Vernon Subutex t.1

Couverture du livre « Vernon Subutex t.1 » de Virginie Despentes aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253087663
  • Série : (non disponible)
  • Support : Poche
Résumé:

Qui est Vernon Subutex ?
Une légende urbaine.
Un ange déchu.
Un disparu qui ne cesse de ressurgir.
Le détenteur d'un secret.
Le dernier témoin d'un monde révolu.
L'ultime visage de notre comédie inhumaine.
Notre fantôme à tous.

« Magistral et fulgurant. Une oeuvre d'art. »... Voir plus

Qui est Vernon Subutex ?
Une légende urbaine.
Un ange déchu.
Un disparu qui ne cesse de ressurgir.
Le détenteur d'un secret.
Le dernier témoin d'un monde révolu.
L'ultime visage de notre comédie inhumaine.
Notre fantôme à tous.

« Magistral et fulgurant. Une oeuvre d'art. » François Busnel, L'Express.

« Dans cette peinture d'une France qui dégringole dans la haine et la précarité, Virginie Despentes touche au sommet de son art. » Alexis Brocas, Le Magazine littéraire.

« Une comédie humaine d'aujourd'hui dont Balzac pourrait bien se délecter. » Pierre Vavasseur, Le Parisien.

Donner votre avis

Articles (4)

  • Eté 2015, les 10 romans à lire absolument !
    A redécouvrir : été 2015, les 10 romans à lire absolument !

    Chaque année révèle ses surprises et bien heureusement les pépites foisonnent !Un bon cru que celle-ci où les auteurs confirmés nous ont surpris, d'autres ont acquis leur notoriété en recevant de nombreux prix, certains sont carrément époustouflants par leur talent ou leur œuvre colossale. Prenez le temps de les lire, vous ne serez pas déçus !

  • Les cinq romans finalistes du Prix Orange du Livre 2015
    Découvrez les cinq finalistes !

    Après avoir établi une liste de trente romans le 9 mars dernier, le jury du Prix Orange du Livre s'est à nouveau réuni ce mardi 5 mai pour sélectionner les cinq finalistes. Retour sur des débats hauts en couleurs !

  • Les 30 livres en sélection pour le Prix Orange du Livre 2015 ou ce qu’il faut lire si vous êtes en panne d’idées
    Les 30 romans en sélection pour le Prix Orange du Livre 2015

    Alors que les membres du jury s’attèlent à leurs dernières lectures et peaufinent leurs arguments pour le 5 mai prochain, où ils devront désigner cinq romans finalistes, revenons sur les 30 titres sélectionnés pour le Prix Orange du Livre 2015.

  • Vernon Subutex de Virginie Despentes
    Virginie Despentes, du Balzac sous acides

    Comment trouver sa place dans un monde qui change plus vite que nous ? Vernon Subutex ne sait plus trop. « Passé 40 ans, tout le monde ressemble à une ville bombardée », écrit Virginie Despentes, et le héros de son dernier roman a vu tout son entourage s’effondrer.   

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • J’ai mis un temps fou à oser lire Virginie Despentes et je commence par son roman (en trois tome) le plus célèbre : « Vernon Subutex », bientôt porté à l’écran par Canal +. Je crois qu’elle me faisait un peu peur, quand je le voyais en interview avec son air blasé et son pessimisme chevillé au...
    Voir plus

    J’ai mis un temps fou à oser lire Virginie Despentes et je commence par son roman (en trois tome) le plus célèbre : « Vernon Subutex », bientôt porté à l’écran par Canal +. Je crois qu’elle me faisait un peu peur, quand je le voyais en interview avec son air blasé et son pessimisme chevillé au corps. Mais j’ai eu bien tort d’attendre car j’ai découvert un écrivain avec un style très affirmé, très percutant, capable de le passionner avec une intrigue toute simple où il ne se passe pas grand chose, avec les états d’âmes de personnages d’une complexité folle, pétris de défauts insupportables et de qualités étonnantes, capable du pire comme du meilleur, ils sont le miroir de nos propres démons et contradictions. C’est un roman coup de poing, avec des phrases courtes et un peu saccadées, mais aussi avec quelques fulgurances impressionnantes de lucidité et de cynisme, une intrigue qui fait des sauts de puces dans le temps, des à-coups. Vernon Subutex, à l’aube de la cinquantaine, se retrouve quasi SDF. Il a été disquaire mais la révolution numérique à ruiné son commerce, il a côtoyé du beau monde mais il n’en reste pas grand-chose, il a foiré sa vie sentimentale bien comme il faut. Vernon, c’est le looser parfait, dont on suit pages à pages la chute vers la rue. Il squatte chez les uns, les autres, essaie de marchander le testament numérique d’un chanteur qui vient de mourir, il boit, il baise, il vit au jour le jour et son destin croise d’autres destins, des gens différents mais eux aussi, à leur manière, des loosers dans une société où tout le monde peut l’être, un peu à sa manière. Il faut le savoir, il n’y a que du cynisme, du pessimisme, du désespoir et de la rancœur dans les personnages de Virginie Despentes, ils sont tous pathétiques ou détestables, ou minables quand ce n’est pas les trois ensemble, on lit des horreurs dans leur bouche, du racisme, de l’homophobie ordinaire, de la haine brute, ils sont le portrait d’une France qui crève de son propre pessimisme, et sans y croire tout à fait, je crois qu’il y a dans chaque personnages un peu de vrai quand même, un réalisme qui angoisse et qui fait peur. Tout cela est très bien écrit, même si on a parfois un peu de mal à cerner les personnages (ils sont nombreux et interagissent entre eux de façon parfois un peu embrouillée), on ne décroche pas. Mais c’est une lecture qui ne conviendra pas à tout le monde, clairement, c’est « sex, drug and rock’n roll » à mort, on se sent parfois poisseux soi-même à la lecture, ce qui confirme que Virginie Despentes réussis bien son coup. Quand se termine ce premier tome, on à très envie de continuer malgré tout, c’est le signe que « Vernon Subutex » a fonctionné, au-delà de sa non-intrigue et de ses personnages toxiques et/ou infréquentables.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Vivant à Paris je n'ai jamais lu un livre aussi réaliste à part dans les oeuvres de Modiano. Ici particulièrement le héros vit entre le 11ieme et le 20ième arrondissement, où je vis et je connais ces rues par coeur. On s'attache immédiatement à ce personnage où la chute financière et sociale...
    Voir plus

