas, la milice du pays, forcent les roulottes d'un camp rom à s'avancer sur un lac gelé. Puis ils allument des feux sur les rives et regardent hommes, femmes, enfants et chevaux s'enfoncer dans l'eau glaciale. Seuls survivants de leur communauté, Zoli et son grand-père reprennent la route, en se cachant de la milice. La petite fille n'a que 6 ans et elle vient de faire la découverte de la cruauté humaine. Mais il faut continuer, trouver un autre clan et perpétuer les traditions ancestrales du peuple rom. Zoli grandit, danse, chante et écrit des poèmes, car son grand-père lui a appris à lire et à écrire malgré l'interdiction. C'est lui aussi qui lui a appris les préceptes de Karl Marx et transmis l'attente de la révolution prolétarienne. Ses dons pour la poésie, le chant, les contes sont repérés par le poète communiste Martin Stransky. Il veut faire d'elle une égérie de la cause, l'exhiber dans les salons, publier ses poèmes. Son assistant, Stephen Swann, un jeune anglais idéaliste, tombe éperdument amoureux de la belle tzigane. Mais leur histoire ne peut pas être. Zoli n'est pas de celles qu'on attache. Swann trahit celle qu'il aime et Zoli est bannie de son clan. Elle a bousculé les traditions, secoué les tabous, elle est impardonnable. Puis c'est le communisme qui la trahit. Les autorités ont promis l'égalité aux roms, elles imposent la sédentarité. C'est la ''grande halte''. Usant de méthodes tout aussi cruelles que les Hlinskas, le nouveau pouvoir en place veut soumettre ce peuple libre et nomade. Zoli, seule au monde, ne peut que regarder de loin les souffrances de son clan. Quand elle passe à l'Ouest, elle se crée une nouvelle vie. Ses pas la mèneront en Autriche, en Italie, et même à Paris.

    Librement inspiré par la poétesse polonaise-rom Bronislawa Wajs, le roman de Colum McCann raconte une femme libre, fougueuse, indépendante et un peuple qui l'est tout autant. Cette femme flamboyante qui a connu les persécutions, l'ostracisme, la trahison, le bannissement mais aussi l'amour et la rédemption est au cœur d'une histoire beaucoup plus vaste, celle du peuple tzigane d'Europe centrale. Une communauté toujours persécutée mais qui envers et contre tout a su garder ses traditions intactes, des coutumes inébranlables, transmises oralement une génération après l'autre, faites d'interdictions, de superstitions, mais aussi du goût de la danse, des contes, de la musique, du voyage, de la liberté.
    Colum McCann est un écrivain généreux et prolixe. Son récit dans la seconde moitié du livre s'enlise un peu dans le trop plein de détails. Les errances de Zoli traînent en longueur,mais avant que la lassitude ne s'installe, il nous réserve un final mélancolique et riche en émotions. Zoli, même vieillissante, reste la même femme éprise de liberté et attachée à son peuple. Un très beau livre qui nous fait entrer dans le monde méconnu des tziganes.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C’est l’histoire d’un voyage. Un voyage tant physique qu’intellectuel. Un chemin long, difficile, parsemé d’embûches et de rencontres, de chances et de déconvenues.
    C’est une quête vers elle-même qu’entreprend Zoli, tout au long de sa vie.
    Ecartelée entre ses traditions, ses coutumes, son mode...
    Voir plus

    C’est l’histoire d’un voyage. Un voyage tant physique qu’intellectuel. Un chemin long, difficile, parsemé d’embûches et de rencontres, de chances et de déconvenues.
    C’est une quête vers elle-même qu’entreprend Zoli, tout au long de sa vie.
    Ecartelée entre ses traditions, ses coutumes, son mode de vie et le désir de les exprimer, de les expliquer.
    C’est un heurt face à l’incompréhension et à l’incompatibilité d’idées et d’opinions.
    Une initiation à la vie, au combat qu’est la vie, pour aboutir finalement à la paix intérieure, à la victoire sur les démons qui peuvent nous hanter des années.

    L’écriture ne va cependant pas de soi, des passages sont confus, moins fluides que d’autres.
    Une inégalité qui pèse beaucoup sur un roman qui est, malgré tout très beau.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • L’histoire débute en 1930 en Slovaquie. Zoli n’a que six ans et rentre d’une longue promenade faite avec son grand-père. Arrivés à l’endroit où le groupe a installé son campement, ils ne voient plus personne de vivant et ne retrouvent que des débris de roulottes ou de chariots. Ils ont tous été...
    Voir plus

    L’histoire débute en 1930 en Slovaquie. Zoli n’a que six ans et rentre d’une longue promenade faite avec son grand-père. Arrivés à l’endroit où le groupe a installé son campement, ils ne voient plus personne de vivant et ne retrouvent que des débris de roulottes ou de chariots. Ils ont tous été tués d’une mort terrible par la milice fasciste des Hlinkas. Zoli perd ainsi ses parents, frères et sœur et amis.
    Ils partent par les chemins les plus cachés possible car il ne faudrait pas rencontrer d’autres membres de ce groupe. Après un long trajet et s’être sortis de quelques situations difficiles, ils retrouvent un groupe de Roms au sein duquel ils connaissent pas mal de monde.
    Zoli grandit et on découvre qu’elle a un grand talent de chanteuse et de poète. Les temps ne deviennent pas meilleurs et le grand-père, qui ne jure que par Lénine et Marx attend avec impatience que le communisme s’installe un peu partout.
    La guerre quarante éclate mais, à part une petite allusion à l’holocauste, McCann ne s’étend pas sur cette période. Nous arrivons alors à la Tchécoslovaquie communiste. Non seulement Zoli a perdu son grand-père mais, en plus, les choses ne s’arrangent pas du tout pour les Roms en général ni pour elle-même.
    J'ai trouvé le rythme un peu lent mais j'ai tout de même lu ce livre jusqu'au bout.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Lechoixdeslibraires.com

    Le dernier roman de Colum McCann dresse un portrait magnifique d'une tsigane devenue poétesse et qui porte un prénom de garçon : Zoli. Pour Zoli, tout commence mal : son peuple est opprimé et sa famille meurt de façon cruelle.
    Zoli est la seule survivante avec Stanislas, son grand-père. Ils...
    Voir plus

    Le dernier roman de Colum McCann dresse un portrait magnifique d'une tsigane devenue poétesse et qui porte un prénom de garçon : Zoli. Pour Zoli, tout commence mal : son peuple est opprimé et sa famille meurt de façon cruelle.
    Zoli est la seule survivante avec Stanislas, son grand-père. Ils vont partir en roulotte et celui-ci va lui apprendre à lire et à écrire, choses interdites aux femmes tsiganes.
    C'est surtout la sensation de liberté, la non-appartenance qui se dégage du roman. Zoli n'appartient à personne pas même à l'anglais qui tombe amoureux d'elle. Elle n'appartient qu'à son clan qui ne fait partie d'aucun pays.
    L'écriture de Mc Cann libère ce sentiment.
    On peut déplorer quelques longueurs dans le roman mais Mc Cann retrace avec justesse la vie d'un peuple souvent mal considéré et qui a vécu de nombreuses violences.
    Un beau roman humain.

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.