Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Tout le bleu du ciel

Couverture du livre « Tout le bleu du ciel » de Melissa Da Costa aux éditions Carnets Nord
Résumé:

Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Émile a décidé de fuir l'hôpital, la compassion de sa famille et de ses... Voir plus

Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Émile a décidé de fuir l'hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, avec le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme, qui a pour seul bagage un sac à dos, un grand chapeau noir, et aucune explication sur sa présence. Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naît, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l'amitié, l'amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d'Émile. Une écriture vive et alerte, des dialogues impeccables, des personnages justes et attachants qui nous emportent jusqu'à un dénouement inattendu, chargé d'émotions.

On ne sort pas intact de ce récit, mené de main de maître par Mélissa Da Costa, une jeune auteure de 28 ans, qui a toujours écrit et publie là son premier roman.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (46)

  • Comme vous avez dû le remarquer, les romances et les livres pleins de bons sentiments ne sont pas ma tasse de thé. Mes lectures habituelles sont plus souvent dirigées vers des aventures plus complexes ou plus sombres. Alors lorsque, pour les besoins de ma fonction de juré du Prix orange du...
    Voir plus

    Comme vous avez dû le remarquer, les romances et les livres pleins de bons sentiments ne sont pas ma tasse de thé. Mes lectures habituelles sont plus souvent dirigées vers des aventures plus complexes ou plus sombres. Alors lorsque, pour les besoins de ma fonction de juré du Prix orange du Livre, je me suis retrouvé avec ce livre entre les mains, je ne vous cache pas que j’ai eu quelques appréhensions. « Le parcours d’un jeune homme en fin de vie, qui souhaite réaliser un dernier voyage et qui rencontre une jeune fille mystérieuse », pendant presque 700 pages…j’avais quand même de quoi être méfiant !

    Et pourtant ça marche ! Dès les premières pages, Melissa Da Costa introduit ses personnages et la magie opère. On entre en empathie avec ces deux êtres torturés. On les suit avec plaisir dans leur road trip sans véritable but et on vit à leurs côtés. Les paysages qu’ils traversent, les individus qu’ils rencontrent, les petites péripéties du quotidien qu’ils vivent, deviennent les nôtres.

    Il se dégage de ce texte une humanité folle et un éventail de sentiments. Le lecteur passe par tous les états, du sourire aux larmes. En toute simplicité, avec une écriture sobre qui rend la lecture agréable, Melissa Da Costa s’impose comme une véritable conteuse. Malgré sa longueur (peut-être 150 pages de trop ?), et sa bienveillance parfois à la limite de la naïveté, « Tout le bleu du ciel » est une belle histoire qui a su, à sa petite mesure, fissurer mon gros cœur sombre et ça m’a fait du bien.

    Ne vous méprenez pas : Je ne suis quand même pas prêt de me convertir à ce type de roman mais il faut bien avouer que la surprise a été bonne. Dorénavant j’essayerai d’avoir l’esprit plus ouvert, car lorsque c’est réalisé avec talent, toute littérature peut devenir plaisante !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2019/05/tout-le-bleu-du-ciel-de-melissa-da-costa.html

    Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi...
    Voir plus

    https://leslivresdejoelle.blogspot.com/2019/05/tout-le-bleu-du-ciel-de-melissa-da-costa.html

    Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.


    Voilà l'annonce qu’Émile a passé après avoir appris qu'il était condamné à brève échéance. Il refuse d'être hospitalisé pour un essai clinique sans espoir de guérison et ne veut pas être à la charge de sa famille qui le couve depuis la terrible annonce. Il ne supporte plus le regard et le comportement de sa famille et de son meilleur ami depuis que le diagnostic est tombé. Il partira sans adieux et ne rallumera jamais son portable lors de son périple.

    Quelques jours après la parution de son annonce, il reçoit une réponse de Joanne, une jeune femme qui accepte de partir avec lui en camping-car. Indifférente à tout, elle n'exprime aucune émotion et ne lui explique pas ce qui motive son choix de l'accompagner. On comprend assez vite que Joanne n'a pas été épargnée par la vie elle non plus. Que fuit-elle pour partir ainsi avec un parfait inconnu?

    Commence alors un voyage au cœur des Pyrénées en marge de la civilisation...

