Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Un homme dangereux

Couverture du livre « Un homme dangereux » de Emilie Frèche aux éditions J'ai Lu
  • Date de parution :
  • Editeur : J'ai Lu
  • EAN : 9782290124734
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

En France, la narratrice tombe éperdument amoureuse d'un homme bien plus âgé qu'elle qui la convainc de quitter son mari. Pourtant, elle est juive et lui antisémite et il se révèle pervers et manipulateur. La jeune femme entame alors une descente aux enfers sans parvenir à se détacher de... Voir plus

En France, la narratrice tombe éperdument amoureuse d'un homme bien plus âgé qu'elle qui la convainc de quitter son mari. Pourtant, elle est juive et lui antisémite et il se révèle pervers et manipulateur. La jeune femme entame alors une descente aux enfers sans parvenir à se détacher de l'emprise de son amant.

Donner votre avis

Articles (4)

Avis (11)

  • Autobiographie ou fiction?

    Un roman qui soulève toutes sortes d’émotions chez le lecteur. On se demande si l’histoire est une fiction totale ou s’il s’agit d’une autobiographie. Effectivement le personnage principal et l’auteur ont le même nom, le même métier et ont écrit le même...
    Voir plus

    Autobiographie ou fiction?

    Un roman qui soulève toutes sortes d’émotions chez le lecteur. On se demande si l’histoire est une fiction totale ou s’il s’agit d’une autobiographie. Effectivement le personnage principal et l’auteur ont le même nom, le même métier et ont écrit le même livre…

    Justement le personnage principal, Émilie, auteur à succès (son dernier roman adapté au cinéma), mariée à un homme qu’elle aime mais, qui ne la touche plus, avec deux filles et un amant. Elle se pensait heureuse jusqu’à sa rencontre avec Benoît Parent, il va tout faire pour la détruire, l’anéantir même. Leur relation est basée sur la violence verbale qu’il exerce sur elle.

    Une écriture fluide, un roman que l’on dévore et que l’on refuse de lâcher. Je ne connaissais pas l’auteur et je ne suis pas déçue d’avoir fait confiance à ma libraire une fois de plus!

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • La narratrice a tout du double de l’auteure. Dès le départ on se demande s’il s’agit d’une fiction ou d’une histoire vraie, peut-être un mélange des deux dont tout au long du récit on se posera la question mais est-ce vraiment important ? En tout cas cela donne au roman un côté d’autant plus...
    Voir plus

    La narratrice a tout du double de l’auteure. Dès le départ on se demande s’il s’agit d’une fiction ou d’une histoire vraie, peut-être un mélange des deux dont tout au long du récit on se posera la question mais est-ce vraiment important ? En tout cas cela donne au roman un côté d’autant plus intriguant, perturbant, parfois même dérangeant. Mais tout cela est bien vite mis de côté tant l’écriture est fluide et l’intrigue hypnotisante.

    L’emprise qu’à Benoît Parent sur le personnage d’Emilie est superbement décrit, on la ressent, on la vit à travers les pages. De même qu’elle arrive à nous faire détester cet homme si radin, antisémite et manipulateur. On a même énormément de mal à comprendre comment une femme si brillante et intelligente peut accepter toutes ces humiliations. On a envie de la secouer un peu et puis on comprend, on comprend que l’amour a ses raisons que la raison ignore. Parce que qui n’a pas connu personnellement ou par le biais d’amis des personnes si malsaines ?
    Mais jusqu’où ira-t-elle ? Jusqu’où est-elle prête à aller pour cet homme ? Jusqu’à laisser sa famille, ses enfants comme il le lui a demandé ? Je vous laisse le découvrir.

    En parallèle de cette emprise, il y a aussi le thème de l’antisémitisme, cette notion chère à l’auteure et qui au fil du roman, va devenir de plus en plus présente. Tombée amoureuse d’un antisémite lorsqu’on est juive, un comble ! Et pourtant ce n’est pas la première à qui cela arrive … Emilie Frèche aborde cette trame avec beaucoup de réalisme. Lorsque l’histoire d’une famille et ses secrets remontent à la surface, le choc ne se fait pas attendre mais la narratrice va s’en servir comme une force et aller au bout de ses interrogations pour avancer dans sa vie.
    Je ne vous dévoilerai pas la fin qui est surprenante et superbement réussie à mes yeux.
    http://livresselitteraire.blogspot.fr/2015/12/un-homme-dangereux-emilie-freche.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Emilie vit depuis quinze ans avec Adam et ses deux filles Suzanne et Léa. Elle aime son mari mais il ne se passe plus rien entre eux sexuellement depuis sept ans. Emilie comme l'auteur écrit livres et films. Emilie, c'est troublant utilise le "je" et l'on se demande constamment quelle est la...
    Voir plus

    Emilie vit depuis quinze ans avec Adam et ses deux filles Suzanne et Léa. Elle aime son mari mais il ne se passe plus rien entre eux sexuellement depuis sept ans. Emilie comme l'auteur écrit livres et films. Emilie, c'est troublant utilise le "je" et l'on se demande constamment quelle est la part de fiction et d'autobiographie. Elle sème le trouble dans notre esprit et se dégage à la lecture un sentiment un peu dérangeant et "voyeuriste".

    D'origine juive, sa grand-mère vient d'Odessa. Emilie rencontre régulièrement des étudiants pour lutter à sa manière contre l'antisémitisme. L'histoire de sa grand-mère est très importante et elle raisonnera à travers elle de manière forte, elle la vivra en quelque sorte à travers sa propre histoire.

    Un jour, Emilie rencontre Benoît Parent, chroniqueur littéraire, écrivain ayant eu son heure de gloire. Petit à petit, elle se sentira piégée, elle s'engluera dans cette relation qui lui est nuisible. Sous son emprise elle sera son obsession.

    J'ai adoré l'écriture, étant moi aussi "hypnotisée" par celle-ci. Un livre que je n'ai lâché qu'une fois terminé. Une écriture simple, fluide, efficace et superbe. Le récit était captivant, créant au départ un trouble en me sentant un peu intruse à observer la vie d'Emilie, femme piégée.

    Des questions fusent. Quelle est la part d'autobiographie du récit ? Jusqu'où peut-on aller par amour ? A quoi peut-on renoncer ?

    Le sujet est la manipulation amoureuse, l'emprise.

    J'ai souvent eu l'envie de secouer l'héroïne, de lui dire ; Va t'en tant qu'il est encore temps, avant de la voir sombrer sous l'emprise partant à la recherche du séducteur du départ qui était devenu destructeur.

    Un livre aussi traitant de l'écriture, d'une prise de conscience que seule l'écriture lui permettra d'être salvatrice, de faire la part des choses entre la fiction et la réalité.

    Le hasard des choses a fait que le jour de la fin de cette lecture j'ai eu la chance de rencontrer son auteur. Je peux vous dire que ce fut un moment chargé en émotions, une belle rencontre et de beaux échanges. Merci Emilie Frèche pour votre spontanéité et votre simplicité.

    Une belle lecture et une plume que j'ai bien l'envie d'approfondir.



    Ma note : 8.5/10




    Les jolies phrases

    Adam était mon sang. L'unique personne sur cette terre dont je ne me sentais jamais étrangère, et j'adorais la vie que nous nous étions construite.

    Il avait compris que la propriété était comme le mariage, un contrat qui, si on le laissait courir, pouvait survivre à tous les renoncements.

    Je savais seulement que cette rencontre serait un miracle ou un mirage et que, de toute façon, je ne déciderais rien.

    Il n'y avait de liberté que seul, évidemment. A deux, c'était impossible. A deux, la liberté n'était qu'une servitude volontaire, et elle ne survivait pas à l'amour.

    Pourquoi ris-tu ? a encore dit Benoît. Tu sais bien que nous allons vivre une grande histoire d'amour et que tu vas foutre ta famille en l'air.

    Quitter ma femme ..., a répété Benoît d'un air songeur. J'ai essayé déjà, plusieurs fois, mais tu sais, rien n'est plus difficile que de quitter quelqu'un avec qui on n'est plus.

    ..il n'y a pas de violence plus grande que d'aller fouiller en soi.

    Je me suis dit que l'âge adulte n'était qu'un correcteur, une seconde chance qu'on passait sa vie à réparer son enfance.

    Il me restait l'écriture. Elle était même la dernière arme dont je disposais pour me battre contre lui. Seulement si je décidais de m'en servir, l'histoire ne faisait que commencer.

    Plus il me malmenait et plus, c'est vrai, j'en tirais du plaisir : celui de voir mon livre s'enrichir.

    C'était un homme trop cinglant pour ne pas être abîmé, or, comme tous les grands abîmés, je le soupçonnais d'être capable du pire. Et les gens capables de cela m'ont toujours pétrifiée.

    L'écriture n'est pas chez moi une façon d'aimer les gens, c'était un moyen de m'en libérer.

    les pages 196 et 197

    ..On n'écrit jamais à partir de rien, mais de ses lectures ; on écrit à partir des mots des autres, de ses pairs.

    L'écriture n'est jamais qu'un face-à-face avec soi-même.

    L'écriture est donc comme la vie : on s'imaginait qu'on maîtrisait les choses, qu'on avait ce pouvoir d'influer sur nos destins mais, en vérité, on ne décidait jamais rien ; ce qui devait être advenait, et ce qui n'avait pas de raison d'exister finissait toujours, de lui-même, par s'éteindre.

    http://nathavh49.blogspot.be/2016/03/un-homme-dangereux-emilie-freche.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un livre facile d'accès qui je pense fera écho à beaucoup d'entre nous puisqu'il parle d'emprise, de rapport de force, de domination et de limites.

    Difficile de ne pas avoir une pensée pour Delphine de Vigan pendant cette lecture car il s'agit ici d'un roman qui semble très largement inspiré...
    Voir plus

    Un livre facile d'accès qui je pense fera écho à beaucoup d'entre nous puisqu'il parle d'emprise, de rapport de force, de domination et de limites.

    Difficile de ne pas avoir une pensée pour Delphine de Vigan pendant cette lecture car il s'agit ici d'un roman qui semble très largement inspiré de faits réels tout en se revendiquant de la fiction... Ce qui n'en est que plus délectable, il faut bien l'avouer, même si cela réveille chez le lecteur un côté "voyeuriste" pas forcément très reluisant!

    Le travail sur l'héritage familial et la judéité de la narratrice donne lieu à des passages particulièrement poignants, je pense notamment aux pages finales qui constituent une véritable déclaration d'amour à ses origines et m'ont personnellement beaucoup émue.

    Au delà de l'histoire en elle-même, c'est également un beau portrait de de femme, qui m'a donné l'envie de lire ses autres romans.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Peu importe réel ou fiction, la question se posait déjà dans le dernier Delphine de Vigan. Et finalement, cela n'a pas beaucoup d'importance si l'on s'en tient à la qualité de l'écriture et à la volonté de séduire un lecteur qui se laisse -ici- volontiers entraîner, plus ou moins malgré lui, par...
    Voir plus

    Peu importe réel ou fiction, la question se posait déjà dans le dernier Delphine de Vigan. Et finalement, cela n'a pas beaucoup d'importance si l'on s'en tient à la qualité de l'écriture et à la volonté de séduire un lecteur qui se laisse -ici- volontiers entraîner, plus ou moins malgré lui, par cette histoire d'amour toxique.
    Emilie Frèche écrit bien, c'est fluide et bien mené, une belle qualité dans des phrases longues à lire et à relire. J'avais aimé "deux étrangers" que j'avais d'ailleurs défendu en tant que jurée du prix Orange et qui avait remporté la palme 2013. J'ai toujours beaucoup de plaisir à rencontrer cette femme brillante et chaleureuse, j'attends avec impatience son prochain roman.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Je n'ai hélas pas encore lu l'ouvrage mais j'avoue que le résumé,l'interview ,et les commentaires m'ont donné véritablement l'envie de m'y plonger. Je n'ai malheureusement guère d'autonomie mais ne l'avez vous pas en ebook?

    Je n'ai hélas pas encore lu l'ouvrage mais j'avoue que le résumé,l'interview ,et les commentaires m'ont donné véritablement l'envie de m'y plonger. Je n'ai malheureusement guère d'autonomie mais ne l'avez vous pas en ebook?

    thumb_up J'aime comment Commentaire (1)
  • http://alombredunoyer.com/2015/10/21/un-homme-dangereux-emilie-freche/

    Un homme dangereux est le roman que publie Emilie Frèche à l’occasion de cette rentrée littéraire 2015.

    Autant certains opus laissent le lecteur indifférent, autant celui-là appelle beaucoup de commentaires et force à...
    Voir plus

    http://alombredunoyer.com/2015/10/21/un-homme-dangereux-emilie-freche/

    Un homme dangereux est le roman que publie Emilie Frèche à l’occasion de cette rentrée littéraire 2015.

    Autant certains opus laissent le lecteur indifférent, autant celui-là appelle beaucoup de commentaires et force à la réflexion.

    Roman fiction ? Autobiographie ? Beaucoup d’éléments évoquent le réel en tout cas. En effet, la narratrice a le même nom que l’auteur et de nombreux faits cités dans le livre sont véridiques (comme par exemple le roman 24 Jours, La vérité sur la mort d'Ilan Halimi, coécrit par Emilie Frèche avec Ruth Halimi en avril 2009). Ou s’arrête le réel et où démarre la fiction ? Doit-on chercher réellement à savoir ? L’auteur nous donne son avis dans le roman :
    "J'ai toujours considéré que la question de la vérité dans un roman ne doit pas se poser. Qu'on se moque complètement de savoir si tel ou tel évènement est vrai, ou bien si les personnages sont inspirés de gens réels, parce que, évidemment, ce n'est pas cela qui fait l'intérêt ni la qualité d'un texte."

    Si je partage majoritairement son avis, je trouve toujours dérangeante, voire malsaine cette collusion fiction/réel… En tournant les pages, sommes-nous voyeur de la vie de Emilie ? Ou sommes-nous dans la fiction du roman ? Le lecteur se retrouve en porte à faux et c’est une sensation assez bizarre…

    Heureusement, si je puis dire, l’écriture efface très rapidement ce désagrément. Elle est superbe, d’une grande fluidité. Elle hypnotise littéralement le lecteur qui dévore le roman et n’a à aucun moment envie de le lâcher. Les mots sont subtilement choisis, les phrases sont souvent longues et très détaillées.

    La sensation d’appartenance totale et de « propriété » à Benoit Parent sont merveilleusement décrites. Emilie est sous son emprise, elle sait qu’il ne faut pas mais c’est plus fort qu’elle.

    « J’ignore combien de temps nous y sommes restés. Je me souviens seulement des papillons que j’avais dans le ventre, du sourire que je sentais accroché à mes lèvres comme un tatouage permanent et du défilé aux tables voisines, des têtes et des consommations qui changeaient sans cesse quand nous, nous en étions toujours au même verre, mais peut être en était-ce un autre, comment être sure ? L’impression que j’avais du temps arrêté brouillait tellement les cartes… Je ne savais plus ni quelle heure, ni quel jour, ni quel mois nous étions, et cette perte de repère arrive si rarement dans une vie que je n’en avais moi-même plus aucun pour juger de la situation. Je savais seulement que cette rencontre serait un miracle ou un mirage et que, de toute façon, je ne déciderais de rien. »

    De même, les descriptions de Benoit Parent le rendent détestables pour le lecteur. Manipulateur, radin, antisémite… c’est merveilleusement bien décrit.

    "Benoît était ce type insupportable mais irrésistible, qui réussissait, comme les sales gosses, à se faire pardonner en un mot et à transformer votre colère en un grand sourire."

    "Je reviens tout de suite, d’accord ? Tout de suite, tout de suite ! Déshabille-toi, mets-toi nue sous les draps et attends-moi. J’ai acquiescé d’un signe de tête. Il avait déjà disparu."

    Pour écrire un tel roman, il faut aussi avoir un recul nécessaire pour se détacher de cette sensation d’être piégé. Etre capable d’analyser et de le traduire par les mots.

