Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Tout le bleu du ciel

Couverture du livre « Tout le bleu du ciel » de Melissa Da Costa aux éditions Carnets Nord
Résumé:

Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Émile a décidé de fuir l'hôpital, la compassion de sa famille et de ses... Voir plus

Petiteannonce.fr : Émile, 26 ans, condamné à une espérance de vie de deux ans par un Alzheimer précoce, souhaite prendre le large pour un ultime voyage. Recherche compagnon(ne) pour partager avec moi ce dernier périple.

Émile a décidé de fuir l'hôpital, la compassion de sa famille et de ses amis. À son propre étonnement, il reçoit une réponse à cette annonce. Trois jours plus tard, avec le camping-car acheté secrètement, il retrouve Joanne, une jeune femme, qui a pour seul bagage un sac à dos, un grand chapeau noir, et aucune explication sur sa présence. Ainsi commence un voyage stupéfiant de beauté. À chaque détour de ce périple naît, à travers la rencontre avec les autres et la découverte de soi, la joie, la peur, l'amitié, l'amour qui peu à peu percent la carapace de douleurs d'Émile. Une écriture vive et alerte, des dialogues impeccables, des personnages justes et attachants qui nous emportent jusqu'à un dénouement inattendu, chargé d'émotions.

On ne sort pas intact de ce récit, mené de main de maître par Mélissa Da Costa, une jeune auteure de 28 ans, qui a toujours écrit et publie là son premier roman.

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (47)

  • Un beau pavé de plus de 800 pages qui m'a captivé. Je certifie sur l'honneur que j'étais avec Emile, Joanne et Pok à travers leur périple dans les pyrénées.
    Je me suis baignée avec eux, j'ai marché avec eux, j'ai souri avec eux, et plus que tout j'ai pleuré avec eux.
    Je diviserai le roman en...
    Voir plus

    Un beau pavé de plus de 800 pages qui m'a captivé. Je certifie sur l'honneur que j'étais avec Emile, Joanne et Pok à travers leur périple dans les pyrénées.
    Je me suis baignée avec eux, j'ai marché avec eux, j'ai souri avec eux, et plus que tout j'ai pleuré avec eux.
    Je diviserai le roman en deux. Dans sa première partie, l'eau est une sorte de fil conducteur du roman. Elle est présente partout, et finalement l'esprit d' Emile est encore la à 100%.
    Puis à partir d'Eus, le roman change et finalement ce sont les black out d'Emile, sa perte de mémoire entre autre qui guide le roman.
    Ce roman est plein d'humanité, il n'y a aucune volonté d'aller dans le larmoyement, mais il y a sourtout, une réelle volonté d'accepter les autres tels qu'ils sont, avec leur désir, même si ce dernier va à l'encontre de nos idées. Et la j'y ai puisé une énorme force de vie.
    Ce roman est sublime de la première à la dernière page.
    Un véritable coup de coeur.

    http://mcchipie.over-blog.com/2020/06/tout-le-bleu-du-ciel-melissa-da-costa.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Je ne suis pas un grand fan de ce type de roman "feel good" à la base et malheureusement celui-là ne me fait pas vraiment changer d'avis.

    Il faut cependant lui reconnaître quelques qualités : son côté très émouvant (parfois un peu trop peut-être), son invitation au voyage, ses personnages...
    Voir plus

    Je ne suis pas un grand fan de ce type de roman "feel good" à la base et malheureusement celui-là ne me fait pas vraiment changer d'avis.

    Il faut cependant lui reconnaître quelques qualités : son côté très émouvant (parfois un peu trop peut-être), son invitation au voyage, ses personnages attachants. De plus, l'auteur traite ce sujet de la maladie dégénérative avec beaucoup de justesse.

    Toutefois, ce roman se perd par ses longueurs et ce style d'écriture un peu trop convenu.

    C'est un roman qui plaira sûrement à de nombreux lecteurs. De mon côté, je vais essayer d'en garder le positif avec notamment ces émotions que l'auteur arrive à faire passer même si il faut passer par des centaines de pages parfois un peu superflues pour en arriver là. Certes, on s'attache aux personnages mais on tourne un peu en rond aussi. Je pense que ce roman aurait bien gagné à être plus condensé.