    Lors de cette déambulation sans but Émile et Joanne vont faire de belles rencontres, vont peu à peu s'apprivoiser, on les voit changer, on voit leur relation évoluer peu à peu. Par l'introspection et la méditation ils vont voyager au cœur d'eux-mêmes et atteindre sérénité et paix intérieure. L'écriture est assez ordinaire mais les dialogues sonnent toujours très juste. Les personnages sont très touchants, l'idée de départ est belle, la construction avec les souvenirs d’Émile qui remontent de temps en temps est bien réussie, la réflexion sur la fin de vie est intéressante. Mais, si j'ai pu accepter quelques invraisemblances, un peu trop de bons sentiments, quelques éléments assez prévisibles, j'ai fini par me lasser de ce voyage interminable. 654 pages étaient-elles nécessaires pour raconter cette histoire ? Quel dommage...

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout le bleu du ciel

    Mélissa da Costa

    Carnets nord



    « Elle a décidé de leur donner une seconde chance. A tous les trois. Elle est comme cette petite église, qui se dresse fièrement, intacte et forte, au milieu des ruines de Cômes. Elle est comme ça, Joanne…Un symbole d’espoir au...
    Voir plus

    Tout le bleu du ciel

    Mélissa da Costa

    Carnets nord



    « Elle a décidé de leur donner une seconde chance. A tous les trois. Elle est comme cette petite église, qui se dresse fièrement, intacte et forte, au milieu des ruines de Cômes. Elle est comme ça, Joanne…Un symbole d’espoir au cœur d’une terre de désolation. »





    En lisant les premières pages de ce roman , c’est évidement la chanson d’Albin de la Simone qui résonne dans ma tête.



    « Ma barbe pousse mais tu ne l'aimes pas
    Ça oui j'ai saisi je vais m'arrêter là
    Je resterai ici, tu rentreras là-bas
    Et dans ses bras à lui peut être arrivera
    Enfin l'enfant maudit qui ne me voulait pas
    L'enfant qui nous tarit et qui nous sépara »



    Emile que Laura a quitté un an plus tôt car il ne voulait pas lui faire d’enfant, apprend qu’il est atteint d’un Alzheimer précoce alors qu’il n’a que 26 ans. D’abord accablé par la nouvelle et n’ayant à ses yeux plus rien à perdre et ne souhaitant surtout pas devenir un poids pour ses proches, il décide de tout quitter et de disparaître pour vivre son rêve de voyage. Il s’achète un camping-car et publie une annonce pour trouver un compagnon de voyage. C’est Joanne, jeune femme frêle et taiseuse qui répond à l’annonce.



    On suit ce duo, qui nous semble de prime abord atypique, à travers les magnifiques paysages Pyrénéens. Peu à peu, tout en pudeur, ils se livrent l’un à l’autre et se rapprochent.

    On apprend à connaitre leur histoire et tour à tour chaque personnage qui compose leur vie. Alors on s’aperçoit que chacun porte son sac de déception et de douleur. Laura a quitté Emile car il aura compris trop tard son désir de vouloir fonder une famille, Tom a vécu dans un monde qui n’était pas fait pour lui, Renaud aura longtemps souffert de son physique,…



    La maladie d’Emile bien qu’omniprésente dans ce roman, est décrite avec pudeur et sans larmoiement exagéré. Elle est en vérité la toile de fond d’une histoire humaine plus complexe qui parle d’histoire de vie. On aborde la perte de l’être aimé, la déception et les blessures invisibles du couple ainsi que la perte indescriptible d’un enfant mais on parle aussi beaucoup d’espoir, de reconstruction et d’amour.



    Ce roman qui traite de personnages du quotidien colle à la peau et même une fois le livre refermé on a du mal à reprendre le court de nos vies.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout d'abord, je tiens à remercier les équipes des éditions Carnets Nord et de lecteurs.com pour l'envoi de ce très beau roman. Le résumé de cette oeuvre m'a tout de suite séduit. J'avais hâte de lire les aventures d'Émile atteint d'Alzheimer précoce. À 26 ans, sa maladie le condamnait à 2 ans...
    Voir plus

