Trois saisons d'orage

Couverture du livre « Trois saisons d'orage » de Cecile Coulon aux éditions Viviane Hamy
  • Date de parution :
  • Editeur : Viviane Hamy
  • EAN : 9782878583373
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Les Fontaines. Une pierre cassée au milieu d'un pays qui s'en fiche. Un morceau du monde qui dérive, porté par les vents et les orages. Une île au milieu d'une terre abrupte. Je connais les histoires de ce village, mais une seule les rassemble toutes. Elle doit être entendue. L'histoire d'André,... Voir plus

Les Fontaines. Une pierre cassée au milieu d'un pays qui s'en fiche. Un morceau du monde qui dérive, porté par les vents et les orages. Une île au milieu d'une terre abrupte. Je connais les histoires de ce village, mais une seule les rassemble toutes. Elle doit être entendue. L'histoire d'André, de son fils Benedict, de sa petite-fille, Bérangère. Une famille de médecins. Celle de Maxime, de son fils Valère, et de ses vaches. Une famille de paysans. Et au milieu, une maison. Ou ce qu'il en reste.

Trois générations confrontées à l'Histoire et au fol orgueil des hommes ayant oublié la permanence hiératique de la nature.
Saga portée par la fureur et la passion, Trois saisons d'orage peint une vision de la seconde partie du XXe siècle placée sous le signe de la fable antique. Les Trois-Gueules, « forteresse de falaises réputée infranchissable », où elle prend racine, sont un espace où le temps est distordu, un lieu qui se resserre à mesure que le monde, autour, s'étend. Si elles happent, régulièrement, un enfant au bord de leurs pics, noient un vieillard dans leurs torrents, écrasent quelques ouvriers sous les chutes de leurs pierres, les villageois n'y peuvent rien ; mais ils l'acceptent, car le reste du temps, elles sont l'antichambre du paradis.

Cécile Coulon renoue ici avec ses thèmes de prédilection - la campagne opposée à la ville, la lutte sans merci entre l'homme et la nature -, qui sont les battements de coeur du très grand succès que fut Le Roi n'a pas sommeil (Éd. Viviane Hamy, 2012).

Donner votre avis

Articles (11)

Voir tous les articles

Les derniers avis

  • Même si l’écriture est agréable, soignée, la mise en place du décor est longue, trop longue avec de nombreuses répétitions au fil des chapitres. Les personnages sont un peu lisses, presque froid comme si l’auteur les observait de loin pour les décrire, cela donne un roman un peu banal reposant...
    Voir plus

    Même si l’écriture est agréable, soignée, la mise en place du décor est longue, trop longue avec de nombreuses répétitions au fil des chapitres. Les personnages sont un peu lisses, presque froid comme si l’auteur les observait de loin pour les décrire, cela donne un roman un peu banal reposant sur l’amour coupable d’un couple improbable.
    Pas franchement emballé, j’essaierai tout de même de lire un autre roman de cette auteur précoce pour tâcher de comprendre son succès.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ouh là, là que j'ai aimé ce livre!
    A la fois saga familiale sur trois générations, roman du terroir, et esquisse tout en finesse d'un amour impossible, j'ai adoré ce livre qui propose tout ce que j'aime dans la littérature. Des personnages attachants, tourmentés pour la plupart, dont on suit...
    Voir plus

    Ouh là, là que j'ai aimé ce livre!
    A la fois saga familiale sur trois générations, roman du terroir, et esquisse tout en finesse d'un amour impossible, j'ai adoré ce livre qui propose tout ce que j'aime dans la littérature. Des personnages attachants, tourmentés pour la plupart, dont on suit des moments de vie avec un réél intérêt comme s'ils étaient des amis que l'on aimerait mieux connaitre. Des rebondissements sans grosses ficelles, un style limpide et pur.
    Un vrai chef d'oeuvre! Du coup, ce qui est rare, j'ai relu le début car j'étais triste de quitter les personnages!

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J’ai découvert Cécile Coulon l’année dernière avec la lecture de : Le Roi n’a pas sommeil et comme je vais avoir la possibilité d’assister à une rencontre avec cette jeune auteure, la semaine prochaine, j’ai voulu me replonger dans son univers et en particulier dans le livre pour lequel elle est...
    Voir plus

    J’ai découvert Cécile Coulon l’année dernière avec la lecture de : Le Roi n’a pas sommeil et comme je vais avoir la possibilité d’assister à une rencontre avec cette jeune auteure, la semaine prochaine, j’ai voulu me replonger dans son univers et en particulier dans le livre pour lequel elle est invitée à La Roche sur Yon.

    Ce roman est avant tout l’histoire d’un lieu :

    Les Fontaines, Ce village minuscule, tachent le paysage, morceau de craie dérivant au cœur d’une mer végétale et calcaire. La forêt crache les hommes comme des pépins, les bois bruissent, des traînées de brume couronnent leurs faîtes, au lever du soleil, la lumière les habille. (p9)

    Dès les premières pages, les premiers paragraphes, le narrateur, le prêtre du village plante le décor. C’est un paysage où la nature imprime sa marque, où les hommes, même s’ils pensent la dominer, seront toujours les perdants :

    Je vous parle d’un endroit qui est mort mille fois avant mon arrivée, qui mourra mille fois encore après mon départ, d’un lieu humide et brumeux, couvert de terre, de pierre, d’eau et d’herbe. Je vous parle d’un endroit qui a vu des hommes suffoquer, des enfants naître, d’un lieu qui leur survivra, jusqu’à la fin, s’il y en a une. (p10)

    Il existe des lieux comme Les Fontaines un peu partout, pas exactement les mêmes mais si peu différents, où la communauté bénéficie des bienfaits de la présence d’une entreprise les Frères Charrier (dans le cas présent des carrières de pierre) qui va apporter richesse, éducation, confort etc…. à l’ensemble des habitants, des travailleurs, les fourmis blanches, ces petits êtres recouverts de poussière blanche, qui lui resteront toujours reconnaissants de ce qu’elle leur a apporté sans songer que cette richesse c’est grâce à leur travail qu’ils l’ont obtenue et qu’elle les enchaîne.

    Dans ce récit la nature tient une place importante comme un élément essentiel du drame qui va s’y dérouler. Elle est le témoin silencieux mais omniprésent. Mais il y a aussi les hommes : ceux du cru, ceux qui sont nés ici, des enfants du pays et puis il y a les autres, ceux qui sont venus de la ville, comme le médecin, André, qui a apporté lui la médecine et ses bienfaits, qui pense s’être fondu dans le décor mais l’intégration est-elle possible et si oui jusqu’à quand.

    Et puis il y les croyances, les superstitions, les traditions où le maire, l’employeur, le curé dictent la conduite à tenir et détiennent les pouvoirs. Et puis il y a les petites histoires, les croyances, les superstitions, ce qui fait le mystère d’un lieu.

    Cécile Coulon offre à travers ce récit une vision très réaliste de notre société de la sortie de la deuxième guerre mondiale jusqu’à récemment, sur 3 générations. Elle aborde beaucoup de thème : la confrontation de deux univers : celui du terroir et celui de la ville, des façons de vivre, des croyances (en particulier à travers le personnage d’Agnès qui restera longtemps partagée entre les deux), celui des superstitions surtout celles liées à un lieu mais aussi aux rivalités des classes de la société : paysan et petite bourgeoisie, qui ne se comprennent pas, qui n’ont pas grand chose à se dire.

    En y intégrant la troisième génération, celle de Valère, le fils de paysan, beau, sensible et cultivé (à la différence de ses frères) et Bérangère, jolie, fille et petite-fille de médecins, brillante et joyeuse pour qui tout est promis et possible :

    Ni insolente, ni gâtée, elle jouissait de la force de ceux qui ne croient pas en l’avenir parce que l’avenir ne leur fait pas peur. L’avenir est une notion abstraite qu’ils dédaignent parce qu’ils savent d’emblée que tout ira bien. (p93)

    l’annonce de l’orage s’installe, peu à peu, le climat devient plus lourd, plus pesant.

    Après avoir connu le bonheur, la prospérité pendant plusieurs années et l’expansion, après une montée des désirs et des espérances, on commence à entendre les premiers grondements : ceux de la nature qui veut reprendre le dessus après les blessures infligées par les hommes, mais aussi ceux des cœurs, des désirs, des conventions.

    J’ai particulièrement aimé la façon dont l’auteure restitue le climat pesant de ces villages ruraux, des notables, des oppositions de classes, des pouvoirs des notables, de ce regard sans complaisance sur nos sociétés urbaines ou rurales. Par des phrases parfois « coup de poing », courtes mais lourdes, l’atmosphère du récit prend toute sa valeur.

    On s’attache aux différents personnages et pour ma part, plus particulièrement aux personnages féminins : Elise, Agnès et Bérangère : trois femmes très différentes mais modernes, décidées, conscientes de leurs rôles, de leurs désirs.

