Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Un goût de cannelle et d'espoir

Couverture du livre « Un goût de cannelle et d'espoir » de Sarah Mccoy aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266250061
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa soeur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où... Voir plus

Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa soeur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps...
Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d'une pâtisserie allemande, celle d'Elsie... Et le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir.

Donner votre avis

Articles (1)

  • Elisabeth, reporter d'un jour à la Foire du Livre de Saint-Louis
    Elisabeth, reporter d'un jour à la Foire du Livre de Saint-Louis

    Véritable institution, la Foire du Livre de Saint-Louis a ouvert les portes de sa 31ème édition en ce mois de mai, choisissant pour thème "Connexions", résolument tournée vers l'innovation. Pour l'occasion, Elisabeth, fervente lectrice, a été notre reporter d'un jour et nous fait part avec enthousiasme de ses trois romans coups de coeur. Une belle invitation à la lecture.

Avis (21)

  • Une vraie pépite que ce roman traitant de la deuxième guerre mondiale vue du côté de l'ennemi et des ravages que cela a provoqué pour les Allemands. Le petit plus : les recettes des pâtisseries allemandes dont parle l'auteur tout au long du roman et qui nous mettent l'eau à la bouche et qui se...
    Voir plus

    Une vraie pépite que ce roman traitant de la deuxième guerre mondiale vue du côté de l'ennemi et des ravages que cela a provoqué pour les Allemands. Le petit plus : les recettes des pâtisseries allemandes dont parle l'auteur tout au long du roman et qui nous mettent l'eau à la bouche et qui se trouvent à la fin du livre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient...
    Voir plus

    Allemagne, 1944. Malgré les restrictions, les pâtisseries fument à la boulangerie Schmidt. Entre ses parents patriotes, sa sœur volontaire au Lebensborn et son prétendant haut placé dans l'armée nazie, la jeune Elsie, 16 ans, vit de cannelle et d'insouciance. Jusqu'à cette nuit de Noël, où vient toquer à sa porte un petit garçon juif, échappé des camps ...
    Soixante ans plus tard, au Texas, la journaliste Reba Adams passe devant la vitrine d'une pâtisserie allemande, celle d'Elsie ... Et le reportage qu'elle prépare n'est rien en comparaison de la leçon de vie qu'elle s'apprête à recevoir.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique d'Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah McCoy.

    Je ne vous cacherai pas que j'attendais plus de ce roman. Cela est sûrement dû au fait que j'avais purement et simplement adoré ma lecture de mon premier Sarah McCoy, à...
    Voir plus

    Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour ma chronique d'Un goût de cannelle et d'espoir de Sarah McCoy.

    Je ne vous cacherai pas que j'attendais plus de ce roman. Cela est sûrement dû au fait que j'avais purement et simplement adoré ma lecture de mon premier Sarah McCoy, à savoir Le souffle des feuilles et des promesses. Un goût de cannelle et d'espoir étant son œuvre la plus renommée et appréciée, je me disais donc que c'était dans la poche et que ce titre allait parvenir à me séduire comme il avait du le faire pour un bon nombre de lecteurs.

    Certes, je ne le nie pas, il s'agit là d'une excellente première parution que Sarah McCoy nous offre à lire. En réalité, je n'ai franchement rien à redire : l'écriture est fluide, empreinte de sensibilité, de volupté et de tendresse telle la plus succulente des douceurs (et il en faut pour me faire avouer cela étant donné que les pâtisseries, ce n'est franchement pas mon dada !), l'histoire est tout ce qu'il y a de plus poignante, le mélange de romanisation et véracité historique (les fragments épistolaires traitant de la question épineuse et maintenue soigneusement dans l'ombre des Lebensborn m'a particulièrement intéressée) est savamment dosé... Quant au parti pris de faire un parallèle pour ainsi dire constant au cours du récit entre la situation des Juifs durant la Seconde Guerre mondiale et celle des Mexicains repoussés à la frontière américaine de nos jours était tout ce qu'il y a de plus sensé et pertinent. Sans pour autant mettre sur le même niveau la volonté morbide et tout bonnement effroyable d'éradication massive de l'ensemble d'une minorité religieuse et culturelle avec la Shoah et la répression brutale et injuste de l'immigration de populations hispaniques ou autres, Sarah McCoy se sert intelligemment des erreurs du passé pour éclairer celles de notre présent. L'endroit et le type de discrimination ne sont pas forcément les mêmes, ne se traduisent assurément pas de la même façon mais au bout du compte, la haine et la peur de l'autre qui les animent sont en tout point identiques à mes yeux.

    En clair, ce roman avait toutes les qualités tant sur le fond que sur la forme pour me faire succomber. Mais alors, qu'est-ce qui a pêché ? Je dirais avant tout que ce sont les protagonistes de cette intrigue qui ont manqué de me convaincre. Je ne saurais vous expliquer pourquoi, j'avais beau être touchée par leur vécu et leur évolution somme toute flagrante au fil de l'intrigue, cela n'a pas suffi pour que je me soucie véritablement de leur sort. De toute manière, je savais comment cela allait se finir pour la plupart d'entre eux et, même quand cela n'était pas le cas, la révélation choc soulevant enfin le voile du mystère ne parvenait pas à m'atteindre et à m'ébranler comme je l'avais escompté. Je ne pourrais mettre le doigt sur ce qui m'a manqué avec ce livre mais il m'a résolument manqué ce petit quelque chose insaisissable et indescriptible qui transforme votre lecture en coup de cœur ou coup de foudre au lieu de la laisser au stade de simple lecture de passage.

    Et puis, cela va vous sembler affreux ce que je vais vous énoncer là mais je suis de plus en plus persuadée qu'à force d'avoir englouti à ce point d'oeuvres de fiction livresques et cinématographiques sur la thématique de la Seconde Guerre mondiale dans le cas présent, notamment au cours de ma prime adolescence, je n'arrive plus à trouver ce contenu fictionnel agrémenté d'une dose plus ou moins importante de réalisme attrayant d'un point de vue purement créatif. Ce que j'entends par là, c'est que j'ai constaté avec une immense amertume et un certain fatalisme que je ne lisais plus de romans historiques en général pour leur intensité émotionnelle, pour la singularité de leur prose ou pour leur plus ou moins grand potentiel d'inventivité, de réinterprétation et réadaptation du réel, mais pour l'enrichissement personnel qu'ils m'apportent en terme de connaissances concernant une pléthore d'événements historiques et des enseignements principalement moraux, philosophiques qui découlent de ces derniers. Je ne vibre plus autant pour les personnages assez caricaturaux, à tout le moins à la construction psychologique et aux caractéristiques dans leur ensemble somme toute similaires, mon coeur ne bat plus à l'unisson avec les leurs, à quelques exceptions près (Hallie Erminie et Post, mes bébés pour ne citer qu'eux parmi mes dernières lectures de romans historiques concluantes)... Les choses ont tout simplement changé, je les vois désormais différemment avec l'œil d'une lectrice sûre de ces goûts et plus avisée après des années et des années de lecture d'un même genre littéraire, qui comme tous les autres a sa machine bien huilée et ses rouages qui lui sont propres. Dans certains cas, ce schéma narratif reproduit quasiment à l'identique ne me gêne nullement mais dans les romans historiques, qui est pourtant l'un de mes genres de prédilection, cela me chagrine et a même tendance à m'ennuyer. Il faudrait sûrement que je fasse une pause avec ce type de parutions comme je suis en train de la faire depuis quelques temps avec le genre dystopique pour par la suite mieux les retrouver et les apprécier à leur juste valeur. À l'heure actuelle, je suis de la team fantastique d'un côté et Young Adult de l'autre, avec le manga qui vient subrepticement se glisser entre les deux de plus en plus fréquemment, ce sont les appétits littéraires du moment et je n'y peux rien ! Ma phase fiction historique est passée et il faut que je l'accepte si je ne veux pas gâcher encore de magnifiques rencontres de livre a lecteur qui chamboulent toute une vie comme Un goût de cannelle et d'espoir aurait pu l'être avec moi. Vous penserez sans doute que j'exagère dans le mélodrame au vu de la splendide note que je vais mettre à ce titre mais je suis intimement convaincue qu'il aurait pu représenter bien plus à mes yeux si je l'avais lu au bon moment, si j'avais suivi mon instinct et les véritables désirs de mon cœur plutôt que la raison. Comme lors de la cuisson du meilleur des gâteaux, on se doit d'être patient en guise d'envies de lecture car un livre ouvert, quel qu'il soit, ne doit pas être pris à la légère. C'est la leçon que j'ai tirée de mon expérience en demi-teinte au vu de mon amour enraciné du genre en question avec Un goût de cannelle et d'espoir dans tous les cas.