    Tout d'abord, je tiens à remercier les équipes des éditions Carnets Nord et de lecteurs.com pour l'envoi de ce très beau roman. Le résumé de cette oeuvre m'a tout de suite séduit. J'avais hâte de lire les aventures d'Émile atteint d'Alzheimer précoce. À 26 ans, sa maladie le condamnait à 2 ans d'espérance de vie. Pourtant, à 26 ans on se sent encore dans la fleur de l'âge. Trop jeune pour ce genre de mésaventures … Trop jeune pour dire adieu à ses souvenirs puis à la vie. En lisant le résumé, je me suis dit que l'histoire allait être dure. Je m'y étais préparée. Contre toute attente, c'est le ressenti d'un autre sentiment qui a pris le dessus : l'Amour. Avec un grand A. Ce fût, pour moi, un roman coup de cœur !
    Il faut dire que les premiers mots du roman donnent le ton. On ne s'apitoie pas sur son sort, on profite de la vie avec le sourire. C'est avec cet entrain et acceptation de sa condition qu'Émile a passé sa petite annonce afin de rencontrer un compagnon (ou une compagne) pour son ultime voyage. Joanne va vite répondre à ce message et s'embarquera dans cette aventure. Direction les Pyrénées. La relation que Joanne et Émile tissent, au fil du temps, ne peut que nous emporter. On ressent leur affection mutuelle qui grandit, l'empathie et la compréhension de l'autre. Mais c'est surtout l'acceptation. Accepter qu'une personne malade ne souhaite pas finir ses jours branchés à des électrodes … Accepter malgré la difficulté de voir l'autre souffrir. C'est là le vrai Amour ! C'est admirable … surtout de nos jours. Il reste peu de personnes capables de faire passer les souhaits et le bien d'autrui avant le sien. J'ai beaucoup apprécié cette idée de carnet où Émile peut se confier … laisser une trace de son vécu alors qu'avec le temps il s'effacerait de sa mémoire. C'est une façon de lui dire : « Si tu t'oublies, moi jamais je n'oublierais. Et si parfois les souvenirs venaient à s'estomper, je n'aurais qu'à lire tes mots pour m'en souvenir comme aux premiers jours. »
    Les personnages sont absolument attachants. D'abord, on ne comprend pas ce qui pousse Joanne à accepter une telle aventure avec un inconnu. On se dit qu'elle est inconsciente ... On comprend très vite qu'il s'agit d'une femme perdue ... égarée au bord d'un lac et qui a du mal à retrouver le chemin de la Vie. Cette femme est l'incarnation du courage. Émile, quant à lui, est attachant compte tenu de sa maladie, mais aussi pour son caractère plein de résignation. Il s'acharne à vivre et à ancrer en lui toutes les beautés du monde avant de s'éteindre. J'ai détesté Léon. Il est d'une lâcheté monstrueuse. Et pourtant, c'est une très bonne chose que l'auteure l'ait placé dans l'histoire. Ce personnage témoigne bien de l'importance de se défaire des attentes parentales à l'âge adulte. L'importance de vivre selon ses propres désirs et non selon ce que les parents attendent de nous. Avant de donner la vie à un enfant, il faut soi-même cesser d'être l'enfant de quelqu'un d'autre.
    Pour résumé l'histoire de Joanne et d'Émile, je dirais simplement : parfois, deux âmes brisées se rencontrent et se réparent mutuellement. L'un et l'autre s'offrent ce qu'ils attendaient de la Vie. Sans contrepartie !
    Autant dire que je n'ai pu résister à verser ma petite larme à la fin de ce roman. Oui, moi qui fuis généralement les histoires d'amour, je me suis complètement laissée happer. Bien sûr, certains évènements sont plus que prévisibles, mais quelle importance ? Tout ce qui compte, c'est eux ! Et ils sont dramatiquement merveilleux.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Mélissa Da Costa signe, avec Tout le bleu du Ciel, un grand roman de la littérature française contemporaine. Dès les premières pages, nous sommes saisis par les émotions des personnages, du cadre magnifique et de l'histoire en général.

    Des personnages attachants avec des lourds secrets....
    Voir plus

    Mélissa Da Costa signe, avec Tout le bleu du Ciel, un grand roman de la littérature française contemporaine. Dès les premières pages, nous sommes saisis par les émotions des personnages, du cadre magnifique et de l'histoire en général.

    Des personnages attachants avec des lourds secrets. Émile, 26 ans, est atteint d'un Alzheimer précoce, une maladie neurodégénérative orpheline. Selon les médecins, il lui resterait deux ans environ, voire moins... Le roman commence de manière originale. En effet, Émile propose de faire un roadtrip avec une inconnue. Pour cela, il poste une annonce sur Internet. Contre toute attente, une personne réponde. Et cette personne s'appelle Joanne, une jeune femme mystérieuse que vous allez découvrir dans ce roman. Ce livre retrace donc le roadtrip de ces deux personnages en camping-car dans les Pyrénées. Un roman riche en rencontres humaines et de bienveillance !

