Une chambre a soi

Couverture du livre « Une chambre a soi » de Virginia Woolf aux éditions 10/18
  • Date de parution :
  • Editeur : 10/18
  • EAN : 9782264033604
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

" je sais, vous m'avez demandé de parler des femmes et du roman.
Quel rapport, allez-vous me dire, existe-t-il entre ce sujet et une "chambre à soi" ?, interroge virginia woolf en ouverture d'une conférence sur le féminisme qu'elle dispensa aux étudiantes de l'université de cambridge. avec une... Voir plus

" je sais, vous m'avez demandé de parler des femmes et du roman.
Quel rapport, allez-vous me dire, existe-t-il entre ce sujet et une "chambre à soi" ?, interroge virginia woolf en ouverture d'une conférence sur le féminisme qu'elle dispensa aux étudiantes de l'université de cambridge. avec une irritation voilée d'ironie, virginia woolf rappelle dans ce délicieux pamphlet comment, jusqu'à une époque toute récente, les femmes ont été savamment placées sous la dépendance spirituelle et économique des hommes et, par voie de conséquence, réduites au silence.
Il manquait à celles qui étaient douées pour affirmer leur génie de quoi vivre, du temps et une chambre à soi. "

Donner votre avis

Avis (5)

  • Un très beau livre de Virginia Woolf sur la condition des femmes.
    Ce livre écrit en 1929 n'est plus tout à fait d'actualité dans la culture occidentale.

    Un très beau livre de Virginia Woolf sur la condition des femmes.
    Ce livre écrit en 1929 n'est plus tout à fait d'actualité dans la culture occidentale.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Réel pivot entre une analyse introspective de la place de la femme dans le domaine littéraire et un rapport calibré sur la condition féminine occidentale, cet essai présente une cartographie étiologique à la fois pragmatique et audacieuse des différentes sources du mutisme des femmes. Virginia...
    Voir plus

    Réel pivot entre une analyse introspective de la place de la femme dans le domaine littéraire et un rapport calibré sur la condition féminine occidentale, cet essai présente une cartographie étiologique à la fois pragmatique et audacieuse des différentes sources du mutisme des femmes. Virginia Woolf promène alors le·a lecteur·rice dans une ballade activiste revigorante suivant plusieurs angles d’attaque, qui oscille entre une douce ironie et une prodigieuse acuité relative à cette origine aphasique. C’est au moyen d’une plume éveillée, parfois académique, mais teintée de malice que l’auteure dresse un rapport économique, social et psychologique perspicace sur la servitude des femmes depuis plusieurs siècle et qui demeure, de manière consternante, hautement actuelle. Si les contraintes sont raisonnablement singulières à chaque époque et culture -le joug financier masculin, l’exigence de la probité britannique ou bien la privation d’un espace privé-, l’affligeante coercition reste brûlante et révoltante. Malgré un premier chapitre énigmatique et peu accessible pouvant alors être un frein à la poursuite de la lecture, le livre est l’occasion de faire hommage aux femmes de la littérature que l’auteure cite à de multiples reprises, mais également de faire un traité apologétique de la figure androgyne si chère à Virginia Woolf -et de ce fait celle-ci garde un propos mesuré sur la responsabilité des hommes- qui en fera le corps principal dans son ouvrage Orlando. In fine, cette dernière, à la sagacité et l’humour étonnant-e-s, propose un hymne à l’écriture constituant un véritable outil pour combattre la soumission, sinon masculine, sociétaire.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • e souhaitais depuis longtemps lire cette auteure et ayant vu récemment un documentaire sur France 5 sur sa maison (Une maison, un artiste) j'étais conquise mais ma PAL étant tellement haute je reportais, je reportais.
    A force d'en parler une amie a lu ce petit livre et elle était tellement...
    Voir plus

    e souhaitais depuis longtemps lire cette auteure et ayant vu récemment un documentaire sur France 5 sur sa maison (Une maison, un artiste) j'étais conquise mais ma PAL étant tellement haute je reportais, je reportais.
    A force d'en parler une amie a lu ce petit livre et elle était tellement enthousiaste que j'étais frustrée....
    Je l'ai lu sur ma liseuse, il s'agit de la version de 2016 traduite par Marie Darrieussecq.
    Le thème : la place de la femme en tant qu'écrivaine. Elle nous fait part de ses réflexions et de ses recherches sur ce thème. Comment une femme peut-elle devenir écrivaine lorsqu'elle n'a ni l'argent pour subvenir à ses besoins, ni un lieu à elle pour écrire, qu'elle doit affronter le regard des hommes et surtout qu'elle doit assurer l'entretien et la vie d'une maison et d'enfants.
    Il y a de la colère, de la révolte, une prise de conscience que la femme qui souhaitait écrire devait trouver une rente (500 livres par an), un lieu paisible pour le faire.
    Les écrivaines anglaises les plus connues J. Austen, les soeurs Bronté etc.... étaient pauvres, sans dot, et célibataires (souvent pour les mêmes raisons).
    C'est une série de conférences sur ce sujet qu'elle donne à Cambridge et grâce à ses recherches dans les bibliothèques, elle analyse le travail de toutes ces femmes auteures : les soeurs Bronté, Jane Austen, George Eliot.... Et si Shakespeare était une femme ou avait une soeur ?
    L'écriture est précise, recherchée, l'ensemble est construit et se déroule comme un historique sur les écrivaines anglaises, qui ont du se battre ou se cacher pour pouvoir écrire, sacrifiant leur vie de femme pour le faire le plus souvent, mais avec également les pensées de la femme vis-à-vis de la conditions féminine. C'est une écriture vive, moderne, les mots sont précis, les réflexions très pertinentes mais aussi parfois très poétiques.
    Je suis très attachée à la place de la femme dans la Société et inutile de vous dire que j'ai beaucoup aimé mais je vais lire prochainement "La Promenade au Phare" ou "Orlando" afin de me faire une idée plus précise de l'Auteure car il s'agit là plus d'un essai plus que d'un roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Voici un essai étrange. Ce qui n'était à la base qu'une longue conférence sur la place des femmes dans la littérature est devenu un très long texte enrichi par l'auteure.
    Certains passages m'ont quelque peu ennuyé, le fond est hyper interessant, malheureusement noyé sous un trop.
    Il reste la...
    Voir plus

    Voici un essai étrange. Ce qui n'était à la base qu'une longue conférence sur la place des femmes dans la littérature est devenu un très long texte enrichi par l'auteure.
    Certains passages m'ont quelque peu ennuyé, le fond est hyper interessant, malheureusement noyé sous un trop.
    Il reste la plume magnifique de Virginia Woolf, et ses opinions souvent vraies (je ne suis pas d'accord avec tout, c'est ce qui fait le charme des essais, nous enseigner un point de vue).

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce court essai de Virginia Woolf sur les femmes et le roman était tout simplement passionnant. il fait bien sûr réfléchir mais est également très bien écrit, avec un style poétique très agréable, qui donne envie de lire ses autres œuvres. Un livre à lire, même si on pense ne pas aimer les essais...
    Voir plus

    Ce court essai de Virginia Woolf sur les femmes et le roman était tout simplement passionnant. il fait bien sûr réfléchir mais est également très bien écrit, avec un style poétique très agréable, qui donne envie de lire ses autres œuvres. Un livre à lire, même si on pense ne pas aimer les essais : celui-là se lit comme un court roman.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions