Une carte postale du bonheur ; une femme sous emprise

Couverture du livre « Une carte postale du bonheur ; une femme sous emprise » de Cristina De Amorim aux éditions Editions Seramis
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Ne vous fiez surtout pas à cette couverture rigolote et à ce titre qui sonne très feel-good ! Une carte postale du bonheur n'est absolument pas ce genre de livre, bien au contraire. le sous-titre donne le ton !

    Juliette n'est plus heureuse dans sa vie. Elle saute le pas et quitte enfin son...
    Voir plus

    Ne vous fiez surtout pas à cette couverture rigolote et à ce titre qui sonne très feel-good ! Une carte postale du bonheur n'est absolument pas ce genre de livre, bien au contraire. le sous-titre donne le ton !

    Juliette n'est plus heureuse dans sa vie. Elle saute le pas et quitte enfin son mari. Soulagée, elle veut prendre du temps pour elle, et pour son fils. Mais c'est sans compter sur l'apparition de Thomas dans sa vie, le début d'une lente descente aux enfers.

    Tout va très vite, dès le début de leur relation. Thomas insiste pour déjeuner avec elle tous les jours. Il profite de sa situation instable de jeune divorcée, qui n'a plus de repère. Petit à petit, il l'éloigne de toute relation sociale, amicale, et même familiale. Dans le même temps qu'il lui montre son « amour », il lui fait des petites remarques concernant son physique, ses kilos qu'il estime en trop. Il surveille tous ces faits et gestes. Il la rabaisse en toute circonstance. Elle n'est plus maîtresse de sa vie. Et même lors de leur rupture, Il ne cesse d'avoir une grosse influence sur elle.

    "« -Ah non. Cette fois-ci tu n'allaiteras pas ! Tu te mettras au régime c'est tout. Tu ne feras pas partie de ces femmes qui se laissent aller sous prétexte qu'elles sont enceintes.
    […]
    -Alors, nous sommes bien d'accord, bébé. Dans un an, tu seras comme aujourd'hui. Point barre.
    Et sinon ? ne puis-je m'empêcher de penser. Sinon quoi ?"

    Les chapitres s'enchaînent, la lecture est fluide, on a tellement envie de voir Juliette se sortir de ce piège. Mais toutes les excuses sont bonnes pour pardonner, et les mensonges pour cacher la situation pleuvent. Juliette minimise tout et ne dit pas tout à ses proches. Peu elle s'enferme dans cette relation-prison. le choix d'insérer certains chapitres relatant les points de vue d'autres personnages comme le fils de Juliette ou ses amis nous montre la difficulté pour l'entourage d'agir face à ce genre de situation.

    "Cela ne lui ressemble pas. Ce type ne lui correspond tout simplement pas. […] Il y a quelque chose qui me dérange chez ce type, je ne saurais exactement dire quoi. Je lui réponds par un message d'encouragement et de méfiance.
    Camille : Veinarde. FAIS GAFFE A TOI !"

    La seule volonté de la personne sous influence ne suffit pas, et les conseils avisés de ses proches non plus. On est impuissant face à la destruction à petit feu de la personne qu'on affectionne. Et le pire dans tout ça est peut-être l'image que donne le pervers narcissique aux personnes extérieures à son couple. Il cache bien son jeu et il est souvent quelqu'un d'apprécié ! du moins au début…

    "Il possède une véritable force de persuasion, voire une aura de leader qui ne laisse personne insensible."

    Que cette histoire est difficile ! Surtout quand on sait que l'auteure s'est grandement inspirée de sa propre vie… Même si par moment, on a envie de secouer Juliette, de lui dire : « Mais réveille toi ma vieille, ce mec n'est pas pour toi, tu n'es pas heureuse, ni épanouie ! Regarde toi, tu n'es plus que l'ombre de toi-même ! » Mais on se rend compte que rien n'est aussi simple quand on est au contact d'un pervers narcissique. Et que dire, et comment agir quand des enfants sont impliqués…

    Malgré tout, Cristina de Amorim garde toujours son sens de l'humour. Son héroïne Juliette a beaucoup d'autodérision. Un peu de légèreté détend parfois l'atmosphère et fait baisser la tension pendant quelques mots.

    Un livre à lire, un livre coup de poing, mais aussi un livre qui donne l'espoir de s'en sortir aux victimes de pervers narcissiques. Et surtout, ce livre incite à être vigilant aux personnes qui nous entourent. Parce que les pervers narcissiques ne sont pas aussi rares qu'on pourrait/voudrait le croire et que les dégâts peuvent être irréparables. Ou qu'il est parfois trop tard.

    https://ellemlireblog.wordpress.com/2018/07/02/une-carte-postale-du-bonheur-cristina-de-amorim/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com