Ultra Violette

Couverture du livre « Ultra Violette » de Raphaëlle Riol aux éditions Editions Du Rouergue
Résumé:

Autour de la figure de Violette Nozire, parricide de 17 ans devenue une lgende ds son procs, Raphalle Riol dessine le portrait d'une jeune fille hors normes et d'une poque, les annes 30. Dans ce roman, l'auteur fait revivre le fantme de Violette Nozire, lui redonne une figure littraire, la... Voir plus

Autour de la figure de Violette Nozire, parricide de 17 ans devenue une lgende ds son procs, Raphalle Riol dessine le portrait d'une jeune fille hors normes et d'une poque, les annes 30. Dans ce roman, l'auteur fait revivre le fantme de Violette Nozire, lui redonne une figure littraire, la faon de ce qu'elle fut pour les Surralistes. Un livre envotant, par sa capacit rcrire la vie de cette jeune meurtrire et d'une grande inventivit dans sa faon de romancer un fait divers.

Donner votre avis

Le courrier des auteurs

Raphaëlle Riol répond à nos questions ! (14/03/2015)

1) Qui êtes-vous ? ! J'écris donc je suis. Et je mue après chaque texte que j'écris. 2) Quel est le thème central de ce livre ? Il y en a deux : Violette Nozière et mon rapport à l'écriture. 3) Si vous deviez mettre en avant une phrase de ce livre, laquelle choisiriez-vous ? «L'écriture force les destins ; elle déterre des fins.» (page 168). 4) Si ce livre était une musique, quelle serait-elle ? Une petite musique incertaine, déstabilisante. Un bruit de fond à la fois crispant et séduisant. 5) Qu'aimeriez-vous partager avec vos lecteurs en priorité ? Cette petite musique ! J'ai beaucoup travaillé sur la sonorité des phrases de ce texte. 6) Avez-vous des rituels d'écrivain ? (Choix du lieu, de l'horaire, d'une musique de fond) ? J'écris chez moi ou seule au bord de la mer. Jamais dans un lieu public mais nécessairement en compagnie de mon chat. 7) Comment vous vient l'inspiration ? À force de lectures, de musiques, d'isolement et de travail. 8) Comment l'écriture est-elle entrée dans votre vie ? Vous êtes-vous dit enfant ou adolescente «un jour j'écrirai des livres» ? Les livres ont toujours fait partie de ma vie mais l'écriture y est entrée par hasard. C'est un accident heureux de la vie qui, pour le coup, n'est jamais écrite. 9) Vous souvenez-vous de vos premiers chocs littéraires (en tant que lectrice) ? Le ravissement de Lol V. Stein de Duras et les chansons de Noir Désir. 10) Savez-vous à quoi servent les écrivains ? ! Faut-il nécessairement servir à quelque chose ? Je pense que j'écris pour ne pas servir à quelque chose. Ecrire, pour moi, est un geste très personnel mais c'est aussi un geste «social» pour ne pas dire «politique». C'est l'affirmation de mon indépendance. C'est le cri de mon autonomie.

Contenu proposé par lechoixdeslibraires.com

Articles (1)

  • Les 30 livres en sélection pour le Prix Orange du Livre 2015 ou ce qu’il faut lire si vous êtes en panne d’idées
    Les 30 romans en sélection pour le Prix Orange du Livre 2015

    Alors que les membres du jury s’attèlent à leurs dernières lectures et peaufinent leurs arguments pour le 5 mai prochain, où ils devront désigner cinq romans finalistes, revenons sur les 30 titres sélectionnés pour le Prix Orange du Livre 2015.

Avis(6)

  • Pas facile d'écrire un commentaire de lecture sur "ultra Violette" de Raphaëlle Riol !

    Prenez une auteure - Raphaëlle Riol, par exemple. Prenez une jeune fille de 17 ans accusée de parricide en 1933, adulée par les Surréalistes, abhorrée par la vox populi, condamnée à mort, graciée,...
    Voir plus

    Pas facile d'écrire un commentaire de lecture sur "ultra Violette" de Raphaëlle Riol !

    Prenez une auteure - Raphaëlle Riol, par exemple. Prenez une jeune fille de 17 ans accusée de parricide en 1933, adulée par les Surréalistes, abhorrée par la vox populi, condamnée à mort, graciée, réhabilitée - Violette Nozière puisque c'est elle dont il s'agit. Imaginez que la première projette d'écrire sur la seconde. Ecrire un roman. Mais Violette Nozière n'était-elle pas d'emblée un personnage de roman ? Que le Diable me patafiole si cette vie-là ne fut pas romanesque !

