Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Veuf

Couverture du livre « Veuf » de Jean-Louis Fournier aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253167310
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Je suis veuf, Sylvie est morte le 12 novembre. C'est bien triste. Cette année, on n'ira pas faire les soldes ensemble. Elle est partie discrètement sur la pointe des pieds, en faisant un entrechat et le bruit que fait le bonheur en partant. [...] J'ai eu beaucoup de chance de la rencontrer, elle... Voir plus

Je suis veuf, Sylvie est morte le 12 novembre. C'est bien triste. Cette année, on n'ira pas faire les soldes ensemble. Elle est partie discrètement sur la pointe des pieds, en faisant un entrechat et le bruit que fait le bonheur en partant. [...] J'ai eu beaucoup de chance de la rencontrer, elle m'a porté à bout de bras, toujours avec le sourire. C'était la rencontre entre une optimiste et un pessimiste, une altruiste et un égoïste. On était complémentaires, j'avais les défauts, elle avait les qualités. [...] Elle n'aimait pas parler d'elle, encore moins qu'on en dise du bien. Je vais en profiter, maintenant qu'elle est partie. J.-L. F Sylvie est partie la première. [...] Dans ce livre qui lui rend hommage, Jean-Louis Fournier lui dit - comme à son habitude, avec tendresse et retenue, et avec la dérision dont il sait faire preuve en toute circonstance - des choses si belles qu'elles devraient lui donner envie de revenir. Valérie Gans, Madame Figaro.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Librairie Lhériau à Angers

    Aurélie Eucheloup de la libraire Lhériau, Place de la Visitation à Angers, vous présente ses coups de coeur du moment.

Avis (16)

  • Trois ans que ce livre me tourmente, trois ans d’hésitation, trois ans de « on verra plus tard » par peur de refaire saigner la plaie partagée avec l’auteur…
    Et puis, un jour, hier, ayant admis que ça saigne toujours et que ce livre au titre si effrayant n’y changera rien, j’ai fini par oser...
    Voir plus

    Trois ans que ce livre me tourmente, trois ans d’hésitation, trois ans de « on verra plus tard » par peur de refaire saigner la plaie partagée avec l’auteur…
    Et puis, un jour, hier, ayant admis que ça saigne toujours et que ce livre au titre si effrayant n’y changera rien, j’ai fini par oser tourner les pages. C’est très court, ça se lit très vite (une heure ou deux) et en cachette, pour éviter les remontrances des enfants (« tu devrais lire autre chose, tu te fais du mal, etc …).
    J’ai trouvé que l’auteur parlait beaucoup de lui et, finalement, assez peu d’elle. Ca m’a surpris et en même temps rassuré : je ne serais donc pas le seul à m’apitoyer sur mon sort en pareille situation ?
    A petites touches, il décrit presqu’à l’identique ce que je ressens. Il a vidé ses placards, les miens sont toujours pleins des vêtements que je n’ai pas encore pu donner, les parfums et les crèmes sont toujours sagement alignés sur les étagères de la salle de bains. J’ai gardé aussi les derniers SMS adressés à nos enfants lors de ses derniers jours. Je n’arrive pas à les effacer, ça me semble sacrilège comme si j’allais la tuer une seconde fois. Il faudra les jeter avec moi quand mon tour viendra.
    Il évoque le sac à main toujours présent, toujours rempli, toujours prêt à partir mais ne partant plus. J’ai le même à la maison.
    Il n’a pas beaucoup de photos sauf une, collée à la sienne dans son portefeuille. Je n’ai pas de portefeuille mais des photos, j’en ai beaucoup, un peu partout dans la maison : en bébé, en petite fille, en jeune fille, dans la plénitude de sa beauté, avec moi, avec nos enfants, ici et ailleurs, à l’autre bout du monde dans ces voyages où tout était si lumineux, comme elle. Des regrets, il en a et les met sur le compte de son « imbécile pudeur ». Ca me renvoie à tout ce que je n’ai pas dit de ce que j’aurais dû dire, de tout ce que je n’ai pas fait de ce que j’aurais dû faire, lorsqu’il en était encore temps, quand elle me disait « on a tout pour être heureux ».
    Et puis il raconte son cauchemar qui ressemble aux miens. Une fois, elle me quitte pour un autre, il se demande s’il aurait autant de chagrin, une fois réveillé je me pose la même question sans réponse. D’autres fois c’est encore pire : je sais que tu as quitté cette terre et pourtant lorsque j’entre quelque part (un jardin, un salon, une véranda), Tu Es Là ! Parfois en pleine forme, parfois malade, souffrante mais souriante, heureuse de me voir. Je me tourne vers les présents, je leur dis que tu es morte et ils me répondent que tu es bien là. Je te contemple, je doute, j’espère, je m’approche de toi et je me réveille…
    Je me rends compte que je vous ai très peu parlé du livre, vous avez sans doute compris pourquoi, alors, je rends la parole à l’auteur :
    « Le jour où l’eau courante ne court plus on regrette sa fraîcheur, quand la lampe s’éteint on regrette sa lumière, et le jour où sa femme meurt, on se rend compte à quel point on l’aimait. C’est triste de penser qu’il faut attendre le pire pour enfin comprendre. Pourquoi le bonheur, on le reconnaît seulement au bruit qu’il fait en partant. »

