Thorngrove

Couverture du livre « Thorngrove » de Cecile Guillot aux éditions Lynks
  • Date de parution :
  • Editeur : Lynks
  • EAN : 9791097434373
  • Série : (non disponible)
  • Support : Papier
Résumé:

Thorngrove. Sa forêt d'épines. Son manoir abandonné. Sa légende noire. On raconte que jadis, des jumelles y ont vécu. Que l'une d'elles est devenue la proie du Malin et a tué sa propre soeur... Qu'elles hantent toujours les lieux.

De nos jours, Madeline débarque à Oakgrove suite à la... Voir plus

Thorngrove. Sa forêt d'épines. Son manoir abandonné. Sa légende noire. On raconte que jadis, des jumelles y ont vécu. Que l'une d'elles est devenue la proie du Malin et a tué sa propre soeur... Qu'elles hantent toujours les lieux.

De nos jours, Madeline débarque à Oakgrove suite à la séparation de ses parents. Quand on lui demande de faire un dossier sur la ville, la jeune fille, curieuse d'en apprendre plus, pense tout de suite à la légende urbaine de Thorngrove. Mais son enquête pourrait bien avoir des conséquences insoupçonnées,menaçant la santé mentale déjà fragile de sa cadette, Meadow. Lorsque celle-ci se met à agir de manière de plus en plus inquiétante, Madeline se demande quelles forces obscures elle a bien pu réveiller... et si les fantômes ne seraient pas réels.

Donner votre avis

Avis(1)

  • Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Une lecture parfaite pour Halloween ! ---

    C’est exactement ce que je me suis dit en découvrant le synopsis de Thorngrove. Je n’ai donc pas hésité très longtemps avant de le demander en service de...
    Voir plus

    Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com

    --- Une lecture parfaite pour Halloween ! ---

    C’est exactement ce que je me suis dit en découvrant le synopsis de Thorngrove. Je n’ai donc pas hésité très longtemps avant de le demander en service de presse. Je remercie au passage les éditions Lynks pour l’envoi de ce titre qui demeure l’un de mes préférés de leur collection, avec Le garçon et la ville qui ne souriait plus de David Bry.

    Mais revenons-en à Thorngrove. Son manoir hanté, la noirceur qui imprègne ses murs. C’est une belle réussite, entre fantastique et gothique, que nous propose Cécile Guillot !

    --- Des clichés que l’on est heureux de retrouver ---

    Je ne fuis pas tous les clichés, seulement ceux qui me tapent sur les nerfs. En automne, j’aime ainsi me plonger dans des récits mystérieux, surnaturels, voire même un peu horrifiques (mais pas trop, surtout !). Et quoi de mieux qu’une malédiction traversant les âges pour débuter cette saison ?

    Avec Thorngrove, Cécile Guillot a répondu à toutes mes attentes. À mesure que l’on avance dans l’histoire, l’ambiance devient de plus en plus oppressante. La tension monte, et l’on ne peut s’empêcher de tourner la page, encore et encore… jusqu’au point final !

    --- Droit au but ---

    En seulement 269 pages, impossible d’explorer d’autres voies que l’intrigue principale. Chaque chapitre est un pas de plus vers Thorngrove. Alors, c’est sûr, on pourrait reprocher à l’auteure d’avoir utilisé quelques raccourcis, surtout au début.

    Un devoir d’histoire qui pousse une jeune adolescente à enquêter sur un vieux domaine laissé à l’abandon ? Des sources d’informations à portée de main ? Oui, c’est un peu facile, mais j’ai bien vite oublié ces détails pour me concentrer sur l’essentiel : la lente descente aux enfers de nos héroïnes…

    --- …qui forment un étrange duo ---

    Deux ans séparent les soeurs, Madeline et Meadow. Si la première traverse une période de rébellion suite à la séparation de ses parents, la seconde semble vivre dans un autre monde. Sans souffrir d’un retard mental, Meadow agit bizarrement et tient des propos pour le moins étranges.

    Si cette différence met les nerfs de Madeline à rude épreuve, on comprend rapidement que cette dernière est profondément attachée à sa soeur. Leur complicité est bien évidemment entachée par des disputes, des incompréhensions et des non-dits, mais elle existe bel et bien. Et c’est cette relation toute particulière que Cécile Guillot a choisi de mettre en avant, alternant les points de vue.

    --- Quand des zones d’ombres persistent ---

    Comme on peut s’y attendre, le final est un brin horrifique ; il confère quelques frissons sans pour autant aller trop loin dans l’effroi. C’était donc parfait pour moi, même si je l’ai trouvé expéditif. D’ailleurs, l’auteure ne nous offre pas d’explications poussées au sujet de cette malédiction, préférant plutôt nous laisser sur un sentiment d’épouvante. Simple et efficace !

    comment Commentaire (0) flag Signalez un abus

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.

Où trouver ce livre en librairie ?

Service proposé en partenariat avec Place des Libraires

Suggestions de lecture

Ils ont lu ce livre

Discussions autour de ce livre

Il n'y a pas encore de discussion sur ce livre

Soyez le premier à en lancer une !

Forum

Afficher plus de discussions