Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Une partie de badminton

Couverture du livre « Une partie de badminton » de Olivier Adam aux éditions Flammarion
  • Date de parution :
  • Editeur : Flammarion
  • EAN : 9782081382473
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Après une parenthèse parisienne qui n'a pas tenu ses promesses, Paul Lerner, dont les derniers livres se sont peu vendus, revient piteusement en Bretagne où il accepte un poste de journaliste pour l'hebdomadaire local. Mais les ennuis ne tardent pas à le rattraper. Tandis que ce littoral qu'il... Voir plus

Après une parenthèse parisienne qui n'a pas tenu ses promesses, Paul Lerner, dont les derniers livres se sont peu vendus, revient piteusement en Bretagne où il accepte un poste de journaliste pour l'hebdomadaire local. Mais les ennuis ne tardent pas à le rattraper. Tandis que ce littoral qu'il croyait bien connaître se révèle moins paisible qu'il n'en a l'air, Paul voit sa vie conjugale et familiale brutalement mise à l'épreuve. Il était pourtant prévenu?: un jour ou l'autre on doit négocier avec la loi de l'emmerdement maximum. Et ça n'a rien d'une partie de badminton.

Comme dans Falaises, Des vents contraires ou Les Lisières, Olivier Adam convoque un de ses doubles et brouille savoureusement les pistes entre fiction et réalité dans ce grand livre d'une vitalité romanesque et d'une autodérision très anglo-saxonnes.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (17)

  • En ce qui me concerne, je suis une fan assez inconditionnelle d'Olivier Adam et j'ai beaucoup aimé ce dernier roman, j'ai retrouvé le Olivier Adam des Lisières ou de Peine perdue. J'ai beaucoup aimé ce personnage de Paul, sa lucidité, son autodérision. Je partage beaucoup de ses questions...
    Voir plus

    En ce qui me concerne, je suis une fan assez inconditionnelle d'Olivier Adam et j'ai beaucoup aimé ce dernier roman, j'ai retrouvé le Olivier Adam des Lisières ou de Peine perdue. J'ai beaucoup aimé ce personnage de Paul, sa lucidité, son autodérision. Je partage beaucoup de ses questions existentielles, ses doutes, ses failles. J'ai moins aimé la fin mais ce n'est pas grave, tout le reste vaut bien le détour...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un début un peu poussif où l’on retrouve les thèmes chers à Olivier Adam :
    la Bretagne, St Malo, un écrivain en mal d’inspiration, une famille avec des failles……
    C’est l’histoire d’un écrivain en mal d’inspiration, à tendance dépressive, hypocondriaque, s’apitoyant sur son sort,...
    Voir plus

    Un début un peu poussif où l’on retrouve les thèmes chers à Olivier Adam :
    la Bretagne, St Malo, un écrivain en mal d’inspiration, une famille avec des failles……
    C’est l’histoire d’un écrivain en mal d’inspiration, à tendance dépressive, hypocondriaque, s’apitoyant sur son sort, cyclothymique, querelleur à ses heures…..
    377 pages….il y en a 200 de trop.
    Une impression de tourner en rond, de verbiage, de redites.
    Et ces phrases interminables.
    J’ai trouvé cette histoire très longue, m’y suis souvent ennuyée.
    Mais bon, je suis quand même allée jusqu’au bout.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Déçue par ce dernier roman d'Olivier Adam ... qui me parait un peu trop léger. Les personnages manquent de profondeur, le style est plus léger, l'histoire plus convenue ... C'est pas mal mais ressemble trop à un roman de l'été.

    Déçue par ce dernier roman d'Olivier Adam ... qui me parait un peu trop léger. Les personnages manquent de profondeur, le style est plus léger, l'histoire plus convenue ... C'est pas mal mais ressemble trop à un roman de l'été.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Exister quel sport de rue / Sûr c’est pas du badminton / Exister si j’avais su / Aurai-je décliner la donne » Exister, Le désordre des choses, Alain Chamfort

    Tous les cinq ans, rendez-vous est donné avec Olivier Adam et son double littéraire, Paul. Après « Les lisières » quel plaisir de...
    Voir plus

    « Exister quel sport de rue / Sûr c’est pas du badminton / Exister si j’avais su / Aurai-je décliner la donne » Exister, Le désordre des choses, Alain Chamfort

    Tous les cinq ans, rendez-vous est donné avec Olivier Adam et son double littéraire, Paul. Après « Les lisières » quel plaisir de retrouver Paul Lerner, sa compagne Sarah et leurs enfants Manon et Clément.

    Comme dans la chanson, la vie n’est pas une partie de badminton pour Paul Lerner. Écrivain parti tout feu tout flamme à Paris au temps du succès, le voilà confronté au creux de la vague. Il est contraint de quitter Paris pour revenir en Bretagne, avec toute sa petite famille. Il travaille comme journaliste dans un petit journal local tandis que Sarah, qui est professeur de lettres, a obtenu sa mutation à Rennes. Quant aux enfants, Clément s’adapte très vite et Manon vit très mal d’avoir été arrachée à ses amis, à son lycée.