    Un bilan plutôt mitigé donc qui ne me réconcilie par forcément avec ce genre de littérature.

    comment Commentaire (1) flag Signalez un abus
  • Quand Émile apprend, à 26 ans, qu'il est atteint d'une sorte d'Alzheimer précoce, il refuse de finir sa vie à l'hôpital, il refuse que sa famille et ses proches le voient diminué. Il prend alors une décision un peu folle, partir en camping-car pour un dernier voyage. Mais ce voyage, il ne peut...
    Voir plus

    Quand Émile apprend, à 26 ans, qu'il est atteint d'une sorte d'Alzheimer précoce, il refuse de finir sa vie à l'hôpital, il refuse que sa famille et ses proches le voient diminué. Il prend alors une décision un peu folle, partir en camping-car pour un dernier voyage. Mais ce voyage, il ne peut pas l'accomplir seul, il passe alors une petite annonce pour trouver un compagnon. Ce compagnon, ce sera Joanne, une jeune fille dissimulée sous un chapeau noir, mutique et encline à la méditation.

    Les deux jeunes gens vont s'apprivoiser et par petites touches, s'aider l'un l'autre. Car l'histoire à laquelle on s'attend n'est pas forcément celle que l'on va découvrir. Qui d'Émile ou Joanne a le plus besoin d'aide ? Qui apportera le plus à l'autre ?

    C'est les yeux gonflés et le cœur serré que je referme ce roman qui m'a immensément émue. Ce dernier voyage, je l'ai vécu avec Émile et surtout j'ai rencontré Joanne ; Joanne, dont on comprend immédiatement qu'elle cache une profonde blessure, Joanne et ses citations, son admiration pour L'alchimiste de Paulo Coelho.

    Le style, simple, n'a pas particulièrement emporté mon adhésion, les personnages manquent peut-être parfois de nuances, j'ai senti venir quelques rebondissements mais je ne peux pas nier l'émotion que ce road-trip a fait naître en moi. Je repartirais immédiatement si je pouvais, je retournerais voir les aigles, les montagnes, rencontrer ces belles personnes, redécouvrir ces magnifiques paysages, accompagner Émile dans son dernier voyage et aider Joanne à repartir de l'avant.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce livre est une petite merveille littéraire. Suivez le parcours de Émile qui condamné décidera de tout plaquer et de faire un dernier voyage à bord d'un camping car. Il passera une petite annonce et voyagera accompagné d'une jeune femme qui lui fera découvrir la vie autrement ! À découvrir...
    Voir plus

    Ce livre est une petite merveille littéraire. Suivez le parcours de Émile qui condamné décidera de tout plaquer et de faire un dernier voyage à bord d'un camping car. Il passera une petite annonce et voyagera accompagné d'une jeune femme qui lui fera découvrir la vie autrement ! À découvrir d'urgence !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • « Tout le bleu du ciel » a une particularité extraordinaire : celui de nous donner le sentiment d’avoir lu plusieurs livres en un seul.
    Chaque étape de ce périple répond à ses propres codes : le caractère des personnages qui va petit à petit apparaître, se modeler, se dévoiler ; les paysages et...
    Voir plus

    « Tout le bleu du ciel » a une particularité extraordinaire : celui de nous donner le sentiment d’avoir lu plusieurs livres en un seul.
    Chaque étape de ce périple répond à ses propres codes : le caractère des personnages qui va petit à petit apparaître, se modeler, se dévoiler ; les paysages et les décors vont correspondre à des rencontres et à des petits bonheurs quotidiens.
    Impossible de ne pas penser aux romans d’Anna Gavalda. Ce récit a cependant un petit plus non négligeable : l’omniprésence de la nature et de sa poésie. Le paysage et les éléments ont une place permanente et essentielle dans cette aventure.
    Ce roman semble vouloir nous recentrer sur ce qui est primordial dans l’existence, ce que nous oublions trop souvent dans nos routines urbaines et aveuglantes.
    Et cela fonctionne : nous nous apercevons qu’en fin de compte, la magie du quotidien tient à la sagesse de savoir apprécier les petits bonheurs de la vie et accueillir ses obstacles et ses chagrins. Ainsi, nous redécouvrons qu’une larme peut être de joie ou de tristesse, un goût peut être sucré ou amer, une étreinte peut être puissante ou une caresse légère. La chaleur et le froid nous guident continuellement tout comme les couleurs qui nous envahissent et nous submergent, parfois.
    L’auteure a réussi à donner de la beauté aux pires moments de l’existence et à montrer la faculté qu’a l’être humain de puiser en lui-même la force de poursuivre, même en titubant, même en régressant, aussi.
    A travers Emile et Joanne, nous avons envie de croire que la bienveillance, l’honnêteté, la simplicité et l’authenticité existent toujours. Ce sont comme des pépites que nous devons trouver sur notre route : un goût, une odeur, un livre, une musique, la fraîcheur du vent, le bruit de la pluie qui tombe, l’odeur de la mer, la saveur d’un plat.
    Toute la poésie de ces petits riens décrits comme des grands touts, nous alertent sur leur importance. Apprendre à les coucher sur le papier leur donne une consistance qui est la leur et qu’ils méritent. Ils sont les fils qui nous lient aux autres et à nous-mêmes. Là où la mémoire et les souvenirs sont des thèmes centraux, l’importance de la tenue d’un journal, quel qu’il soit, apparaît comme un témoignage que nous devons nous offrir.