    Vivant à Paris je n'ai jamais lu un livre aussi réaliste à part dans les oeuvres de Modiano. Ici particulièrement le héros vit entre le 11ieme et le 20ième arrondissement, où je vis et je connais ces rues par coeur. On s'attache immédiatement à ce personnage où la chute financière et sociale peut être si rapide. Virginie Despentes et comme à son habitude crue, elle ne mâche pas ces mots et c'est nécessaire pour comprendre notre époque. Elle s'immisce au plus près des vies, toutes plus opposées les unes que les autres mais c'est à chaque fois réalistes. Une fois le livre finit, difficile d'attendre la suite.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je ne sais pas pourquoi j’ai mis tant de temps à acheter ce livre.
    J’aime bien Virginie Despentes en général, mais là le titre ne m’inspirait pas du tout, je ne comprenais pas ce qu’il voulait dire, alors qu’il s’agit tout simplement du prénom et du nom du héros. Il fallait me le dire avant...
    Voir plus

    Je ne sais pas pourquoi j’ai mis tant de temps à acheter ce livre.
    J’aime bien Virginie Despentes en général, mais là le titre ne m’inspirait pas du tout, je ne comprenais pas ce qu’il voulait dire, alors qu’il s’agit tout simplement du prénom et du nom du héros. Il fallait me le dire avant !
    Parce que franchement, j’ai beaucoup aimé.
    D’accord, j’ai mis plus d’une semaine pour le lire. J’ai cru que je n’en verrai pas le bout. C’est très copieux et tous ces personnages qui surgissent presque à chaque nouveau chapitre nécessitent un moment de réflexion.
    Mais il est franchement sympathique ce Vernon Subutex.
    Après un début relativement paisible, la vie n’est pas spécialement tendre avec lui.
    L’auteur nous offre un roman de société incroyable. De notre société bien sûr.
    Tout y passe : la musique, le cinéma, internet, la drogue, le sexe, les transgenres, la finance, les sdf………….
    Bien sûr c’est parfois un peu crash, mais c’est du Virginie Despentes en même temps.
    Vraiment je lui tire mon chapeau, elle a parfaitement réussi son roman.
    Je lirai bien sûr la suite, mais peut-être un peu plus tard.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman qui se laisse lire mais pour lequel je n'ai pas énormément accroché non plus. Je vais tout de même lire le second tome, pour voir.

    Un roman qui se laisse lire mais pour lequel je n'ai pas énormément accroché non plus. Je vais tout de même lire le second tome, pour voir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai commencé à Virginie Despentes parce que son côté trash m’attirait. Je les ai tous lus, jusqu’à Apocalypse Bébé en 2010. Mais l’intérêt était déjà un peu passé. Je ne me suis pas précipitée sur Vernon Subutex mais j’ai fini par l’emprunter, juste pour voir. Je ne suis pas allée au bout, par...
    Voir plus

    J’ai commencé à Virginie Despentes parce que son côté trash m’attirait. Je les ai tous lus, jusqu’à Apocalypse Bébé en 2010. Mais l’intérêt était déjà un peu passé. Je ne me suis pas précipitée sur Vernon Subutex mais j’ai fini par l’emprunter, juste pour voir. Je ne suis pas allée au bout, par un réel manque d’intérêt. L’univers de Despentes, sexe, drogue et rock’n roll, ne me plait plus, c’est trop caricatural, trop éloigné de moi. Je n’ai pas envie de lire l’histoire de ce pauvre type et de ces dégénérés de copains, j’ai eu l’impression de perdre mon temps. Tous ses personnages ont le nez dans la coc, les femmes sont nympho, les hommes pervers, les milieux décadents. C’est trop, finalement ça pêche par excès. Et puis, c’est cru, vulgaire, et glauque ! Non vraiment, Despentes n’est plus de mon âge

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Sexe drogue rock&roll, puis drogue rock&roll sexe ou bien rock&roll sexe drogue. Faites votre choix parmi ces trois ingrédients. Un livre pénible à lire. Suicidaires, évitez à tout prix. Dommage, j'y ai cru !

    Sexe drogue rock&roll, puis drogue rock&roll sexe ou bien rock&roll sexe drogue. Faites votre choix parmi ces trois ingrédients. Un livre pénible à lire. Suicidaires, évitez à tout prix. Dommage, j'y ai cru !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je n'ai pas accroché sur ce livre. Livre pour les amateurs de rock, sous fond de porno, coke ...

    Je n'ai pas accroché sur ce livre. Livre pour les amateurs de rock, sous fond de porno, coke ...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je me suis décidée à lire ce livre après avoir lu un article sur V. Despentes qui a titillé ma curiosité.
    A priori, ce n'est pas mon univers littéraire, encore moins mon univers de vie, et pourtant, j'ai bien aimé ce roman hors norme que l'on appelle "tranche de vie" ou dans ce cas précis...
    Voir plus

    Je me suis décidée à lire ce livre après avoir lu un article sur V. Despentes qui a titillé ma curiosité.
    A priori, ce n'est pas mon univers littéraire, encore moins mon univers de vie, et pourtant, j'ai bien aimé ce roman hors norme que l'on appelle "tranche de vie" ou dans ce cas précis "grandeur et décadence d'un homme".
    Une sorte de coup de coeur inexplicable comme on les aime.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • En me lançant dans la lecture de Vernon Subutex, j'étais dans l'idée que j'allais adorer ou détester, sans demi-mesure. Et finalement, c'est plutôt "mouais", "bof", "pourquoi pas" qui me viennent à l'esprit.

    Dans ce roman, Virginie Despentes nous dresse le portrait de Vernon, un ancien...
    Voir plus

    En me lançant dans la lecture de Vernon Subutex, j'étais dans l'idée que j'allais adorer ou détester, sans demi-mesure. Et finalement, c'est plutôt "mouais", "bof", "pourquoi pas" qui me viennent à l'esprit.

    Dans ce roman, Virginie Despentes nous dresse le portrait de Vernon, un ancien disquaire sans avenir ni abris, obligé d'aller squatter chez ses amis pour maintenir la tête hors de l'eau. De canapé en canapé, Vernon va nous offrir un voyage parmi les différentes castes de la société, des bas fonds aux plus nantis. Certaines scènes sonnent terriblement juste comme celle de cette SDF qui parle de la relation qu'elle a tissé avec son chien. Ca touche, ça va droit au coeur autant d'amour et d'injustice. Mais voilà, à côté de ces mots qui bouleversent il y a en a beaucoup d'autres, beaucoup trop, qui vous bousculent et vous renversent. Virginie Despentes a du mal à contenir sa rage folle, on sent bien qu'elle la vomit cette société qu'elle nous décrit mais elle va trop loin. Trop vulgaire, trop provoc, trop caricatural, trop bobo, trop agressif, trop marginal, trop orienté... Ce roman multiplie les excès, ce qui a fini par clairement me saouler. L'auteure nous prédit un avenir particulièrement sombre, essaye de nous amener à une prise de conscience de toutes ces dérives mais elle n'a pas réussi à m'entraîner dans sa spirale infernale car à trop forcer le trait, elle a perdu toute crédibilité à mes yeux.
    J'aurais aimé que par moment elle range un peu son bazooka et nous laisse entendre une voix plus mesurée à travers des personnages moins extrêmes, juste pour rendre son discours audible et aussi parce que se faire cracher des insanités à la figure page après page, ça n'est pas vraiment ma tasse de thé littéraire.
    Ceci dit, j'ai conscience que ce roman restera longtemps gravé dans ma mémoire et qu'il fait partie de ces oeuvres qui composent une culture littéraire. Pour ces raisons, je suis heureuse d'en être venue au bout afin de me forger ma propre opinion. Maintenant que j'ai saisi l'idée générale, il y a peu de chances que je lise la suite en revanche...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Après avoir lu les avis plutôt critiques, je me lance pour défendre Virginie Despentes, Vernon Subutex est tout bonnement l'histoire d'une vie celle d'un homme, et là où Virginie est forte, très forte même c'est qu'elle raconte l'homme, ses pensées les plus intimes. On s'attache à Vernon, on...
    Voir plus

    Après avoir lu les avis plutôt critiques, je me lance pour défendre Virginie Despentes, Vernon Subutex est tout bonnement l'histoire d'une vie celle d'un homme, et là où Virginie est forte, très forte même c'est qu'elle raconte l'homme, ses pensées les plus intimes. On s'attache à Vernon, on veut la suite. Je ne suis pas d'accord sur la longueur du texte suggéré par certains. Cet ouvrage se dévore rapidement, n'oubliez pas tout de même, que dans cet ouvrage, cette femme écrit et pense comme un homme. Le tome 2 est sorti et j'ai personnellement hâte de le lire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Récemment sur lecteurs.com