    En se projetant dans cette fiction, Olivier Adam manie l’auto-dérision à merveille. Il évoque le quotidien de son personnage en pleine dégringolade. Pour Paul Lerner, l’heure est au bilan. Son éditeur l’a quitté et il semblerait que la chance ait fait de même. Problèmes personnels, professionnels, familiaux, tout part en vrille. Des «emmerdes » à n’en plus finir, et c’est bien connu elles « volent toujours en escadrille ».

    Avec humour et acuité, l’auteur relie le quotidien de Paul et de sa famille aux grandes thématiques sociétales du moment : l’économie, l’écologie, l’accueil des migrants, le racisme … Et, les multiples rebondissements, parfois rocambolesques, du récit montrent de quelle manière les problèmes et les tensions politiques affectent la vie de son personnage et de ses proches, la vie de tous finalement. Il égratigne au passage le Paris intellectuel qui dédaigne la province, le milieu du cinéma, évoque les discordes familiales autour de l’adolescence, la vie de couple, les secrets de famille… et les réconciliations.

    Olivier Adam fait de Paul Lerner un personnage attachant et terriblement humain, un homme qui se perd dans ses contradictions, ses questionnements, ses tourments, mais qui devient de plus en plus pragmatique, très touchant dans ses relations avec ses enfants et lorsqu’il s’agit de sauver son couple.

    Sous le climat changeant de cette magnifique côte d’émeraude qu’il connaît parfaitement, de Saint Lunaire à Dinard, en passant par Cancale et Saint Malo, Olivier Adam pose un regard tendre et mélancolique sur cette famille. Une belle mise en abyme. J’ai aimé retrouver son univers, sa sensibilité, sa vivacité d’écriture. Un excellent moment de lecture !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Olivier Adam faisait partie des auteurs dont je lisais systématiquement (ou presque) ses romans. "Lisais" à l’imparfait car oui il y a eu un désamour ou plutôt une overdose de ses thèmes de prédilection. Les lisières ayant été de trop, je le boudais. Une partie de badminton m’a intriguée par son...
    Voir plus

    Olivier Adam faisait partie des auteurs dont je lisais systématiquement (ou presque) ses romans. "Lisais" à l’imparfait car oui il y a eu un désamour ou plutôt une overdose de ses thèmes de prédilection. Les lisières ayant été de trop, je le boudais. Une partie de badminton m’a intriguée par son titre et sans lire la quatrième de couverture, je me suis lancée (je vis dangereusement) à le lire.

    Alors me direz-vous ? Si Olivier Adam ne s’est toujours pas converti au roman léger et bien il fait preuve d’une jolie auto-dérision avec son personnage de Paul Lerner. Cet écrivain revenu en Bretagne près de Saint-Malo a connu le succès et à quarante-cinq ans, il croyait que ses livres allaient lui assurer un bel avenir. Lui qui avait embarqué sa femme et ses deux enfants en Bretagne a eu envie de retourner vivre à Paris. Sauf que l’argent s’est tari comme la vente de ses livres : adieu la vie parisienne et re-bonjour les terres bretonnes. Parce qu’il faut faire faire bouillir la marmite, il travaille comme journaliste local, sa femme souvent absente jongle entre ses cours de prof et un centre d’accueil aux migrants. Leur fille Manon adolescente regrette amèrement Paris et l’exprime à sa façon tandis que son frère âgé de dix ans s’est très bien adapté. Pour Paul, sa vie d’écrivain est du passé et il se questionne. A-t-il fait les bons choix pour lui et pour sa famille ?

    Il y a du piquant, des réflexions joliment menées et d'autres beaucoup moins. Et selon moi, la fin tombe dans des clichés rocambolesques. Mais j’ai aimé ce Paul Lerner avec ses interrogations sur sa vie, sur son rôle de père et celui d’époux mais aussi avec toutes ses ambiguïtés. Dans ce portrait d'un homme et de notre société, l'auteur m'a surprise par l'humour dont il fait preuve. Malgré des défauts, ce roman m'a presque réconciliée avec Olivier Adam.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Olivier Adam est un des auteurs dont je surveille les parutions pour les lire au plus vite.

    Cette fois, je n’ai même pas attendu de retourner à St Malo pour m’y plonger.

    Grâce à ses si belles descriptions, je me suis promenée de la Richardais à Saint Lunaire, fait un saut chez Colette à...
    Voir plus

    Olivier Adam est un des auteurs dont je surveille les parutions pour les lire au plus vite.

    Cette fois, je n’ai même pas attendu de retourner à St Malo pour m’y plonger.

    Grâce à ses si belles descriptions, je me suis promenée de la Richardais à Saint Lunaire, fait un saut chez Colette à Roz-Ven, et aperçu le fort de Léo Ferré dans l’anse du Guesclin.

    J’ai regardé les surfeurs jouer avec les vagues, senti les embruns et la pluie ...

    Un roman moins « feel-bad »que les précédents, une histoire de vie où les personnages se lient plus qu’ils ne se croisent.

    Des mots justes, un excellent moment de lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Cette partie de badminton aurait pu s'intituler La vie n'est pas un long fleuve tranquille : après quelques années à Paris, Paul, écrivain quadragénaire déserté par le succès, se résout à revenir en Bretagne Nord et à y accepter un poste de journaliste pour un hebdomadaire local. Les soucis et...
    Voir plus

    Cette partie de badminton aurait pu s'intituler La vie n'est pas un long fleuve tranquille : après quelques années à Paris, Paul, écrivain quadragénaire déserté par le succès, se résout à revenir en Bretagne Nord et à y accepter un poste de journaliste pour un hebdomadaire local. Les soucis et les difficultés de tout ordre s'accumulent bientôt, lui faisant perdre le contrôle d'une existence jusqu'alors suffisamment confortable pour en masquer les fêlures. Dans ces moments difficiles, artifices et faux-semblants se dissipent, les relations professionnelles, familiales et amicales apparaissent sous un nouveau jour, et Paul se retrouve bien seul face aux coups durs.

    Avant que son récit ne s'emballe et ne prenne des allures de thriller, l'auteur prend tout son temps pour nous imprégner du mal-être de Paul, nous suggérant les lézardes personnelles cachées sous les apparences d'une vie jusqu'ici brillante et sans histoire, amplifiées par un désarroi croissant face à une société en mutation peinte en contrepoint. C'est véritablement une perte totale de repères, professionnels, familiaux, amicaux, qui vient déboussoler cet homme et le confronter à ses propres contradictions, dans un contexte sociétal morose où il peine de plus en plus à se retrouver.

    Difficile de ne pas y voir quelques projections autobiographiques pleines d'autodérision, notamment quant aux interrogations soulevées sur le rapport entre le talent et le succès commercial, ou sur le microcosme intellectuel parisien. Mais nombreuses sont les questions évoquées dans ce livre, qui nous concernent et nous dépassent tous : préservation de l'environnement, migrants, emploi, perte de repères politiques, violences diverses...

    Sans doute un peu exagérée pour les besoins de l'intrigue et de la dérision, comportant certes quelques longueurs et répétitions, cette chronique sociale ne manque ni de sel ni d'intérêt. Chacun sourira d'y retrouver un écho personnel, à propos de l'un ou de l'autre - espérons pas de tous - , des multiples ennuis de Paul.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Après cinq années de vie parisienne, Paul Lerner, écrivain en perte de vitesse, revient vivre, contraint et forcé dans sa Bretagne natale où il vient d’accepter un poste de journaliste dans l’hebdomadaire local de son nouveau lieu de vie. Avec sa femme Sarah qu’un nouveau poste de français...
    Voir plus

    Après cinq années de vie parisienne, Paul Lerner, écrivain en perte de vitesse, revient vivre, contraint et forcé dans sa Bretagne natale où il vient d’accepter un poste de journaliste dans l’hebdomadaire local de son nouveau lieu de vie. Avec sa femme Sarah qu’un nouveau poste de français attend dans la banlieue de Rennes, et ses deux enfants, Manon et Clément, il tente de trouver ses marques dans ce contexte provincial qui leur apparait à tous un peu fade et sans beaucoup de saveurs après la vie trépidante et luxueuse de la capitale.
    En me plongeant dans ce roman, je suis passée par plusieurs états d’esprit. J’ai d’abord été séduite par l’écriture d’Olivier Adam, une écriture foisonnante, vive, variée, fine, atypique, tantôt descriptive et lyrique, tantôt heurtée, faite de propositions, ou de phrases courtes qui donnent un rythme et crée une ambiance. Olivier Adam que je lis pour la première fois, semble particulièrement doué pour dresser de ses personnages des portraits psychologiques fouillés et complexes.
    Je suis donc rentrée dans cette lecture avec le plaisir qu’on éprouve quand on s’installe dans un fauteuil confortable, et qu’on se dit qu’on va passer un bon moment.
    Puis au fil des pages, j’ai commencé à me questionner : où l’auteur voulait-il nous emmener, que voulait-il nous raconter ? les affres d’un auteur, son double littéraire, en perte d’inspiration, de moins en moins acheté, de moins en moins en vogue ? Et aux alentours de la page 80, avec l’évocation de ce passé parisien, de ce qu’ils y avaient trouvé, leurs activités respectives, leurs amis, la vie culturelle, les succès littéraires des uns et des autres, j’ai commencé à tellement m’ennuyer que je me suis dit que j’allais poser ce livre qui pour moi était la propre mise en abîme de ce qu’O. Adam nous disait de Paul, son double littéraire : le manque d’inspiration…
    J’ai bataillé pour tenir encore un peu…
    Bien m’en a pris car peu à peu, l’histoire s’est remise en route. De manière progressive….
    Et contre toute attente, la fin de ce roman est palpitante. On est de nouveau captivé par la succession de contretemps et d’événements qui se succèdent dans la vie de Paul, apportant un nouveau souffle au récit.
    Difficile donc d’estimer ce roman. C’est une lecture faite de hauts et de bas, des moments de grands plaisirs de lecture et des moments d’ennui mortel, de doute sur l’intérêt d’en poursuivre la lecture, et enfin un dénouement assez inattendu et tout à fait réussi.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.