    Sauf que Violette Nozière n'est pas un personnage de fiction. A tel point qu'elle s'invite insolemment dans l'élaboration du roman, dans le studio, dans la vie de l'auteur jusqu'à devenir présence obsédante et donner son avis sur les pages qui la concernent, et même s'insinuer dans les pensées de celle qui revisite son histoire.
    Vous voyez le dilemme ? Vous appréhendez l'ampleur du problème (et donc du roman) ? Voilà une auteure réelle devenue personnage de son propre roman et confrontée à son héroïne réelle de fiction !

    De cet inextricable écheveau littéraire, Raphaëlle Riol tire des fils, malicieux, ironiques et subtils, qui détricotent un mythe pour laisser entrevoir l'histoire vraie juste avant de tisser une nouvelle fable qui, au centre d'un motif chatoyant, fait se percuter la figure de l'écrivain aux prises avec son travail d'invention et celle de son énigmatique personnage. Face A.

    Face B : c'est le visage de Violette Nozière qui émerge comme en une anamorphose révélée par cette lumière ultra violette que projette Raphaëlle Riol sur l'histoire et sur les faits. Une lumière noire pour l'Ange noir.
    Dire que la construction de ce roman est d'une intelligence et d'une finesse diaboliques n'est guère suffisant. Il faut aussi parler de l'écriture qui surfe sur différents registres, se nimbe de poésie, se roule dans le concret, éclate d'impertinence et de malice tout en charriant des questions passionnantes.

    "ultra Violette" est ma première lecture de Raphaëlle Riol. Je vous l'affirme : ce n'est pas la dernière !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ultra Violette est un roman particulier, son titre reprend le nom du personnage principal : Violette Nozière. Elle est célèbre pour avoir été défendue par les surréalistes après avoir assassiné son père en août 1933. Au début, j’ai eu peur que ça ne soit que la description d’un fait divers et...
    Voir plus

    Ultra Violette est un roman particulier, son titre reprend le nom du personnage principal : Violette Nozière. Elle est célèbre pour avoir été défendue par les surréalistes après avoir assassiné son père en août 1933. Au début, j’ai eu peur que ça ne soit que la description d’un fait divers et finalement ça n’est pas le cas.

    L’auteur nous raconte aussi sa fascination pour le personnage, elle va jusqu’à lui créer une page facebook, l’impression qu’elle la hante, qu’elle domine sa vie. Violette est un personnage complexe, jeune fille obsédée par la vie, l’envie d’un ailleurs, d’aller voir la mer. Une vie plus facile loin du minable appartement de ses parents, ouvriers au cœur étriqué au 9 rue de Madagascar. Elle est une enfant gâtée qui ne se refuse rien et quand elle ne peut pas l’obtenir elle joue de ses charmes pour avoir l’argent nécessaire à ses folies. Son père personnage trouble, conducteur de train, un peu trop proche de sa fille, sa mère une femme au cœur étriquée.

    On suit les folies de Violette, ses rencontres, ses mensonges au départ anodins pour sécher le lycée puis ses rêves de grandeur qui la plonge dans la prostitution. La face A du livre reconstitue sa vie, son arrestation. L’auteur aussi est présente qui nous parle de ses angoisses de la page blanche, de sa difficulté d’écrire, du fait qu’elle se laisse envahir par son histoire et l’impact sur sa vie. Le métier d’écrivain est décrit de manière originale et fait de Violette, un spectre, une muse capricieuse, un peu comme l’inspiration. Les descriptions sont précises, le rythme est rapide. J’ai apprécié de découvrir ce rapport auteur-personnage c’est ce qui a retenu le plus mon attention. Par contre, par moment la description des aventures de Violette m’a lassé.

    La deuxième partie du livre face B raconte la vie en prison de Violette, et l’après qui vient la chercher le jour de la sortie. Elle énumère différents personnes qui ont gravité autour de Violette et cherche le responsable comme dans une enquête ce qui est original. J’ai aimé cette alternance de fiction, d’autofiction dans le récit. L’auteur utilise les connaissances sur la vie de Violette, les hypothèses en les présentant de manière originale. On est parfois agacé par cette petite fille qui cherche à devenir grande. L’auteur n’essaye pas d’en faire une héroïne, elle montre bien sa face sombre, l’absence apparent de mobile, son égoïsme mais aussi sa fragilité, l’ambigüité de son père. Elle s’amuse avec sa création, créature, fantôme. Le personnage de fiction prend peu à peu son autonomie jusqu’à rédiger elle même son histoire. Ce côté fou de l’écriture et de sa création, c’est ce que j’ai apprécié dans l’ouvrage. De même que le fait, qu’elle ne juge pas son personnage et se moque de sa réception.

    Donc si vous voulez découvrir comment un personnage peut obséder un écrivain et la manière dont Raphaëlle Riol rend hommage à son personnage, ouvrez ce livre.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Violette Nozière, ivre de liberté, assassina son père en 1933. L'auteur convoque le fantôme de la jeune femme et reprend le fil d'un parcours étonnant, dans les années 30 à Saint-Germain-des Prés. Violette raconte son histoire et tente d'expliquer son geste, entre fascination morbide et désir de...
    Voir plus

    Violette Nozière, ivre de liberté, assassina son père en 1933. L'auteur convoque le fantôme de la jeune femme et reprend le fil d'un parcours étonnant, dans les années 30 à Saint-Germain-des Prés. Violette raconte son histoire et tente d'expliquer son geste, entre fascination morbide et désir de s'évader. Le roman balance entre rêve et réalité, un peu comme Violette le fit naguère dans l'appartement familial trop étroit, cadenassée par des parents trop conventionnels et à la recherche d'un paradis artificiel. Le texte est bien construit et l'initiative est finalement audacieuse.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Quel étrange livre qui tient à la fois du roman, de la biographie et du récit, dans lequel tout s’emmêle, le vrai et le faux, la vie et le rêve. Raphaëlle Riol a une façon bien particulière de nous raconter l’histoire connue de tous, mais finalement si peu dans ses détails, de Violette Nozière,...
    Voir plus

    Quel étrange livre qui tient à la fois du roman, de la biographie et du récit, dans lequel tout s’emmêle, le vrai et le faux, la vie et le rêve. Raphaëlle Riol a une façon bien particulière de nous raconter l’histoire connue de tous, mais finalement si peu dans ses détails, de Violette Nozière, parricide de 17 ans condamnée à mort en 1933.
    L’auteure, ou la narratrice évoque le quotidien de Violette au 9 rue de Madagascar. C’est une fille unique choyée, mais si mal, par des parents un peu trop ordinaires pour cette adolescente qui rêve d’autre chose. Un père cheminot, une mère au foyer, une vie dans un appartement trop petit, elle souffre de cette promiscuité malsaine, surtout le soir quand elle doit s’endormir dans la pièce principale, après le dîner et l’invariable partie de belote, quand les parents s’aiment bruyamment dans leur lit, dans cette chambre contiguë à la porte jamais close.
    Fuguant et fuyant le lycée et ses élèves un peu trop dociles, Violette rêve de bijoux, de fourrures, de belles toilettes. Elle fume, traine dans les bars, puis dans la chambre 7 du petit hôtel de la rue Victor cousin, dans cette chambre où enfin elle trouve le calme et la solitude, quand les amants de passage sont repartis, après avoir payé un bien léger écot. Difficile de vivre ainsi, il faut partir en douce le soir, tricher dans la journée, voler les billets de banque cachés un peu partout dans l’appartement pour se payer cette légèreté, cette part de rêve auquel elle aspire tant. Plus le temps passe, plus Violette étouffe dans cet appartement du 9 rue de Madagascar. L’issue fatale pour les parents devient une évidence. La voilà parricide, accusée, condamnée, puis muse improbable des surréalistes, prisonnière modèle, puis vient la libération et la vie autrement.
    Raphaëlle Riol invite Violette dans son récit, la narratrice vit avec elle, s’entretient avec elle, pense pour elle. Viennent s’ajouter quelques scènes supposées vécues au moment de la sortie de prison de Violette, toutes en suppositions aussi hasardeuses les unes que les autres. Etrange roman où le réel et l’imaginaire interférent pour un dialogue entre l’auteure et son personnage, pour une relation étrange dans laquelle se perdra la narratrice. J’ai particulièrement aimé ce décalage de l’écriture, ce tutoiement de la narratrice envers Violette, qui est là, présente puis absente, jusqu’à la rédemption ou la perte. Une écriture très agréable, ciselée, réaliste et effrontée pour un livre bien singulier.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.