    Et puis il y a cette maison, la Cabane, qui a connu un drame mais qui va devenir le fief de la famille d’André. Il ne voudra pas croire aux superstitions, au sort qui peut s’acharner sur un lieu.

    Il y a de la violence de sentiments, d’environnement, de confrontations mais quel roman tellement réaliste de notre monde, de ses oppositions, de ce que l’homme en fait quand il pense le valoriser alors qu’il le « dénature », que la nature sera la seule survivante, peut-être, et que très souvent elle seule aura le dernier mot.

    Là-bas les corbeaux volent sur le dos pour ne pas voir la misère. (p61)

    Je dois avouer que j’avais un petit à priori, pas plus enclin à poursuivre ma découverte de cette auteure, j’en avais une fausse image, mais son écriture et son style m’ont énormément plu. Je me suis totalement immergée dans l’histoire, car j’en connaissais certains aspects pour les avoir vécus moi-même, et l’intrigue dramatique révélée dès le début est maîtrisée, dosée.

    J’ai hâte de la rencontrer pour qu’elle parle de l’écriture de ce roman qui a été couronné par le Prix des Libraires en 2017….. mérité pour une écriture que j’associe à celle de Céline Lapertot….. d’ailleurs dans la même maison d’éditions.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Notre bibliothèque associative n'a pas le budget suffisant pour acquérir tous les livres. Nous devons faire des choix et nous avons laissé passer le magnifique roman de Cécile Coulon lors de sa sortie en janvier. Heureusement nous venons de réparer cet oubli, et "trois saisons d'orage" a rejoint...
    Voir plus

    Notre bibliothèque associative n'a pas le budget suffisant pour acquérir tous les livres. Nous devons faire des choix et nous avons laissé passer le magnifique roman de Cécile Coulon lors de sa sortie en janvier. Heureusement nous venons de réparer cet oubli, et "trois saisons d'orage" a rejoint le rayon "nouveautés" de notre bibliothèque.

    Massif des trois gueules, Les Fontaines, un village minuscule, une maison calcinée avec ses quatre fenêtres, quatre yeux vides. Une famille de médecins, une famille de paysans, et au milieu la maison ou ce qu'il en reste.

    Nous sommes après-guerre, les frères Charrier exploitent une carrière, leurs ouvriers, « les fourmis blanches « et les paysans ne s'aiment pas, ils se supportent. le village entre dans une ère nouvelle. Un village avec un médecin à demeure est un endroit qui rassure, c'est ici que s'installe André un jeune médecin. Dès qu'il voit la maison il se sent chez lui, alors quand la famille s'en va, suite à la mort subite de leur jeune enfant, il propose une somme deux fois supérieure à la somme demandée.

    Elise, une fille sans chichis, sage, extrêmement sage. Après une soirée dans un bar, Elise est ivre, André aussi. Alors quand Benedict, 4 ans après, réclame son papa, Elise sait que le moment est venu pour son garçon de rencontrer son père.

    Devenu médecin à son tour, Benedict, s'installe avec son père, il tombe amoureux d'Agnès une femme, belle, libre et sauvage. Leur premier enfant, Bérangère, naît le jour de la fête du village. Aucun autre enfant n'arrivera.

    Maxime dégote Delphine une femme jolie et travailleuse, fille de paysans. Lorsque le père meurt le couple hérite de la ferme. Lorsque les quatre garçons viennent au monde, Delphine ne prend aucun repos, elle n'en fait pas toute une histoire. Valère est le troisième des enfants, il aime la terre et les animaux.

    Valère rencontre Bérangère à l'école, elle est bien née, lui n'a que la ferme, elle a la lumière, il n'a que des bouses de vache. Elle est drôle et intelligente, il est encore un adolescent mais son corps ressemble à celui d'un adulte.

    Mais quand Charles, le deuxième enfant de Bénédicte et Agnès naît miraculeusement seize ans après Bérangère, tout bascule, il a une marque de naissance transmise par les hommes de même sang, un jour quelqu'un connaîtra la vérité et se quelqu'un parlera.

