Une affaire de famille

Couverture du livre « Une affaire de famille » de Hirokazu Kore-Eda aux éditions Lattes
  • Date de parution :
  • Editeur : Lattes
  • EAN : 9782709663953
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Aucun résumé n'est disponible pour cet ouvrage actuellement...

Donner votre avis

Les derniers avis

  • Un joli condensé d'émotions que ce court roman découvert grâce aux éditions JC Lattès et NetGalleyFrance.
    Un joli roman sur la vie souhaitée et la vie réelle.
    On s'attache aux personnages et à leurs rêves d'amour....
    Voir plus

    Un joli condensé d'émotions que ce court roman découvert grâce aux éditions JC Lattès et NetGalleyFrance.
    Un joli roman sur la vie souhaitée et la vie réelle.
    On s'attache aux personnages et à leurs rêves d'amour.
    passeuredelivres.over-blog.com/2018/12/une-affaire-de-famille-hirokazu-kore-eda-jc-lattes.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'ai dévoré Une affaire de famille de Hirokazu Kore-eda, reçu via net galley par J.C. Lattès. Je n'ai pas eu l'occasion de voir le film, alors je me suis rabattue avec plaisir sur le roman :)
    Au retour d’une expédition de vol à l’étalage avec son fils, Osamu recueille dans la rue une petite...
    Voir plus

    J'ai dévoré Une affaire de famille de Hirokazu Kore-eda, reçu via net galley par J.C. Lattès. Je n'ai pas eu l'occasion de voir le film, alors je me suis rabattue avec plaisir sur le roman :)
    Au retour d’une expédition de vol à l’étalage avec son fils, Osamu recueille dans la rue une petite fille qui semble livrée à elle-même et qui lutte pour survivre dans le froid glacial. D’abord réticente à l’idée d’abriter l’enfant, la femme d’Osamu accepte de s’occuper d’elle lorsqu’elle comprend que ses parents la maltraitent. Malgré leur pauvreté, les membres de cette famille semblent vivre heureux, jusqu’à ce qu’un événement inattendu ne révèle leurs secrets les plus terribles...
    Une affaire de famille est un roman qui nous emmène à Tokyo. J'ai apprécié de lire un roman s'y déroulant car je pars en famille à Tokyo courant mars, et je commence à avoir hâte, je l'avoue :)
    La famille que nous découvrons dans ce roman est tout à fait ordinaire au premier abord. Classique, une famille parmi tant d'autres... Et pourtant, s'ils sont une famille, on se rend compte au fur et à mesure de notre lecture qu'ils n'ont pas de liens de sang.. Ils s'apprécient, ils forment une famille, mais tout est bien plus complexe qu'en apparence...
    L'histoire est extrêmement bien ficelée. Il y a certains liens, révélés à la fin, que je n'avais absolument pas vu venir ! On va de surprises en surprises. C'est simple en apparence, mais les apparences peuvent être trompeuses...
    Les différents personnages sont très intéressants. Ils ne sont pas lisses, au contraire certains sont assez complexes. Une affaire de famille est un court roman qui m'a captivé de la première à la dernière page et qui m'a surpris à plusieurs reprises.
    Quel bon moment de lecture :)
    Je préfère les romans aux films mais là, j'avoue que je serais curieuse de voir le film.
    Ma note : 5 étoiles, évidemment ;)

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Une famille "à faire"! Ça commence comme une gentille fable des studios Ghibli et puis, l’air de rien, ça se rapproche d’un Takeshi Kitano (ex : l’été de Kikujiro) pour devenir carrément subversif. Ce ne sont des pas des Yakuzas qui commettent des forfaits, ce sont les membres d’une famille...
    Voir plus

    Une famille "à faire"! Ça commence comme une gentille fable des studios Ghibli et puis, l’air de rien, ça se rapproche d’un Takeshi Kitano (ex : l’été de Kikujiro) pour devenir carrément subversif. Ce ne sont des pas des Yakuzas qui commettent des forfaits, ce sont les membres d’une famille recomposée. Une famille recomposée qui décompose le modèle traditionnel de la société japonaise. De la grand-mère aux enfants, on s’arrange comme on peut, on s’accommode de petits larcins, on se débrouille. Le vol n’est pas un crime (le père dit : « le vol à l’étalage ? ce qui est sur un étalage n’appartient encore à personne, donc ce n’est pas du vol »). Le vol et la dissimulation sont érigés en juste cause. Ils assurent la survie, de la petite Juri que l’on a volée, puis gardée dans la famille parce que ses vrais parents la maltraitaient. Mais aussi de Shôta qui serait mort de déshydratation quand il était bébé s’il n’avait pas été extrait de l’automobile où il croupissait. Dans ce livre, la parentèle de substitution prend souvent le pas sur la parentèle génétique. Les liens familiaux sont effilochés, emmêlés, tissés sur des malentendus ou des turpitudes. mais ça tient ! Les héros redécouvrent l’épaisseur des liens qui les unissent et apprennent à donner un nom à leur amour (papa, maman, tonton). C’est le cœur de l’intrigue de ce roman. Seul reproche, le style très cinématographique mais c'est normal, l'écrivain est réalisateur de film.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre est un pur petit bijou.
    Le nombre limité de pages de ce roman m’empêche de trop vous en dire sans risquer de vous dévoiler l’essentiel.
    Je vais donc essentiellement me centrer sur mon ressenti. Durant cette lecture, on rit, on pleure, on sourit, on apprend, on s’interroge, on...
    Voir plus

    Ce livre est un pur petit bijou.
    Le nombre limité de pages de ce roman m’empêche de trop vous en dire sans risquer de vous dévoiler l’essentiel.
    Je vais donc essentiellement me centrer sur mon ressenti. Durant cette lecture, on rit, on pleure, on sourit, on apprend, on s’interroge, on constate.
    On en prend plein les yeux et plein le cœur.
    Oui, mais pourquoi ?
    Pour comprendre, revenons un peu sur la genèse de ce petit phénomène :
    Une affaire de famille, c’est d’abord un film. Sur les écrans depuis quelques jours, il avait fait grand bruit en remportant la Palme d’Or du Festival de Cannes en Mai dernier.
    Le réalisateur Hirokazu Kore-eda, loin d’en être à son coup d’essai pour ce qui est de faire des films qui marquent les esprits, a eu l’excellente idée d’en faire une adaptation littéraire sortie, elle, le mois dernier chez JC Lattès.
    Pour cela, aucun besoin d’effets spéciaux ou de séquence spectaculaire. Juste l’histoire d’une famille. Ou, plus exactement, de différentes personnes décidées à être une famille. Car c’est bien là le cœur même de l’histoire : ils n’ont pas besoin d’être du même sang pour s’aimer, pas besoin d’être riches pour offrir, nul besoin d’attendre en retour pour donner.
    Et n’allez pas croire que c’est un de ces jolis contes de Noël où les beaux sentiments finissent par l’emporter sur les autres considérations, parce que d’autres considérations, il n’y en a pas justement.
    Quand on est pauvres au point de devoir voler pour survivre et que l’on décide de s’occuper d’une enfant plus mal lotie encore, que peut-on espérer avoir à lui offrir si ce n’est l’exact essentiel : du bonheur ? La sécurité affective, à défaut de matérielle. Un nid chaleureux, à défaut de douillet.
    Mais même les meilleures intentions ne sont pas exemptes de mauvaises surprises, et les bonnes actions d’aujourd’hui peuvent mettre en lumière les lourds secrets d’hier.
    S’il y a bien une chose que Mr Kore-eda met ici en lumière c’est que même lorsque l’on ne possède rien, il reste toujours quelque chose à perdre.
    Une histoire belle et sombre, simple et humaine, contemporaine et intemporelle.
    Un condensé de sentiments.
    À lire et à faire découvrir au plus grand nombre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je viens de finir ce livre et je suis tellement émue par ce roman qu'il faut que je vous en parle tout de suite..... Ma façon à moi de mettre sur le clavier toute l'émotion que je ressens en éteignant ma liseuse.

    Choisi parce qu'il sort très prochainement sur les écrans (palme d'or au...
    Voir plus

    Je viens de finir ce livre et je suis tellement émue par ce roman qu'il faut que je vous en parle tout de suite..... Ma façon à moi de mettre sur le clavier toute l'émotion que je ressens en éteignant ma liseuse.

    Choisi parce qu'il sort très prochainement sur les écrans (palme d'or au Festival de Cannes 2018 et maintenant je sais pourquoi) et que j'avais entendu à cette époque que la palme était grandement méritée, il était dans la liste des films que je voulais voir.

    Je ne peux rien vous dévoiler sur l'histoire car il s'agit d'un très court roman et le résumer c'est en dévoiler très vite l'intrigue. Chers lecteurs, chères lectrices, il va falloir vous contenter du résumé.....

    Il y est question d'amour, de beaucoup d'amour, de solidarité, d'entraide, de famille, de générations, de folie mais aussi de souffrances, de violence, d'abandon, de fratrie, de parents.

    Comme souvent dans ce type de récit, comme souvent dans la littérature japonaise, voire asiatique, cela commence doucement, d'une situation banale, parfois un peu ubuesque, on se demande où l'on a mis les pieds, qui est cette famille qui vit en marge de la société, qui vit de rapines, vols mais toujours sans violence. Leur "petite entreprise" est bien rodée et ils sont unis comme les doigts de la main. Comme l'indique le résumé, ils recueillent un oiseau tombé du nid, allège ses souffrances et lui font une place au milieu de leur humble maison. Et puis......

    J'ai fini ma lecture complètement bouleversée, touchée avec dans la tête beaucoup de d'interrogations sur le thème de la famille, l'amour familial, sur l'humanité qui transpirent de ce récit.

    Oui je sais je vous mets l'eau à la bouche mais je ne peux pas en dire plus. je n'ai pas facilement des coups de cœur mais là, en une centaine de pages, l'auteur nous embarque dans une histoire incroyable dont j'ai hâte de découvrir l'adaptation cinématographique et de découvrir le traitement qu'en a fait le réalisateur.

    L'écriture est fluide, simple, cela se lit très facilement, on plonge très rapidement dans le quotidien de cette famille, on partage leurs repas, leur philosophie et puis brusquement mais à petites doses, on comprend que les apparences (encore une fois) sont trompeuses.

    Pas de grandes envolées poétiques, non simplement le récit de vies de notre époque, c'est habilement construit, distillé,  tout tient dans la manipulation dont fait preuve l'auteur pour se jouer de son lecteur.

    Mais où ai-je mis les yeux, bien sûr il y a des petits détails troublants, ce n'est pas du tout ce que je pensais, imaginais, mais bien plus, plus fort.... On passe d'une narration d'une vie loufoque, border line mais douce, faite de pleins de petits moments de bonheur, d'espièglerie qui va se révéler une vie où les règles ne sont plus ce qu'elles doivent être, à ce que l'on a l'habitude de voir mais où chacun a sa vraie place et reçoit ce qu'il est en droit de recevoir, d'attendre et de donner.

    Cette lecture me confirme qu'il n'est pas nécessaire d'en faire trop, que tout tient dans la façon de porter un regard autour de soi, d'imaginer au-delà des apparences, de combattre certaines idées reçues, que l'humanité peut être là où on ne l'attend pas. La construction est parfaite, l'histoire nous prend au cœur, aux tripes, je vais la garder longtemps en mémoire.

    Je ne vous en dis pas plus, je vous conseille comme toujours de lire avant de voir l'adaptation au cinéma (il sort le 12 décembre), bien sûr l'intrigue vous sera connue mais je pense que la magie opérera une deuxième fois avec moi et je fais confiance au cinéma japonais pour m'émouvoir.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions

Récemment sur lecteurs.com