    Pour conclure, il semblerait que j'attendais des monts et des merveilles de la part d'Un goût de cannelle et d'espoir qui se sera in fine avéré être un excellent roman qui cochait toutes les cases, qui rassemblait tous les ingrédients susceptibles de me plaire, mais à côté duquel je suis d'une certaine façon passée en tant que fan invétérée de ce type de livres en temps normal. Néanmoins, ce n'est pas pour autant que je vais me lamenter sur mon sort : Le bruissement du papier et des désirs avait été un ardent coup de cœur, Le souffle des feuilles et des promesses un tonitruant coup de foudre et il me reste encore Une promesse d'encre et de liberté à découvrir ! Tout n'est pas perdu, loin de là ! De votre côté, je vous conseille vivement de vous faire votre propre avis sur les délices d'Elsie avec ce récit. Pour ma part, je ne regrette au fond rien ; en y réfléchissant à deux fois, j'ai décidé de ne pas me mortifier pour si peu. De plus, l'autrice nous réserve une onctueuse surprise à la fin de son ouvrage. Ce n'est pas grand chose en apparence mais cela a suffi à réchauffer mon cœur désolé. Alors, désireux de savoir de quoi il en retourne ? Suivez l'odeur savoureuse du bon pain chaud de la Bäckerai et vous aurez la réponse !

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Mon livre préféré! Aucun n est encore parvenu à le détrôner malgré d autres livres coups de coeur.
    J'ai littéralement plongé dedans, rien ne m'en a éloigné.
    L histoire est véritablement émouvante, j en ai frissonné, pleuré, bref il m'a conquise.

    Mon livre préféré! Aucun n est encore parvenu à le détrôner malgré d autres livres coups de coeur.
    J'ai littéralement plongé dedans, rien ne m'en a éloigné.
    L histoire est véritablement émouvante, j en ai frissonné, pleuré, bref il m'a conquise.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • J’ai commencé cette lecture pendant les fêtes de fin d’année, bien au chaud, avec un bon thé et j’ai adoré. Et pas uniquement parce qu’à lire la description de la fabrication du pain et des biscuits allemands, on ressent physiquement ce « goût de cannelle », mais aussi parce que ce livre,...
    Voir plus

    J’ai commencé cette lecture pendant les fêtes de fin d’année, bien au chaud, avec un bon thé et j’ai adoré. Et pas uniquement parce qu’à lire la description de la fabrication du pain et des biscuits allemands, on ressent physiquement ce « goût de cannelle », mais aussi parce que ce livre, véritable cri de résistance face à la barbarie et la folie humaine, m’a laissé « un goût d’espoir »…

    Un goût de cannelle et d’espoir est un de ces livres dont on tombe amoureux. Ces deux périodes de la vie d’Elsie, à travers le temps, constituent un magnifique message d’espoir, d’humanité, d’entraide : c’est l’un de ces livres utiles pour ne jamais oublier que, même lorsque tout semble sombre, il reste toujours une chance, et que l’on peut toujours se relever de ce qui nous fait tomber…

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • C'est un roman qu'il faut lire par son côté historique, par le message qu'il délivre. Il nous montre que toutes les populations, d'où qu'elles viennent ont subies la guerre. Cette guerre si marquante par ses conditions...
    Voir plus

    C'est un roman qu'il faut lire par son côté historique, par le message qu'il délivre. Il nous montre que toutes les populations, d'où qu'elles viennent ont subies la guerre. Cette guerre si marquante par ses conditions déplorables.

    http://magrandelibrairie.over-blog.com/2019/02/un-gout-de-cannelle-et-d-espoir.html

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Reba Adams est journaliste. Pour les fêtes de fin d'année, elle souhaite interroger Elsie qui tient, avec sa fille Jane, une boulangerie de spécialités allemandes à El Paso au Texas. Elle souhaite écrire un article sur les Noël traditionnels allemands. Elsie est née en Allemagne, elle était...
    Voir plus

    Reba Adams est journaliste. Pour les fêtes de fin d'année, elle souhaite interroger Elsie qui tient, avec sa fille Jane, une boulangerie de spécialités allemandes à El Paso au Texas. Elle souhaite écrire un article sur les Noël traditionnels allemands. Elsie est née en Allemagne, elle était adolescente pendant la Seconde Guerre Mondiale. Reba pense que c'est l'histoire d'une petite visite et que son article sera bouclé en un tournemain. Mais Elsie ne se confie pas aussi facilement. Pour en savoir plus, Reba va devoir elle aussi raconter qui elle est.

    "— Pourriez-vous me décrire un Noël type en Allemagne ?
    Elle décida de se montrer directe, sans détour.
    — Je ne pourrai pas, non, déclara Elsie en mâchant un autre bout de gâteau. J'ai grandi pendant la guerre, il n'y avait pas de Noël type.
    — D'accord.
    Reba dessina un cercle sur une feuille. Une cible qu'elle devait atteindre.
    — Et le Noël de cette année-là ? demanda-t-elle en montrant la photo. Pourriez-vous juste me parler de celui-là ?
    Le regard d'Elsie se posa sur le cadre qui pendait au mur, légèrement de travers sur son clou."

