Tout ce qu'on ne s'est jamais dit

Couverture du livre « Tout ce qu'on ne s'est jamais dit » de Celeste Ng aux éditions Pocket
  • Date de parution :
  • Editeur : Pocket
  • EAN : 9782266267304
  • Série : (-)
  • Support : Poche
Résumé:

1977, Ohio. Lydia Lee, seize ans, est une élève et une fille modèle. Elle est le grand espoir de son père, d'origine chinoise, qui projette sur elle ses rêves d'intégration, et de sa mère qui espère à travers elle accomplir ses ambitions professionnelles déçues. Mais à quoi rêve Lydia en secret... Voir plus

1977, Ohio. Lydia Lee, seize ans, est une élève et une fille modèle. Elle est le grand espoir de son père, d'origine chinoise, qui projette sur elle ses rêves d'intégration, et de sa mère qui espère à travers elle accomplir ses ambitions professionnelles déçues. Mais à quoi rêve Lydia en secret ? Lorsque la police découvre son corps au fond d'un lac, la famille Lee, en apparence si soudée, va affronter ses secrets les mieux gardés, car plus rien ne sera pareil. La disparition de Lydia vire soudainement à l'autopsie familiale. Connaît-on jamais vraiment ses proches ?

Donner votre avis

Articles (2)

Avis (24)

  • Lecture conseillée par une amie et qui m’a laissé une impression mitigée. Il s’agit de l’histoire d’un drame familial : le décès d’une jeune fille, Lydia, retrouvée noyée dans un lac. Selon toute apparence, cette mort semble inexplicable : s’agit-il d’un meurtre ? d’un accident ? d’un suicide ?...
    Voir plus

    Lecture conseillée par une amie et qui m’a laissé une impression mitigée. Il s’agit de l’histoire d’un drame familial : le décès d’une jeune fille, Lydia, retrouvée noyée dans un lac. Selon toute apparence, cette mort semble inexplicable : s’agit-il d’un meurtre ? d’un accident ? d’un suicide ? La mère de Lydia pense qu’il s’agit d’un meurtre et c’est logiquement vers cette piste que s’oriente le lecteur, sauf que d’enquête, nous n’en suivrons aucune.
    Enfin pas au sens policier du terme, ce roman est en réalité un drame psychologique, cet événement dramatique permettant à chaque membre de la famille d’interroger sa « responsabilité » dans la mort de Lydia ou plutôt de se demander dans quelle mesure les actes et paroles des père et mère ont contribué à ce que l’histoire de la jeune fille en arrive à ce point.

    Ainsi, plusieurs questions sont soulevées par la lecture de ce roman : Peut-on s’intégrer socialement malgré nos différences surtout quand elles sont visibles physiquement ? Doit-on se conformer aux envies de nos parents ? Dans quelle mesure les parents influent-ils sur le comportement de leurs enfants et leur « réussite » sociale et scolaire ?

    Ces questions sont évidemment intéressantes et méritent d’être soulevées voire interrogées. Je regrette cependant la grande part allouée à l’influence parentale menant, il me semble, à une très grande culpabilisation. Bien entendu que les actes et paroles des parents ont une influence sur la construction de l’identité de leur(s) enfant(s) mais de là à la réduire à ça… ce serait oublier la part de libre arbitre dont dispose chaque individu.

    J’ai parfois souffert dans les grandes digressions du début de roman même si, au bout du compte, on comprend qu’elles sont indispensables afin de remettre tous les événements dans le bon ordre et comprendre le comportement final des personnages.

    Je ne déconseillerai pas cette lecture car elle reste plaisante et soulève de vraies questions.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Décidément, j'adore cette auteure. Coup de coeur après La Saison des feux avec beaucoup de passerelles entre les deux romans.

    Une nouvelle fois, Celeste Ng nous livre une autopsie au scalpel d'une famille américaine en mode thriller de l'intime afin de savoir pourquoi Lydia, 16 ans, est...
    Voir plus

    Décidément, j'adore cette auteure. Coup de coeur après La Saison des feux avec beaucoup de passerelles entre les deux romans.

    Une nouvelle fois, Celeste Ng nous livre une autopsie au scalpel d'une famille américaine en mode thriller de l'intime afin de savoir pourquoi Lydia, 16 ans, est retrouvée morte au fond d'un lac. Accident ? suicide ? meurtre ? La réponse sera révélée avec brio, par petites touches subtiles suite à la dissection d'un microcosme familial précis qui résonne très vite en réflexion universelle sur les ressorts familiaux.

