Passionné(e) de lecture ? Inscrivez-vous gratuitement ou connectez-vous pour rejoindre la communauté et bénéficier de toutes les fonctionnalités du site !  

Terre ceinte

Couverture du livre « Terre ceinte » de Mohamed Mbougar Sarr aux éditions Presence Africaine
Résumé:

À Kalep, ville du Sumal désormais contrôlée par le pouvoir brutal des islamistes, deux jeunes sont exécutés pour avoir entretenu une relation amoureuse.
Des résistants tentent de s'opposer à ce nouvel ordre du monde en publiant un journal clandestin. Défi lancé au chef de la police islamique... Voir plus

À Kalep, ville du Sumal désormais contrôlée par le pouvoir brutal des islamistes, deux jeunes sont exécutés pour avoir entretenu une relation amoureuse.
Des résistants tentent de s'opposer à ce nouvel ordre du monde en publiant un journal clandestin. Défi lancé au chef de la police islamique dans un climat de tension insoutenable qui met en évidence des contradictions et brouille tous les repères sociaux. Mais la vie, à sa façon mystérieuse, reprend toujours ses droits.
Terre ceinte met en scène des personnages enfermés dans un climat de violence. L'écrivain sénégalais en profite pour interroger les notions de courage et de lâcheté, d'héroïsme et de peur, de responsabilité et de vérité. À travers des dialogues étonnamment vibrants, des temps narratifs puissants, la correspondance échangée par les mères des deux victimes, s'élabore une réflexion contemporaine sur une situation de terreur.

Donner votre avis

Avis (1)

  • A Kalep, ville imaginaire et pourtant qui semble réelle, la population assiste à la mise à mort implacable de deux jeunes gens par les islamistes au pouvoir. Leur crime ? Ils se sont aimés en dehors des liens du mariage.
    L’exécution de ces sacrifiés va déclencher un mouvement de résistance...
    Voir plus

    A Kalep, ville imaginaire et pourtant qui semble réelle, la population assiste à la mise à mort implacable de deux jeunes gens par les islamistes au pouvoir. Leur crime ? Ils se sont aimés en dehors des liens du mariage.
    L’exécution de ces sacrifiés va déclencher un mouvement de résistance parmi quelques courageux. C’est ainsi que Rambaaj, journal clandestin, voit le jour.
    Tandis qu’une poignée de résistants tente de s’opposer à la terreur, les islamistes continuent à tuer, couper des mains, battre les femmes à l’image de l’épouse de Malamine dont le tort est d’être sortie dans la rue sans son voile. Comment affronter l’inacceptable ? Comment résister dans un tel climat de peur, de violence et trouver le courage de s’engager ?
    Tout au long du récit s’intercalent les lettres qu’échangent les mères des jeunes amants exécutés. Cette correspondance secrète est leur seul moyen d’exprimer leur souffrance. On plonge dans leur affliction, on assiste à leurs errements et c’est émouvant. Ces parenthèses épistolaires donnent une respiration au récit.
    Mais, au-delà de l’intrigue, ce roman traite avec acuité des comportements humains face à la terreur des milices islamistes. L’auteur mène l’histoire sans jugements, il se contente de faire vivre ses personnages pour le plus grand plaisir du lecteur, embarqué à la suite de ces destins tragiques. Pas de misérabilisme ni de morale, simplement un récit, terrible, cruel, qui entre en résonnance avec d’autres évènements hélas bien réels. (Exemple : la destruction de la bibliothèque de Bantika et de ses manuscrits, disparition d’un précieux patrimoine)
    Pour moi, c’est le point fort du roman
    Un bémol, cependant, au sujet de l’écriture, qui ne m’a pas « charmée ». Je lui reproche quelques lourdeurs, des redondances, des descriptions qui tirent en longueur sans intérêt véritable. Heureusement que l’attrait de l’histoire prend vite le pas sur la qualité de l’écriture et j’ai lu ce roman avec plaisir .

    thumb_up J'aime comment Commentaire (0)

Donnez votre avis sur ce livre

Pour donner votre avis vous devez vous identifier, ou vous inscrire si vous n'avez pas encore de compte.