Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Trois jours et une vie

Couverture du livre « Trois jours et une vie » de Pierre Lemaitre aux éditions Lgf
  • Date de parution :
  • Editeur : Lgf
  • EAN : 9782253070825
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

« À la fin de décembre 1999, une surprenante série d'événements tragiques s'abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur... Voir plus

« À la fin de décembre 1999, une surprenante série d'événements tragiques s'abattit sur Beauval, au premier rang desquels, bien sûr, la disparition du petit Rémi Desmedt. Dans cette région couverte de forêts, soumise à des rythmes lents, la disparition soudaine de cet enfant provoqua la stupeur et fut même considérée, par bien des habitants, comme le signe annonciateur des catastrophes à venir.
Pour Antoine, qui fut au centre de ce drame, tout commença par la mort du chien.»   Pierre Lemaitre, Prix Goncourt 2013 avec Au revoir là-haut, revient ici à une forme brève de roman psychologique noir, où l'on retrouve son art unique d'émouvoir et de torturer son lecteur.
    Un huis clos oppressant où l'on reconnaît la patte d'un roi du thriller, aussi talentueux dans la petite histoire que dans la grande. Valérie Gans, Figaro Madame.
  Un roman dur, admirable, empreint de mensonges, de terreurs nocturnes et de culpabilité. Bernard Poirette, RTL.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (45)

  • Un texte très noir de Pierre Lemaître. On y retrouve son goût pour la fatalité. Antoine, à 12 ans, tue involontairement le fils d'un voisin. Le garçon,qui ne trouve déjà pas sa place dans l'existence, doit vivre avec ce secret et la peur d'être découvert. L'accent n'est pas mis sur l'enquête...
    Voir plus

    Un texte très noir de Pierre Lemaître. On y retrouve son goût pour la fatalité. Antoine, à 12 ans, tue involontairement le fils d'un voisin. Le garçon,qui ne trouve déjà pas sa place dans l'existence, doit vivre avec ce secret et la peur d'être découvert. L'accent n'est pas mis sur l'enquête mais sur la manièredont Antoine vit les événements. les choix qu'il fait conditionnent sa vie future et l'empêchent de réaliser ses rêves. Implacable et désenchanté.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout a déjà été dit sur ce roman, presque tout le monde l’a lu, je vais donc tenter de mettre une touche plus personnelle, mais je ne suis pas sûre d’y arriver…

    Antoine, s’étant senti rejeté par la bande qui désormais préfère la console de jeux à la construction de cabane en forêt, se sent...
    Voir plus

    Tout a déjà été dit sur ce roman, presque tout le monde l’a lu, je vais donc tenter de mettre une touche plus personnelle, mais je ne suis pas sûre d’y arriver…

    Antoine, s’étant senti rejeté par la bande qui désormais préfère la console de jeux à la construction de cabane en forêt, se sent seul, et il va décider de construire une belle cabane, avec tout un système élaboré pour pouvoir faire monter son seul ami, le chien Ulysse, comme un ascenseur miniature, jusque dans son nouveau fief.

    Ulysse qui le suit partout, va se faire renverser par une voiture, et devant les yeux d’Antoine, son maître, Mr Desmedt va l’achever d’un coup de fusil, sans même prendre le temps de consulter un vétérinaire.

    Brisé par le chagrin, Antoine démolit sa cabane construite si minutieusement et Rémi qui a l’habitude de le suivre partout, s’approche et c’est le drame…

    Tout le monde va tenter de retrouver Rémi, mais en l’absence de corps c’est difficile, tout le monde suspecte tout le monde… Antoine rumine mais se tait, même s’il réagit un peu bizarrement quand on arrête un instituteur, Mr Kowalski.

    En ce jour de décembre 1999, toute la vie d’Antoine va basculer et n’être axée que sur cet acte. Deux autres évènements, en 2011, puis en 2015 font faire remonter des éléments à la surface.

    J’ai beaucoup aimé ce roman, avec une tendresse particulière pour Antoine que la vie n’a pas gâté, ses parents s’étant séparés très tôt, son père vivant en Allemagne, élevé par une mère rigide, qui se doute bien de quelque chose mais motus et bouche cousue : « on n’en parle pas, cela n’existe pas ». C’est bien connu.

    C’est le genre de livre qui fait réfléchir, sortir ses sentiers battus, car on n’a qu’une seule envie, c’est qu’Antoine s’en sorte, alors que le but d’un polar c’est de traquer et arrêter le coupable.

    Il fait réfléchir aussi sur la notion de culpabilité : être coupable d’un acte, et se culpabiliser à cause de cet acte, sans jamais ne pouvoir en parler à un adulte.

    J’ai aimé ce livre aussi pour la belle écriture et le rythme de la narration de Pierre Lemaître dont j’ai beaucoup aimé « Au revoir là-haut » et « couleurs de l’incendie » (dont j’attends la suite de pied ferme). Côté Polar, j’ai préféré « Robe de marié » à « Trois jours et une vie », et « La série Verhoeven » m’attend.

    Juste un petit hic, j’ai choisi la version quarto en poche (750g !) tout comme pour « La trilogie berlinoise » de Philip Kerr, je vais devoir attendre encore un peu pour les manipuler….

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Grande fan des polars de Pierre Lemaitre je reste indécise concernant ce roman qui se lit très bien et qui est très noir. Je n'ai cependant pas ressenti le frisson garanti par les autres romans de l'auteur peut-être à cause du point de vue suivi...

    Grande fan des polars de Pierre Lemaitre je reste indécise concernant ce roman qui se lit très bien et qui est très noir. Je n'ai cependant pas ressenti le frisson garanti par les autres romans de l'auteur peut-être à cause du point de vue suivi...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Fin 1999, à Beauval (France) , le jeune Antoine Courtin est pris d'un accès de colère. Il détruit sa cabane construite dans un arbre et assène un violent coup de bâton sur la tempe du petit Rémi Desmedt venu à sa rencontre. Un coup de sang, un accident, qui laisse un corps sans vie.
    Antoine a...
    Voir plus

    Fin 1999, à Beauval (France) , le jeune Antoine Courtin est pris d'un accès de colère. Il détruit sa cabane construite dans un arbre et assène un violent coup de bâton sur la tempe du petit Rémi Desmedt venu à sa rencontre. Un coup de sang, un accident, qui laisse un corps sans vie.
    Antoine a 12 ans et le monde s'écroule autour de lui. Il cache le petit corps sous un arbre déraciné à l'abri des regards et s'enfuit avec son lourd secret.
    Le village est en émoi, des battues sont organisées mais... rien !
    Les jours, les mois, les années passent , Antoine n'est pas inquiété.
    Cependant, sa vie est bouleversée à jamais.Les images ne s'effacent pas, la culpabilité le ronge.
    Quelques années plus tard, d'autres événements vous réveiller le traumatisme et contraindre Antoine à revivre ces moments d'angoisse.

    Un roman noir, terriblement angoissant que j'ai dévoré.La fin est inattendue mais résume à merveille les vies "cachées" des hameaux de province.
    Pierre Lemaitre est dans un tout autre registre que son roman Goncourt et nul besoin de les comparer.
    Un très agréable moment de lecture.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je découvre Pierre Lemaître avec ce roman; l'envie de le lire m'est venue grâce à la promotion du film éponyme qui sort sur les écrans que je n'irai pas voir car la lecture comble mon besoin d'immersion dans un monde qui n'est pas le mien et fait travailler mon imagination; j'avais évidemment...
    Voir plus