    Ce roman m'a fait pensé à un autre roman d'une auteure américaine : Wild, de Cheryl Strayed, qui avait été un coups de cœur ! Wild et Tout le bleu du ciel ont un point commun : un roadtrip pour faire un voyage intérieur et pour retrouver la paix avec soi-même !

    Un roman qui traite un sujet tabou et difficile dans notre société contemporaine : l’Alzheimer et le droit de choisir comment on veut mourir. Les proches du malade sont impuissants face à la maladie. Ils ont du mal à accepter la décision du malade : celle de ne pas se faire soigner car le malade sait qu'il n'y a aucune chance de survie. Une décision difficile à accepter, surtout quand on ne veut pas mourir dans un centre hospitalier terne mais à l'extérieur. Même face à la dégradation de l'état de santé du proche, il est difficile de faire respecter sa décision.

    Ce roman feelgood est un appel au courage, de bienveillance ; et avant tout un appel à se battre et ne rien lâcher face à une société qui impose ses diktats.

    L'écriture fluide, merveilleuse et maîtrisée de Mélissa Da Costa nous empêche de lâcher son roman des mains. Un roman qu'on savoure jusqu'aux dernières pages avec de magnifiques émotions. On vit la vie des personnages dans leur périple. Personnellement, on se demanderait si on arrivera à faire face à la maladie d'un de nos proches.

    Un roman magnifique, coups de cœur, que je vous conseille absolument de lire !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Tout le bleu du ciel est un roman dont on parle beaucoup en ce moment.

    Je fus ravie de le recevoir et je tiens à remercier la maison d'édition et l'auteure pour cet envoi.


    Après avoir lu les 654 pages, c'est toutefois pour moi, une lecture mitigée.

    ******

    Un premier roman...
    Voir plus

    Tout le bleu du ciel est un roman dont on parle beaucoup en ce moment.

    Je fus ravie de le recevoir et je tiens à remercier la maison d'édition et l'auteure pour cet envoi.


    Après avoir lu les 654 pages, c'est toutefois pour moi, une lecture mitigée.

    ******

    Un premier roman maîtrisé, à la plume efficace et fluide.

    J'ai suivi avec intérêt le parcours de ces deux êtres meurtris par la vie, Emile atteint d'une maladie incurable et Joanne au passé douloureux.

    C'est avec curiosité que je me suis laissée embarquer par cette histoire où les deux personnages principaux, en situation de souffrance, vont parcourir des kilomètres pour un ultime voyage.

    Ils ne se connaissent pas et ils vont apprendre à se découvrir,
    à s'aider, à s'apprivoiser, à se soutenir ...

    J'ai été sensible à la progression de la maladie d'Emile et les révélations de Joanne qui se dévoile petit à petit au fil des pages.

    Un roman tout en douceur, qui fait du bien où le lecteur aura tous les ingrédients pour passer un bon moment de détente et d'émotions assurées.

    Toutefois, je n'ai pas été totalement séduite pour plusieurs raisons, mais cela ne tient qu'à moi, bien évidemment.

    Un côté trop fleur bleue, le nombre de pages conséquent et les évocations sur le roman de Paulo Coelho m'auront malheureusement gênée.

    Mais je suis certaine que ce roman trouvera son public sans aucun doute; D'ailleurs c'est déjà très bien parti, en vue des très bonnes critiques que l'on peut lire sur les réseaux sociaux.

    Je vous invite à le découvrir si vous aimez les voyages, le monde de la méditation/réflexion et les belles histoires d'amour qui finissent bien ou pas.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • j'ai adoré ce bouquin ! une belle histoire qui nous fait passer par beaucoup beaucoup d'émotions! merci Mélissa

    j'ai adoré ce bouquin ! une belle histoire qui nous fait passer par beaucoup beaucoup d'émotions! merci Mélissa

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Avant d’en venir à cette petite merveille de roman, il faut raconter la belle histoire de Mélissa Da Costa. À 28 ans, cette novice en littérature a choisi la plateforme d’autoédition monbestseller.com pour se faire connaître. Choix gagnant, puisqu’elle a été repérée et couronnée par le Prix du...
    Voir plus

    Avant d’en venir à cette petite merveille de roman, il faut raconter la belle histoire de Mélissa Da Costa. À 28 ans, cette novice en littérature a choisi la plateforme d’autoédition monbestseller.com pour se faire connaître. Choix gagnant, puisqu’elle a été repérée et couronnée par le Prix du premier roman. Mais la belle histoire ne s’arrête pas là, puisque la blogosphère s’empare du livre et qu’un éditeur – Carnets nord – s’engage à le publier. Sans oublier sa sélection parmi les 21 finalistes du Prix Orange du Livre 2019 (dont je suis très fier).

