Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Vivance

Couverture du livre « Vivance » de David Lopez aux éditions Seuil
  • Date de parution :
  • Editeur : Seuil
  • EAN : 9782021513790
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Une mauvaise herbe entre deux plaques de bitume. Le soleil printanier chauffant les pommettes. Une voiture brûlée dans un décor intact. Une maison en cours de réfection. Le lit d'une rivière redessinant ses contours. Viser une cible en plein centre. Viser une cible à côté. Marcher dans l'eau.... Voir plus

Une mauvaise herbe entre deux plaques de bitume. Le soleil printanier chauffant les pommettes. Une voiture brûlée dans un décor intact. Une maison en cours de réfection. Le lit d'une rivière redessinant ses contours. Viser une cible en plein centre. Viser une cible à côté. Marcher dans l'eau. S'entendre raconter une vie qui n'est pas la sienne. Être tenté de l'essayer pour voir ce qu'elle a de si désirable. Prendre une photo qui ne parlera qu'à soi. Attendre. Déblayer un chemin. Trouver une clairière. S'asseoir. Choisir sa route. La tension dans les muscles. Faire la course. Distinguer les couleurs. Trouver une personne belle. Le lui dire. S'installer près de l'eau. Écouter les histoires. Prendre le visage des autres. Se glisser dans leur peau. Vivance.

Donner votre avis

Avis (3)

  • Il est des balades qui tombent à pic. Pour notre narrateur, une inondation et un chat porté disparu ne sont qu’éléments déclencheurs pour enfourcher un vélo et parcourir la France. Les lieux et les rencontres se multiplient faisant éclore la Vivance. Terme utilisé en sophrologie, désignant la...
    Voir plus

    Il est des balades qui tombent à pic. Pour notre narrateur, une inondation et un chat porté disparu ne sont qu’éléments déclencheurs pour enfourcher un vélo et parcourir la France. Les lieux et les rencontres se multiplient faisant éclore la Vivance. Terme utilisé en sophrologie, désignant la rencontre entre le corps et l’esprit.

    « C’est tout mon corps qui est absent, le sol se dérobe et j’en viens à douter d’être assis. Epuisé de sensations. Impressions seulement. Et si je n’avais toujours eu que ça, des impressions. La plus prégnante en ce moment est celle de la vitesse, moi immobile au milieu d’un décor qui file à toute allure, ou attaché à une roue qui tourne de plus en plus vite. Ça pourrait aussi être une chute. »

    Vivance est l’errance du narrateur dans son quotidien. Perdant ses repères avec un passé qui le poursuit, il tente tout pour être en symbiose avec sa conscience. Les rencontres, les éléments, les émotions sont passés au crible dans des longueurs de description. Une narration suffocante, sans dialogues. Je ne suis pas parvenue à entrer dans la réflexion de l’auteur. Le rythme étant trop lent et le contenu dense. Une lecture où il faut prendre le temps de se poser pour en capter le moindre détail. Chose impossible pour moi en ce moment ! Peut-être que je remonterai sur ce vélo plus tard…

    http://www.mesecritsdunjour.com/archives/2022/11/14/39703648.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Éditions Seuil
    Quand on partait de bon matin Quand on partait sur les chemins À bicyclette…
    Le titre annonce que l’auteur vous emmène dans une balade de sophronisation.
    Le narrateur a des difficultés à accepter la rupture imposée par sa compagne.
    Cycles, chaque vie vous fait vivre plusieurs...
    Voir plus

    Éditions Seuil
    Quand on partait de bon matin Quand on partait sur les chemins À bicyclette…
    Le titre annonce que l’auteur vous emmène dans une balade de sophronisation.
    Le narrateur a des difficultés à accepter la rupture imposée par sa compagne.
    Cycles, chaque vie vous fait vivre plusieurs périodes et tous ne l’acceptent pas, la routine peut être rassurante, apaisante. Alors notre narrateur n’est pas véritablement armé pour l’affrontement.
    Cyclone est cette rupture qu’il n’a pas vue venir. Au début il patiente en repeignant sa maison par petits coups de pinceaux, il étire le temps en espérant un retour, sous l’œil paresseux du chat.
    Cyclothérapie, c’est le choix qu’il fera.
    Selon son interlocuteur, le narrateur changera sa version des faits.
    Noël est encore plus seul que lui, après une chute et ses séquelles il a sombré depuis longtemps dans l’alcool, la dépression et cela en boucle.
    Denis lui est sur le point d’être papa, cultive de l’herbe, fume et attend. Le narrateur dit de lui qu’il perturbe son flux intérieur.
    Alors puisqu’après la rupture il a cessé d’aller travailler, autant aller voir ailleurs à vélo, pour l’effort et la liberté.
    L’écriture de David Lopez se fait au fil de l’eau, sans fioritures ni effets de manches.
    C’est un flot de mots mouvants, comme si l’auteur faisait fi de ses lecteurs, comme s’il ne cherchait pas à capter leur attention, mais paradoxalement en s’adressant tout de mêle à eux.
    « C’est toujours étrange de redescendre une pente qu’on a montée. Surtout quand on était aussi peu lucide que moi à ce moment-là. Je ne réalise pas avoir parcouru tant de distance. Je ne savais pas qu’il y avait autant de virages. Ça parait moins raide que dans mon souvenir. »
    Comme les échanges possibles entre inconnus, car ne faisant que passer dans notre vie ils peuvent entendre des vérités sans juger. Il y a un laisser aller dans la parole.
    C’est une lecture étrange qui vous fait passer de la plaine au vallon pour gravir la montagne, à coups de pédales.
    Au fil de l’errance le narrateur se reconnecte, il vit l’instant, traversé par des riens qui sont peut-être plus importants finalement que les tranches de vie qu’il a eues en exerçant son métier, en vivant sa vie de couple.
    Son corps et sa psyché sont réconciliés.
    Le vagabondage hors du temps du commun des mortels est une ancre pour se sentir vivant et ça dans chaque instant.
    Lu dans le cadre du Prix du Roman Fnac 2022 et toujours en lice.
    ©Chantal Lafon
    https://jai2motsavousdire.wordpress.com/2022/08/28/vivance-david-lopez/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Chacun cherche son chat

    Pour son second roman, David Lopez quitte la banlieue pour parcourir la campagne à vélo. À la recherche d’un chat qui a disparu, son narrateur va découvrir la France des angoissés et des résignés.

    Disons-le tout net, après les premières pages de ce roman, le...
    Voir plus

    Chacun cherche son chat

    Pour son second roman, David Lopez quitte la banlieue pour parcourir la campagne à vélo. À la recherche d’un chat qui a disparu, son narrateur va découvrir la France des angoissés et des résignés.

    Disons-le tout net, après les premières pages de ce roman, le lecteur sera un peu déboussolé. Parce qu’il n’y a pas vraiment d’histoire, parce que le narrateur entend prendre son temps et jouir de ne rien faire ou presque. Mais une fois pris par cette ambiance, alors se dévoile toute la poésie du texte et ce rythme auquel nous ne sommes plus habitués, une sorte d’écologie, de vie contemplative avec une économie de moyens, une lenteur qu’il faut apprivoiser.
    Le premier chapitre nous fait faire connaissance avec le narrateur alors qu’il séjourne chez Noël, un homme qui se retrouve seul tout comme lui et qui accueille son hôte avec la seule envie d’une présence. Bien sûr, pour en arriver aux confidences ils boivent. Beaucoup. Il sera du reste beaucoup question de prendre un, puis plusieurs verres durant les pérégrinations qui vont suivre. Une autre manière de tromper l’ennui, un ennui devenu au fil des ans un mode de vie, après que Renata, avec qui il partageait sa vie, soit partie. C’est pour ça qu’il n’a pas de plan précis, qu’il accepte d’écouter les histoires de Noël même s’il n’y prête guère d’intérêt et qu’il décide de repeindre sa maison avec un pinceau qui fait à peine quelques centimètres de large. Et au fil des jours et des remarques de tous ceux qui vont lui expliquer comment aller plus vite, on comprend que son but est bien que cela dure longtemps, parce qu’une fois qu’il aura fini, il ne saura quoi faire d’autre. Alors, il peint doucement sous le regard de Cassius, son chat en fin de vie.
    C’est ce dernier qui va lui faire lâcher son pinceau, parce qu’il ne revient plus de l’une des escapades. Après avoir fouillé les environs proches sans succès, il décide d’enfourcher Séville – c’est le nom qu’il a donné à son vélo – et de partir à sa recherche.
    Une quête qui va vite se transformer un nouveau mode de vie qui va aller jusqu’à lui faire oublier pourquoi il voyage. Il enchaîne les kilomètres sans but précis, décidant au fil des rencontres de son itinéraire et de ses pauses. La vie comme une disponibilité de tous les instants. La Vivance.
    David Lopez nous raconte la vie contemplative, mais aussi toutes ces bribes de vie que son cycliste glane au fil de ses randonnées, sorte de miroir d’une société plutôt triste. Sans aller jusqu’à vouloir, comme Noël, chercher constamment à en finir, on sent bien que le moral est loin d’être au beau fixe. La campagne de l’auteur de Fief ressemble aux toiles d’Edward Hopper, dérangeantes parce qu’on y ressent une certaine inquiétude, une attente, une mélancolie. Parce qu’on n’y croise quasiment personne. Même après avoir traversé une ville victime d’inondations, il constate qu’il n’y a là «personne pour s'appesantir, déplorer sans nuance, hurler sa rage».
    https://urlz.fr/k5H9

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com