    Tout d'abord, Cécile Coulon met en place le cadre de son récit, un village où tout le monde se connait, où il n'y a aucune intimité, où il n'y a pas d'endroit pour pleurer sans que ses sanglots inondent la vie des autres. Elle décrit le développement de ce village et l'arrivée de nouveaux habitants. Elle nous raconte l'attachement des paysans à leur terre et leur souhait de la préserver. Elle dresse minutieusement le caractère de chaque personnage dont certains s'opposent. Son écriture se fait précise pour décrire la passion interdite qui dévore deux êtres, les soubresauts du désir, la difficulté d'effacer l'image d'un corps de ses pensées. L'auteur peint parfaitement la ruralité, l'importance du médecin et du curé, les deux hommes à qui les habitants se confient, les regards et les non-dits. Un roman qui semble simple et qui pourtant est d'une puissance incroyable porté par une belle écriture et le lecteur n'oubliera pas les visages d'Elise, d'Agnès et de Bérangère trois femmes au coeur de ce drame.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Dire que j’ai failli passer à côté de ce très BEAU ROMAN !

    J’avais des a priori sur ce livre, le résumé ne m’emballait nullement. Le milieu rural ne m’attirant pas du tout et je n’avais pas envie de lire, une histoire de saga familiale. Mais comme il m’avait été vivement conseillé par des...
    Voir plus

    Dire que j’ai failli passer à côté de ce très BEAU ROMAN !

    J’avais des a priori sur ce livre, le résumé ne m’emballait nullement. Le milieu rural ne m’attirant pas du tout et je n’avais pas envie de lire, une histoire de saga familiale. Mais comme il m’avait été vivement conseillé par des amies, dubitative, je l’ai commencé en me disant que si je n’accrochais pas, je l’abandonnerais sans regret.

    ET parfois, on tombe sur des surprises ! Ce que l'on appelle des petites pépites !

    Celui-ci fait partie des romans que l’on a envie d’offrir, que l’on a envie de faire lire à notre entourage, de crier haut et fort, LISEZ LE !

    QUELLE RÉVÉLATION ! QUEL LIVRE MAGNIFIQUE !

    Alors un conseil, ne lisez pas le résumé et attaquez-le sans vous poser de questions !!!!

    Un très gros coup de cœur pour ce roman majestueux, l’auteure nous emmène dans une histoire PASSIONNANTE.

    Époustouflant, d’une grande puissance et d’un suspense remarquable, vous l’aurez compris, je suis complètement sous le charme, subjuguée par les personnages des Trois saisons d’orage qui m’auront fait passer un moment de lecture délectable.

    Une écriture enfiévrée et d’une grande beauté, Waouh, Waouh… Un roman qui ne s’oublie pas.

    http://leslecturesdeclaudia.blogspot.com/2018/08/trois-saisons-dorage.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ces trois saisons sont celles de trois générations d’une famille qui se confrontent à une nature difficile mais attachante.
    Chacune évolue dans cette région construite autour de sa falaise qui nourrit et qui tue. Et puis le monde autour change. Cette partie du XXeme siècle entraîne des...
    Voir plus

    Ces trois saisons sont celles de trois générations d’une famille qui se confrontent à une nature difficile mais attachante.
    Chacune évolue dans cette région construite autour de sa falaise qui nourrit et qui tue. Et puis le monde autour change. Cette partie du XXeme siècle entraîne des changements pas toujours maîtrisés ici. C’est une saga que nous livre Cecile Coulon. On s’y passionne vite pour ses héros et la pression monte au fil des pages car on sent bien que l’evolution vécue va conduire à un drame.
    C’est un roman qui se lit bien, que l’on n’a pas envie de lâcher, on avance et notre intérêt croit au fil des pages.
    Ce roman serait certainement une bonne base pour une adaptation cinématographique

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Très déçue à la lecture de ce roman, qui faisait partie de ma liste "à lire" depuis un bon moment compte tenu des bonnes critiques. Je n'ai aimé ni le style, ni les personnages, ni l'histoire, le principal rebondissement repose sur un "trou" volontairement placé dans le récit, malheureusement,...
    Voir plus

    Très déçue à la lecture de ce roman, qui faisait partie de ma liste "à lire" depuis un bon moment compte tenu des bonnes critiques. Je n'ai aimé ni le style, ni les personnages, ni l'histoire, le principal rebondissement repose sur un "trou" volontairement placé dans le récit, malheureusement, cela ne fonctionne pas bien.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman coup de coeur que je n’ai pas lâché durant sa lecture ; envoûtant, bluffant et remarquablement bien écrit.
    C’est un homme d’église qui commence le récit, un prêtre devenu âgé qui « n’a pas d’histoire car il a abandonné la sienne pour celle des autres ». Le ton est donné car le lieu où...
    Voir plus

    Un roman coup de coeur que je n’ai pas lâché durant sa lecture ; envoûtant, bluffant et remarquablement bien écrit.
    C’est un homme d’église qui commence le récit, un prêtre devenu âgé qui « n’a pas d’histoire car il a abandonné la sienne pour celle des autres ». Le ton est donné car le lieu où il vit est mort mille fois, la maison a brûlé et pourtant Les Fontaines, ce lieu unique continuera d’exister en dépit des orages. Le décor est fascinant et effrayant à la fois, ces « Trois Gueules », carrière exploitée et valorisée où travaillent les « fourmis blanches ».
    Le récit se déroule sur trois générations campant des personnages déterminés, aux questionnements intérieurs multiples qui avancent, prennent des décisions et construisent une nouvelle vie.
    Il est aussi question de la campagne, de la ville, des villages qui muent, de l’étalement urbain, des transformations encouragées par les uns, honnies par les autres, ceux qui viennent de la ville, ceux qui sont nés et enracinés aux Trois Fontaines. Les personnages incarnent une multitude de facettes et de réalités, ils sont troublants et attachants ; nul doute que l’auteure aime ses personnages qu’elle campe avec précision.
    J’ai apprécié qu’elle se concentre sur les personnages « phare » sans perdre le récit avec des personnages secondaires, « figurants » parfois inutiles ; c’est là toute sa force et sa virtuosité car elle n’a pas besoin d’inventer d’autres protagonistes pour faire exister ou faire valoir ceux qui concentrent toute son attention.
    Au final, il y aura l’orage, celui que la nature engendre, qui gronde, qui détruira ce qui fut et sera reconstruit par les hommes.
    Et aussi, l’orage des passions, des cœurs auquel rien ni personne ne pourra se soustraire.
    J’ai vraiment été emportée et bluffée par cette grande fresque teintée de tragédie à tel point que je ne suis même pas certaine de restituer comme il se doit mon ressenti.
    Assurément un grand roman à découvrir !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je ne sais pas quoi choisir comme nombre d'étoiles, vu qu'il m'est tombé des mains ce livre! Pas accroché du tout. Aucun personnage n'est suffisamment fouillé pour que l'on s'y attache. L'ambiance est spéciale, un peu lourde, comme une menace non identifiée mais un peu artificielle. J'ai tourné...
    Voir plus

    Je ne sais pas quoi choisir comme nombre d'étoiles, vu qu'il m'est tombé des mains ce livre! Pas accroché du tout. Aucun personnage n'est suffisamment fouillé pour que l'on s'y attache. L'ambiance est spéciale, un peu lourde, comme une menace non identifiée mais un peu artificielle. J'ai tourné les pages espérant que"ça décolle " à un moment mais non, rien de particulier sinon un peu d'ennui, l'esprit qui s'échappe des pages, qu'il faut donc relire... Peut-être n'étais-je pas dans le bon état d'esprit au moment de la lecture de ce roman...Je vais donc le reprendre et essayer de voir un peu mieux ce que décrivent les critiques plutôt enthousiastes et flatteuses qui précèdent et qui évoquent des qualités que je n'ai pas vues.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Finaliste du Prix Orange du Livre 2017 pour lequel j'ai eu la chance de participer à la remise du prix final, je n'avais malgré tout pas encore eu l'occasion depuis de lire le dernier roman de Cécile Coulon. Un peu restée sur ma faim après la lecture du Cœur du Pélican que j'avais trouvé assez...
    Voir plus

    Finaliste du Prix Orange du Livre 2017 pour lequel j'ai eu la chance de participer à la remise du prix final, je n'avais malgré tout pas encore eu l'occasion depuis de lire le dernier roman de Cécile Coulon. Un peu restée sur ma faim après la lecture du Cœur du Pélican que j'avais trouvé assez décevant, j'ai finalement trouvé le temps de lire Trois saisons d'orage, donc le synopsis était davantage prometteur.
    Promesse tenue, donc : le récit, sombre et presque didactique tant il est dénué d'un point de vue subjectif ne serait-ce que l'espace d'un instant, est brillant, foudroyant. L'histoire qui se lie et se délie n'est pas banale et pourtant, elle est si proche de la réalité qu'on la comprend sans avoir besoin de forcer son imagination. Les émotions sont palpables, les sons s'échappent d'entre les pages pour venir animer le récit. Le dénouement, comme à son habitude, ne laisse pas insensible.
    J'ai à présent hâte de découvrir ce que nous réserve l'auteure avec son prochain recueil de poèmes à paraître, Les Ronces.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
Voir tous les avis

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.