Vers la beauté

Couverture du livre « Vers la beauté » de David Foenkinos aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072784873
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Antoine Duris est professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Du jour au lendemain, il décide de tout quitter pour devenir gardien de salle au Musée d'Orsay. Mathilde Mattel, DRH du Musée, est rapidement frappée par la personnalité de cet homme taciturne, mystérieux, spécialiste de Modigliani, qui a... Voir plus

Antoine Duris est professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Du jour au lendemain, il décide de tout quitter pour devenir gardien de salle au Musée d'Orsay. Mathilde Mattel, DRH du Musée, est rapidement frappée par la personnalité de cet homme taciturne, mystérieux, spécialiste de Modigliani, qui a choisi de s'effacer dans une fonction qui ne correspond pas à ses compétences reconnues. Antoine est affecté à la salle des Modigliani, et Mathilde le surprend parfois à parler à mi-voix au portrait de Jeanne Hébuterne, la fiancée du peintre au destin tragique. Il fuit tout contact social, même si Mathilde ne le laisse pas indifférent. Personne ne connaît les raisons de cette reconversion ni le traumatisme qu'il vient d'éprouver. Pour survivre, cet homme n'a trouvé qu'un remède, se tourner vers la beauté.

Après Charlotte, David Foenkinos nous entraîne une nouvelle fois dans le monde de l'art, de la peinture et de ses puissances. Derrière le secret d'un homme, on comprendra qu'il y a un autre destin, celui d'une jeune femme, Camille, hantée par un drame, et qui elle-aussi tentera de survivre grâce à la création et à la recherche de la beauté.

Donner votre avis

Avis(17)

  • J’aime définitivement bien la plume de Foenkinos, sa manière de nous embarquer, mine de rien, dans l’intimité de personnages attachants, parfois étranges, ou détachés, toujours sensibles. Il sait les incarner et guider le lecteur dans les replis profonds de leurs pensées. Il les rend humains....
    Voir plus

    J’aime définitivement bien la plume de Foenkinos, sa manière de nous embarquer, mine de rien, dans l’intimité de personnages attachants, parfois étranges, ou détachés, toujours sensibles. Il sait les incarner et guider le lecteur dans les replis profonds de leurs pensées. Il les rend humains.
    Dans ce nouveau roman, nous entrons dans l’intimité d’Antoine Duris, professeur aux Beaux-Arts de Lyon, un personnage qui semble de prime abord fragile et en rupture de ban avec ce qui fit son passé plutôt enviable d’ailleurs, une belle carrière de conférencier et de spécialiste de l’histoire de l’art. Au début du livre, Antoine postule pour un poste de … gardien de musée ! Profession qui ne nécessite pas de bagage artistique particulier !
    La fascination d’Antoine pour la beauté des œuvres, tout particulièrement pour Jeanne Hébutherne, la muse du peintre Modigliani dont l’ex-professeur est un spécialiste, intrigue le lecteur tout autant que Mathilde, la DRH du musée… Qu’est-ce qui a pu amener Antoine à un tel déclassement ? A quels fantômes cherche-t-il à échapper ?
    Camille est une jeune étudiante en art, douée, sensible, passionnée… Deux destins vont se croiser, se frôler, celui de l’étudiante et de son professeur d’art…
    Malgré une construction est un peu brouillonne peut-être, Vers la beauté est une belle histoire, qui nous embarque, nous émeut, nous fait sourire parfois, (J’aime beaucoup les métaphores drôles de D. Foenkinos du genre : Il prenait toujours un air très sérieux, comme s’il désirait qu’on lise ses diplômes sur son visage ») qui nous bouleverse aussi souvent, même si quelques aspects du scénario m’ont paru un peu faibles, par exemple que le professeur s’attribue la responsabilité d’un drame imputable à une annotation maladroite sur une copie d’étudiante… Au regard de la raison réelle, c’est quelque peu disproportionné, tiré par les cheveux et cela affaiblit à mon sens le propos. De même, le rapport à la beauté des deux protagonistes m’a souvent paru peu fouillé voire survolé, si on s’en réfère au titre du roman. Quelques bémols certes, mais qui ne remettent pas en cause le plaisir de lecture que ce roman m’a offert.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je referme ce livre lu d'une traite et je reste un peu sans voix devant tant de beauté. Ce roman m'a émue et bouleversée par moments. C'est du lourd mais d'une grande délicatesse. Antoine, Camille et Mathilde. Trois destins inoubliables qui vont se croiser. Un roman qui parle de résilience, de...
    Voir plus

