Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Une joie féroce

Couverture du livre « Une joie féroce » de Sorj Chalandon aux éditions Grasset Et Fasquelle
Résumé:

Jeanne est une femme formidable. Tout le monde l'aime, Jeanne.
Libraire, on l'apprécie parce qu'elle écoute et parle peu. Elle a peur de déranger la vie. Pudique, transparente, elle fait du bien aux autres sans rien exiger d'eux. A l'image de Matt, son mari, dont elle connaît chaque regard sans... Voir plus

Jeanne est une femme formidable. Tout le monde l'aime, Jeanne.
Libraire, on l'apprécie parce qu'elle écoute et parle peu. Elle a peur de déranger la vie. Pudique, transparente, elle fait du bien aux autres sans rien exiger d'eux. A l'image de Matt, son mari, dont elle connaît chaque regard sans qu'il ne se soit jamais préoccupé du sien.
Jeanne bien élevée, polie par l'épreuve, qui demande pardon à tous et salue jusqu'aux réverbères. Jeanne, qui a passé ses jours à s'excuser est brusquement frappée par le mal. « Il y a quelque chose », lui a dit le médecin en découvrant ses examens médicaux. Quelque chose. Pauvre mot. Stupéfaction. Et autour d'elle, tout se fane. Son mari, les autres, sa vie d'avant. En guerre contre ce qui la ronge, elle va prendre les armes. Jamais elle ne s'en serait crue capable. Elle était résignée, la voilà résistante. Jeanne ne murmure plus, ne sourit plus en écoutant les autres. Elle se dresse, gueule, griffe, se bat comme une furie. Elle s'éprend de liberté. Elle découvre l'urgence de vivre, l'insoumission, l'illégalité, le bonheur interdit, une ivresse qu'elle ne soupçonnait pas.
Avec Brigitte la flamboyante, Assia l'écorchée et l'étrange Mélody, trois amies d'affliction, Jeanne la rebelle va détruire le pavillon des cancéreux et élever une joyeuse citadelle.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (34)

  • Janvier 2020 : Premier mois de lecture de l'année, Premier coup de coeur, Première rencontre littéraire! Une joie féroce de Sorj Chalandon aux éditions Grasset.

    Beaucoup aimé le regard de ce roman : son féminisme, sa détermination, son optimisme, son humanité...

    La maladie n'est pas une...
    Voir plus

    Janvier 2020 : Premier mois de lecture de l'année, Premier coup de coeur, Première rencontre littéraire! Une joie féroce de Sorj Chalandon aux éditions Grasset.

    Beaucoup aimé le regard de ce roman : son féminisme, sa détermination, son optimisme, son humanité...

    La maladie n'est pas une faiblesse. Sorj Chalandon en fait une force. Ces femmes sont belles. Elles combattent et résistent, s'entraident, se soutiennent et s'aiment. Elles sont magnifiques. Elles renaissent de cette épreuve et en ressortent grandies et renforcées.

    Avec en plus toutes les explications de l'auteur lui-même et bien sur une belle dédicace!
    Rencontre intéressante et enrichissante!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Entre cancer et braquage,le destin de Jeanne,libraire,va basculer.On m'avait déconseillé ce livre,"ce n'est pas du VRAI Chalandon!Pourtant;j'ai apprécié cette mise en avant du K.,cancer le vilain mot,parce qu'il m'a aidé à mieux comprendre leurs souffrances,et,le rejet,voire la sensation de...
    Voir plus

    Entre cancer et braquage,le destin de Jeanne,libraire,va basculer.On m'avait déconseillé ce livre,"ce n'est pas du VRAI Chalandon!Pourtant;j'ai apprécié cette mise en avant du K.,cancer le vilain mot,parce qu'il m'a aidé à mieux comprendre leurs souffrances,et,le rejet,voire la sensation de rebut qu'elles endurent.Parfois,ce sont des situations excessives,un Matt,mari caricatural quoique?
    Cette idée loufoque de braquage farfelu vient contre-balancer détresse et peur de la mort!Et,paradoxalement,on passe un bon moment de lecture différent des sujets abordés par Sorj Chalandon habituellement.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une joie féroce ou un roman à lire plutôt quand on est en forme.
    Jeanne, 39 ans, se découvre un cancer du sein. Branle-bas de combat, la vie s'arrête et tourne autour du protocole médical. En prime, quand on a un conjoint qui n'est pas fichu de soutenir, oubliant que ce n'est pas lui qui est...
    Voir plus

    Une joie féroce ou un roman à lire plutôt quand on est en forme.
    Jeanne, 39 ans, se découvre un cancer du sein. Branle-bas de combat, la vie s'arrête et tourne autour du protocole médical. En prime, quand on a un conjoint qui n'est pas fichu de soutenir, oubliant que ce n'est pas lui qui est malade, le chemin semble davantage encore long et difficile. Mais heureusement, Jeanne se fait des copines de chimio, la flamboyante Brigitte ainsi que la jeune et frêle Mélody, sans oublier Assia, la compagne de Brigitte qui, elle, est soutenante. Outre leur cancer, ces femmes ont toutes un manque d'enfant dans leur vie, à différents niveaux. Alors quand il s'agit d'aider l'une d'elles à récupérer le sien, il en faut peu pour que la fine équipe se transforme en bande de braqueuses.

    J'ai trouvé cette lecture plutôt agréable et la plume de l'auteur bien ciselée, se prêtant pour le coup parfaitement au ton du roman. Mais le sujet principal, la maladie, est lourd, très lourd, trop lourd peut-être pour moi au moment de la lecture. Alors oui le cancer n'a rien de réjouissant mais pourquoi ajouter d'autres malheurs à celui-ci ? Ça en est devenu artificiel pour moi, à un moment, trop c'est trop. Quant à cette histoire de braquage, finalement, c'est ce qui m'a mis un peu de baume au coeur et qui, étrangement, a donné un ton plus léger à ce livre. Et sans rien dévoiler de plus, j'ai beaucoup aimé le choix de l'auteur pour terminer son histoire.

    Pourquoi Une joie féroce ? J'avoue par contre ne pas du tout comprendre le titre, si quelqu'un a une idée, je suis preneuse.

    Je ne suis pas une connaisseuse de l'oeuvre de Sorj Chalandon ne lisant ici que mon deuxième roman de cet auteur, après le jour d'avant qui m'avait particulièrement émue. Il paraît que c'est loin d'être son meilleur mais, pour ma part, cet opus m'a davantage plu que déplu. Je pense que je continuerai à explorer son travail.

    En résumé un livre qui se lit vite et bien mais dont la thématique centrale est tout sauf joyeuse.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Quelle fin élégante et douce pour ce nouveau roman signé Sorj Chalandon ! Pourtant, tout au long de cette histoire de femmes solidaires et courageuses, j’ai côtoyé le drame, la maladie impitoyable, ces soins qui infligent tant de souffrances, qui flanquent des vies par terre pour tenter de la...
    Voir plus

    Quelle fin élégante et douce pour ce nouveau roman signé Sorj Chalandon ! Pourtant, tout au long de cette histoire de femmes solidaires et courageuses, j’ai côtoyé le drame, la maladie impitoyable, ces soins qui infligent tant de souffrances, qui flanquent des vies par terre pour tenter de la sauver, cette fameuse et unique vie dont nous héritons sans rien avoir demandé.

    Cette maladie que nous avons souvent de la peine à nommer… Par contre, lorsque le mot est lâché, on entend chacun raconter la sienne et en rajouter. Cette maladie, c’est le cancer. Même si elle passe un peu au second plan durant la partie thriller du roman, elle est bien présente et rappelle vite à l’ordre celui ou celle qui a oublié son emprise.
    Comme pour chaque roman de Sorj Chalandon, j’ai été emporté, captivé, secoué par ce qu’il décrit si bien, avec des mots si justes. Lorsque je l’avais rencontré, lors d’une fête du livre à Saint-Étienne, après la parution du Quatrième mur, il m’avait dit qu’il avait ramené du Liban un lourd sac de pierres et qu’il en partageait ainsi le fardeau avec ses lecteurs.
    Ici, dans Une joie féroce, c’est un peu pareil avec ce cancer qui brise la vie ordonnée de Jeanne, cette héroïne qui m’a guidé au fil des pages et fait partager des moments peu ordinaires. En plus, elle travaille dans une librairie et je note que l’auteur sait bien parler de ses confrères.
    Jeanne rencontre Brigitte lors de sa première chimio et naît, entre elles, une amitié profonde. Elles forment une équipe avec la jeune Melody, elle aussi en soins, et Assia, la compagne de Brigitte. Ces rencontres avec les différentes actrices du roman permettent de respirer un peu et d’oublier les conséquences des traitements car ces femmes ont leur histoire et j’ai bien apprécié les surprises réservées par l’auteur, avec des coups de théâtre même !
    Quelques personnages masculins traversent le récit. S’ils sont médecins ou même receleur, ils font bien leur travail mais que dire de la lâcheté de Matt, le mari de Jeanne ? Il fuit, laisse tomber celle qui partage sa vie et se comporte comme un vrai salaud. D’ailleurs, et c’est bien ainsi, on l’oublie assez vite car, comme je l’ai déjà indiqué, le plus beau de ce roman, c’est l’amitié et la solidarité entre ces femmes malades.

    C’est fort, très émouvant et en même temps, malgré la mort qui menace, une belle leçon de vie, Ces femmes partagent et communiquent Une joie féroce pour s’affranchir des pires difficultés, des pires souffrances qu’une existence peut réserver.
    Chronique à retrouver sur : http://notre-jardin-des-livres.over-blog.com/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Une joie féroce de Sorj Chalandon aux éditions Grasset/AUDIOLIB

    Sorj Chalandon nous a habitué à lire des histoires d’hommes.
    Sans pathos il nous parle ici du cancer cette déflagration qui éclate dans nos vies.
    Il endosse l’habit de Jeanne et cela lui sied à merveille.
    La douce Jeanne, la...
    Voir plus

    Une joie féroce de Sorj Chalandon aux éditions Grasset/AUDIOLIB

    Sorj Chalandon nous a habitué à lire des histoires d’hommes.
    Sans pathos il nous parle ici du cancer cette déflagration qui éclate dans nos vies.
    Il endosse l’habit de Jeanne et cela lui sied à merveille.
    La douce Jeanne, la femme forte celle qui peut tout porter apprend qu’elle a un cancer du sein.
    Elle sait comme tout le monde ce que cela signifie : opération, chimio, perte des cheveux, etc. Oui on sait sans savoir si on ne l’a pas vécu dans sa chair.
    Jeanne part en guerre au moment où dans une file d’attente elle patiente pour récupérer son colis et est agressé par une vieille aigrie et invalide :
    « Je l'ai observée, sans un mot. Elle s'est tournée vers moi, l'air mauvais. Voix rocaille.
    -J'ai une carte d'invalidité, vous voulez la voir ?
    -J'ai un cancer, vous voulez le voir ? »
    Ces mots sortis spontanément signe la déclaration de guerre.
    Car tout va changer, tout son monde vole en éclats non seulement il faut faire la guerre au mal mais il faut l’affronter avec d’autres paramètres que ceux qui lui sont familiers.
    Matt, le mari, part. Les amis ne savent pas quoi dire ou faire, il parle du cancer des autres, jamais de celui de Jeanne.
    Jeanne va entrer dans univers inconnu. Et elle va trouver sur sa route d’autres guerrières : Brigitte, l’allumeuse de réverbère pour mieux veiller sur son petit monde, Assia l’écorchée toujours sur la défensive et Mélody d’une douceur trompeuse. Univers très différents de celui de Jeanne qui va y trouver son nid.
    Car Jeanne va se révéler…
    S’ajoute à la maladie l’injustice de ne pouvoir emprunter de l’argent pendant au moins dix ans.
    Donc ces femmes vont entrer dans une autre dimension, celui du hold-up.
    D’une précision d’horlogerie qui interroge le lecteur.
    Je n’en dis pas plus pour ne pas divulgâcher.
    La lecture de Valérie Muzzi donne la pleine puissance de ce livre en faisant passer son auditeur par toute la gamme des émotions. (l’auteur lui-même est très satisfait de cet enregistrement).
    Du rire aux larmes.
    Sorj Chalandon nous explique cela, lors des rencontres avec ses lecteurs de façon joyeuse, la larme à l’œil est immédiatement chassée par un éclat de rires. C’est cela La joie féroce.
    Comme nous l’a raconté un auditeur, féroce est tiré du latin « ferus » qui veut dire : fier, sauvage, farouche.
    Adjectif qui donne tout son sens au titre.
    Un livre différent de ceux écrits par Sorj Chalandon mais l’auteur est vraiment Jeanne, ce qui est un tour de force.
    Ces femmes sont belles en apparence et au-delà.
    Merci pour sa confiance à Audiolib.
    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 19 octobre 2019.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un premier chapitre intitulé une vraie connerie décrit la préparation d'un braquage. On se retrouve ensuite sept mois plus tôt avec Jeanne, libraire, venue passer une mammographie pour une douleur au sein. Bien vite, les résultats vont tomber, il s'agit d'un cancer. Pour Jeanne c'est le désarroi...
    Voir plus

    Un premier chapitre intitulé une vraie connerie décrit la préparation d'un braquage. On se retrouve ensuite sept mois plus tôt avec Jeanne, libraire, venue passer une mammographie pour une douleur au sein. Bien vite, les résultats vont tomber, il s'agit d'un cancer. Pour Jeanne c'est le désarroi le plus complet d'autant que son mari Matt ne lui est d'aucun réconfort et ne l'épaule pas du tout, prétextant que c'est trop dur pour lui. On apprend qu'ils ont perdu leur enfant à l'âge de sept ans emporté par la maladie et que, depuis, ils n'avaient plus rien à se dire. Il n'est donc pas venu à la première séance de chimio et c'est là, en salle d'attente que Jeanne va faire connaissance avec Brigitte qui la réconfortera ; s'enchaîneront ensuite les rencontres avec Mélody et Assia, les quatre jeunes femmes formant comme elles le nomment le club des K. Cette amitié va les pousser à commettre un acte complètement fou.
    Sorj Chalandon réussit à se mettre dans la peau d'une femme d'une façon très convaincante. Il décrit très bien toutes les étapes que va vivre Jeanne atteinte du cancer, l'attente du diagnostic, la perte des cheveux, les séances de chimio, les douleurs, les séances de radiothérapie mais aussi les regards et parfois les commentaires des proches ou des inconnus, et surtout les atteintes sur le plan psychologique. Mais ce qui fait la force de ce roman, c'est la mutation qui va s'opérer chez cette femme jusqu'alors effacée et résignée que Brigitte surnommera "Jeanne Pardon". Pour elle comme pour ses amies un combat est engagé, engagé sur deux fronts, un contre la maladie et un deuxième pour conquérir leur liberté. Cette quête de liberté et d'indépendance m'a d'ailleurs fait penser à Changer le sens des rivières de Murielle Magellan. La solidarité sans failles envers les épreuves de la vie qui va unir ces femmes est vraiment magnifique et montre bien qu'unis, tout devient possible.
    Mais lorsque Jeanne va se laisser embarquer dans un improbable casse que l'écrivain avait d'ailleurs suggéré dès le début, je n'ai pas vraiment adhéré à l'idée, puis, au fil de ma lecture, je me suis laissée emporter pour finalement bien apprécier cette aventure rocambolesque qui nous ménage une fin tellement surprenante et inattendue mais tellement forte et réjouissante !
    Une joie féroce est un véritable hommage au courage des femmes que rend Sorj Chalandon dans ce bouleversant roman.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C’est l’histoire d’une jeune femme, Jeanne, libraire de son état, appréciée de ses collègues comme de ses clients. Elle est mariée à Math. Un jour le cancer fait irruption dans sa vie, et elle s’aperçoit très vite qu’elle devra affronter seule, ce combat : chimio, chirurgie, radiothérapie… Math...
    Voir plus

    C’est l’histoire d’une jeune femme, Jeanne, libraire de son état, appréciée de ses collègues comme de ses clients. Elle est mariée à Math. Un jour le cancer fait irruption dans sa vie, et elle s’aperçoit très vite qu’elle devra affronter seule, ce combat : chimio, chirurgie, radiothérapie… Math se révèle au-dessous de tout, c’est à lui que cela arrive, il ne sait pas s’il saura supporter. Sn attitude est révoltante (mais ce sont des choses qui arrivent dans la réalité !)

    Les effets secondaires de la chimio le dégoûtent, et que dire de sa réaction quand il découvre les cheveux de Jeanne dans la salle de bains : « C’est dégueulasse » s’exclame-t-il ! Et il finit par prendre la fuite, songe au divorce, et pourquoi pas la mettre dehors de l’appartement…

    Sorj Chalandon aborde de fort belle manière le cancer, ses causes, ses traitements, l’attitude du corps médical… Et la solidarité qui peut s’installer entre patientes.

    En effet, Jeanne fait la connaissance de Brigitte, puis d’Assia, de Mélody. Ensemble, elles parlent librement de leur souffrance au quotidien, des nausées, des douleurs, du choix entre perruque et turban… Un jour, un projet fou leur passe par la tête.

    J’ai beaucoup aimé toute la partie consacrée au cancer et à la manière parfois pleine d’humour qu’emploie l’auteur, mais la deuxième partie m’a moins plu car peu crédible. Certes on comprend qu’il faut s’accrocher à quelque chose, avoir un but pour avancer jour après jour mais le récit limite polar m’a laissée sur ma faim.

    J’aime beaucoup la plume de Sorj Chalandon, mais même s’il m’a fait sourire parfois, je suis moins emballée que par ses autres romans.

    Un grand merci à NetGalley et aux éditions Grasset qui m’ont permis de découvrir ce dernier opus de l’auteur.



    #UneJoieFéroce #NetGalleyFrance

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Sorj Chalandon est une valeur sûre, j'ai toujours été touchée par la force de son écriture ; de courtes phrases bien nettes qui percutent, qui touchent.

    Visiblement ce roman divise son lectorat, j'ai voulu me faire ma propre opinion et je suis conquise.

    C'est vrai que Chalandon a pris des...
    Voir plus

    Sorj Chalandon est une valeur sûre, j'ai toujours été touchée par la force de son écriture ; de courtes phrases bien nettes qui percutent, qui touchent.

    Visiblement ce roman divise son lectorat, j'ai voulu me faire ma propre opinion et je suis conquise.

    C'est vrai que Chalandon a pris des risques et nous emmène ailleurs qu'à son habitude. Je trouve que c'est chouette de se renouveler ainsi, d'oser écrire dans un genre qui n'est pas le sien mais pourquoi pas...

    Voici pourquoi j'ai apprécié :

    C'est la toute première fois que l'auteur se met dans la peau de femmes et en fait ses personnages principaux. Il nous dresse en effet le portrait de quatre femmes qui sont unies par la maladie qu'elles combattent.

    Jeanne, la libraire, première femme dont il nous parle qui nous narre le récit. Elle découvre son cancer du sein. C'est avec brio qu'il nous fait ressentir ses émotions, ses doutes, ses interrogations, ses peurs et il nous fait vivre son combat. C'est juste, c'est émouvant.

    Jeanne nous parle de l'effet que ce "crabe", " de son camélia" a sur sa vie, sur son couple. Il est vrai que celui de Jeanne a déjà vécu beaucoup d'épreuves et son mari n'en peut plus, c'est celle de trop ! Affronter la maladie, voir sa femme perdre ses cheveux, il a un comportement ignoble , il est dans le déni et dans la fuite. C'est souvent le cas dans la vraie vie, la maladie détruit souvent beaucoup de choses, de couples.

    Soudain, on change de cap et c'est ce que je trouve génial, on devine dans le tout premier chapitre que Jeanne et trois autres femmes ont fait une très grosse bêtise...

    Cela nous donnera trois autres portraits féminins, ceux de Brigitte, Mélody et Assia. Trois femmes unies par le même mal qui se rencontreront lors des séances de chimio.

    Rassurez-vous, même si le sujet est grave, c'est loin d'être triste, il y a de la solidarité, de l'espoir qui les poussent à vivre et à commettre des actes insensés .... on frôle alors avec la comédie un peu burlesque diront certains, mais moi je trouve que c'est l'originalité du récit, ce changement de registre.

    Un roman qui parle de la maladie, du regard des autres, de la façon de la vivre, de la ressentir. Il parle de résistance, de guerre et de bien d'autres choses. Je n'ai pas envie de vous en dire plus mais pour ma part j'ai aimé cette prise de risques par Chalandon d'oeuvrer dans un registre qui n'est pas le sien, d'oser être différent.

    Et vous ?

    N'hésitez pas à venir me dire ce que vous en avez pensé !

    Ma note : 8/10


    Les jolies phrases

    Je me suis dit que j'étais en guerre. Une vraie. Une bataille où il y aurait des morts. Et que l'ennemi n'était pas à ma porte mais déjà entré. J'étais envahie. Ce salaud bivouaquait dans mon sein.

    Et je n'imaginais pas mon crâne offert à tous. Les cheveux ne protègent pas seulement la tête.

    Brigitte était bretonne, nièce d'un pêcheur de Roscoff. Elle a comparé le cancer du sein au gros temps et la chimio au grand large.
    - Entrer dans la salle d'attente, c'est comme arriver au ponton pour l'embarquement. Ce qui reste à terre reste à terre.

    Je ne savais pas s'il me quittait comme deux corps se déchirent, ou s'il me demandait de le retenir. de lui dire que sans lui, mes yeux cessaient de voir. Et ma peau de frissonner. Et mes lèvres de dire. Et mon coeur d'espérer.

    Mon destin m'échappe, c'est la première leçon du cancer.
    Se réapproprier rageusement son destin est la deuxième leçon.

    Et aussi la librairie. Jamais cet endroit ne m'avait paru aussi paisible. Ici, contrairement à la vraie vie, les hurlements, les pleurs, les rires, les cris, les joies, les drames étaient prisonniers des pages. Le tumulte ne s'offrait qu'à celui qui les ouvrait.


    https://nathavh49.blogspot.com/2019/09/une-joie-feroce-sorj-chalandon.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.