    Je découvre Pierre Lemaître avec ce roman; l'envie de le lire m'est venue grâce à la promotion du film éponyme qui sort sur les écrans que je n'irai pas voir car la lecture comble mon besoin d'immersion dans un monde qui n'est pas le mien et fait travailler mon imagination; j'avais évidemment entendu parler de cet auteur à la faveur du prix Goncourt 2013, de l'adaptation cinématographique de "Au revoir là-haut" et du César reçu pour ce film en 2018, dans la catégorie "meilleure adaptation" et lors de la sortie de "Couleurs de l'incendie"; j'essaye aussi souvent que possible de ne pas choisir mes lectures en fonction du battage médiatique, je laisse retomber la fièvre afin de ne pas me laisser polluer intellectuellement et je retourne vers les auteurs et vers les œuvres sur la pointe des pieds.
    Je me félicite encore une fois d'avoir attendu avant de découvrir Pierre Lemaître avec ce roman psychologique noir. Un petit garçon de 6 ans est tué en 1999, à Beauval, par un garçon de 12 ans, Antoine, dont on va suivre la vie et les émotions jusqu'en 2015. Il se débat entre remords, peur d'être démasqué, désir de ne pas faire honte à sa mère qui l'élève seule.
    Il n'y a pas de suspense en tant que tel, bien que la fin soit une vraie surprise, puisqu'on sait depuis le début qu'Antoine a tué son petit camarade et où il l'a caché mais la tension est cependant permanente; on attend la découverte du corps, des indices incriminant Antoine et qu'il a laissés derrière lui et surtout l'aveu; mais chaque fois qu'on y est presque un évènement (tempête de 1999) ou une personne qui sait ou se doute mais qui veut protéger Antoine en diffère la réalisation et empêche Antoine de se délivrer de cet énorme fardeau. Il le poursuit dans sa vie d'adulte, qu'il ne peut pas choisir mais qu'il s'impose afin de ne pas être démasqué.
    La première partie, celle qui se déroule en 1999, est étouffante avec un huis-clos tendu dans un village menacé par le chômage, où chacun envie, épie, critique son voisin. L'épisode de la tempête, que nombre d'entre nous a vécu, est saisissant de réalisme tant dans la description de l'épisode météorologique lui-même que dans la description des sensations de ceux qui l'ont vécue.
    Un certain malaise flotte encore maintenant que j'ai refermé le livre. L'histoire est totalement amorale du point de vue de la justice et en même temps, on ressent une certaine pitié pour Antoine, enfermé dans son secret étouffant.
    Je vais continuer à côtoyer cet auteur avec "Robe de marié", "Au revoir là-haut" et probablement "Couleurs de l'incendie". Une belle découverte.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Bonjour,

    Dernière lecture en date : "Trois jours et une vie" de Pierre Lemaitre.
    Ambiance sombre et humide, dans une histoire ou on connait le coupable, les circonstances, mais comme dans un colombo, on se demande comment ca va...
    Voir plus

    Bonjour,

    Dernière lecture en date : "Trois jours et une vie" de Pierre Lemaitre.
    Ambiance sombre et humide, dans une histoire ou on connait le coupable, les circonstances, mais comme dans un colombo, on se demande comment ca va finir!

    http://mcchipie.over-blog.com/2019/09/trois-jours-et-une-vie-pierre-lemaitre.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un roman bien écrit, qui se déroule un peu en huis clos, dans un petit village de campagne. Les faits se situent dans les années 2000 et pourtant nous avons l'impression que l'histoire se déroule 30 ou 50 ans plus tôt, avec des personnages et des idéaux d'une autre époque. Nous pouvons presque...
    Voir plus

    Un roman bien écrit, qui se déroule un peu en huis clos, dans un petit village de campagne. Les faits se situent dans les années 2000 et pourtant nous avons l'impression que l'histoire se déroule 30 ou 50 ans plus tôt, avec des personnages et des idéaux d'une autre époque. Nous pouvons presque imaginer les vieux costumes d'antan. L'écriture de Pierre Lemaitre est toujours rigide mais bien écrite.
    L'histoire est bien écrite, et nous ressentons la pression qu'il y a sur les épaules d'Antoine pendant tout le roman. Ses angoisses, ses peurs et ses tourments sont palpables.

    Un roman assez sombre aux destins tragiques. J'espère que l'adaptation au cinéma saura retranscrire cette pression et les peurs véhiculées pendant tout le roman. Des secrets lourds à garder pour un enfant pendant plus de 12 ans ...

    https://www.bejiines.fr/2019/09/livre-trois-jours-et-une-vie-pierre.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Si je fus décontenancée par le premier chapitre que j'ai trouvé un peu « fouillis », dès le second ma lecture a été sous influence de ce roman noir, avec un suspens qui ne se dément à aucun moment.
    Le 23 décembre 1999, Rémi 6 ans disparaît. Son jeune voisin, Antoine 12 ans, est interrogé car...
    Voir plus

    Si je fus décontenancée par le premier chapitre que j'ai trouvé un peu « fouillis », dès le second ma lecture a été sous influence de ce roman noir, avec un suspens qui ne se dément à aucun moment.
    Le 23 décembre 1999, Rémi 6 ans disparaît. Son jeune voisin, Antoine 12 ans, est interrogé car tout le monde sait que pour Rémi c'est son « héros », celui qui est le grand, qui sait tout. Les yeux de l'admiration pour une gamin de 6 ans.
    Mais cette année a été lourde, en effet c'est le marasme économique, l'entreprise Weiser a dû dégraisser ses effectifs selon la formule consacrée, engendrant, peurs et rancœurs. Surtout, Monsieur Weiser est aussi le Maire. Son fils Théo fait partie des camarades de collège d'Antoine.
    L'enquête débute, des battues sont organisées...
    Un présumé coupable est interrogé.
    « Le visage de Kowalski, lui, ne traduisait rien de ses affects, c'était toujours long et noueux, avec ces joues creuses, ces sourcils épais...
    Il passa près d'Antoine et de sa mère. Mme Courtin lui tourna le dos très ostensiblement. Il arriva devant le gendarme, s'arrêta et écarta légèrement les bras, je suis là, dites-moi ce que vous attendez de moi. »
    Mais très vite les éléments de Dame Nature se déchaînent.
    Le 26 décembre la tempête Lothar fait des ravages et comme si cela ne suffisait pas elle est immédiatement relayée par la tempête Martin jusqu'au 28 décembre. Trois jours de cataclysme qui par la force des choses a mis la priorité de tous à un autre niveau.
    Il a fallu tout nettoyer, sauver ce qui pouvait l'être.
    Le petit Rémi ne fut pas oublié, non, mais ....
    La vie a suivi son cours et comme pour nombre d'enfants, Rémi a eu sa photo sur l'affiche des enfants disparus sans traces.
    Douze ans plus tard, Beauval est là, les enfants sont devenus des adultes.
    « A Beauval, la vie se déroulait comme un mouvement d'horlogerie. La ville qui avait été autrefois agitée par une série de drames et de mystères avait retrouvé son cours paisible, quasiment stationnaire, les gens qu'Antoine y avait connus étaient les mêmes dix ans plus tard et en passe d'être remplacés par la génération suivante qui, à quelques détails près, était assez semblable. »
    Pierre Lemaitre est un véritable conteur, il y a un côté reportage dans la structure du roman, en faisant vivre les lieux, en distillant les événements, en les sertissant de mystère.
    Les protagonistes nous sont familiers les principaux comme les secondaires. Le lecteur se sent impliqué, il fait partie de la communauté décrite car sur le plan sociologique et psychologique c'est un sans-faute.
    Il y a une véritable atmosphère dans ce roman noir, qui fait penser aux romans les plus sombres et les plus réussis de Simenon.
    Une belle mise en scène, où chaque détail compte, un humour noir pour napper le tout et une fin comme je les aime : inattendue et immorale.
    Et pour laisser le dernier mot à La Rochefoucauld :
    « Le calme ou l'agitation de notre humeur ne dépend pas tant de ce qui nous arrive de plus considérable dans la vie, que d'un arrangement commode ou désagréable de petites choses qui arrivent tous les jours. »
    ©Chantal Lafon-Litteratum Amor 10 août 2019.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.