    « On n’écrit jamais à partir de rien, mais de ses lectures. »

    « L’écriture était donc comme la vie : on s’imaginait qu’on maitrisait les choses, qu’on avait ce pouvoir d’influer sur nos destins mais, en vérité, on ne décidait jamais de rien ; ce qui devait être advenait, et ce qui n’avait pas de raison d’exister finissait toujours, de lui-même par s’éteindre. »

    Le traitement de la différence d'âge dans un couple (20 ans d'écart entre Emilie et son mari), l'évolution et la survie du mariage face aux tentations, prendre une décision plutôt que de rester sur le statu-quo, encore des thèmes que l'auteur traite parfaitement et subtilement.

    "Ils m’aimaient tous les deux et ils voulaient tous les deux me protéger. Me faire comprendre, une bonne fois pour toutes, où ce genre d’histoire pouvait mener : non seulement à la fin du mariage, mais à la négation de soi."

    Enfin, comment ne pas parler de la notion et du traitement de l’antisémitisme. Là encore rien à dire, c’est pour moi une réussite.

    A la fois énervant, captivant et au final passionnant, Un homme dangereux est un roman de la rentrée littéraire que je vous conseille notamment pour la formidable écriture de Emilie Frèche.

    4/5

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Qui est l’homme dangereux ? Un type qui invite une jeune femme à prendre un verre au bar du Lutetia, qui finalement lui fait payer les consommations et demande une fiche au garçon pour pouvoir passer la somme en frais auprès de son employeur (Hebdomadaire, Editeur…)
    A première vue, cet homme...
    Voir plus

    Qui est l’homme dangereux ? Un type qui invite une jeune femme à prendre un verre au bar du Lutetia, qui finalement lui fait payer les consommations et demande une fiche au garçon pour pouvoir passer la somme en frais auprès de son employeur (Hebdomadaire, Editeur…)
    A première vue, cet homme n’est donc pas véritablement dangereux, c’est simplement une merde. Sauf que c’est un homme dangereux dormant. Et Emilie Frèche va nous l’apprendre en réveillant la bestiole qui sommeille sous ce résidus de fausse couche. C’est bien ce que l’on peut lui reprocher à elle, auteur et personnage principal, d’avoir alimenté à la fois le minable et l’abominable.
    Mais le livre qui semble sous pas mal d’aspects être une thérapie par l’écriture face à une sale histoire (Elle l’appelle le Cancer mais je pense qu’un Cancer est beaucoup plus respectable que ce sac poubelle mal vidé). Alors nous suivons avec compassion le parcours infernal de cette aventure- qui se déroule dans un périmètre très restreint d’un microcosme parisien qui collectionne les soucis de riches- mais sans comprendre comment l’héroïne-écrivain peut tomber dans ce piège gros comme un camion-benne. Un peu comme les enfants devant un dessin animé de Disney, on se lève avec le bouquin à la main et on crie « Non, non, n’y va pas Emilie, ce mec est le pire des enculés » (précision, la scène se passe à Marseille)
    Mais Emilie y va et nous explique l’inexplicable. Avec peut-être la sincère intention de nous faire découvrir l’existence d’intellos parisiens dont le dernier geste de révolte idéologique est un antisémitisme rampant, dégoulinant, puant … Le problème, c’est que malheureusement on le savait déjà et qu’il n’y a pas de surprise à l’étage. Les raclures qui sont prêtes à re-remplir le Vel’d’hiv sous prétexte de la politique israélienne vis-à-vis de ses voisins sont légions dans le pays du Maréchal.
    Et face à ce fléau qui habille les faibles et les médiocres, j’aurais aimé sans doute qu’Emilie se transforme ne serait-ce qu’un instant en inspecteur Harry et mette un somptueux coup de boule à la larve, à le rendre esclave de son dentiste et son chirurgien esthétique à vie.
    Mais il n’y a qu’à regarder le visage d’ange d’Emilie Frèche pour comprendre que ça ne va pas être possible. Et que le coup de boule c’est justement le bouquin que j’ai entre les mains et qui me met en colère parce que pas assez violent pour moi. Pas assez convainquant même si je l’ai mangé en moins de deux heures. C’est ça, il me reste la colère, mais dans le même temps beaucoup d’affection pour l’auteur et pas assez de recul pour comprendre une démarche intellectuelle à l’encontre de détritus comme Dieudonné ou Benoit Parent (qui se reconnaîtra).
    Allez, on se calme. Et surtout Emilie, on ne lâche rien.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.