    Il va être difficile de quitter cette « vie parallèle » et ces personnages attachants qui viennent rejoindre mes autres amis littéraires.
    Je dois vous laisser, je vais de ce pas relire l’ »Alchimiste »….

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • J'avais déjà vu passer cette couverture au moment de sa sortie papier, le combi Volkswagen qui figure dessus rappelle des bons souvenirs aux personnes de ma génération. Et bien sûr tout ce bleu qui rappelle le titre.
    C'est le premier roman de Mélissa Da Costa, et je trouve que c'est plutôt une...
    Voir plus

    J'avais déjà vu passer cette couverture au moment de sa sortie papier, le combi Volkswagen qui figure dessus rappelle des bons souvenirs aux personnes de ma génération. Et bien sûr tout ce bleu qui rappelle le titre.
    C'est le premier roman de Mélissa Da Costa, et je trouve que c'est plutôt une réussite.

    Je ne vais pas trop revenir sur l'histoire, le résumé le fait déjà assez, ce serait dommage de trop vous en révéler et de ne pas découvrir le livre comme l'auteure a voulu que vous le fassiez.
    On fait donc la connaissance de Émile, c'est un jeune homme de 26 ans, atteint d'une maladie très grave et irréversible, un Alzheimer précoce, il n'a plus que deux ans à vivre au maximum. Il ne veut pas que sa famille le voit dépérir, il veut qu'elle garde de lui un souvenir de lui en bonne santé. Et surtout, il ne veut pas faire l'essai clinique que les docteurs lui proposent et que sa famille veut qu'il fasse. Il ne veut pas servir de cobaye, il veut finir sa vie tranquillement, et franchement on le comprend. Il décide donc de partir, de quitter Roanne et de voyager. Il achète pour cela un camping-car, et surtout il passe une petite annonce pour rechercher une personne qui puisse l'acompagner. Il ne veut pas partir seul, il sait qu'il va perdre la mémoire, et que petit à petit, il ne se souviendra plus de où il est et de qui il est. Une jeune femme répond à cette annonce, il part donc sans prévenir ses parents et son frère. Il retrouve donc sur un parking Joanne, une jeune femme discrète, qui parle peu, brune, habillée de noir et avec un chapeau noir. Elle est très mystérieuse. Elle va s'ouvrir petit à petit, se révéler et Émile va découvrir une jeune femme très réservée. Elle ne lui dit pas les raisons de son départ à elle, pourquoi elle a quitté son petit ami et sa Bretagne natale. Chacun va aller de découverte en découverte sur l'autre.

    Ils vont partir en voyage vers les Pyrénées, et là, franchement, je me suis régalée. Les descriptions sont telles qu'on s'y croirait. J'ai vu les montagnes, les ruisseaux, la nature, les champs. J'ai suivi leur cheminement sur la carte. J'ai eu la curiosité de regarder à quoi ressemblait les villages traversés, j'ai beaucoup aimé Eus et aussi Lescun. Le premier est perché sur une montagne, le second est entouré de montagnes qui forment un cirque. L'auteure a décrit tout avec un réalisme tel que je trouvais exactement le même paysage en regardant les images trouvées sur le net. C'est une particularité de ce roman qui fait que j'ai beaucoup aimé.
    C'est un roman visuel par ses beaux paysages, mais aussi olfactifs, avec la menthe ou le romarin. La nature est vraiment bien décrite, dans tout ce qu'elle peut avoir, un chant d'oiseau, une senteur, un toucher, tous les sens sont en éveil avec ce livre.

    On va suivre donc Émile et Joanne dans ce périple, avec les conséquences que la maladie du jeune homme peut entrainer. Il va perdre la mémoire petit à petit, se demandant où il se trouve, avec qui il se trouve. Joanne va se trouver être d'une grande aide pour lui, elle va l'assister, l'aider. Elle va lui éviter des séjours à l'hôpital, en usant de stratagème pour qu'il ne reparte pas faire son essai clinique à Roanne. Elle va d'ailleurs trouver la solution qui va permettre de respecter les volontés d'Émile, je ne peux rien dévoiler, mais c'était vraiment la meilleure chose à faire. Pendant leur périple, ils vont rencontrer plein d'autres personnes qui vont les accueillir, les héberger, j'ai beaucoup aimé Myrtille, très touchante.
    Je me suis très vite attachée à chacun d'entre eux. L'histoire particulière d'Émile fait qu'on ne peut que se prendre d'affection pour lui, sans pourtant le prendre en pitié. Je ne pouvais faire autrement que me mettre à sa place, cette maladie est vraiment la seule que je n'aimerais pas avoir, savoir qu'on va perdre la mémoire de notre vie, de nos proches, doit être particulièrement angoissant. Joanne, est elle aussi une personne très attachante. On sent dès le départ qu'elle cache quelque chose, que la vie n'a pas été facile pour elle et qu'elle est meurtrie par son passé. Elle ne se dévoilera que très tard, Émile apprenant son passé que fortuitement. Et là, évidemment, on ne peut qu'être touché par son histoire, difficile de ne rien ressentir.
    Bien sûr, avec un couple comme personnages principaux, on se dit qu'il va y avoir de la romance dans l'air. Franchement, ce que j'ai vraiment apprécié plus que tout ici, c'est que ce n'est vraiment pas le sujet principal. On se doute qu'il va y avoir un rapprochement entre les deux, à vivre ensemble dans un espace réduit comme un camping-car, ça devait bien arriver à un moment. Mais ça vient assez tard dans le livre, et j'ai beaucoup apprécié cela. J'avais justement peur que l'on parte vers une histoire un peu gnan-gnan, avec des bisounours et des paillettes, mais non, j'ai vraiment apprécié que l'auteure n'en fasse pas trop là-dessus, qu'elle reste très discrète et pudique.

    Comme je le disais plus haut, je me suis très vite attachée aux personnages, et pourtant, le choix narratif de l'auteure ne me porte pas d'un premier abord à cela. Elle a en effet utilisé la troisième personne du singulier pour raconter et faire parler ses héros. D'habitude je suis plus sensible au « je » qui me permet de me mettre vraiment dans la peau du personnage. Malgré tout, ici, j'ai vraiment bien réussi à être au plus près du couple. Au contraire, je trouve qu'elle a bien fait d'utiliser le « il » qui permet de garder une certaine distance avec les événements, et dans un contexte aussi dramatique que celui dans lequel on est là, c'est fort appréciable. Au début du roman, on suit de près Émile, ses questionnements sur Joanne, ses doutes, et au fur et à mesure que sa maladie prend le pas sur ses pensées, on va se retrouver du côté de Joanne avec ses propres souvenirs, ses inquiétudes. J'ai trouvé cette façon de faire très intelligente, elle suit bien l'évolution de la maladie.

    Le style de Mélissa Da Costa est très bon, il est fluide, ça se laisse lire, les chapitres ne sont pas trop longs et il y a du rythme dans la lecture. J'ai lu des avis qui trouvaient qu'il y avait parfois trop de longueurs. En fait, ces longueurs correspondent aux différents retours dans le passé de Émile et Joanne. Oui, c'est vrai, ça peut paraître un peu long, disons qu'on a tellement envie de savoir ce qui va se passer dans le présent, qu'on aimerait sauter ses passages. Mais il ne faut pas, ils sont vraiment très importants pour comprendre les personnalités des personnages et ils permettent de mieux les cerner, de voir que les agissements qu'ils ont dans le présent résultent de ce qu'ils ont vécu dans le passé. Les révélations sur Joanne sont vraiment très bouleversantes et émouvantes. Le roman est ponctué de nombreuses citations qui collent parfaitement au moment de l'histoire. J'aime toujours ces phrases qui résonnent en nous et nous renvoient à notre propre vécu. Dans cette atmosphère, je n'ai pas été étonnée non plus de voir Joanne pratiquer des séances de méditation en pleine conscience, de la voir les inculquer à Émile pour l'aider à s'ancrer dans le présent. Elle lui apprend à déguster les saveurs, à ne pensant qu'à maintenant. Quand j'ai lu la biographie de l'auteure, j'ai compris que c'était des choses importantes pour elle, vu ses propres compétences.

    J'ai lu d'autres avis qui disaient que certains faits étaient prévisibles. C'est vrai que je me suis doutée de certaines choses. Après, avec une personne atteinte d'Alzheimer, il n'est pas difficile de s'imaginer le final. Et ce n'est pas vous spoiler de dire cela. Et pourtant, l'auteure a réservé une certaine surprise dans l'épilogue qui donne une belle touche d'espoir et d'optimisme. Car malgré la noirceur apparente que l'on peut ressentir en sachant vers quoi on se dirige, les messages qui ressortent à la lecture sont extrêmement positifs. Je suis ressortie à la fois triste et contente, j'ai versé quelques larmes à la fin, de tristesse et en même temps de joie. J'ai vraiment ressenti tout un panel d'émotions. Et j'écris cette chronique quelques jours après la fin de ma lecture et je ressens encore ces sentiments rien qu'en me remémorant l'histoire. Certains penseront que ce sont de la niaiserie, mais franchement, il a été difficile pour moi de ne pas être émue par ce que je lisais.

    Je pense que vous l'aurez compris, j'ai beaucoup aimé cette lecture, je n'ai pas été déçue et je note Mélissa Da Costa comme auteure à suivre. Elle vient de sortir un nouveau roman en février de cette année, publié aux éditions Albin Michel, Les lendemains, et je pense que je vais me le procurer pour voir si l'auteure confirme son talent de raconteuse d'histoire touchante.
    Il faut lire ce livre pour se faire sa propre idée. Malgré le petit pavé qu'il représente en version poche (un peu plus de 800 pages), je l'ai lu rapidement et je ressentais l'envie et le besoin de me plonger dans la lecture malgré mes obligations. Lorsque je ressens cette envie, cela veut généralement dire que pour moi, le roman est une réussite.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce roman est très bien écrit. D'une douceur et d'une tendresse de la première à la dernière ligne. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le roman. Les 100 premières pages, les personnages sont loin d'être attachants, l'histoire se tisse doucement. Emile et Joanne prennent doucement vie, au fil de...
    Voir plus

    Ce roman est très bien écrit. D'une douceur et d'une tendresse de la première à la dernière ligne. J'ai eu un peu de mal à rentrer dans le roman. Les 100 premières pages, les personnages sont loin d'être attachants, l'histoire se tisse doucement. Emile et Joanne prennent doucement vie, au fil de l'écriture fluide de Mélissa Da Costa. On découvre des personnages pleins de tendresse et de douceur, que l'on a beaucoup de mal à lâcher en fin de roman.

    Toute leur aventure n'est finalement formée que de bonheur et de belles rencontres. Il s'en sortiront tous les deux grandis, changés tout en ayant fait le plein de sérénité et de paix intérieure. Je me suis laissée bercée par cette douce écriture. Les 700 pages du roman passent à une allure folle.

    • Emilie réussira t-il à vivre cent vies avant de pousser son dernier souffle ?
    • Joanne tiendra t-elle ses promesses face à la maladie ?
    • Oserions-nous partir et tout quitter pour ne pas être une charge pour notre famille ?

    Un très beau roman à découvrir, et se laisser bercer par un bonheur finalement simple et banal. Un dernier long voyage qui ne vous laissera pas indifférent face aux émotions.

    https://www.bejiines.fr/2020/05/Livre-Tout-le-bleu-du-ciel-Melissa-DaCosta.html

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Un joli roman que j’ai refermé les larmes aux yeux, je me suis prise bien malgré moi à cette histoire un peu improbable : ce jeune homme condamné par une maladie qui part sur les routes en camping-car avec une inconnue mutique.
    C’est bien écrit, plein de bons sentiments, un peu naïf parfois ;...
    Voir plus

    Un joli roman que j’ai refermé les larmes aux yeux, je me suis prise bien malgré moi à cette histoire un peu improbable : ce jeune homme condamné par une maladie qui part sur les routes en camping-car avec une inconnue mutique.
    C’est bien écrit, plein de bons sentiments, un peu naïf parfois ; le voyage est jalonné de belles rencontres et surtout de magnifiques paysages pyrénéens. Une ode à la vie, l’amitié, les liens filiaux, une réflexion sur la mort et la maladie.
    Petit bémol : le nombre de pages même si l’écriture est très fluide. Certains passages auraient gagné à être écourté : trop d’explications et de retours en arrière. Il a manqué un peu de mystère à ces deux personnages meurtris.
    Je retiendrai de cette lecture le souvenir de personnages au final attachants, d’une bonté apaisante, de l’émotion qui surgit au fil des pages.
    Une lecture qui a plu à bon nombre de lecteurs et qui plaira certainement encore par sa grande humanité.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.