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • Que dire de plus que toutes ces critiques déjà très élogieuses.
    Un magnifique roman toute en douceur sur la perte d'un être cher.
    Le mariage, la vie a deux, la perte et l'après...
    Avec ces mots a lui et toute sa tendresse Jean-Louis Fournier nous fait partager son ressenti, sa douleur, sa...
    Voir plus

    Que dire de plus que toutes ces critiques déjà très élogieuses.
    Un magnifique roman toute en douceur sur la perte d'un être cher.
    Le mariage, la vie a deux, la perte et l'après...
    Avec ces mots a lui et toute sa tendresse Jean-Louis Fournier nous fait partager son ressenti, sa douleur, sa tristesse et le manque de l'autre, l'autre qui n'est plus et pourtant qui est encore si présent.
    A tout ceux qui ont connu ce désespoir, ils comprendrons que mieux ce que l'auteur nous conte et nous raconte.
    Un beau livre, émouvant.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • une écriture superbe, un témoignage d'amour dans le deuil, beau, merveilleux, touchant

    une écriture superbe, un témoignage d'amour dans le deuil, beau, merveilleux, touchant

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • une déclaration d'amour à l'être aimé qui est parti sans prévenir. Un apprentissage du quotidien sans l'autre, avec les petits aléas de la vie qui nous réussissent à nous faire sourire.
    Comment vivre sans l'autre ?

    une déclaration d'amour à l'être aimé qui est parti sans prévenir. Un apprentissage du quotidien sans l'autre, avec les petits aléas de la vie qui nous réussissent à nous faire sourire.
    Comment vivre sans l'autre ?

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une magnifique lettre d'adieu ou un bel au revoir.

    Une magnifique lettre d'adieu ou un bel au revoir.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un texte court et délicat sur la perte de l'être aimé. Jean-Louis Fournier nous parle de Sylvie avec beaucoup de tendresse. Il nous parle de lui aussi, sans complaisance, comme d'habitude."On reconnait le bonheur au bruit qu'il fait en partant..." dira-t-il...

    Un texte court et délicat sur la perte de l'être aimé. Jean-Louis Fournier nous parle de Sylvie avec beaucoup de tendresse. Il nous parle de lui aussi, sans complaisance, comme d'habitude."On reconnait le bonheur au bruit qu'il fait en partant..." dira-t-il...

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C'est à la fois triste et drôle, un roman et un hommage, une déclaration d'amour et de regrets. C'est beau.... mais tellement douloureux aussi.

    C'est à la fois triste et drôle, un roman et un hommage, une déclaration d'amour et de regrets. C'est beau.... mais tellement douloureux aussi.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je ne connaissais que " Grammaire française et impertinente " et son pendant " Arithmétique impertinente et appliquée".
    Le sujet de ce roman est très loin de ces préoccupations ; on y retrouve l'humour à fleur de peau de JL Fournier, mais là, il est au service ( si j'ose...
    Voir plus

    Je ne connaissais que " Grammaire française et impertinente " et son pendant " Arithmétique impertinente et appliquée".
    Le sujet de ce roman est très loin de ces préoccupations ; on y retrouve l'humour à fleur de peau de JL Fournier, mais là, il est au service ( si j'ose dire) d'un nouvel état inacceptable : la viduité, d'autant plus inacceptable quand elle survient brutalement.
    " Elle est partie discrètement sur la pointe des pieds..." Le propos est d'autant plus douloureux qu'il est traité avec une rare pudeur, avec des accents d'amour sincère, Amour devrais-je dire, capable d'admettre - et d'aimer- jusqu'aux imperfections ( je ne pense pas que l'auteur ait pensé défauts) de l'autre.
    Le titre en lui-même, ce seul mot, laisse supposer toute la teneur du propos.
    Avec talent, tendresse, pudeur, humanité, l'auteur traite d'un sujet qui continue à être difficile à aborder... De la belle ouvrage.
    " Sur mon téléphone portable, j'ai retiré ton nom de mes contacts. J'ai appuyé sur "chercher", j'ai fait dérouler tous les noms jusqu'à "Sylvie", puis j'ai appuyé sur "option" et là j'ai choisi "supprimer". Mon écran a affiché une terrible question : "Supprimer Sylvie ?". J'ai hésité longtemps. Finalement, j'ai enfoncé avec émotion la touche "OK". J'avais l'impression d'être le président de la République qui appuyait sur le bouton rouge de la bombe atomique. Est apparu alors sur l'écran une petite poubelle avec un couvercle sautillant qui s'est posé dessus pour la fermer. Voilà, c'était fait, je t'avais mise à la poubelle." ( Une des nombreuses pensées de l'auteur qui fait un "examen" consciencieux de ce qu'a été sa vie avec la femme qui s'est "sauvée" trop tôt.)

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.