    Désir de revanche sociale transféré sur l'enfant, poids du racisme et sexisme dans la construction de névroses personnelles, rapport de force dans une fratrie lorsqu'un des enfants est privilégié, les renoncements, bref toute la pression ordinaire que peut engendrer la cellule familiale est analysée avec une acuité et une finesse psychologique incroyables.

    Certaines pages sont bouleversantes, comme celle où, alors que sa mère a fui le domicile conjugal, Lydia ouvre le livre de cuisine de sa mère, et en découvrant les traces de larmes sur certaines pages réalise les frustrations et les renoncements de sa mère à une carrière brillante de médecin. Un choc qui l'entraîne à une promesse silencieuse : si sa mère revient, elle se conformera pour toujours aux rêves de cette dernière, elle sera la fille idéale, elle sera médecin, elle étouffera ses aspirations sous un masque de sourires.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lydia est morte. Pas de suspens de ce côté-là, puisque c'est la première phrase du roman. Le décor est posé. Le tout est de savoir comment.
    Tout a commencé quand James et Marylin, ses parents, se sont rencontrés. Ou est-ce quand Jack a abordé Lydia en cours de physique ? Ou peut-être cela...
    Voir plus

    Lydia est morte. Pas de suspens de ce côté-là, puisque c'est la première phrase du roman. Le décor est posé. Le tout est de savoir comment.
    Tout a commencé quand James et Marylin, ses parents, se sont rencontrés. Ou est-ce quand Jack a abordé Lydia en cours de physique ? Ou peut-être cela a-t-il à voir avec la disparition de Marylin, quand Lydia avait 5 ans ? Ou plutôt quand Nath, le frère aîné, a pris la décision de partir étudier à Harvard ?
    Ce roman est une broderie délicate. Chaque chapitre est un fil qui s'ajoute à l'ouvrage et le modifie en éclairant l'histoire d'un jour nouveau. Le livre commence comme un polar, mais c'est aussi l'histoire d'un couple mixte dans l'Amérique ségrégationniste des années 60, une chronique de l'adolescence et une réflexion sur les choix que nous sommes tous amenés à faire dans notre vie.
    Enfin, il décrit les liens familiaux, ainsi que la place et le rôle de chacun au sein d'une famille à la fois banale et dramatiquement dysfonctionnelle.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Voici un premier roman écrit par une jeune américaine d'origine vietnamienne. Une maîtrise admirable. Chapeau!
    *
    Et forcément ici elle parle de racisme, de difficultés d'intégration, de couple mixte. Ces évènements se passent dans les années 70, dans le Middlewest, dans l'Ohio plus...
    Voir plus

    Voici un premier roman écrit par une jeune américaine d'origine vietnamienne. Une maîtrise admirable. Chapeau!
    *
    Et forcément ici elle parle de racisme, de difficultés d'intégration, de couple mixte. Ces évènements se passent dans les années 70, dans le Middlewest, dans l'Ohio plus précisément. Aujourd'hui, cela peut paraître banal de trouver des familles métissées mais 50 ans en arrière, ce n'était pas si simple.
    *
    La famille Lee : le père James D origine chinoise , la mère Marilyn, blonde américaine et leurs 3 enfants (Nath l'aîné, Lydia la première fille et Hannah la seconde).
    Cette famille va connaître une souffrance indicible - la disparition et mort de Lydia - et on va , tout au long du récit, entrapercevoir à travers les différents protagonistes cette lente descente aux enfers.
    La disparition de Lydia est le détonateur , le catalyseur, d'un drame intime de l'inconscient familial.
    *
    Avec un réel souci des détails (dans un mot , un geste, un souvenir), l'auteure réussit à nous dépeindre les fissures et les craquèlements d'un vernis social d'une famille américaine.
    Le racisme (la notion de différences) et le sexisme (la place de la femme) sont omniprésents dans le récit.
    *
    On entre directement dans le vif du sujet, par le bout de la lorgnette, on examine et dissèque chaque membre familial avec une psychologie poussée à l'extrême. Des non-dits, des espérances, des frustrations, des souvenirs douloureux, telles sont les pensées que chaque membre veut bien nous raconter. Et cela fait mal, très mal.
    Les propos sont d'une telle justesse que c'en est douloureux. Beaucoup d'amour pourtant, ce qui fait le ciment d'une famille, on est d'accord sur ce point. Mais ici, cet amour est étouffé, caché, envahi par une violence intime et fulgurante.
    Comment ne pas répéter les mêmes schémas "toxiques" inter-générationnels? Ne pas céder au poids de la pression venant des espoirs "refoulés" des parents? Ces enfants doivent se protéger et se forger une carapace. Difficile....
    *
    Une puissance narrative, des émotions à me couper le souffle, une beauté dans cette violence singulière, une finesse des caractères, une sensibilité toujours en filigrane, voilà ce que j'ai ressenti à travers ma lecture.
    Malgré un début un peu lent, je me suis laissée happer par cette galerie de personnages. Par ces destins brisés.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lydia lee , seize ans, a disparu , sa famille la cherche , elle ,  l'élève modèle , brillante , en qui sa mère , Marilyn ( mère au foyer , qui voulait faire médecine ) ,  a fondé tous ses espoirs de réussite , elle, sur qui pour son père , James , professeur d'université d'origine chinoise...
    Voir plus