    La construction de ce roman est assez classique des romans historiques. Les chapitres alternent entre l'histoire d'Elsie durant la Seconde Guerre Mondiale et le temps présent. Sa rencontre avec Reba, sa vie à la boulangerie avec Jane. Mais surtout l'histoire de Reba prend une grande place. L'auteure nous raconte son histoire avec Riki, flic à la frontière mexicaine.

    Cette partie concernant Reba ne m'a pas passionnée. Je n'ai pas réussi à y voir un intérêt et surtout à trouver un lien avec l'histoire d' Elsie. Je m'attendais à être surprise à la fin et finalement pas vraiment. Et que dire du personnage de Reba… Je n'ai pas aimé sa personnalité. Elle est très négative, très centrée sur elle-même. Tout en se mentant à elle-même et aux autres en permanence. Je l'ai trouvé assez antipathique, même si au fil de l'histoire, en la connaissant mieux, je l'ai compris un peu. Je ne l'ai pas trouvé attachante (et pourtant ma propre histoire comporte des points communs avec la sienne…)

    "Tout avait commencé par un petit mensonge. Elle avait fait croire qu'elle ne mangeait pas de produits laitiers. Cela faisait si longtemps maintenant qu'elle ne savait plus comment revenir en arrière."

    Par contre, l'histoire d'Elsie est passionnante. On fait sa connaissance alors qu'elle n'a que dix-sept ans et qu'elle aide à la boulangerie familiale. Sa grande soeur Hazel a rejoint un camp nazi dans lequel elle a donné naissance à des jumeaux. Une naissance programmée par la doctrine nazie dans le but de faire perdurer la race aryenne. Je ne connaissais pas cet aspect de l'histoire allemande, j'ai été assez choquée. Mais pour Hazel, cela semble être normal, dans le cours des choses. Elle est tellement endoctrinée, elle ne se rend pas compte de ce qui se passe, ni du rôle qu'elle joue. Les Jeunesses Hitlériennes forment les enfants à leur doctrine dès le plus jeune âge.

    "Je prie pour une victoire rapide de nos combattants afin que le Nouvel Ordre de l'Allemagne commence enfin. Alors, peut-être que je pourrais revenir à la maison pour toujours, trouver un homme respectable à épouser et avec qui j'élèverais nos enfants. C'est mon rêve, Elsie."

    A l'inverse, Elsie est plutôt une femme déterminée et rebelle. Bien que courtisée par un gradé nazi et élevée par des parents qui acceptent la politique d'Hitler, Elsie sait ce qu'elle ne veut pas être. C'est d'ailleurs sa force de caractère et son amour de la vie qui l'emmèneront jusqu'aux Etats-Unis où nous la retrouvons au crépuscule de sa vie. C'est un personnage attachant. J'aurais bien aimé aller lui rendre visite dans sa petite boulangerie, et l'écouter sa vie.

    "Les gens se languissent souvent de choses qui n'existent pas, des choses qui ont été, mais ne sont plus. Mon pays me manquera toujours parce qu'il n'est plus."

    Un goût de cannelle et d'espoir c'est la vie, c'est l'amour. C'est aussi parfois cruel et injuste. Mais l'espoir est toujours là, sur un fond d'odeur de viennoiseries tout juste sorties du four. Ce livre donne faim, avouons-le !

    En bref, Un goût de cannelle et d'espoir est un beau roman historique, qui se dévore malgré ses 500 pages. Il est juste dommage que le personnage de Reba y prenne autant d'importance. J'aurais préféré que le roman soit plus centré sur Elsie. La partie qui se déroule pendant la Seconde Guerre Mondiale est vraiment passionnante.

    https://ellemlireblog.wordpress.com/2018/12/14/un-gout-de-cannelle-et-despoir-sarah-mccoy/

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)
  • Un roman magnifique, doux et sucré, atroce et dramatique.
    Deux histoires, deux destins mêlés, deux époques. Elsie, jeune fille allemande en 1945 est fiancée à un soldat SS et caché un enfant juif dans sa chambre. La guerre et ses ravages, les conditions de vie de la population sous le régime...
    Voir plus

    Un roman magnifique, doux et sucré, atroce et dramatique.
    Deux histoires, deux destins mêlés, deux époques. Elsie, jeune fille allemande en 1945 est fiancée à un soldat SS et caché un enfant juif dans sa chambre. La guerre et ses ravages, les conditions de vie de la population sous le régime nazi. J'ai découvert l'existence des Lebensborn et leurs atrocités. Et puis il y a Reba, jeune américaine un peu perdue dans son passé et dans sa vie qui doit écrire un article sur les noëls allemands et rencontre Elsie dans sa boulangerie. C'est la rencontre de ses deux femmes.
    Un roman bouleversant sur l'amitié, l'amour, la guerre.

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.