Rejoignez gratuitement le réseau des passionnés de lecture !  Je m'inscris

Un vent de cendres

Couverture du livre « Un vent de cendres » de Sandrine Collette aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253176022
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Malo a un mauvais pressentiment. Depuis leur arrivée au domaine de Vaux pour faire les vendanges, Octave, le maître des lieux, regarde sa soeur Camille d'un oeil insistant. Le jeune homme voudrait quitter l'endroit au plus vite. Camille trouve ses inquiétudes ridicules, mais l'étrange... Voir plus

Malo a un mauvais pressentiment. Depuis leur arrivée au domaine de Vaux pour faire les vendanges, Octave, le maître des lieux, regarde sa soeur Camille d'un oeil insistant. Le jeune homme voudrait quitter l'endroit au plus vite. Camille trouve ses inquiétudes ridicules, mais l'étrange fascination d'Octave met son frère mal à l'aise. Camille, elle, oscille entre attirance et répulsion envers cet homme au visage lacéré par une vieille blessure. Ils se disputent et, le troisième jour, Malo n'est plus là. Alors que personne ne semble s'en soucier, Camille sent aussitôt qu'il s'est passé quelque chose. Leur reste-t-il une chance de sortir vivants de ce lieu ou le piège est-il déjà refermé ?

Après un premier roman noir primé, Sandrine Collette monte encore le niveau. Redoutable ! François Busnel, L'Express.

L'atmosphère trouble et la fin terrifiante font de ce thriller viticole un excellent cru. Baptiste Liger, Lire.

Donner votre avis

Avis (20)

  • Un vent de cendres est un roman qui procure des sensations fortes. Après un avis quelque peu mitigé sur le premier roman de Sandrine Collette, me voici obligée de réviser mon jugement ; peut-être est-ce dû au cadre dans lequel se déroule l’intrigue, peut-être aux personnages, au encore au final...
    Voir plus

    Un vent de cendres est un roman qui procure des sensations fortes. Après un avis quelque peu mitigé sur le premier roman de Sandrine Collette, me voici obligée de réviser mon jugement ; peut-être est-ce dû au cadre dans lequel se déroule l’intrigue, peut-être aux personnages, au encore au final fracassant. Toujours est-il que ce deuxième roman m’a tenue en haleine jusqu’à la dernière page et que je ne suis pas prête d’oublier les surprises qui m’ont été réservées lors de ma lecture.
    Tout commence lorsque Malo et sa sœur Camille arrivent en Champagne pour participer aux vendanges. Le domaine sur lequel ils travaillent appartient à deux hommes étranges et inquiétants, Octave et Andreas, qui ont été brisés par un accident survenu des années auparavant. S’installe une relation étrange entre Octave et Camille, relation qui ne plaît pas du tout à Malo et qui suscite les moqueries de leurs compagnons de travail. Au fil des jours, l’ambiance se fait plus tendue... et l’inévitable finit par se produire. Est-il encore temps d’échapper au piège qui se referme lentement ?
    Les protagonistes de ce roman sont sans conteste une de ses grandes forces. Tous sont bien développés et attachants, ou intrigants : Camille et Malo, bien entendu, mais surtout Octave, cet homme défiguré qui ne sait plus vivre en compagnie des autres. Il y a aussi la présence de Laure, tel un spectre venu hanter les lieux et l’esprit des personnages. Des liens se font et se défont entre ces derniers, laissant présager une fin qui ne sera pas forcément heureuse.
    Sandrine Collette prépare bien le terrain : dans les premières pages, nous découvrons l’univers des vendanges : il nous paraissait accueillant au premier abord, mais se révèle bien vite oppressant. Petit à petit, le domaine se fait plus hostile, imperceptiblement, et des indices nous indiquent que quelque chose de dangereux menace les protagonistes. Bien que réparties en neuf jours, les différentes parties du livre sont assez inégales, tant du point de vue de l’action que de l’information transmise.
    Quiconque aura lu la quatrième de couverture saura à quoi s’attendre et j’ai trouvé dommage qu’autant de détails concernant le déroulement de l’histoire aient été dévoilés. Nous connaissons donc déjà une bonne partie de l’intrigue, car la mise en place est plutôt lente, et je pense que certains lecteurs reprocheront à l’auteur quelques longueurs dans la partie centrale. Cependant, elles me paraissent nécessaires pour que l’atmosphère soit « juste » et puisse à ce point jouer avec nos peurs.
    Vous l’aurez compris, le suspense n’est pas au centre du roman. Cette impression est peut-être due au trop grand nombre de détails dans le résumé et j’ai eu l’impression – sans vouloir gâcher le suspense – de souvent deviner les évènements avant qu’ils ne se produisent... Et pourtant ! La fin surprendra sans aucun doute la plupart des lecteurs. Bien malin serait celui capable de soupçonner l’horreur de cette affaire. Même plusieurs minutes après avoir refermé le livre, j’ai eu du mal à digérer. Le contraste avec le début est flagrant, et il suffit de quelques lignes pour que les pièces du puzzle s’emboîtent.
    Des nœuds d’acier m’avait dérangé pour sa violence, une violence crue qui se retrouve dans Un vent de cendres, mais de manière beaucoup plus subtile, implicite, presque. Il n’y a pas beaucoup de scènes de violence, pourtant, on se sent oppressé dès l’arrivée de Malo et Camille au domaine. Je dirais sans hésiter que ce deuxième roman m’a plus marquée, plus entraînée que le premier... peut-être parce que c’est moins le mal qui se cache dans le quotidien, mais plutôt une série de malheurs qui conduit à une véritable stratégie. Cela rend la psychologie des personnages d’autant plus intéressante que l’on a l’impression de pouvoir les comprendre. Et même si on voudrait en détester certains, on n’y parvient pas.
    Un vent de cendres est un très bon roman, tant du point de vue de l’intrigue que de l’écriture. Sandrine Collette fait montre de son talent pour créer une atmosphère réussie, des descriptions vivantes – surtout celles des courses-poursuites – et une intrigue terrifiant. Je recommande ce livre à tous les amateurs du thriller psychologique ainsi qu’à ceux qui apprécient des bons romans policiers, sachant toutefois qu’ils pourraient y trouver quelques longueurs.
    Je termine en remerciant Babelio pour l’organisation des Masses Critiques, et les Éditions Denoël pour leur confiance. Un merci particulier à l’auteur également, qui m’a fait vivre des émotions fortes avec ce roman. Vivement le prochain !

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Lechoixdeslibraires.com

    Sandrine Collette n'a pas peur du saignant. Précédemment dans "des noeuds d'acier" elle avait fait montre de sa fascination pour l'hémoglobine dans son état liquide et abondant.

    Dans "un vent de cendres", elle choisit d'ouvrir par un accident de voiture. C'est un point...
    Voir plus

    Sandrine Collette n'a pas peur du saignant. Précédemment dans "des noeuds d'acier" elle avait fait montre de sa fascination pour l'hémoglobine dans son état liquide et abondant.

    Dans "un vent de cendres", elle choisit d'ouvrir par un accident de voiture. C'est un point commun avec Maylis de Kerangal, mais qu'on le sache, ici aucun vivant ne sera restauré. Au contraire.

    Fracas de tôle et d'os, l'ouverture bien que champêtre vire au cauchemar. C'est une excellente mise en place ou Sandrine Collette, déjà, nous laisse entendre que cette nature toute bucolique est aussi une source de suffocation.

    De l'accident ne subsistent apparemment que deux personnages, l'un reclus dans le chagrin des amours perdus, l'autre défiguré. Quelques années plus tard, Malo et Camille, frère et soeur, viennent faire les vendanges au domaine de Vaux, justement administré par les survivants.
    Mais Malo ressent le malaise du regard d'Octave sur sa soeur. Le climat s'alourdit au fur et à mesure que les dos se courbent sous le poids du raisin.

    Sandrine Collette gère l'angoisse comme un trader se ruerait sur un junk bond : on la sent se complaire à nous distiller du silence et du glacial, du pressenti, du caché enfoui. Dans cette orchestration magistrale de dissonance, elle réussit, tout en révélant assez rapidement ce que pourrait être la nature du malaise, à nous confiner dans ses têtes apeurées. Elle se sert de la communauté des vendangeurs pour faire monter l'angoisse jusqu'au final, carrément estampillé boucherie surprenante, qu'elle déroule avec un aplomb réjouissant.

    Cette littérature de l'angoisse, pourtant réservée à d'autres cieux habituellement, fait d' "un vent de cendres" autre chose qu'un polar brutal. On se promène facilement du coté de chez Stephen King, remarque qu'on a déjà placée à propos de son premier roman.

    Théâtral, mis en scène jusqu'au bout, le spectacle d'ombres de Sandrine Collette réussit sa mission : dans cette campagne de raisins gracieux, le fonds de l'air effraie. (Copyright Gotlieb pour le jeu de mot).

  • Un vrai choc ! Sandrine Collette apprécie chez ses collègues auteurs l’art de « mettre en stress » mais elle y parvient très bien elle-même. Elle confirme ainsi son talent dans ce 2ème polar et mérite largement les éloges du magazine LIRE et de François Busnel. Les personnages sont complexes, le...
    Voir plus

    Un vrai choc ! Sandrine Collette apprécie chez ses collègues auteurs l’art de « mettre en stress » mais elle y parvient très bien elle-même. Elle confirme ainsi son talent dans ce 2ème polar et mérite largement les éloges du magazine LIRE et de François Busnel. Les personnages sont complexes, le cadre est parfaitement bien décrit, trouble, fascinant, mystérieux. Nous suivons Malo et sa sœur Camille durant une semaine de vendanges en Champagne. Les propriétaires, Octave et Andreas, ont vécu un drame terrible dix ans auparavant et cet événement va les poursuivre au-delà du réel pour un jeu terrible entre vignes et forêt. La Belle et la Bête dans une chaleur oppressante, une tension qui ne cesse de croître au fil des chapitres, courts et rythmés comme des coups de tonnerre. Parfait !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je n’ai pas été aussi emballée que je l’aurais voulu avec ce livre, le résumé est très intéressant, mais hélas l’écriture et l’action ce n’est pas ça. Pas ça du tout.
    Du départ c’est fade, minimaliste, et en plus le paysage, les personnages ne sont pas terribles, tout comme la situation qui est...
    Voir plus

    Je n’ai pas été aussi emballée que je l’aurais voulu avec ce livre, le résumé est très intéressant, mais hélas l’écriture et l’action ce n’est pas ça. Pas ça du tout.
    Du départ c’est fade, minimaliste, et en plus le paysage, les personnages ne sont pas terribles, tout comme la situation qui est juste invraisemblable. Personnellement si quelqu’un de bizarre me regarde avec insistance, je peux vous assurer que je ne reste pas à proximité, et si je reste, la première des choses que je fais c’est de m’en méfier. Ce que la fille ne fait absolument pas ! Elle le cherche même. Et croyez-moi qu’elle va le trouver...

    Ensuite l'autre problème de ce bouquin, c'est que bien que ce livre soit un thriller, quand on le lit, on a juste l’impression de vivre une journée normale chez un vignoble normal du sud de la France. Ce qui ne colle pas du tout avec le genre. Alors bien sûr ça met du réalisme dans la trame, mais hélas faut bien dire que ce n’est pas très bouge-bouge, ce qui fait qu’immanquablement on s’ennuie assez vite.
    Et le pire là-dedans, c’est que vous avez l’impression de vivre une journée normale même quand le frangin disparaît, car personne à part la frangine ne s’inquiète. Bon ça se comprend très bien, et d’ailleurs réalisme oblige, les gendarmes du livre n’en n’ont quasiment rien à foutre et se réfugient derrière le protocole qui vaut dans ces cas-là. Mais, quand on voit qu’après la fille prend connaissance des trucs étranges, des mensonges…, et qu’on voit qu’elle reste assez passive, je ne sais pas vous mais moi ça me WTF un peu.

    A cela s’ajoute que niveau surprise, on n’est pas surpris. Du départ on sait que l’endroit est malsain, que ce sont les deux frangins qui ne sont pas saints, ce qui fait que quoi qu’il arrive rien ne nous surprend, si ce n’est la fin. Alors là par contre +1. Je dois avouer que la fin est étonnante. Disons qu’elle change de ce qui se fait habituellement, mais dommage que le livre traîne tant pour y arriver. Et dommage de devoir supporter des personnages qui soient si faux ou justes stupides. C’est au choix ! (Mon cadeau pour pâques.)

    En résumé vous l’aurez compris ce n’est pas un livre qui m’a plu, mais comme il a aussi plu, en fait le mieux c'est d'essayer pour voir.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.