Vers la beauté

Couverture du livre « Vers la beauté » de David Foenkinos aux éditions Gallimard
  • Date de parution :
  • Editeur : Gallimard
  • EAN : 9782072824425
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Antoine Duris est professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Du jour au lendemain, il décide de tout quitter pour devenir gardien de salle au Musée d'Orsay. Mathilde Mattel, DRH du Musée, est rapidement frappée par la personnalité de cet homme taciturne, mystérieux, spécialiste de Modigliani, qui a... Voir plus

Antoine Duris est professeur aux Beaux-Arts de Lyon. Du jour au lendemain, il décide de tout quitter pour devenir gardien de salle au Musée d'Orsay. Mathilde Mattel, DRH du Musée, est rapidement frappée par la personnalité de cet homme taciturne, mystérieux, spécialiste de Modigliani, qui a choisi de s'effacer dans une fonction qui ne correspond pas à ses compétences reconnues. Antoine est affecté à la salle des Modigliani, et Mathilde le surprend parfois à parler à mi-voix au portrait de Jeanne Hébuterne, la fiancée du peintre au destin tragique. Il fuit tout contact social, même si Mathilde ne le laisse pas indifférent. Personne ne connaît les raisons de cette reconversion. Pour survivre, cet homme n'a trouvé qu'un remède, se tourner vers la beauté.

Donner votre avis

Avis(12)

  • Beau livre
    Beaucoup d’emotions
    Un petit moment de bonheur

    Beau livre
    Beaucoup d’emotions
    Un petit moment de bonheur

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • 14ème roman de l'auteur où l'art est presque un personnage à part entière : il est présent dans la vie des principaux personnage : Antoine, professeur aux Beaux-Arts de Lyon, Mathilde, DRH au musée d'Orsay et Camille, une élève d'Antoine particulièrement douée et attachante..
    J'ai dévoré ce...
    Voir plus

    14ème roman de l'auteur où l'art est presque un personnage à part entière : il est présent dans la vie des principaux personnage : Antoine, professeur aux Beaux-Arts de Lyon, Mathilde, DRH au musée d'Orsay et Camille, une élève d'Antoine particulièrement douée et attachante..
    J'ai dévoré ce roman avec grand plaisir car il marie harmonieusement plusieurs ingrédients qui en font un plat intellectuellement goûteux:
    * suspense : pourquoi Antoine a-t-il brusquement quitté son poste aux Beaux-Arts et Lyon pour devenir gardien de salle au Musée d'Orsay lors d'une exposition sur Modligliani?
    * drame qui fait écho à celui de Jeanne Hébuterne, la compagne de Modigliani
    * la réparation des souffrances et la rédemption par l'art
    * la création comme expression du moi le plus intime, comme échappatoire au malheur, comme la parole qui ne peut être prononcée
    * l'amour des parents qui cherchent à comprendre le mal-être de leur fille, l'amour qui s'éteint, l'amour qui renaît
    * douceur de l'écriture (parfois même un peu trop douce pour des scènes violentes) comme si l'auteur avait peur de blesser, d'horrifier sa lectrice ou son lecteur
    * des références picturales qui aiguisent la curiosité; à la fin de ce roman, j'ai voulu en savoir plus sur Modigliani et sur Gericault.
    Bref, un très agréable moment qui me donne envie d'aller découvrir le prochain opus de cet auteur, que j'ai peu lu, à paraître le 21 février 2019, "Deux soeurs".

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Partage d'un énorme coup de cœur. L' émotion de ce roman est une perle à déguster sans modération.
    Quel traumatisme peut déclencher l'abandon d'une vie respectée et enviable? Peut-on ensuite s'autoriser à ressentir milles petits bonheurs qui s'imposent timidement : - le divertissement apportée...
    Voir plus

    Partage d'un énorme coup de cœur. L' émotion de ce roman est une perle à déguster sans modération.
    Quel traumatisme peut déclencher l'abandon d'une vie respectée et enviable? Peut-on ensuite s'autoriser à ressentir milles petits bonheurs qui s'imposent timidement : - le divertissement apportée par la foule anonyme
    - la beauté d'une femme sublimée par Modigliani
    - la bienveillance des inconnus
    - la patience d'une femme conquise
    - l'intimité d'un voyage en voiture

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’aime définitivement bien la plume de Foenkinos, sa manière de nous embarquer, mine de rien, dans l’intimité de personnages attachants, parfois étranges, ou détachés, toujours sensibles. Il sait les incarner et guider le lecteur dans les replis profonds de leurs pensées. Il les rend humains....
    Voir plus

    J’aime définitivement bien la plume de Foenkinos, sa manière de nous embarquer, mine de rien, dans l’intimité de personnages attachants, parfois étranges, ou détachés, toujours sensibles. Il sait les incarner et guider le lecteur dans les replis profonds de leurs pensées. Il les rend humains.
    Dans ce nouveau roman, nous entrons dans l’intimité d’Antoine Duris, professeur aux Beaux-Arts de Lyon, un personnage qui semble de prime abord fragile et en rupture de ban avec ce qui fit son passé plutôt enviable d’ailleurs, une belle carrière de conférencier et de spécialiste de l’histoire de l’art. Au début du livre, Antoine postule pour un poste de … gardien de musée ! Profession qui ne nécessite pas de bagage artistique particulier !
    La fascination d’Antoine pour la beauté des œuvres, tout particulièrement pour Jeanne Hébutherne, la muse du peintre Modigliani dont l’ex-professeur est un spécialiste, intrigue le lecteur tout autant que Mathilde, la DRH du musée… Qu’est-ce qui a pu amener Antoine à un tel déclassement ? A quels fantômes cherche-t-il à échapper ?
    Camille est une jeune étudiante en art, douée, sensible, passionnée… Deux destins vont se croiser, se frôler, celui de l’étudiante et de son professeur d’art…
    Malgré une construction est un peu brouillonne peut-être, Vers la beauté est une belle histoire, qui nous embarque, nous émeut, nous fait sourire parfois, (J’aime beaucoup les métaphores drôles de D. Foenkinos du genre : Il prenait toujours un air très sérieux, comme s’il désirait qu’on lise ses diplômes sur son visage ») qui nous bouleverse aussi souvent, même si quelques aspects du scénario m’ont paru un peu faibles, par exemple que le professeur s’attribue la responsabilité d’un drame imputable à une annotation maladroite sur une copie d’étudiante… Au regard de la raison réelle, c’est quelque peu disproportionné, tiré par les cheveux et cela affaiblit à mon sens le propos. De même, le rapport à la beauté des deux protagonistes m’a souvent paru peu fouillé voire survolé, si on s’en réfère au titre du roman. Quelques bémols certes, mais qui ne remettent pas en cause le plaisir de lecture que ce roman m’a offert.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions