Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Une ville à coeur ouvert

Couverture du livre « Une ville à coeur ouvert » de Zanna Sloniowska aux éditions
  • Date de parution :
  • Editeur : (-)
  • EAN : 9782413001799
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Une saga ukrainienne moderne. L'histoire de quatre générations de femmes en butte aux cahots politiques de leur pays.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (5)

  • C'est un récit assez riche, qui aborde et entremêle pas mal de thèmes, à l'image de ce fragment de vitrail qui orne la première de couverture, lequel par ailleurs occupe la narratrice le temps de quelques pages du livre. C'est avant tout un roman de femmes, de l'arrière-grand-mère, la...
    Voir plus

    C'est un récit assez riche, qui aborde et entremêle pas mal de thèmes, à l'image de ce fragment de vitrail qui orne la première de couverture, lequel par ailleurs occupe la narratrice le temps de quelques pages du livre. C'est avant tout un roman de femmes, de l'arrière-grand-mère, la grand-mère, la mère, morte certes, à la fille, notre narratrice. C'est un roman d'amour partagé, d'histoires, celles de plusieurs cultures qui se rencontrent, se succèdent, se chassent, se combattent ou cohabitent dans une même ville, Lviv. Nommée différemment Lviv, Lwow et Lvov, selon l'époque pendant laquelle la ville était ukrainienne, polonaise ou bien encore russe. de quoi s'emmêler les pinceaux! Mais, à la façon de ces beaux clichés policés digne d'un prospectus d'offices de tourismes, j'imagine que la complexité historique de cette partie de l'Europe n'est égale qu'à sa richesse culturelle. Bref, nous voila dans l'ouest de l'Ukraine, dans l'ancienne capitale du pays, dont une partie est d'ailleurs inscrite au patrimoine mondial de L'UNESCO, ville à l'identité multiculturelle, à la fois polonaise et ukrainienne, galicienne, avec une pointe d'allemand, et soviétique évidemment. Même si la mort apparaît comme un point essentiel du roman, l'auteure dépeint son pays, sa ville avec une palette de couleurs chatoyantes, vives, telles qu'elle voie son pays, tel qu'il apparaît à travers son drapeau bicolore, partagé entre le jaune et le bleu. Tandis que le rouge, celui du sang, celui des soviétiques, celui lie de vin de la tâche de Mikhaïl Gorbatchev, celle des menstruations qui font entrer cette enfant dans un nouveau monde. Enfin, Marianna est la "reine des neiges" d'une pâleur saisissante dans son linceul.
    Au-delà de cette histoire familiale, et à l'image des dissemblances tout comme des ressemblances qui unissent aussi bien qu'elles séparent ces quatre femmes, il y a bien sûr cette ville contrastée, multiple, hybride, polyglotte, animée, aux diverses influences, mais quelquefois mystérieuse et incompréhensible dans laquelle Żanna Słoniowska nous entraîne. Une ville mixte, sur le point de s'émanciper petit à petit de sa tutelle soviétique. À l'instar de notre narratrice, qui apprend à composer avec toutes les influences contradictoires qu'elle reçoit, qui apprend à voir autrement qu'à travers son prisme manichéen, celui de la jeunesse. J'ai lu avec attention, et autant d'intérêt, cette jeune femme, qui se cherche, à travers sa mère, inaccessible et perdue, véritable figure lvivienne sacrifiée au nom d'une liberté collective, une jeune femme qui essaie de devenir autre chose que la pâle copie de sa mère.
    Face à cette ville, l'union soviétique, l'ennemi, apparaît comme le monstre informe, cruel, qui dévore tout sur son passage ou les individualités n'existent pas, bourreau incontrôlable, tyran invisible néanmoins omniprésent, à sa couleur indélébile, à son odeur engorgée de sang. On ne sait plus vraiment si c'est un roman sur Lviv, une critique de l'ex-URSS, une saga familiale, tant les thèmes se fondent inéluctablement les uns dans les autres. Cette mère, Marianna, symbole d'une résistance, d'une révolution ukrainienne, porte la cocarde de cette volonté de liberté. Dévoiler le texte masqué
    Żanna Słoniowska a su créer un judicieux parallèle entre ces deux familles, celle des aïeules et celle de la patrie, pour illustrer toute la complexité de l'Ukraine et la difficulté de grandir en son sein. À la fois ukrainiennes et polonaises, en même temps que citoyennes soviétiques, ces quatre femmes représentent ce qu'est cette population ukrainienne, ce pays qui a subi au fil des siècles les influences de ses voisins, polonais, allemands et russes. Une famille, matriarcale, avec ses propres contradictions, qui oppose les générations, où l'homme a progressivement disparu et les femmes sont le ciment de cette société.
    Un roman résolument féministe. Les femmes, mises à l'honneur, derrière l'homme renvoyé au second plan, sont celles qui transmettent leur art, la peinture, le chant, l'écriture et la mémoire de ce que la famille a été, leur héritage familial, et patriotique. L'auteure s'en sert à sa façon, dans son écriture, pour créer un lien indéfectible avec ses personnages, résistantes et combattantes de mère en fille, chacune à leur manière. Chant des disparus, des assassinés, des victimes soviétiques, des sacrifiés, et surtout chant de liberté, la narratrice endosse l'étendard de sa mère et continue son oeuvre, pour une Lviv, une Ukraine libre. Non pas en chantant, mais en écrivant, et peignant
    L'art est le fil conducteur de ce récit, vous l'aurez compris, celui qui permet de se trouver une raison de vivre, de se trouver, de pouvoir composer une vie, loin de la tristesse et de la platitude, de la monotonie du rouge assourdissant de la vie soviétique, de la vie quotidienne. L'art salvateur de cette vie déterminée par cette machine soviétique. J'ai eu plaisir à apprendre à commencer à connaitre ce pays, et cette ville, auxquels je suis totalement étrangère, la complexité de cette nation, qui comme tous les autres territoires de l'ex-bloc soviétique, a dû retrouver la voix de son identité propre, imprégnée malgré tout de cette influence. On ne sait plus vraiment si c'est un tableau que Zanna Sloniowska a voulu nous peindre, un opéra, un chant qu'elle a voulu nous faire entendre, peut être tout à la fois, en tout cas j'ai achevé ce livre les oreilles saturée de sa musique, les yeux agréablement gorgés de ses couleurs.
    En revanche, aussi instructif que soit ce roman, j'ai trouvé l'écriture assez sèche, alors même que la narratrice parle de la perte de sa mère, comme si elle cherchait à prendre du recul en s'impliquant émotionnellement le moins possible. Elle m'a donné la sensation de vouloir à tout prix se détacher des sentiments qui la traversent afin de pouvoir mieux gérer son chagrin. Et que ce soit dans la peine, ou au contraire, dans l'amour, j'ai eu du mal à voir à percevoir réellement l'état d'esprit de la jeune ukrainienne, qui garde un ton plutôt formel tout au long du récit.
    C'est un beau roman, qui porte la voix de femmes, porté par la voix d'une femme, celle de la fille de Marianna, de Lviv, qui voit un pays se reconstruite peu à peu, se retrouver une identité propre. Certes, notre narratrice ne possède pas la puissante voix de sa mère, mais le chant qu'elle nous transmet, plus doux, plus apaisant est peut-être le signe que la révolution est passée, et qu'il est temps d'aller de l'avant. On pourrait dire encore beaucoup de choses sur ce foisonnant récit, mais je vous laisse le soin de le découvrir par vous-même

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Sur 262 pages, je suis péniblement arrivée à la page 85 et je n'arrive toujours pas à ressentir la moindre émotion ni à retenir ce que je lis, page après page, ce livre me laisse indifférente.

    Je le continuerai peut-être à un autre moment mais là, je n'ai plus envie de m'ennuyer et de...
    Voir plus

    Sur 262 pages, je suis péniblement arrivée à la page 85 et je n'arrive toujours pas à ressentir la moindre émotion ni à retenir ce que je lis, page après page, ce livre me laisse indifférente.

    Je le continuerai peut-être à un autre moment mais là, je n'ai plus envie de m'ennuyer et de m'obliger à lire un livre qui ne me marque aucunement.

    Et pourtant, cela m'arrive très rarement.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Nous sommes en 1988. Marianna est morte, tuée pendant une manifestation en Ukraine. Sa fille, encore enfant, va vivre auprès de sa gand-mère Aba et de son arrière-grand-mère mémé Stasia. Elle va apprendre à connaitre l’homme qui a aimé sa mère, Mikolaj.
    Comme beaucoup de romans à forte...
    Voir plus

    Nous sommes en 1988. Marianna est morte, tuée pendant une manifestation en Ukraine. Sa fille, encore enfant, va vivre auprès de sa gand-mère Aba et de son arrière-grand-mère mémé Stasia. Elle va apprendre à connaitre l’homme qui a aimé sa mère, Mikolaj.
    Comme beaucoup de romans à forte connotation politique, il est toujours préférable de bien connaitre l’histoire du pays, ou encore de se sentir transporté par l’écriture, surtout si ce type de récit n’a pas forcément votre préférence … La politique, est quasi quotidienne dans notre vie, j’avoue lire pour pouvoir rêver et y échapper de temps à autre … Et malheureusement, je ne suis pas parvenue à éprouver d’empathie pour les différentes protagonistes, notamment la narratrice dont je ne crois même pas avoir vu le prénom dans le récit …
    Sans fausse honte, je ne cacherai pas mon ennui, cette lecture fut un véritable chemin de croix ! C’est trop factuel à mon goût, si une quelconque émotion y est présente, alors je n’ai pas su la déceler et suis passée totalement à côté !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • https://lettresexpres.wordpress.com/2018/03/23/zanna-sloniowska-une-ville-a-coeur-ouvert/

    Alors, ai-je aimé ce roman ? J'ai trouvé au début le style lyrique un peu déroutant et j'ai eu à m'accrocher un peu pour suivre la narration fragmentée. Ce n'est pas tant les différentes époques dans...
    Voir plus

    https://lettresexpres.wordpress.com/2018/03/23/zanna-sloniowska-une-ville-a-coeur-ouvert/

    Alors, ai-je aimé ce roman ? J'ai trouvé au début le style lyrique un peu déroutant et j'ai eu à m'accrocher un peu pour suivre la narration fragmentée. Ce n'est pas tant les différentes époques dans lesquelles finalement on se repère bien, mais plutôt les faits qui sont décrits, parfois un peu anecdotiques et décousus, font qu'il est assez difficile de s'attacher aux personnages. le plus passionnant est finalement l'histoire de la ville qui se dévoile par bribes mais finit par former un ensemble cohérent. le style de la jeune auteure est intéressant, orné de figures lyriques, il est accentué parfois par la propension à chercher le côté douteux, voire morbide, des situations et des gens. le choix de l'événement central du roman placé dès le premier chapitre, alors qu'il aurait été possible de faire culminer le texte autour de ce drame, peut aussi être perturbant.
    Tout cela ne vous donne peut-être pas envie de vous précipiter sur le roman, mais je le conseillerais surtout à ceux que l'histoire de cette région intrigue.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Il n’est pas courant pour moi de lire des ouvrages de littérature étrangère. Żanna SŁONIOWSKA est la première romancière polonaise que je viens de découvrir à travers son roman "Une ville à cœur ouvert" traduit par Caroline RASZKA-DEWEZ, dans le cadre du Club des explorateurs de Lecteurs.com....
    Voir plus

    Il n’est pas courant pour moi de lire des ouvrages de littérature étrangère. Żanna SŁONIOWSKA est la première romancière polonaise que je viens de découvrir à travers son roman "Une ville à cœur ouvert" traduit par Caroline RASZKA-DEWEZ, dans le cadre du Club des explorateurs de Lecteurs.com. J’en suis ravie et je remercie le site ainsi que les éditions Delcourt.
    Il s’agit de l’histoire de quatre femmes : Mémé Stasia, la grand-mère, Aba la mère, Marianna la fille et la narratrice qui est la petite-fille. Elles ont toutes une histoire hors normes, des destinées contrariées, mais surtout, le désir commun chevillé au corps d’une Ukraine émancipée de l’URSS. Car, l’Ukraine est bien le cinquième personnage et plus encore la ville de Lwów, initialement (en polonais), puis Lvov (en russe) et Lviv désormais (en ukrainien) qui représente l’évolution de cette région soumise à de nombreuses tensions : "Il aurait fallu deux villes en parallèle, avec deux noms différents, Lwów et Lviv. Est-ce qu’on y a seulement pensé à l’époque ? …. Mais il n’y en avait qu’une, c’est pourquoi la guerre a éclaté, séparant la ville en deux finalement."

    Si j’ai lu ce roman sans m’ennuyer et parfois même avec plaisir, j’avoue que mon avis est malgré tout mitigé. J’ai aimé ces quatre femmes volontaires, engagées, fières, féministes, attachantes. J’ai aimé leurs destins tourmentés : Aba qui rêvait d’être artiste-peintre obligée par sa mère d’abandonner ce rêve pour des études de médecine, Marianna, chanteuse arrêtée en plein vol dans son rêve d’indépendance pour son pays "Le jour de sa mort… sa mort était une couleur. Des hommes ont rapporté son corps à la maison, enveloppé dans un immense drapeau bleu ciel et jaune… à un endroit une tache sombre, sanglante, transparaissait." J’ai également apprécié les détails relatifs à l’histoire politique de l’Ukraine, ses temps difficiles, ses avancées et ses reculs, ses peines et ses chagrins.

    J’ai déploré en revanche un manque de fluidité entre les chapitres et j’ai eu parfois l’impression que des "coqs à l’âne" cassaient le rythme du récit. J’ai, par ailleurs, été déroutée par une écriture qui m’a paru pesante, lourde, sans grande délicatesse. Je l’aurais souhaitée plus aérienne, plus simple peut-être.

    Pour autant, "Une ville à cœur ouvert" reste une saga familiale et historico-politique agréable à lire.

    www.memo-emoi.fr

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.