    Mais venons-en au livre qui s’ouvre sur une petite annonce peu banale: «Jeune homme de 26 ans, condamné par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) d’aventure pour partager avec moi ce dernier périple.» Émile vient d’apprendre qu’il souffre d’une forme précoce d’Alzheimer et n’entend pas se soumettre aux tests que l’on veut le faire subir, mais profiter des derniers mois qui lui sont concédés pour faire ce grand voyage qu’il a jusqu’à présent toujours reporté.
    Il s’est acheté un camping-car et a mis Renaud, son ami le plus proche, dans la confidence. À sa grande surprise, un message sibyllin, mais positif lui parvient: «Je m’appelle Joanne, j’ai 29 ans. Je suis végétarienne, pas très à cheval sur le ménage et le confort. Je mesure 1m 57 à peine, mais je suis capable de porter un sac à dos de 20 kilos sur plusieurs kilomètres. J’ai une bonne condition physique malgré quelques allergies (piqûres de guêpes, arachides et mollusques). Je ne ronfle pas. Je ne parle pas beaucoup, j’aime la méditation, surtout quand je suis plongée dans la nature. Je suis disponible dès que possible pour partir.»
    Le temps d’arriver de Saint-Suliac, un petit village proche de Saint-Malo, et ce petit bout de femme grimpe aux côtés d’Émile, nullement impressionnée par l’épée de Damoclès qui pointe au-dessus de son compagnon de route.
    Mélissa Da Costa parvient fort bien à retranscrire cette rencontre improbable, cette période où on s’apprivoise mutuellement, faite de questions qui ne trouvent pas tout de suite de réponse, d’indices que l’on interprète plus ou moins correctement. Pourquoi Joanne a-t-elle éprouvé ce besoin de partir? À qui peut-elle bien téléphoner? Pourquoi Émile repousse-t-il le moment d’écrire cette lettre pour prévenir sa famille qu’il est parti? Et combien de temps tiendra-t-il avant d’oublier?
    Elle montre combien jour après jour les liens se tissent, la connaissance de l’autre fait croître l’empathie. Joanne comprend parfaitement qu’Émile ne veut pas crever branché à des électrodes, qu’il n’a pas envie de devenir un poids pour les autres et qu’au contraire il a envie que ses proches gardent de lui l’image d’un homme dynamique. Émile découvre combien sa compagne est tenace, déterminée, courageuse, cultivée et précieuse.
    On aurait envie de raconter ici toutes les anecdotes, de souligner combien les confidences échangées donnent à ce périple dans les montagnes pyrénéennes un relief particulier. Disons simplement que Joanne a l’idée d’acheter un carnet dans lequel Émile pourra se confier, raconter ce qu’il vit, laisser une trace pour lui mais aussi pour ses proches avant que la maladie ne prenne le dessus.
    Du côté de l’observatoire du Pic du Midi, elle lui aura aussi confié cette citation de Proust «La véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux.»
    Oubliant les autres randonneurs croisés en route – y compris la belle et envoûtante marcheuse qui met le grappin sur Émile – ils vont vérifier ce principe rousseauiste: «Je ne conçois qu'une manière de voyager plus agréable que d'aller à cheval; c'est d'aller à pied. On part à son moment, on s'arrête à sa volonté, on fait tant et si peu d'exercice qu'on veut.»
    Une belle escapade qui va pourtant s’arrêter brutalement. Émile perd connaissance et se retrouve hospitalisé. À l’hôpital, on se rend compte qu’il doit être considéré comme inapte à se promener dans la nature. La seule personne qui peut encore venir à son secours est Joanne.
    D’un roman fort en émotions, la primo-romancière réussit alors le tour de force d’écrire l’une des plus belles histoires d’amour qu’il m’a été donné de lire. Cette seconde partie du livre est tout simplement magnifique. Je brûle d’envie de vous la raconter mais n’en ferait rien, de peur de gâcher votre plaisir. Et conclurai cette chronique avec une nouvelle citation de l’Émile de Jean-Jacques Rousseau qui me semble parfaitement résumer ce roman: «L'homme qui a le plus vécu n'est pas celui qui a compté le plus d'années, mais celui qui a le plus senti la vie.»
    https://collectiondelivres.wordpress.com/2019/03/27/tout-le-bleu-du-ciel/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.