    Je referme ce livre lu d'une traite et je reste un peu sans voix devant tant de beauté. Ce roman m'a émue et bouleversée par moments. C'est du lourd mais d'une grande délicatesse. Antoine, Camille et Mathilde. Trois destins inoubliables qui vont se croiser. Un roman qui parle de résilience, de chagrin mais aussi de la beauté de l'art et de la contemplation, du silence intérieur et de la fuite. Il y a moins de légèreté et de douceur que dans les premiers romans de Foenkinos, mais tout autant de profondeur. Ses personnages ont une âme… J'aurais peut-être aimé que l'auteur les sonde encore un peu plus, c'est le seul bémol.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Après avoir lu « Charlotte », je me suis plongée avec plaisir dans ce nouveau roman consacré à l'art et plus partiulièrement la peinture (discipline que les deux ouvrages ont en commun).

    Mais alors que « Charlotte » est un long poème semblable au meveilleux chant d'amour du Cantique des...
    Voir plus

    Après avoir lu « Charlotte », je me suis plongée avec plaisir dans ce nouveau roman consacré à l'art et plus partiulièrement la peinture (discipline que les deux ouvrages ont en commun).

    Mais alors que « Charlotte » est un long poème semblable au meveilleux chant d'amour du Cantique des Cantiques,, David Foenkinos entraîne cette fois-ci le lecteur dans une sorte d'enquêtej, d'investigation mi-policière mi-médicale.
    Qu'est-ce qui a bien pu pousser Antoine Duris, éminent professeur aux Beaux-Arts de Lyon, estimé de ses collègues, et dont les étudiants suivent avec avidité les cours, à tout quitter du jour au lendemain. Rompant toute attache, il « monte » à Paris et postule à un obscur emploi de gardien au musée d'Orsay.
    Mathilde, la DRH, s'interroge (et le lecteur avec elle qui perçoit qu'un traumatisme, une dépression larvée, voire le tant redouté « burn out » est peut-être à l'orgine d'une telle reconversion). Pressée par le temps et les impératifs d'une exposition sur Modigliani, Mathilde engage Antoine qui va teter de se reconstruire en se repaissant de la beauté des œuvres exposées eet en engageant un daalogue intérieur avec le portrait de Jeanne Hébuterne.

    Très vite le lecteur comprend que le mal-être d'Antoine est lié au destin tragiqued'une jeune artiste peintre prénommée Camille et qui fut l'une de ses élèves.


    Dans son ouvrage, David Foenkinos aborde avec beaucoup de sensibilité, de peudeur et de délicatesse des thèmes de société brûlants : le viol, le sentiment de culpabilité qui ronge l'âme judqu'à la névrose, la résilience et le pardon (surtout celui, si difficile, que l'on doit s'accorder à soi-même).


    Charlotte, Camille ou les deux moitiés d'un tout : toutes les deux femmes, toutes les deux artistes peintres, toutes les deux ont été victimes de la folie barbare des hommes, toutes les deux y ont perdu la vie.

    « Vers la beauté » peut sembler moins abouti que « Charlotte » ; Il n'en a ni la même facture ni la même fonction Il me semble que « Vers la beauté » possède la légèreté d'uen main fraîche qui se pose sur un font moite pour apaiser la fièvre qui pulse. Cet ouvrage présente l'art comme un pansement pour l'âme troublée.

    J'ai beaucoup aimé la délicatesse avec laquelle l'auteur aborde des thèmes graves, sans tomber dns le pathos ou la sensiblerie. Le ton est juste, sans misérabilisme.

    J'ai passé, comme toujours, un excellent moment en compagnie de David Foenkinos, sans rien attendre à la lecture de l'incipit.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Antoine a abandonné son poste de professeur aux Beaux Arts de Lyon pour devenir gardien de musée. Ce changement de vie professionnelle radicale liée à une succession d'événements ,que l'auteur nous décrit de façon poétique, juste et subtile, m'a transporté à travers les oeuvres picturales...
    Voir plus

    Antoine a abandonné son poste de professeur aux Beaux Arts de Lyon pour devenir gardien de musée. Ce changement de vie professionnelle radicale liée à une succession d'événements ,que l'auteur nous décrit de façon poétique, juste et subtile, m'a transporté à travers les oeuvres picturales énoncées. Un drame est annoncé, Camille est morte. Une écriture magnifique à la fois légère et puissante, un rythme tenu jusqu'au bout. Un roman que je n'ai pas lâché. Un roman qui m'a rendu à la fois triste en colère et sereine.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions