Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Un jour d'été que rien ne distinguait

Couverture du livre « Un jour d'été que rien ne distinguait » de Stephanie Chaillou aux éditions Noir Sur Blanc
Résumé:

L'enfance de Louise, dans les années soixante-dix en France, est marquée par les difficultés financières de ses parents, leur peur de l'avenir, leur désarroi et leur tristesse, une forme de désolation qui contamine tout, jusqu'à la couleur des ciels. Face à cette réalité, Louise oppose une... Voir plus

L'enfance de Louise, dans les années soixante-dix en France, est marquée par les difficultés financières de ses parents, leur peur de l'avenir, leur désarroi et leur tristesse, une forme de désolation qui contamine tout, jusqu'à la couleur des ciels. Face à cette réalité, Louise oppose une détermination forte : elle ne vivra pas la vie de ses parents. Elle ne sera ni pauvre ni triste ni résignée.

Guidée par un attachement farouche à sa liberté, rebelle à toute forme de domination, Louise est à la recherche de ce qu'elle va devenir. Elle se cogne, elle bute, elle expérimente, mais elle ne lâche pas. Elle poursuit sa quête jusqu'à ce jour d'été que rien ne distinguait... où un événement survient dans sa vie, une rencontre qu'elle attendait depuis longtemps.

Un roman sur la fidélité à soi-même, l'amour et le désir de liberté.

Donner votre avis

Avis (2)

  • Dans les années 1970, Louise est la benjamine d'une fratrie de trois. Ses frères aînés ne sont pas vraiment des compagnons de jeu. D'ailleurs, l'ambiance à la ferme exploitée par ses parents est plutôt plombante, ceux-ci devant faire face à des dettes conséquentes.

    Très tôt, la petite fille...
    Voir plus

    Dans les années 1970, Louise est la benjamine d'une fratrie de trois. Ses frères aînés ne sont pas vraiment des compagnons de jeu. D'ailleurs, l'ambiance à la ferme exploitée par ses parents est plutôt plombante, ceux-ci devant faire face à des dettes conséquentes.

    Très tôt, la petite fille prend conscience des injonctions que la société lui impose notamment à l'école : « Il y avait d'un côté les filles, de l'autre les garçons. D'un côté ce qui était permis aux filles, de l'autre ce qui était permis aux garçons. Et ce n'étaient pas les mêmes choses. Comme si nous étions si différents, si distincts, faits d'une matière singulière chacun, qu'il était impossible, voire dangereux, de nous mélanger. »

    Louise remarque aussi le comportement des femmes de sa famille lors des réunions dominicales : « Quand les hommes entraient, les femmes se taisaient. Il y avait comme un arrêt qui se produisait dans leurs corps, à travers leurs bouches. L'air même qu'elles respiraient semblait se suspendre, suspendre sa circulation, au moment où les hommes entraient dans la pièce. Comme si elles étaient coupables. Coupables de parler. Coupables d'être assises. Coupables d'être dans cette position d'un corps qui ne travaille pas. Les hommes entraient et toutes affaires cessantes, les femmes se levaient pour les servir, répondre à leurs demandes. »

    Dès lors, Louise se fait le serment de ne pas être comme elles, de ne pas se laisser imposer de choix qui ne soit pas le sien, de vivre comme elle l'entend.

    Mais respecter ce serment a un prix dans la mesure où il implique une solitude certaine puisqu'elle refuse d'entrer dans le moule des autres femmes : « A l'ordre des hommes, j'ai préféré un ordre nouveau des êtres et des possibles. J'ai préféré ce qui pousse lentement, seul, sans autre témoin que les landes, le vent et la lumière ».

    La lecture de ce roman m'a rappelé ma propre enfance à la même époque : écoles non mixtes, les diktats sur la façon dont une fille doit se comporter. J'ai été touchée par le combat de Louise, car s'en est bien un, pour être réellement, complètement elle même.

    comment Commentaire (0)
  • Ses parents étaient tristes, elle percevait les difficultés qu'ils rencontraient et qu'ils s'efforçaient de cacher. Une scène dans la cuisine qu'elle n'aurait pas dû voir, ses parents en pleurs, des mots qu'elle n'aurait pas dû entendre ; traites, huissier, pauvreté, humiliation. Alors elle...
    Voir plus

    Ses parents étaient tristes, elle percevait les difficultés qu'ils rencontraient et qu'ils s'efforçaient de cacher. Une scène dans la cuisine qu'elle n'aurait pas dû voir, ses parents en pleurs, des mots qu'elle n'aurait pas dû entendre ; traites, huissier, pauvreté, humiliation. Alors elle s'invente une présence pour se consoler, la jeune fille du fleuve qui est à ses côtés. Mais en même temps que son enfance, la jeune fille du fleuve va disparaître.

    J'ai beaucoup aimé ce livre, tout d'abord par la qualité de l'écriture, des mots remplis de poésie qui rendent bien compte de l'âme de Louise. Louise refuse l'avenir que son statut de fille impose, la place qu'elle doit tenir, elle entre en résistance, une envie de liberté sans limites.
    « Il y avait une sorte d'évidence de la vie en moi. La vie qui opérait ses forces, ses luttes, ses poussées. La vie qui affirmait ses droits, sa puissance illimitée. Je me souvenais combien j'avais envie de m'avancer, de prendre place, de m'affirmer. Une envie folle de rire, de courir, de respirer. »

    Ce qu'elle aime par-dessus tout, montrer aux garçons qu'une fille peut être meilleure qu'eux.
    « Pourtant, je n'aimais pas particulièrement la victoire. Je n'avais pas le goût du triomphe ou de la domination. Ce n'était pas pour dominer que je voulais battre les garçons. Mais je n'acceptais pas cette différence qui était faite entre eux et moi. Cette idée que quelque chose nous distinguait. Comme si nous étions autres, nous les filles. Autres. Et que c'étaient eux la norme. Eux, l'Étalon. »

    Un livre sur la place des femmes, mais ce sujet est abordé, ici, d'une manière très originale. Des chapitres courts qui s'allument comme des flashes sur la vie de Louise.

    À force de vouloir être différente, Louise devient invisible, inexistante aux yeux des garçons. Elle ne comprend pas la femme qu'elle est devenue. Sa vie ne ressemble pas à ce qu'elle désirait. Elle ressent le besoin d'un autre, un témoin à ses côtés, une personne qui lui parle, la rassure, lui dise qu'elle existe. Et puis un jour, la jeune fille du fleuve va revenir…

    Il y a des livres qui vous parlent le roman de Stéphanie Chaillou en fait partie.

    comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.