    Lydia lee , seize ans, a disparu , sa famille la cherche , elle ,  l'élève modèle , brillante , en qui sa mère , Marilyn ( mère au foyer , qui voulait faire médecine ) ,  a fondé tous ses espoirs de réussite , elle, sur qui pour son père , James , professeur d'université d'origine chinoise  repose l'espoir d'intégration qu'il n'a pas connu ... Mais  Lydia ne reviendra pas , son corps git au fond d'un lac . Une fois qu'ils sauront la triste nouvelle , la famille Lee va se dévoiler , les parents , son frère ainé Nath , sa petite soeur Hannah et le mystérieux Jack ....
    Accident , suicide ou meurtre ?
    Les secrets vont voir le jour , des rancœurs , des non-dits , des sous entendus 
    Roman brillant des plus efficaces , suspens subtile 
    On y trouve la complexité familiale , le problème de la discrimination et de l'intégration , la difficulté de communication au sein du giron familial , le malaise étudiant ...
    Un excellent roman  où le non-dit peut s'avérer mortel ....

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Les éditions Sonatine ont manifestement beaucoup de flair! Créé en 2008, la maison d'édition à donné un sérieux coup de pieds dans la fourmilière en proposant une ligne éditoriale nouvelle, moderne et terriblement efficace. Des couvertures reconnaissables, des suspenses percutants en passant par...
    Voir plus

    Les éditions Sonatine ont manifestement beaucoup de flair! Créé en 2008, la maison d'édition à donné un sérieux coup de pieds dans la fourmilière en proposant une ligne éditoriale nouvelle, moderne et terriblement efficace. Des couvertures reconnaissables, des suspenses percutants en passant par des thrillers haletants, Sonatine est un découvreur de talents. Et quels talents! Cette fois ci c'est un roman noir qui est mis à l'honneur avec "Tout ce qu'on ne s'est jamais dit" de la nouvelle et très douée auteure Celeste Ng. Au delà d'un roman noir, il s'agit d'un récit social de l'Amérique des années 70 où la différence, le féminisme et le malaise adolescent sont explorés de manière subtile, intelligente et clairvoyante.

    L'histoire, de premier abord est simple. Le 3 mai 1977 dans l'Ohio, Lydia Lee seize ans est morte. Pas de suspense, pas de questions sinon une: pourquoi? Car rien ne semble indiquer que Lydia est victime d'un meurtre. Le corps rapidement retrouvée gisant au fond du lac municipal à quelques pas de la demeure familiale ne présente aucun signe particulier. Alors, meurtre soigné, accident, suicide? Les membres de la famille Lee vont chacun leur tour, remonter le fil des événements, chercher à comprendre et peut-être expliquer le drame. D'apparence unie, la maisonnée va devoir exorciser ses secrets, affronter la vérité et se confronter à eux mêmes.

    Composée du père James, de Marylin la mère et de leur trois enfants, l'auteure commence sont récit par raconter l'histoire paternelle et maternelle pour expliquer les conséquences inconscientes du drame. Marylin, dont l'ambition est de devenir médecin se confronte au sexisme ambiant non seulement à la fac mais aussi au sein du foyer. Sa mère, depuis le départ de son père, est devenue la parfaite femme au foyer américaine et lui suggère surtout de trouver un mari. Quand à James issu de parents Chinois immigrés, éduqué selon le principe rigoureux de l'intégration, grimpe les échelons scolaires jusqu'à devenir doctorant en histoire américaine. Mais à quel prix? Moqueries, racisme, solitude sont devenus son quotidien. Jusqu'au jour où il rencontre Marylin.

    Trois enfants plus tard, Nathan, Lydia et Hannah, les époux Lee ont projetés leurs espoirs, marqués leurs différences en la faveur de Lydia. Jolie jeune fille aux cheveux d'ébène, yeux bleus, scolarité exemplaire, la cadette fait l'admiration des parents et devient l'incarnation de la pression parentale. Lydia veut devenir médecin comme sa mère, a des amis comme le souhaite son père, réussie là où tous ont échoués. Mais qui est réellement Lydia et que désire-t-elle vraiment?

    "Un jour, il y avait si longtemps, assise exactement à cet endroit sur le ponton, elle avait déjà commencé à sentir à quel point il serait difficile d'hériter des rêves de leurs parents. A quel point leur amour serait étouffant."

    Celeste Ng traite avec brio le malaise adolescent, les sentiments refoulés, la pression inconsciente des parents envers leurs enfants. L'incarnation du rêve avorté de sa mère illustre parfaitement l'exigence tout comme le désir d'insertion sociale de James pour Nathan, l'aîné. Le racisme ordinaire et le regard envers le métissage à cette époque est un autre angle extrêmement intéressant et bien traité. L'auteure utilise avec brio cet aspect pour en expliquer les répercussions générationnelles et disséquer les non dits. Car il s'agit bien de ça finalement, les silences qui font mal, un passé familial tabou, caché, pourquoi? Par honte, par goût du secret, par pudeur? Quoi qu'une famille puisse occulter, tout se sait, tout doit se savoir, pour panser ses plaies, avancer et reconstruire. La mort de Lydia a peut-être été l'électrochoc, l'étincelle de lucidité sans le savoir d'une famille en détresse.

    "Comment est-ce que ça a commencé? Comme toujours: avec les mères et les pères. A cause de la mère et du père de Lydia, à cause de la mère et du père de sa mère et de son père. Parce qu'il y a longtemps sa mère avait disparu, et son père l'avait ramenée à la maison. Parce que, plus que tout, son père avait voulu se fondre dans la masse. Parce que tout ça avait été impossible."

    D'une plume fluide et doté d'un sens de l'observation affuté, Celeste Ng nous offre avec sincérité un regard conscient de la réalité familiale et sociétal. Le racisme ordinaire abordé mainte fois prend ici une tournure nouvelle puisqu'elle s'adresse ici à la communauté chinoise contrairement aux afro-américains ou latinos dont l'histoire est plus connue. En entrant dans cette sphère intime, elle provoque avec facilité une proximité avec le lecteur qui touche du doigt l'essence de cette famille qui pourrait être la leur. Finalement la disparition de Lydia passe au second plan tant le sujet est placé ailleurs. Là réside le tour de force de l'auteure: nous aguicher avec un roman noir, une intrigue pour parler de sujets beaucoup plus profonds et importants. Bravo ! Accompagné d'un café à la noisette et d'un tiramisu au marrons, vous ne résisterez pas.
    http://bookncook.over-blog.com/

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Lydia Lee est morte. Un beau jour du mois de mai 1977, son corps a été retrouvé, noyé dans le lac , juste derrière la maison familiale. Elle n'avait que 16 ans. Meurtre, accident, suicide ? Pour ses parents, cela ne fait aucun doute : quelqu'un a fait du mal à Lydia, leur fille tendrement aimée,...
    Voir plus

    Lydia Lee est morte. Un beau jour du mois de mai 1977, son corps a été retrouvé, noyé dans le lac , juste derrière la maison familiale. Elle n'avait que 16 ans. Meurtre, accident, suicide ? Pour ses parents, cela ne fait aucun doute : quelqu'un a fait du mal à Lydia, leur fille tendrement aimée, la plus jolie, la plus douée, la meilleure de leurs trois enfants. Pourtant, derrière la lycéenne brillante, appelée à être docteur, la fille populaire entourée d'amies que décrivent ses parents, se cache la vraie Lydia, timide, solitaire, écrasée par la pression parentale. Alors que Nath, l'aîné, et Hannah, la petite dernière, sont totalement délaissés par Marylin et James, Lydia est la somme de toutes leurs espérances. Elle sera médecin, comme sa mère rêvait de l'être, elle sera une parfaite américaine, comme son père, d'origine chinoise, rêvait de l'être. Oui mais, malgré ses yeux bleus et ses cheveux clairs, pour la société américaine frileuse des années 70, Lydia est une chinoise. Sa différence se voit dans ses yeux bridés et dans ce père qui, même s'il enseigne la littérature américaine à l'université, ne sera jamais un grand blanc, bleu, blond made in US. Pour cette famille dévastée, la vie ne sera plus jamais la même sans Lydia mais pourront-ils surmonter les petits secrets, les non-dits, les trahisons, le manque de communication ? Sauront-ils se rendre compte de leurs erreurs ?

    Malgré leurs manquements ou leur trop plein d'investissement selon les cas, le couple Lee est attachant et émouvant. Elle, pur produit de l'Amérique des années 50, élevée par une mère professeure d'arts ménagers, éduquée pour être la plus parfaite des épouses, et qui choisit, envers et contre tous, d'être médecin. Le destin en décidera autrement. Elle tombe amoureuse d'un jeune professeur, James Lee. Le mariage, les grossesses et son rêve s'effondre au profit de la famille. Lui est d'origine chinoise. Il est né en Californie, n'a jamais mis les pieds en Chine mais pour tout le monde, il est chinois. Après une enfance solitaire, rejeté, humilié, insulté, il garde la trace de cette intégration rendue impossible par les préjugés et le racisme ordinaire. Leur rencontre est un miracle, un bol d'air pur dans un monde qui a du mal à les accepter. Ils ont jeté le voile de l'amour sur leurs blessures, leurs fêlures, leurs déceptions, leurs rêves avortés. Chacun à sa façon a une revanche à prendre sur la vie, le poids des espoirs déçus que devra porter Lydia, la gentille, la docile, la belle Lydia. Négligés, les deux autres enfants du couple sont livrés à eux-mêmes, privés d'amour et d'attention. Quelle énorme pression pour cette enfant fragile qui doit briller dans ses études, s'entourer d'amis et ne pas se faire détester par son frère et sa sœur.
    L'histoire de cette famille fait bien sûr froid dans le dos mais elle donne aussi à réfléchir sur le rôle de parents, le passif que l'on transmet malgré soi à ses enfants, les erreurs que l'on commet là où l'on croit bien faire. Céleste Ng, dont c'est le premier roman, fait preuve d'une parfaite maîtrise de l'intrigue et de l'écriture et d'une belle sensibilité qu'on sent à fleur de peau. Elle a su nous plonger dans cette famille dysfonctionnelle sans nous faire détester ses membres les plus faillibles. Au contraire, elle a su nous les rendre proches, nous faire ressentir la même tendresse qu'elle a pour eux. Et puis, elle fait là une fine analyse critique de la famille, ce microcosme complexe où s'agitent différentes personnalités liées par des drames, des joies, des expériences vécus en commun mais ressentis différemment. Ce livre est une claque, un bijou, une pépite ! Un coup de cœur absolu !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus
  • Ce roman n’a rien d’un policier ni d’un thriller. On est dans un roman noir. Très noir.

    L’auteur arrive à nous détourner de ce qui devrait nous hanter dans tout le livre à savoir ce qu’est arrivé à Lydia, disparue depuis quelques jours. Et puis, on la retrouve, morte noyée dans le lac à...
    Voir plus

    Ce roman n’a rien d’un policier ni d’un thriller. On est dans un roman noir. Très noir.

    L’auteur arrive à nous détourner de ce qui devrait nous hanter dans tout le livre à savoir ce qu’est arrivé à Lydia, disparue depuis quelques jours. Et puis, on la retrouve, morte noyée dans le lac à quelques centaines de mètres de chez elle. Qu’est-il arrivé à cette adolescente, a priori sans histoire ?

    Au départ, on fait le jeu de la police en se disant que ce pourrait être le voisin qui s’était étrangement rapproché d’elle ces derniers jours. Et puis, on apprend à découvrir sa famille. On s’éloigne un peu alors de Lydia. Et on comprend pas mal de choses.

    Cette famille ne se parle pas et beaucoup de non-dits ressortent. Cela va faire remonter toutes les rancunes et va réveiller en chacun des membres de la famille leur propre histoire. La psychologie est bien absolument bien retracée. On se prend au jeu et on devine le piège dans lequel ils se sont enfermés. L’auteure signe un roman captivant.

    Attention cependant. Ici, pas de rebondissements à toutes les pages. On est dans la subtilité. La fluidité de l’écriture permet de terminer le livre très rapidement mais pour ma part, je ne garderais pas un souvenir impérissable de ce livre. Bonne lecture tout de même.

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions