Un clafoutis aux tomates cerises

Couverture du livre « Un clafoutis aux tomates cerises » de Veronique De Bure aux éditions Flammarion
  • Date de parution :
  • Editeur : Flammarion
  • EAN : 9782081389069
  • Série : (-)
  • Support : Papier
Résumé:

Au soir de sa vie, Jeanne, quatre-vingt-dix ans, décide d'écrire son journal intime. Sur une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l'hiver, d'événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis... Voir plus

Au soir de sa vie, Jeanne, quatre-vingt-dix ans, décide d'écrire son journal intime. Sur une année, du premier jour du printemps au dernier jour de l'hiver, d'événements minuscules en réflexions désopilantes, elle consigne ses humeurs, ses souvenirs, sa petite vie de Parisienne exilée depuis plus de soixante ans dans l'Allier, dans sa maison posée au milieu des prés, des bois et des vaches. La liberté de vie et de ton est l'un des privilèges du très grand âge, aussi Jeanne fait-elle ce qu'elle veut - et ce qu'elle peut : regarder pousser ses fleurs, boire du vin blanc avec ses amies, s'amuser des mésaventures de Fernand et Marcelle, le couple haut en couleurs de la ferme d'à côté, accueillir - pas trop souvent - ses petits-enfants, remplir son congélateur de petits choux au fromage, déplier un transat pour se perdre dans les étoiles en espérant les voir toujours à la saison prochaine...
Un clafoutis aux tomates cerises, le plus joli roman sur le grand âge qui soit, traite sans fard du temps qui passe et dresse le portrait d'une femme qui nous donne envie de vieillir.

Donner votre avis

Articles (1)

Avis (7)

  • J'ai aimé passé "une année" auprès de Jeanne.
    On partage son quotidien, sa solitude, ses peurs, ses craintes, sa nostalgie, ses moments en famille et entre amis…
    Ce roman est plein de tendresse, de douceur, et de nostalgie.
    Mais forcément le quotidien d'une personne de 90 ans n'est pas très...
    Voir plus

    J'ai aimé passé "une année" auprès de Jeanne.
    On partage son quotidien, sa solitude, ses peurs, ses craintes, sa nostalgie, ses moments en famille et entre amis…
    Ce roman est plein de tendresse, de douceur, et de nostalgie.
    Mais forcément le quotidien d'une personne de 90 ans n'est pas très rock'n'roll, c'est parfois répétitif.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Jeanne, petite dame âgée d'un peu plus de 90 ans nous raconte, via un journal qu'elle tient à jour quasi quotidiennement, par le menu détaillé qui fait sa vie dans sa petite ville de la campagne auvergnate. Elle nous raconte ses journées mais aussi les relations qu'elle entretient avec son...
    Voir plus

    Jeanne, petite dame âgée d'un peu plus de 90 ans nous raconte, via un journal qu'elle tient à jour quasi quotidiennement, par le menu détaillé qui fait sa vie dans sa petite ville de la campagne auvergnate. Elle nous raconte ses journées mais aussi les relations qu'elle entretient avec son entourage familial et amical. Ses journées, pleines d'habitudes qui les rythment, sont parsemées de souvenirs qui font surface.

    On vit avec son quotidien : les rapports avec les voisins eux aussi vieillissant, les bonnes amies que l'on retrouve régulièrement, les enfants qui envahissent le temps d'un court moment et qui veulent tout changer...

    C'est un roman rafraîchissant, gentillet que l'on peut lire en une seule fois ou par fragments. Il a le mérite de mettre l'accent sur :
    - l'importance du bien vieillir,
    - sur les relations inter-générationnelles où chacun pense être de bons conseils sans forcément tenir compte des aspirations, des désirs du bénéficiaire,
    - sur le sentiment de culpabilité avec le fait de vivre de manière de plus en plus individuelle,
    - sur l'isolement des personnes âgées et la désertification des campagnes.

    Mais c'est aussi une belle photographie du temps qui passe et qu'il ne faut pas regretter juste en saisir les bons moments et de retenir que notre vie est ce que nous en faisons, à nous de choisir si on veut la subir ou la vivre

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Nous voilà à suivre le quotidien de Jeanne 90 ans. Une vie encore bien riche et dynamique, entre parties de bridge et thés entre copines, jardinage ou ballades dans la nature, vacances en famille ou chez elle. Jeanne est loin d'être isolée, elle vit seule dans sa maison, est autonome et conduit...
    Voir plus

    Nous voilà à suivre le quotidien de Jeanne 90 ans. Une vie encore bien riche et dynamique, entre parties de bridge et thés entre copines, jardinage ou ballades dans la nature, vacances en famille ou chez elle. Jeanne est loin d'être isolée, elle vit seule dans sa maison, est autonome et conduit encore même si elle va de moins en moins loin et plutôt de jour.

    Elle partage donc avec nous ses activités quotidiennes, ses réflexions sur la vie et la vieillesse, ses souvenirs sans nostalgie, ses petites joies du quotidien, mais aussi ses inquiétudes face à ses amies qui perdent la tête ou sont malade, face à son propose avenir dont elle a parfaitement conscience qu'il est sans doute bien court.

    Un journal qui se lit avec plaisir, d'une grande délicatesse, qui peut nous faire mieux comprendre nous parents ou grand parents, permettra peut être à certains d'aborder ce sujet un peu tabou dans notre société.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • C'est plein de douceur, d'empathie, je crois que j'aimerais bien vieillir comme Jeanne. Elle m'a fait penser à de nombreuses femmes de mon entourage. Certaines anecdotes de son passé m'ont fait sourire parce que ma mère par exemple a vécu avec sa belle-mère la même chose que Jeanne avec la...
    Voir plus

    C'est plein de douceur, d'empathie, je crois que j'aimerais bien vieillir comme Jeanne. Elle m'a fait penser à de nombreuses femmes de mon entourage. Certaines anecdotes de son passé m'ont fait sourire parce que ma mère par exemple a vécu avec sa belle-mère la même chose que Jeanne avec la sienne: la belle-mère déboulant sans frapper dans la chambre conjugale !
    J'ai retrouvé de ma belle-mère en Jeanne, remplissant le congélateur de feuilletés aux saucisses pour l'apéritif lorsqu'elle aurait des invités et de tant de bonnes choses cuisinées avec amour.
    J'ai adoré Jeanne et son bon sens, ses réflexions désopilantes, sa volonté de prendre la vie du bon côté, son attention aux autres même si elle dit devenir plus égoïste en vieillissant et les mille petits riens de son quotidien.
    C'est finement observé, c'est un régal de justesse et d'humanité. Un regard lucide aussi sur la vieillesse et l'usure du corps car malgré sa santé de fer à 90 ans Jeanne ne se leurre pas :"mon futur et mon présent se confondent et l'idée du premier n'adoucit plus la réalité du second". Et pourtant ce n'est pas un livre triste du tout. Prenez le temps de lire Un clafoutis aux tomates cerises vous passerez un merveilleux moment.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’aurais aimé avoir une grand-mère comme Jeanne. Une grand-mère pleine de douceur, avec toujours des histoires drôles ou tristes à raconter, des anecdotes du temps passé où l’on savait prendre le temps de vivre au rythme des saisons.
    Une grand-mère, comme Jeanne qui a abandonné sa vie...
    Voir plus

    J’aurais aimé avoir une grand-mère comme Jeanne. Une grand-mère pleine de douceur, avec toujours des histoires drôles ou tristes à raconter, des anecdotes du temps passé où l’on savait prendre le temps de vivre au rythme des saisons.
    Une grand-mère, comme Jeanne qui a abandonné sa vie parisienne pour suivre son mari, dans l’Allier aux environs de Vichy.
    Nous la découvrons au fil de son journal intime, entourée de ses copines et de ses voisins, elle profite pleinement de la vie avec des parties de bridge, des balades, des escapades en voiture où tranquillement installée au jardin occupée à résoudre les mots croisés du Figaro qui n’ont plus beaucoup de secrets pour elle qui se délecte des définitions savoureuses de Michel Laclos.

    Mais les années passent et la mémoire de Jeanne devient un peu plus incertaine, son équilibre un peu plus instable et peu à peu les amis disparaissent et le souffle de vie devient de plus en plus ténu.

    Véronique de Bure signe un magnifique roman plein de tendresse et de nostalgie.
    Telle une petite madeleine, cette histoire réveille des souvenirs, des sensations du temps passé.
    Même si on sent la fin arriver inexorablement, c’est sans tristesse tant il y a de sérénité dans ces lignes.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2017/05/un-clafoutis-aux-tomates-cerises-de.html

    Ce roman est le journal intime que Jeanne, 90 ans, tient pendant un an du premier jour du printemps au dernier jour de l'hiver.

    Jeanne vit à la campagne dans un petit village près de Vichy. Parisienne,...
    Voir plus

    http://leslivresdejoelle.blogspot.fr/2017/05/un-clafoutis-aux-tomates-cerises-de.html

    Ce roman est le journal intime que Jeanne, 90 ans, tient pendant un an du premier jour du printemps au dernier jour de l'hiver.

    Jeanne vit à la campagne dans un petit village près de Vichy. Parisienne, elle y a suivi son mari René qui était assureur et a vécu une cohabitation difficile avec sa belle-mère. Veuve depuis de nombreuses années, c'est une femme encore dynamique qui conduit sa voiture pour aller rejoindre ses amies pour des tournois de bridge ou des parties de scrabble arrosés d'un petit verre de blanc... Elle ne s'ennuie jamais entre sa promenade quotidienne, son jardinage, ses mots croisés, ses livres, ses amies... Elle a une amie, Gilberte, avec qui elle partage tout et en particulier un verre de bon blanc après la messe.

    Jeanne nous fait part de ses pensées, de ses observations, elle évoque la drôlerie de son couple de voisins Fernand et Marcelle, sa fierté devant son potager et ses massifs de fleurs, son petit monde d'amies qui disparaissent tour à tour, son inquiétude pour son amie qu'elle surveille car elle semble commencer à perdre la tête, les visites de ses enfants et petits enfants, "son collier qui sonne" et son portable que ses enfants lui demandent d'avoir en permanence sur elle...

    Le progrès lui complique bien la vie, une réservation de billet de train était quand même plus simple quand il suffisait d'aller au guichet... Elle a horreur des objets modernes, et voilà que son fils lui achète un GPS pour sa voiture car il lui arrive de ne pas retrouver son chemin du premier coup! Heureusement que ses enfants viennent régulièrement la voir, ils en profitent pour remettre son four à l'heure et réparer tous ses appareils trop modernes pour elle qui ne comprend rien à la technique.
    Dépassée par l'évolution du monde en général et de la ville en particulier, elle se moque gentiment des habitudes de parisiens de ses enfants et des modes venues de la ville.

    Avec l'âge elle a acquis une certaines indifférence par rapport à la mort, elle réfléchit au choix de son cercueil, au choix des chants et musiques pour son enterrement et aimerait partir pendant son sommeil, elle est devenue fataliste, indifférente à beaucoup de choses "On dirait qu'à mesure que la vie se rétrécit le cœur se dessèche." Sa seule hantise est d'être atteinte de la maladie d'Alzheimer.

    Constitué de quatre chapitres, un par saison, ce roman donne la parole à une femme simple à la vie simple et aux propos pleins de bon sens. Jeanne est une femme attendrissante, très sympathique, pleine d'humour et d'auto dérision qui mêle présent et souvenirs dans son récit. C'est tendre et bien observé, je dois cependant avouer que j'y ai trouvé quelques longueurs, le roman aurait pu faire une centaine de pages en moins...
    La fin sonne particulièrement juste avec la tristesse de l'hiver qui n'en finit pas et qui met le vague à l'âme, avec les envies qui disparaissent peu à peu...
    Un beau roman plein de tendresse sur la vieillesse.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Jeanne, l'année de ses 90 ans, au soir de sa vie, décide d'écrire son journal intime. Il débute au printemps et finit en hiver.

    Elle vit seule dans une grande maison isolée à la campagne. Elle est autonome et ne s'ennuie jamais. On découvre son quotidien, son entourage familial et amical....
    Voir plus

    Jeanne, l'année de ses 90 ans, au soir de sa vie, décide d'écrire son journal intime. Il débute au printemps et finit en hiver.

    Elle vit seule dans une grande maison isolée à la campagne. Elle est autonome et ne s'ennuie jamais. On découvre son quotidien, son entourage familial et amical. Elle évoque ses souvenirs, entre autres, sa relation avec sa belle-mère, une femme capricieuse et acariâtre. Une longue cohabitation plus que difficile créant des tensions au sein de son couple ? Avec humour, elle parle de son inadaptation à la technologie : lecteur " dévédé", internet, GPS.
    Elle est préoccupée par ses pertes de mémoire, ses insomnies, mais sans pathos

    L'auteur dédit, ce livre à sa mère qu'on suppose être Jeanne. On sent à travers l'écriture son immense attachement filial.
    Une écriture fluide qui accroche le lecteur, page après page.
    La dernière page lue, le livre fermé, je me pose cette question : Pourquoi ai-je lu avec appétit cette histoire de vie somme toute banale ? Probablement parce qu'elle fait écho à ma propre histoire avec ma grand-mère.

    5 mots : grand âge, 4 saisons, technologie, famille, amitiés.Points positifs : écriture fluide accrocheuse, choix du thème abordé, plaisir de lecture.
    Pas de points négatifs

    Brigitte du Club Lecture « Des livres et vous »

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions